Grenoble - Chamonix (Ligue Magnus, 21e journée)

Grenoble retombe dans ses travers

Les Brûleurs de Loups ont réalisé la sensation de la dernière journée de Ligue Magnus en faisant tomber avec grand fracas Gap, champion de France en titre et leader invaincu depuis neuf matchs. Au-delà de la victoire elle-même, c’est surtout la manière qui a impressionné. Sans son gardien n°1, Ervīns Muštukovs, blessé, Grenoble a dominé Gap de bout en bout, inscrivant neuf buts à une équipe réputée pour sa solidité défensive. Une victoire impressionnante qui a permis aux Isérois de retrouver le podium de la Ligue Magnus et d’entretenir de nouveau des grandes ambitions pour la fin de saison. À condition d’enchaîner sur la durée en continuant la série en cours (cinq victoires) même si ce sera encore sans Muštukovs, toujours à l’infirmerie.

Par rapport à Gap, Chamonix semble une proie bien plus abordable. Les Chamois, à la peine depuis de la saison, semblent promis aux play-downs. Mais depuis quelques semaines, les hommes de Stéphane Gros vont mieux. En gagnant deux de leurs trois derniers matchs contre des adversaires directs (Lyon et Briançon), ils se sont donné de l’air au classement. Et même si une victoire à Grenoble n’est pas forcément dans leur tableau de marche, ils comptent bien résister le plus longtemps possible comme ils l’ont fait à Gap la semaine dernière.

2016 01 19 Grenoble Chamonix1Les Brûleurs de Loups mettent les bouchées doubles dès l’entame. Visiblement décidés à ne pas laisser le suspense s’éterniser, ils sont dans la continuité de la rencontre face à Gap. Hebar allume la première mèche bientôt suivi par l’énergique duo Lamboley - Guillaume. Thinel a une belle occasion d’ouvrir le score à bout portant alors que Grenoble est installé en zone offensive.

Grosse pression sur la cage de Chamonix en ce début de match. Danick Bouchard, auteur d’un triplé face à Gap, rate un but tout fait face à une cage grande ouverte. Un premier signe qui indique que Grenoble n’aura peut-être pas la même réussite que samedi. Hebar, intenable en ce début de rencontre, ne cadre pas un tir qui frôle le montant. Sur l’occasion suivante, il trouve Buysse sur sa trajectoire.

De l’autre côté de la glace, Goy passe un début de match très calme. Il voit le palet passer juste à côté sur un contre de Jordan Mugnier. Mais sur un palet perdu par la défense iséroise, Matt Bissonnette récupère le palet et décale parfaitement Randy Cameron, libre de tout marquage, qui marque dans le but ouvert (0-1, 07'29"). Un but contre le cours du jeu qui oblige les Grenoblois à attaquer encore plus fort. Mais ils sont beaucoup trop offensifs, négligeant le repli défensif qu’ils avaient pourtant si bien exécuté samedi.

2016 01 19 Grenoble Chamonix2Une pénalité de Baylacq ralentit les ardeurs grenobloises. Chouinard parvient quand même à partir en contre-attaque; mais le cadre se dérobe devant son tir trop enlevé. Chamonix se montre peu dangereux en supériorité numérique, mais se retrouve à son tour à quatre contre cinq lorsque Lessard est pénalisé. Après un premier arrêt de Buysse devant Kalus, Chouinard égalise d’un tir croisé, profitant du trafic devant le slot (1-1, 12'55"). Un power-play rondement mené qui relance les Grenoblois.

Pas pour longtemps. Sur le coup d’envoi, les Isérois oublient de défendre. Un tir de Masson en contre-attaque est malencontreusement dévié du patin par Gervais et trompe Goy (1-2, 13'07"). Tout est à refaire.

Sonnés par ce but pris rapidement, les Brûleurs de Loups accusent le coup et se montrent moins dominateurs. Tartari trouve quand même le poteau, mais encore une fois les largesses défensives vont coûter cher à Grenoble. Joris Bedin s’échappe sur l’aile gauche le long de la bande. Inexplicablement, Harty le laisse partir, pensant que Milovanovic va le couvrir. Les deux défenseurs ne se comprennent pas, et Bedin se présente seul face à Goy. Le petit attaquant chamoniard se rappelle au bon souvenir des Grenoblois en logeant le palet en lucarne (1-3, 16'38"). Déstabilisés et désorganisés, les Brûleurs de Loups terminent le tiers dans l’approximation, loin de l’ultra-domination du début.

2016 01 19 Grenoble Chamonix3Blessé à la hanche, Goy ne revient pas au deuxième tiers. Edo Terglav est obligé de lancer dans le grand bain le troisième gardien grenoblois, habituel remplaçant en U22 : Corentin Noré. C’est son premier match à ce niveau de compétition, mais il n’a pas spécialement l’occasion de voir le palet pendant les premières minutes car Grenoble a la mainmise sur le jeu et campe en zone offensive. Sans pour autant se montrer très dangereux.

Noré effectue un premier arrêt de la jambière pour se rassurer puis un autre de la mitaine face à Arès. Il montre une belle adresse avec une relance à la crosse qui crée une action offensive pour Grenoble. Mais il est aussi rassuré de voir Harty bien défendre sur Hascoët. Ce n’est que partie remise pour l’ancien Caennais. La défense grenobloise n’arrive pas à sortir le palet de la zone, Hascoët reprend sans contrôle et permet à Chamonix de prendre le large (1-4, 29'17").

Un revers habile de Bouchard dans le trafic ne surprend pas Buysse. Comme pour compliquer la tâche grenobloise, Barlock se fait sanctionner pour une charge contre la bande près du banc chamoniard. Si le power-play haut-savoyard n’est toujours pas très efficace, les déchets techniques se multiplient côté grenoblois.

2016 01 19 Grenoble Chamonix5Il faut finalement une erreur chamoniarde pour permettre à Grenoble de revenir : sur un palet perdu à la ligne bleue offensive, Andrej Hebar récupère la rondelle, s’échappe en break et remporte son duel face à Buysse (2-4, 35'09"). Un but important à ce moment du tiers.

Chamonix se fait alors surprendre lorsque Bissonnette commet la faute sur Barlock, parti en contre. Ça chauffe devant le slot des visiteurs sur le power-play et le troisième but grenoblois est tout près lorsque la cage chamoniarde est déplacée. Grenoble pousse mais ne parvient pas à ajouter un nouveau but avant la fin du tiers grâce à la solidité de Buysse. Noré doit même s’affirmer sur un contre Terrier alors que Thinel manque une dernière occasion. Mielonen concède une pénalité dans les ultimes secondes. Dominateurs dans ce deuxième tiers, les Brûleurs de Loups doivent se contenter d’un score de parité dans ce tiers et accusent toujours un retard de deux buts.

En supériorité numérique dès le début de la troisième période, les Brûleurs de Loups mettent encore une fois une grosse pression sur la cage chamoniarde. Sans résultat. Harty se fait pénaliser après moins d’une minute de jeu pour une faute sur Masson. Mais le jeu à quatre contre quatre ne perturbe pas les Grenoblois. Sur une contre-attaque emmenée par Perret, Bouchard expédie un missile plein axe dans la lucarne de Buysse (3-4, 41'44").

2016 01 19 Grenoble Chamonix6Revenus à seulement un but, les Brûleurs de Loups peuvent raisonnablement se remettre à y croire. Surtout lorsque Mielonen repart en prison : Grenoble obtient là une occasion rêvée de recoller au tableau d’affichage. En supériorité numérique, les Grenoblois poussent mais ne cadrent pas leurs tirs. Chouinard trouve lui la mitaine de Buysse.

La dynamique grenobloise se casse sur une pénalité de Hebar pour une obstruction devant le slot chamoniard. Puis Tartari accroche Bissonnette et les Grenoblois se retrouvent à trois contre cinq. Un handicap qui semble insurmontable et pourtant ils résistent très longtemps.... Hebar revient sur la glace mais Terrier finit par loger le palet sous la barre transversale alors qu’il ne reste... qu’une seconde d’infériorité numérique à Tartari (3-5, 47'35").

Les espoirs grenoblois d’égaliser semblent s’éloigner. Hebar est sanctionné pour une charge sur Terrier et Grenoble doit encore défendre en infériorité numérique... Pas le meilleur moyen de revenir au score. Noré sort une belle mitaine face à Jalbert et Grenoble finit par tuer cette pénalité. À cinq contre cinq, Bouchard récupère le palet aux abords du slot chamoniard avant de décaler parfaitement Gauthier, seul face à la cage grande ouverte (4-5, 51'46").

Revenus à un but, les Brûleurs de Loups y croient de nouveau et font le forcing pour aller chercher la prolongation. Mais les coéquipiers de Chouinard se précipitent vers la cage en cofondant vitesse et précipitation. La précision des passes n’y est pas, le repli défensif est passé aux oubliettes.

À force de se découvrir, les Grenoblois s’exposent trop et c’est de nouveau leur ancien coéquipier, Joris Bedin, qui va les punir sur une échappée cette fois côté droit mais avec la même réussite que précédemment (4-6, 55'26"). Le même Bedin sera à l’origine du dernier but chamoniard : son tir est repoussé par Noré de la jambière mais Terrier conclut l’action au rebond (4-7, 57'09"). Ces deux buts mettent fin au suspense dans cette rencontre qui s’achève dans un silence de cathédrale.

2016 01 19 Grenoble Chamonix4Chamonix a joué le match parfait, comme souvent à Pôle Sud ces dernières années. En misant tout sur la vitesse, les Chamois ont réussi à déstabiliser la défense grenobloise, très souvent en retard sur le repli défensif. Les flèches comme Bedin, Terrier ou Masson ont appuyé là où ça fait mal pour Grenoble qui n’a pas pu protéger suffisamment ses jeunes gardiens. Cette victoire convaincante permet à Chamonix de continuer à espérer pour les play-offs, même si le prochain match face à Morzine sera d’une importance capitale. Au moins, les joueurs de Stéphane Gros ont pu engranger de la confiance ce soir à Pôle sud et entretenir une dynamique positive depuis quelques matchs.

Après leur brillante démonstration face à Gap, les Brûleurs de Loups n’ont pas pu confirmer dans une rencontre qui semblait pourtant plus à leur portée. Leur belle série de cinq victoires consécutives s’arrête donc de manière brutale, au terme d’un match mal maîtrisé pendant lequel les Grenoblois ont passé leur temps à courir après le score. À deux reprises, ils sont revenus à un but mais n’ont jamais pu recoller au score pour obtenir au moins la prolongation. La première ligne s’est encore montrée à son avantage puisque Chouinard, Bouchard et Gauthier ont marqué tous les trois.

Bien entendu, la situation compliquée au niveau des gardiens de but n’a pas facilité les choses. Avec Goy blessé, c’est le troisième gardien, Corentin Noré, qui a connu son baptême du feu en ligne Magnus. Pas forcément évident, mais il s’en est plutôt bien sorti. En revanche, défensivement, les Brûleurs de Loups n’étaient pas au niveau du match de Gap, se précipitant souvent en attaque de manière désordonnée sans assurer leurs arrières. Une impression de déjà-vu pour une équipe qui a décidément bien du mal à trouver la constance et continue d’aligner des performances en dents de scie. Et les prochaines échéances risquent d’être très compliquées si Grenoble ne trouve pas une solution durable devant le filet...

Désignés meilleurs joueurs du match : Andrej Hebar (Grenoble) et Joris Bedin (Chamonix)

(Photos Philippe Crouzet : http://www.ipernity.com/doc/182273/album/863680)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On n’était pas là. On a fait trop d’erreurs individuelles. On a quelques occasions au début, après on court après le score. Ça monte, ça descend, chaque fois qu’on faisait un pas, ils marquaient derrière. C’est dur de garder la même motivation. Le troisième gardien dans les cages n’a jamais joué en Ligue Magnus. Ce n’est pas facile pour lui de rentrer dans le match comme ça, on n’a rien à lui reprocher. Les joueurs auraient pu plus serrer devant lui, jouer plus simple. Chamonix est une équipe avec une vraie force offensive, ils nous ont fait payer les erreurs qu’on a faites. On ne peut pas comparer les matchs. C’était un match complètement différent de samedi. Il faut prendre les choses positives de ce match-là. On va se remettre au travail pour le match de vendredi. Ervins reviendra quand il sera prêt. »

Stéphane Gros (entraîneur de Chamonix) : « Nous avons remporté le match défensivement, même si nous encaissons quatre buts. Un repli défensif efficace réduisant les espaces, un pressing agressif et de la rigueur nous ont permis de contenir les offensives grenobloises. Les joueurs ont su exploiter offensivement les erreurs adverses et nos leaders ont répondu présents. On savait qu’il fallait qu’on soit prêt, j’ai bien expliqué aux gars que Grenoble sortait de trois matchs pleins avec vingt-quatre buts marqués, mais on a vu aussi qu’ils en avaient pris huit sur les deux derniers, donc on savait qu’il fallait jouer là-dessus, qu’il ne fallait pas prendre trop de buts et bien jouer défensivement. On a parfaitement respecté le plan de match pendant 30 minutes où on a été vraiment parfait, où on a fait aucune erreur. Je n’ai pas aimé les dix dernières minutes du deuxième tiers, on a commencé à vouloir surjouer et on n’a plus respecté le plan de match. On a rétabli ça à la fin du deuxième et ça a été encore un peu compliqué au troisième, mais on a réussi à marquer les buts qu’il fallait au bon moment. On n’oublie pas le fait que Grenoble n’a pas son gardien n°1, ça nous a aidés dans certains moments, mais les buts qu’on a marqués l’ont été surtout sur des erreurs défensives parce qu’on a pressé haut. On n’a pas rechigné à la tâche, notamment sur les backchecks, les quatre blocs ont vraiment respecté ce plan de match, bravo à eux. »

Nicolas Favarin (défenseur de Grenoble) : « On n’a pas été là ce soir. Défensivement on s’est fait marcher dessus. On n’était pas assez présent, sans pour autant enlever du crédit à Chamonix qui est une équipe très dangereuse en contre-attaque. Victor [Goy] a fait de bonnes choses avant qu’il se blesse, il l’avait déjà montré contre Gap, contre Morzine. Corentin [Noré] s’entraîne aussi avec nous, il est solide, il a fait son boulot, il n’a rien à se reprocher. C’est nous qui n’avons pas assez bien joué. Une claque fait toujours du bien, ça remet les points sur les i. Cette année, on fait une belle série, on prend une claque, on refait une belle série, on reprend une claque, ça commence à faire, il faut qu’on arrive à enchaîner... »

 

Grenoble – Chamonix 4-7 (1-3, 1-1, 2-3).

Mardi 19 janvier 2016 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2500 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de Anne-Sophie Boniface et David Courgeon
Pénalités : Grenoble 12' (2’, 2’, 8’), Chamonix 8' (2’, 4’, 2’)
Tirs cadrés : Grenoble 33 (7, 17, 9), Chamonix 25 (10, 6, 9)

Évolution du score :

0-1 à 07'29" : Cameron assisté de Bissonnette et Bogdanoff
1-1 à 12'55" : Chouinard assisté de Harty et Kalus (sup. num.)
1-2 à 13'07" : Masson assisté de Andersén
1-3 à 16'38" : Bedin assisté de Arès
1-4 à 29'17" : Hascoët assisté de Bissonnette et Cameron
2-4 à 35'09" : Hebar assisté de Kalus
3-4 à 41'44" : Bouchard assisté de Perret
3-5 à 47'35" : Terrier assisté de Masson et Mielonen (sup. num.)
4-5 à 51'46" : Gauthier assisté de Bouchard et Chouinard
4-6 à 55'26" : Bedin assisté de Arès et Mielonen
4-7 à 57'09" : Terrier assisté de Bedin

 

Grenoble

Attaquants :

Eric Chouinard (C) – Sébastien Gauthier – Danick Bouchard
Sébastien Thinel – Christophe Tartari (A) (2’) – Andrej Hebar (4’)
Petr Kalus – Julien Baylacq (2’) – Mathias Arnaud
Robin Lamboley – Julien Guillaume – Jordann Perret
Romain Chapuis

Défenseurs :

Jonathan Harty (2’) – Sébastien Bisaillon (A)
Jakob Milovanovic – Nicolas Favarin
Ryan Barlock (2’) – Stéphane Gervais
Quentin Scolari

Gardien :

Victor Goy puis Corentin Noré à 20’00’’

Absents : Ervīns Muštukovs (genou), Dave Labrecque (blessure haut du corps), Arnaud Faure, Arthur Montenoise.

Chamonix

Attaquants :

Matt Bissonnette (2’) – Randy Cameron – Arnaud Hascoët
Henric Andersén – Clément Masson (C) – Lou Bogdanoff
Jérémy Arès – Matthias Terrier (A) – Joris Bedin
Ilpo Salmivirta (A) – Jordan Mugnier – Patxi Biscard

Défenseurs :

Pierre-Luc Lessard (2’) – Damien Torfou
Dominic Jalbert – Juho Mielonen (4’)
Riku Silvennoinen – Clément Colombin

Gardien :

Henri-Corentin Buysse

Remplaçant : Jimmy Darier (G).