Rouen - Épinal (Ligue Magnus, match en retard)

Orange mécanique

En convalescence, après la gifle grenobloise et d’autres, Rouen ne pouvait pas déjà recouvrer son meilleur visage en 48 heures seulement. Le mal était trop profond. La victoire lui a pourtant tendu les bras, qui lui a été refusé pour ne pas avoir su tuer le match, avant une fin de rencontre délicate face à de vaillants Spinaliens, à la solide mécanique, d’abord organisés et regroupés devant Hocevar, qui avaient prévu de résister, mais qui repartent glorieux, mathématiquement, dans le fauteuil de leader.

illus20160124157Pour se défaire du leader virtuel de la ligue Magnus, il fallait plus que la volonté, que les Dragons ont toujours eu, l’envie, l’engagement et le combat retrouvé. Il fallait aussi plus de fraîcheur, de capacité et de maîtrise. Ce qu’il manque aux Normands depuis plus de deux semaines pour se défaire d’une équipe du top 5. Néanmoins, ils ne pourront pas avoir de regrets sur ce match devant un adversaire cohérent et rompu à défaut d’être irrésistible.

Les joueurs, aux trois quarts des trios remaniés, du tandem Lhenry-Salo ont rapidement ouvert la marque. Yorick Treille s’est saisi d’un arrêt incomplet d’Hocevar pour pousser le palet dans le dos du gardien visiteur après une passe en retrait de Labelle (1-0 à 2’12). Dans les cinq premières minutes, le RHE76 possède la rondelle et l’ICE(SP) se projette en contre-attaque. Ken Ograjensek bafouille une opportunité incroyable issue d’une énorme inspiration de Cacciotti (3’16). Florian Chakiachvili s’interpose devant Rapenne (3’55) et Klimicek ne trouve "que" le petit filet (4’52).

Puis, les Rouennais semblent prendre le dessus. Dans le même mouvement, Nicolas Arrossamena est contré en haut du slot avant que Sacha Treille n’échoue sur Hocevar (5’22). Les Lorrains sont en retard. Notamment Peca sur Konttinen. L’ailier se retrouve en prison mais les locaux n’en profitent pas, même s’ils travaillent et tentent leur chance malgré tout. Jason Krog doit tout de même défendre sur un contre de Plch, certes pas le plus rapide des "urssafateurs".

illus20160124011

Sortis de l’embûche, les Vosgiens obtiennent les meilleures occasions et butent souvent sur Sabourin. Pierre-Charles Hordelalay en contre-attaque obtient un lancer de pénalité qu’il ne peut transformer en but (9’24) et Susanj de la pointe (10’42) se heurte toujours au gardien canadien. Jusque-là poussifs, les coéquipiers de Patrick Coulombe, le trio Perrault-Krog-Koudys, aura un moment fort qui n’aboutira pas (13’23). L’étau seinomarin se desserre et Maxime Martin peut en profiter sans cadrer son envoi (14’18).

illus20160124372De nouveau sur la brèche, les joueurs des bords de Seine retombent dans leur travers et sont sanctionnés d’une faute offensive. Leur killing-play récupéré est imprenable, et à sa sortie de prison, Patrick Coulombe suit une échappée de Koudys. Le capitaine des Dragons reprend l’énorme rebond permis par Hocevar sur la feinte du revers de l’ailier (2-0 à 17'54). Le gardien spinalien, même s’il n’est pas responsable des deux buts, n’est pas aussi dominateur que sa réputation pouvait le laisser supposer.

Les Rouennais ont été opportunistes et mènent au score car Épinal n’a pas été et n’est pas tranchant, comme en témoigne la supériorité (faute disciplinaire à l’encontre de Perrault) à la fin du premier tiers, durant laquelle il n’obtient pas de position franche à cause d’une trop simple circulation de palet.

Au retour des vestiaires, les Normands annihilent une double infériorité longue de trente secondes et semblent costauds derrière. Hélas, ils paient une erreur directe, lorsqu’une passe trop molle le long de la bande derrière le but de Sabourin est interceptée par Kuralt. Le Slovène joue avec la base de but pour éviter les arrières, puis transmet en retrait à Le Blond qui ajuste à bout portant le gardien vétéran (2-1 à 22'47).

illus20160124376Le RHE76 réagit et, à l’exception de deux minutes d’infériorité où l’ICE(SP) ne sera pas une nouvelle fois pas génial, domine les quinze minutes qui suivent. C’est la meilleure séquence des Dragons. Tero Konttinen servi par Lampérier (23’37) et Perrault (27’29) obtiennent les meilleures chances mais ne sont pas précis dans la finition. Épinal emploie des moyens illicites pour nuire à ses hôtes et rester à leur contact. Mais ni Guénette sur un lancer de pénalité (30’35), ni Sacha Treille en power-play (34’17), ni Arrossamena faisant tout un numéro (36’25) ne parviennent à concrétiser la domination rouennaise. Sur ces trois dernières actions, Hocevar fait le boulot.

Les dernières minutes de la période médiane sont moins maîtrisées par les joueurs du président Chaix. Ils laissent deux contres, dont un surnuméraire, aux patineurs des rives de la Moselle. À chaque fois Dany Sabourin s’interpose brillamment devant Sabatier (36’37) puis Cacciotti (39’56).

Les tout récents champions de la Coupe Continentale vont regretter cette domination stérile du deuxième acte. S’ils monopolisent la rondelle dans les premières minutes du dernier vingt, à part une infériorité encore bien déjouée, et une chance de Tero Konttinen (41’53) qui aura recouvré un peu de confiance et d’allant ce soir, ils ne sont plus aiguisés. Lorsque les locaux laissent enfin un peu d’oxygène aux Spinaliens regroupés devant Hocevar qui fait son travail, ceux-ci en profitent aussitôt. En contre, Ken Ograjensek, égalise seul dans l’enclave. L’ailier reprend un rebond d’un tir de loin d’Offret qui suivait un dégagement plein axe de la défense rouennaise sous pression après une accélération de Cacciotti (2-2 à 46'13).

illus20160124303

Rouen cogite quelques instants et Vinatier se montre dangereux sans cadrer (47’09). Alors, les joueurs aux maillots noirs reprennent des couleurs. Mark Matheson à mi-distance (49’56) et Sacha Treille en faisant le tour de la cage (50’52) obtiennent deux opportunités. Finalement les Dragons s’effondreront dans les cinq dernières minutes.

Après un changement de ligne mollasson qui libère des espaces à une relance spinalienne longue et rapide, Pierre-Charles Hordelalay fait une magnifique passe abandon dans le cercle gauche à Martin qui ajuste la lucarne coté plaque de Sabourin. Magnifique (2-3 à 56'59).

Rouen, KO, ne peut réagir et encaisse un nouveau but, en cage vide, signé par Ken Ograjensek (2-4 à 59’59).

Étoiles du match : Andrej Hocevar*** (Épinal), Ken Ograjensek** (Épinal) et Yorick Treille* (Rouen).

illus20160124400



Rouen – Épinal 2-4 (2-0, 0-1, 0-3)
Dimanche 24 janvier 2016 à 16h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs.
Arbitres : M. Alexandre Bourreau assisté de MM. Jérémie Douchy et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Rouen 8' (6', 2’, 0') ; Épinal 6' (2', 2', 2').
Tirs : Rouen 38 (11, 10, 17) ; Épinal 25 (12, 5, 8).
Chances : Rouen 10 (2, 5, 3) ; Épinal 7 (4, 2, 1).

Évolution du score :
1-0 à 02'12" : Y. Treille assisté de Raux et Labelle
2-0 à 17'54" : Coulombe assisté de Koudys et Y. Treille
2-1 à 22'47" : Le Blond assisté de Kuralt
2-2 à 46'13" : Ograjensek assisté de Offret et Cacciotti
2-3 à 56'59" : Martin assisté de Hordelalay et Charpentier
2-4 à 59'59" : Ograjensek assisté de Offret et Cacciotti (cage vide)


Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Marc-André Thinel
Dan Koudys – Jason Krog – Joël Perrault
Yorick Treille (A) – Damien Raux – Olivier Labelle
Sacha Treille – [Krog] – Nicolas Arrossamena

Arrières :
Olivier Dame-Malka – Patrick Coulombe (C)
Tero Konttinen – Mark Matheson
Florian Chakiachvili – Léo Guillemain

Gardien :
Dany Sabourin (21 arrêts) sorti de 58’55 à 59’59.

Remplaçants : Erwan Jaouen (G), Baptiste Goux, Victor Durand et David Fritz Dresse. Absents : Quentin Papillon, Fabien Colotti, Vincent Nesa et Aurélien Dorey (Rouen U22).

Épinal

Attaquants :
Steven Cacciotti – Yannick Offret (A) – Ken Ograjensek
Anthony Rapenne – Dominik Fujerik – Jan Plch (A)
Anze Kuralt – Matthieu Le Bond – Hugo Vinatier
Dorian Peca – Florian Sabatier – Pierre-Charles Hordelalay
Maxime Martin

Arrières :
Jiri Klimicek – Maxime Moisand (C)
Martin Charpentier – Vojtech Kloz
Gaspr Susanj – Thibault Farina

Gardien :
Andrej Hocevar (36 arrêts)

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absent : Tomas Kloucek (?).

illus20160124353