Valenciennes - Caen II (Division 3, poule B)

En promenade sur les bords de la Mer du Nord (28-1 !), les Diables Rouges retrouvent leur antre de Valigloö forts d'un carton improbable qui assoit un peu plus leur première place. Le visiteur du soir devrait apporter un surcroît d'opposition car il s'agit du dauphin caennais. La réserve normande réussit plutôt bien son retour au jeu cette saison, étant en course pour les play-offs, à la lutte avec Deuil-Garges, Orléans et Tours II, autant d'équipes séparées par trois points.
 
Les hommes de Martial Janil espèrent donc réaliser un coup dans le Hainaut, et le prouvent rapidement. Au pressing derrière la cage, l'un de leurs éléments d'expérience Roch Chevalier récupère le palet et le transmet à Loïc Querrec, arrivé du banc pour le reprendre sans contrôle hors de portée d'un Glevanak encore froid (0-1 à 00’51"). Un jeu rapide du trio Ferey – Mazié – Guezet prend à nouveau à revers la défense locale, dont la première riposte débouche sur une faute, un retenir de Mazié.
 
De la ligne bleue, Lukas Janos et Maximilien Lageard emploient le jeune gardien Antoine Lopez, vigilant même s'il est masqué sur la deuxième salve. Caen tue ainsi cette première pénalité et reprend la direction de la zone offensive, d'où Alexandre Ferey, isolé au deuxième poteau, oblige Glevanak à une intervention du haut du corps. Pour un temps seulement, car la montée de Lukas Prokop est contrariée par un cinglage de Querrec. Les artilleurs Janos et Prokop sont à nouveau positionnés à l'affût. Les deux tirs en force du premier et celui du second sont nouveau repoussés par Lopez. Lukas Prokop opte alors pour la passe vers l'enclave, reprise victorieusement par François Marchal à ras glace (1-1 à 09’08").
 
Peu destabilisés, les Drakkars se montrent à nouveau dangereux. Gomont aurait pu profiter d'un oubli d'une défense valenciennoise en difficulté dans la relance si Milan Glevanak n'avait pas senti le coup, bloquant en outre la tentative de Valentin César, échappé sur la droite. Le gardien sort ensuite le grand jeu, de la botte, sur une contre-attaque menée par Ferey, à l'interception sur Wagret, et suivie au centre d'une reprise de Mazié.
 
Valenciennes termine la période avec plus d'allant, ce qu'illustre le déboulé de Matej, qui contourne la cage sans pour autant tromper Lopez. Les Caennais demeurent très bien organisés et difficiles à bouger contre les balustrades, continuant en outre à miser sur la vitesse. Ainsi, Ludovic Mathieu, voyant Adrien Baraduc lui échapper pour s'en aller seul à la cage, commet une faute sanctionnée d'un tir de pénalité (25’03"). L'attaquant des Drakkars s'élance pour feinter Glevanak et semble sur le point de glisser le palet au fond des filets quand son vis-à-vis slovaque, pourtant étendu sur la glace, bloque la rondelle, échouée dans ses bottes.
 
Quatre minutes plus tard, c'est au tour du Caennais Burot d'être sanctionné, sur une action de Thomas Trambouze, parti défier une défense très dense, comme a pu s'en rendre compte David Selin, monté se heurter à la vigilance de Guezet. Les Diables Rouges ne profitent pas de l'aubaine ; le tir de Prokop est dévié hors-cadre par un partenaire et Marchal, lancé dans l'espace par Janos, ne profite pas des atermoiements d'un changement de ligne adverse pour tromper Lopez car son essai manque de puissance. La première ligne nordiste accule un peu plus les visiteurs, mais Marek Matej pêche dans la précision, exposant en outre son portier, suite à une montée de Maximilien Lageard, à un nouveau duel, cette fois raté par Alexandre Ferey, bien lancé par Mazié.
 
Alors que les hommes d'Anthony Wagret n'ont pas encore fréquenté la geôle, leurs visiteurs vont à nouveau subir le courroux du duo arbitral en l'espace de quelques secondes. Ferey puni pour 2'+10' pour une crosse haute, Marchal tente en vain de dévier le tir de Prokop, avant de subir une charge dans le dos tardive d'Axel Guezet aux abords de la cage. Le numéro 30 normand subit ainsi le même sort que son compère. À trois pendant une cinquantaine de secondes, les Drakkars plient, sans pour autant rompre, sur un assaut notamment de Maximilien Lageard, pour regagner le vestiaire à l'issue d'un deuxième acte vierge.
 
Les Hennuyers reprennent le jeu avec des intentions offensives décuplées. L'actif Matej se démène derrière la cage, sans solution tant le marquage est serré, sur Wagret notamment. Caen rencontre toutefois des difficultés grandissantes à exploiter le palet et même à se donner de l'air. C'est à ce moment qu'un lancer précis de Lukas Prokop troue leur rideau défensif et surprend Antoine Lopez (2-1 à 47’30").
 
Premier avantage de la partie qu'il convient vite de préserver, car Rémi Lageard se rend coupable d'une charge avec la crosse. Toutefois, la reprise de Bigot, sur une passe de Baraduc, posté derrière le but, n'est pas assez puissante et la cage est déplacée.
 
Valenciennes se retrouve au complet et profite d'une possibilité de contre-attaquer, bien exploitée par Matej. De la droite, l'ailier slovaque centre pour Brayden Clancy, habile dans le dernier geste face à un Lopez agacé d'être laissé seul avec son défenseur Davenel (3-1 à 52’52").
 
La fin de rencontre est hachée par les coups de sifflet et les explications en tous genres. Ainsi, Loïc Querrec et Maximilien Lageard s'échangent les amabilités jusque sur le banc de la prison, où c'est pourtant Rémi Lageard qui est finalement envoyé. Caen n'exploite pas ses dernières chances en avantage numérique, la mitaine de Glevanak captant le lancer haut de Barnes.
 
À la suite d'une ultime méconduite, les Diables terminent la partie en supériorité numérique. L'occasion pour les gâchettes de Prokop et Janos de se tester une dernière fois, aux dépens d'un Roch Chevalier en mauvaise posture sur le tir du défenseur à la queue de cheval.
 
Auteur d'une prestation solide par son placement, face à des Caennais avides d'espaces, et du but synonyme de victoire, Lukas Prokop aura mérité sa récompense de meilleur Valenciennois.
 
Le même honneur revient à Loïc Querrec, très remuant sur le front de l'attaque normande, dont la réussite initiale ne fut pas confirmée par la suite. Il faudra encore lutter pour assurer la deuxième place, objectif réaliste au regard de la bonne prestation d'ensemble des Normands.
 
Mais cela, Milan Glevanak n'en a cure, préférant conclure la soirée d'un show à base de danse et de roulades dont il a le secret, n'hésitant pas à faire participer des travées conquises par son habituel enthousiasme...
 
 
Valenciennes – Caen II 3-1 (1-1, 0-0, 2-0).
Samedi 30 janvier 2016 à 18h30 à Valigloö. 800 spectateurs.
Pénalités : Valenciennes 16' (0’, 0', 6'+10'), Caen II 104' (4’, 6’+2x10', 4’+3x10'+2x20').
Tirs : Valenciennes 34 (11, 8, 15), Caen II 30 (13, 8, 9).
 
Évolution du score :
0-1 à 00’51" : Querrec assisté de Chevalier
1-1 à 09’08" : Marchal assisté de Prokop et Janos (sup. num.)
2-1 à 47’30" : Prokop assisté de Matej et Wagret
3-1 à 52’52" : Clancy assisté de Matej
 
 
Valenciennes
 
Attaquants :
Anthony Wagret - Brayden Clancy - Marek Matej (A)
François Marchal - Rémi Lageard (C) - Tristan Leclère
Thomas Trambouze - Allan Harmegnies - Benjamin De Gubernatis
Maxime Steenkiste - [poste tournant] - Arthur Delbecque
 
Défenseurs :
Ludovic Mathieu - Lukas Prokop
Louis Camurat - Lukas Janos
David Selin (A) - Maximilien Lageard
 
Gardien :
Milan Glevanak
 
Remplaçant : Louis Bachetti (G).
 
Caen II
 
Attaquants :
Florent Gomont ou Adrien Lehoux - Roch Chevalier (A) - Jérémy Bigot (A)
Loïc Querrec - Adrien Baraduc - Valentin César
Alexandre Ferey - Raphaël Mazié - Axel Guezet
 
Défenseurs :
Dominique Vandecandelaere (C) - Jules Havard
Lucas Vallée - Jean-Yves Barnes
Thomas Dubourg - Joshua Davenel
Julien Burot
 
Gardien :
Antoine Lopez
 
Remplaçant : Maxime Reynaud (G).