Villard - Asnières (Division 2, poule A, 18e journée)

Si tu fends le cœur d’un homme, tu y trouveras un soleil

Pimpante, maquillée, presque frissonnante, la patinoire André-Ravix attendait un peu de monde ce 6 février. La cause était entendue. Lutte pour la seconde place de la poule ! Et plus que tout le soutien à la lutte contre le cancer du sein.

Elle en a tellement laissé, cette patinoire, des minutes de silence en hommage à des amies, des mamans de hockeyeurs, des tantines, des filles emportées par le crabe que, en ce samedi soir, chacun des 30 à 35 bénévoles a mis Ravix en habits de Lumière. Pour toutes ces étoiles. Et les autres, celles qui luttent et se battent. La Patinoire est en Rose, la bannière symbole tourne autour du public incroyablement présent et les Ours, dans leur équipement solidaire, entrent sous les applaudissements ! Le public ignore que plusieurs joueurs villardiens ont la grippe. À cet instant je pense que nous ne gagnerons pas la partie.

Maxime SénéchalJe me suis dédoublée. Un œil sur le match, un autre sur l’organisation. Puis il y a tout de suite ce duo tant apprécié Sénéchal/Aurard. Moins de temps que pour un œuf à la coque et Marciniak est déjoué ! Simonneau a la fièvre du samedi soir. Allez ! Pour une fois entrons dans la confidence : 39° celsius ! Est-ce là l’excuse ? Lui et son complice Bakos, sur une mauvaise relance, ouvrent une brèche pour Blackburn qui n’en demandait pas tant et ramène le score à 1-1. Un frisson parcourt l’échine du public.

Un attaquant d’Asnières, fan de football et de cinémascope, en rajoute après une charge de Simonneau. Non ! Non ! Il s’agit de hockey pas de foot ! Et voilà le capitaine des Ours en pénitence. Powerplay pour Asnières, Blackburn et Rhéaume vont au taf. C’est sans compter sur le renard rusé qu’est Skovira. Il en a vu d’autres et sa minutieuse attention sauve Smik et tue la prison. Mi-tiers. Les étoiles qui nous ont quittés sont là ; quelque part. D’évidence, Maxime Sénéchal - photo - se bat pour l’une d’entre elles ! Lui qui souvent lors des dernières rencontres semblait courir après des ombres, s’implique en s’appliquant. Second but ! La patinoire en rose rugit, à l’unisson. Et que flotte les bannières entremêlées de la Lutte contre le cancer et du Club des Ours de Villard. Depuis les travées j’aperçois tous les bénévoles qui s’affairent. Une énergie venue "d’ailleurs" gronde, s’élance et semble toucher les Ours comme une grâce ; Skovira/Janosik puis Skovira/Bienvenue, le score est à 4-1. Celles qui se battent tous les jours pour rester debout savent qu’elles peuvent compter sur les gars.

En début de deuxième période, quelques embrouilles mettent les deux équipes à quatre contre quatre. Skovira tente sa chance. Simonneau, cernes sous les yeux, semble en souffrance, tout comme Smik qui montre des signes de fatigue. Lui aussi a tenu à jouer en dépit de la fièvre. Les femmes atteintes de cancer ont tenu à venir en dépit de leurs chimiothérapies. Elles sont là. Crient, encouragent. Pras et Bernier donnent des ailes pour elles à leur équipe !

Du côté d’Asnières, c’est un peu brouillon. Rien d’organisé ; Pourtant les renforts d’Amiens, qui comme leurs coéquipiers asniérois arborent un ruban rose au bras, veulent en découdre. Championnats du Monde Juniors, ça leur parle ! Matima, Coulaud, Stalin réduisent la marque. 5-3, Ravix tremble. Pavol aussi, mais de fièvre. Il sera remplacé par Carrier, non pas sur une pseudo faute mais bel et bien parce qu’il est malade. Et salement !

Robin Carrier entre dans l’aréna au troisième tiers-temps avec toute l’insolence de sa jeunesse et la splendeur de son équipement revu et corrigé. Rose de la tête aux pieds. Un esthétisme éblouissant. Et là, nos jeunes s’illustrent comme dans un film dont on n’aurait jamais imaginé le scénario. Avouons que Marciniak est un peu abandonné par ses défenseurs. Caviar de Skovira pour Aurard (6-3). Tous les Ours et leurs maillots soutifs ont la tête à la gagne. Là-haut les étoiles sont filantes sous la pluie battante ! Remarquables Aurard, Bernier, Pesce, Skovira. Bakos imperturbable même quand quatre joueurs adverses veulent "sa peau d’Ours". Ce soir, ce sera la partie de Sénéchal qui score pour la troisième fois ! 7/3, le coup de la casquette et nos bonnets sur le glaçon ; des larmes, je les ai vues, dans les yeux de certaines femmes malades. L’étendard rose et blanc est levé !

J’écarquille les yeux et je vois le futur du hockey villardien sur la glace, Piquemal, Ruel sont là. À 7-3, ils ont le droit de rentrer ! Illusion d’optique. Cirage de banc. Cela me gâche mon rose pompon. Daniel Sedlak, questionné à ce sujet à la fin de la partie, m’expliquera que la rencontre devenant "musclée", il avait jugé dangereux de faire entrer les jeunes. Il est coach. Moi une ombre. Femme qui plus est. N’empêche, faire participer tous nos gars à cette communion aurait été un bonus. Du bonheur en plus.

Les arbitres qui sont aux couleurs de la Cause ont fort à faire en cette fin de partie. Pénalités à la pelle. Ultime sursaut d’orgueil des Castors ? Ultime tactique, Marciniak sort (à 8-3 on se demande bien ce que cela aurait changé) et Drogue nous offre un long lancer (9-3).

Dites ? Là-haut vous avez vu ? On ne le laisse pas trop gagner du terrain, ce crabe ! Dites les filles bien dans la Vie et le combat, ce mot-là est pour vous et pour tous ceux qui ont FAIT ce moment : « si tu m’aides, je t’aide et nous y arriverons ! »

C’était rose, c’était bon, c’était sincère. C’était à Villard-de-Lans, patinoire Ravix un soir de février ! Avis au public : c’est la même équipe qui joue chaque match, n’hésitez plus à venir l’encourager. Vous êtes essentiels !

Léonie Camay (photo Stéphane Gatinet)


Villard-de-Lans - Asnières 9-2 (4-1, 1-2, 4-0)
Samedi 6 février 2016 à 20h30 à la patinoire André-Ravix. 920 spectateurs.
Arbitrage de Laurent Vaissaire assisté de Hervé Roulet et Alexia Cheyroux.
Pénalités : Villard 53' (4', 2', 12'+10'+5'+20'), Asnières 32' (4', 4', 14'+10').
Tirs : Villard 39 (16, 12, 11), Asnières 27 (9, 8, 10).

Évolution du score :
1-0 à 02'27" : Sénéchal assisté d'Aurard
1-1 à 02'54" : Rhéaume assisté de Blackburn
2-1 à 11'10" : Sénéchal assisté d'Aurard et Pesce
3-1 à 14'51" : Janosik assisté de Skovira et Sage-Vallier
4-1 à 18'39" : Skovira assisté de Bienvenue
5-1 à 33'26" : Pras assisté de Bernier
5-2 à 33'58" : Matima assisté de Coulaud et Aurat
5-3 à 38'31" : Stalin assisté de Matima et Coulaud
6-3 à 43'55" : Aurard assisté de Skovira et Bernier (sup. num.)
7-3 à 49'02" : Sénéchal assisté de Bienvenue
8-3 à 52'33" : Janosik assisté de Bakos et Skovira (inf. num.)
9-3 à 56'54" : Drogue assisté de Sénéchal (cage vide)


Villard-de-Lans

Attaquants :
Miroslav Skovira - Filip Janosik - Thibaut Sage-Vallier (A)
Nathan Bernier - Florian Pesce - William Pras
Maxime Bienvenue - Maxime Sénéchal - Eric Aurard
Téo Laurent

Défenseurs :
Pierre-Antoine Simonneau (C) - Patrik Bakos
Robin Drogue (A) - Bastien Buisson
Oscar Conil

Gardien :
Pavol Smik puis Robin Carrier à 40'00"

Remplaçants : Bastien Sangiorgio, Romain Alves de Carvalho, Nicolas Ruel, Pierre Piquemal. Absent : Lucas Conil.

Asnières

Attaquants :
Thomas Merbah - Émilien Rouyer - Daniel Sevcik
Michael Rhéaume - Benoît Proutat - Simon-Claude Blackburn
Rudy Matima - Loïc Coulaud - Adrien Josse
Bruno Rivero

Défenseurs :
Christophe Archambault - Mickaël Fillion
Robin Stalin - Dimitri Bogus
Antoine Buriez - Florian Aurat

Gardien :
Pierre Marciniak

Remplaçants : Bastien Jamar (G), Guillaume Pfeiffer. Absent : Corentin Cunsolo (G).