Amiens - Dunkerque (match amical)

La réforme des collectivités locales a eu des conséquences pour Amiens, qui a perdu son statut de capitale régionale au profit de Lille, même si la cité chère à Jules Verne accueillera les réunions de la Commission Permanente de la nouvelle région Nord – Pas de Calais – Picardie. Elle pourra surtout se targuer de se positionner comme la référence du hockey dans la nouvelle collectivité s'étendant de la Belgique aux portes de la région parisienne. Pour marquer le coup de cette réforme institutionnelle effective depuis début janvier, Guy Decock et les dirigeants wasquehaliens, toujours avides de promouvoir leur discipline, ont convié les différents clubs régionaux à ce nouvel opus du Hockey Show.
 
En guise d'introduction, les U9 des clubs de Wasquehal, Compiègne et Valenciennes se sont affrontés sur la glace de Serge-Charles. L'occasion pour les jeunes Diables Rouges de faire preuve d'adresse pour martyriser leurs concurrents. Empêché, le président hennuyer Patrice Lemaire, dont les jeunes sont associés aux E'Laons axonnais, n'a pu se joindre aux festivités au cours desquelles des représentants des différents clubs se sont réunis autour de Marie-Claude Raffoux, rejoints par Eric Ropert sur le tapis rouge, pour symboliser la future ligue.
 
Une fois la démonstration de Marion, patineuse de 15 ans du club local, applaudie par des travées combles, les élus de la Métropole Européenne de Lille et de la Ville ont donné le ton de la soirée, poursuivie par un match de gala entre Dunkerque, au complet, et les Gothiques, venus essentiellement avec leurs étrangers. En effet, la proximité des demi-finales U22 et les joutes internationales expliquent les absences diverses d'un effectif limité à deux blocs à l'heure d'affronter l'escouade encadrée par un certain Antoine Richer.
 
Si la différence de division s’illustre quand les Dunkerquois sont pris à revers par un démarrage de Jaka Ankerst, dont le centre n’est pas converti par Tim Crowder, les Picards adoptent un rythme piano et font surtout tourner la rondelle, aidés en cela par l’aisance de Joël Champagne. Le capitaine opte même pour la passe alors que la fenêtre de tir s’ouvrait à lui.
 
Les Corsaires proposent un jeu plus direct, Alan Dana de la droite fait vibrer la cage, et Joé Dubé oblige le titulaire Guillaume Duquenne à intervenir face à Buonincontri, isolé. Romain Bault peut certes riposter de la ligne bleue, le troisième bloc des Corsaires accumule les escarmouches. Destoop, servi par Moretti, et Baazzi devant le slot puis sur un rebond consécutif à une salve du même Destoop emploient tour à tour le portier originaire de la cité de Jean Bart… que quelques présences de l'habituel titulaire Micth O’Keefe, aligné en position d’arrière pour le grand sourire de Jeff Smith, tentent de rassurer. La riposte vient encore de Bault, et d’une incursion de Champagne, au sein d’un collectif plus rôdé dans la conservation du palet. À genoux, Shane Luke manque de peu la lucarne, mais obtient une nouvelle occasion dans la foulée, s’ouvrant le chemin de la cage à gauche pour ajuster Martel d’un lancer croisé (1-0 à 11’13").
 
Dans cette partie animée mais peu physique, le public assiste à plusieurs beaux gestes, notamment de Dubé au cœur de la défense, et de Jeff Smith, qui avance à François Moretti sa crosse chue lors d’un rare contact. Et surtout un échange Ankerst-Crowder de toute beauté conclu par le premier dans la lucarne (2-0 à 17’40"). On croit le navire dunkerquois en mauvaise posture lorsque l’homme en forme Joe Dubé s’appuie sur Maxime Brachet pour catapulter le palet hors de portée de Duquenne (2-1 à 19’06").
 
Les deux formations invitées à regagner le vestiaire, la glace est investie par deux bikers. L’un descend d’une table et frôle les jeunes licenciés allongés au pied de celle-ci ; le second équipé de pneus spécialement adaptés à la glace survolant plusieurs corps, dont celui de la mascotte Pucky, peu rassurée.
 
Moins porté sur la tergiversation, Maxime Brachet continue à perturber l’arrière-garde amiénoise, dépossédant Ankerst du disque (on retrouvera les deux hommes plus tard…) pour le transmettre à Dubé, pour un tir détourné au-dessus du but. L’égalisation dunkerquoise attendra car sur le contre Joël Champagne, tout en maîtrise, prend le temps de contrôler le caoutchouc pour mieux ajuster son compatriote Martel (3-1 à 22’52"). Intenable, Joé Dubé est une fois de plus démarqué pour employer la plaque de Duquenne, dont la zone est alors prise d’assaut. À l’issue d’une bonne séquence collective, Dunkerque refait une partie de son retard, quand Alan Dana, du coin gauche, exécute un lancer croisé précis (3-2 à 26’10"). L’habituel remplaçant de Mitch ’O’Keefe se rassure du gant face à Francis Ballet, mais le danger revient sitôt une contre-attaque de Luke écartée par Martel. Une longue passe de Dana prend à revers la paire Bault – Smith, Budínský en profite pour servir un caviar à son capitaine Clément Thomas (3-3 à 29’20").
 
La mi-match coïncide avec un changement de gardien pour les Nordistes. En guise d’apéritif, Pierrick Boudot doit repousser la menace présentée par Jaka Ankerst, mais ce dernier revient vite servir Tim Crowder (4-3 à 30’53"). Étendu de tout son long, Boudot repousse une nouvelle salve du Slovène. Son alter-ego en fait de même face à Loïc Destoop, lancé par Baazzi. La pression demeure dans ses parages car, sur une nouvelle poussée du troisième bloc, le dernier nommé prend possession de la rondelle sur la gauche, et d'un revers, vient tranquillement égaliser (4-4 à 36’35"). Le début d'une révolte des Maritimes, car Antoine Houque, aidé du nouvel entrant Benjamin Bataille, profite à son tour de l'espace laissé par la défense picarde (4-5 à 37’10"). Vit Budínský n'est pas en reste et se présente seul face à Duquenne, qui repousse de la botte, et ferme encore la porte au Tchèque sur le rebond. Le sixième but arrive finalement grâce à Michaël Buonincontri, patient sur la gauche pour guetter l'arrivée d'Alan Dana et Maxime Brachet (4-6 à 38’57"). À qui peu de répit est laissé à la pause. Il est en effet invité à affronter Jaka Ankerst au cours d'une démonstration de short-track. Ou plutôt deux, car l'ailier gothique doit attendre une seconde séance pour venir à bout de l'opiniâtre ailier dunkerquois.
 
Poussé par le son de ses nombreux fans venus en carnavaleux, le HGD compte poursuivre sur sa belle lancée du deuxième acte. Avec peut-être trop de facilité lorsque Mikusovic et Budínský font primer le beau jeu sur l'efficacité. Le deuxième bloc parvient à allier les deux sur un jeu à une touche Young – Dubé – Buonincontri, déjoué par le gardien porteur du numéro 59. Amiens tente certes de recoller, Pierrick Boudot se détend de la botte pour frustrer Tim Crowder, et voit l'écart se creuser sur une sortie de Duquenne contrariée derrière la cage par Destoop, dont la passe trouve François Moretti devant la cage ouverte (4-7 à 42’08"). Quant à Pierrick Boudot, il poursuit sa bonne prestation, veillant face à Zbynek Hrdel. Toutefois, Jaka Ankerst, en débordement sur Janik, parvient à le tromper de près (5-7 à 44’04"), il plonge, en guise de rachat, aux devants de l'assaillant slovène, cherché par son capitaine. Ce match devenu fou débouche sur un nouveau filet pour le trio Destoop – Baazzi – Moretti : la passe du deuxième est exploitée par le dernier, passé dans le dos de Romain Bault (5-8 à 47’29"), qui se rachète vite en trouvant la faille dans un angle impossible (6-8 à 51’03").
 
Il était dit, sous les vivats de carnavaleux déchaînés, que le dernier mot reviendrait à des Corsaires partis pour un (anecdotique) sixième succès de rang. La prolifique paire Mikusovic -  Budínský sort un nouveau tour de son chapeau, le Slovaque patientant pour servir idéalement son Tchèque de buteur, qui à mi-distance décoche un lancer vers l'intérieur du poteau droit (6-9 à 54’34"). Le score n'évolue plus, la faute surtout à la maladresse amiénoise. Shane Luke cherche en vain l'entre-jambe de Boudot, et dans les derniers instants d'une rencontre agréable Jeff Smith au deuxième poteau manque sa reprise vers la cage grande ouverte.
 
Guy Decock peut conclure cette soirée réussie en accueillant sur la glace la fanfare dunkerquoise, compagnon infatigable des nombreux partisans du groupe du Plexicrew venus colorer la petite mais chaleureuse patinoire métropolitaine, où le public s'est, cette année encore, massé.
 
Désignés meilleurs joueurs : Romain Bault pour Amiens et Adam Young pour Dunkerque.
 
 
Amiens – Dunkerque 6-9 (2-1, 2-5, 2-3).
Mercredi 10 février 2016 à 20h30 à la patinoire Serge Charles. Environ 800 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté d'Aurélien Smeeckaert et Jérémie Collin.
Pénalités : Amiens 0', Dunkerque 0'.
Tirs : Amiens 35 (9, 8, 18), Dunkerque 39 (12, 17, 10).
Évolution du score :
1-0 à 11’13" : Luke assisté de Fauchon
2-0 à 17’40" : Ankerst assisté de Crowder et Champagne
2-1 à 19’06" : Dubé assisté de Brachet et Buonincontri
3-1 à 22’52" : Champagne
3-2 à 26’10" : Dana
3-3 à 29’20" : Thomas assisté de Budínský et Dana
4-3 à 30’53" : Crowder assisté de Ankerst
4-4 à 36’35" : Baazzi assisté de Destoop
4-5 à 37’10" : Houque assisté de Martial et Bataille
4-6 à 38’57" : Brachet assisté de Buonincontri
4-7 à 42’08" : Moretti assisté de Destoop
5-7 à 44’04" : Ankerst
5-8 à 47’29" : Moretti assisté de Baazzi et Destoop
6-8 à 51’03" : Bault
6-9 à 54’34" : Budínský assisté de Lafrance et Thomas
 
 
Amiens
 
Attaquants : 
Jaka Ankerst –  Joël Champagne (C) – Tim Crowder
Shane Luke – Quentin Fauchon – Zbynek Hrdel
 
Défenseurs :
Tim Carr – Jeff Smith (A)
Romain Bault (A),  Mitch O’Keefe
 
Gardien : Guillaume Duquenne.
 
Dunkerque
 
Attaquants :
Clément Thomas (C) - Marek Mikusovic - Vit Budínský
Michael Buonincontri – Joé Dubé - Maxime Brachet 
Younes Baazzi - François Moretti - Loïc Destoop
Brendan Martial - Antoine Houque – Victor Théry
Benjamin Bataille
 
Défenseurs :
Ondrej Janik – Jonathan Lafrance
Adam Young - Francis Ballet (A)
Alan Dana - Lionel Simon (A)
 
Gardien : Marc-André Martel puis Pierrick Boudot à 29’20"