Le roi (chevelu) des pénaltys

La formule actuelle de l'Euro Hockey Tour changera l'an prochain, puisqu'il comprendra à nouveau quatre tournois complets. Mais cette saison, comme la précédente, la trêve internationale de février se limite à deux confrontations bi-nationales.

Même si la KHL est dorénavant elle aussi en pause, la Russie a décidé de rééditer l'expérimentation de l'an passé en alignant une équipe très jeune : 22 ans de moyenne d'âge ! Et encore, la moyenne est "faussée" par Aleksandr Semin : rentré il y a deux mois de NHL après une expérience non concluante à Montréal, ce mystérieux hockeyeur, capable du meilleur comme du pire, a été nommé capitaine pour montrer l'exemple aux jeunes. Cela peut paraître curieux pour un joueur qui a toujours donné l'impression de ne pas exploiter son talent exceptionnel à cause de son style de jeu nonchalant, mais Znarok a certainement en tête de le tester en situation de responsabilité. Semin produit quand il est en confiance...

SEMIN Alexander 100516 584La République Tchèque ne se gêne pas en revanche pour aligner des hommes d'expérience, dont Petr Koukal qui célèbre ce soir son 100e match international. Le seul absent est Salak, qui s'est excusé pour raisons familiales. Dominik Furch est donc seul titulaire et peut en profiter pour faire un peu plus son trou en sélection.

Il y a tout de même un quasi-débutant dans l'équipe tchèque, Lukáš Krenželok, qui ne s'attendait plus à être appelé à 32 ans. Il ne comptait que deux sélections, lors du camp de préparation au Mondial 2008 et il s'était alors distingué en ouvrant le score pour ses débuts, en moins de six minutes. Et devinez quoi ? Intégré à la première ligne, Krenželok remet ça, huit ans après. À la quatrième minute, il exploite avec opportunisme un palet traînant devant la cage russe sept secondes après la fin du premier powerplay tchèque.

Néanmoins, les Russes égalisent 26 secondes plus tard. Arrêté illégalement par Kolar alors qu'il s'échappait en zone offensive, Sergei Shumakov se voit accorder un tir de pénalité qu'il s'empresse de transformer. Le débutant - comme 13 de ses coéquipiers ! - aura donc défloré son compteur international plus vite encore que Krenželok à l'époque (1-1).

Le score n'évolue plus pendant longtemps. Les jeunes Russes tentent d'utiliser leur vitesse pour des contre-attaques rapides, mais ils commettent aussi beaucoup de fautes. Znarok prend même un temps mort pour les recadrer en deuxième période. Les Tchèques n'arrivent cependant pas (ou plus si on compte le premier but) à conclure leurs avantages numériques, par manque de concentration dans le dernier geste.

KASPAR Lukas 100509 159Les Russes démarrent plus vite au troisième tiers-temps. Prokhorkin gaspile certes un 2 contre 1, mais Roman Lyubimov marque depuis la ligne bleue. C'est au tour des Tchèques de répliquer rapidement, en cinq minutes, par un tir sans préparation de Michal Řepík. Les deux formations ont du mal à se départager.

Dans ces cas-là, il reste les tirs au but. Et dans cet exercice, les Tchèques ont une arme... pas si secrète ! Lukáš Kašpar, en bonne forme avec le Slovan Bratislava, fait son retour après deux ans d'absence. C'est lui qui avait ouvert la voie de l'incroyable titre du champion du monde 2010 aux Tchèques grâce à ses pénaltys transformés en quart de finale puis en demi-finale, à chaque fois entre les jambières du gardien. Son taux de réussite est très élevé aux pénaltys. Et sa "spéciale", il la fait subir au jeune portier Ilya Sorokin. La séance est vite pliée car Tomas Vincour transforme à son tour à la plus grande joie d'un public toujours content de battre les Russes.

Commentaires d'après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la République Tchèque) : "Je suis heureux, comme à chaque victoire contre la Russie. C'est la troisième de suite. La dernière fois, [l'entraîneur russe] Znarok avait dit que ce serait la dernière. Je n'ai pas encore parlé avec lui cette fois... Ils n'avaient pas leurs stars, mais ont toujours une équipe forte qui patine bien. Il est intéressant de noter que c'est la deuxième fois que nous battons les Russes aux pénaltys, alors qu'on les dit parfaits dans ce domaine. [Sur le public qui a même chanté son nom] J'ai entraîné un an en Extraliga à Trinec. Je suis natif de la région et les fans se souviennent de moi. L'atmosphère était parfaite, l'équipe nationale n'avait joué qu'une fois ici. Ce sera pareil au second match à Ostrava où on l'attendait depuis dix ans. Les gens veulent voir du hockey."

 

République Tchèque - Russie 2-2 (1-1, 0-0, 1-1, 0-0) / 2-0 aux tirs au but
Jeudi 11 février 2016 à 17h30 à la Werk Arena de Trinec. 5200 spectateurs.
Arbitrage de Mikko Kaukokari et Anssi Salonen (FIN) assistés de Jiří Gebauer et Rudolf Tošenovjan (TCH).
Pénalités : République Tchèque 6' (0', 0', 4', 2'), Russie 14' (6', 4', 2', 2').
Tirs : République Tchèque 38 (14, 8, 11, 5), Russie 31 (10, 13, 8, 0).

Évolution du score :
1-0 à 03'43" : Krenželok assisté de Kovář
1-1 à 04'07" : Shumakov (tir de pénalité)
1-2 à 42'48" : Lyubimov
2-2 à 47'59" : Řepík assisté de Birner et Koukal

Tirs au but : Kašpar, Vincour


République Tchèque

Attaquants :
Lukáš Krenželok (+1) - Jan Kovář (C, +2) - Milan Gulaš (+1)
Tomáš Vincour - Petr Koukal (A, +1, 2') - Lukáš Radil
Michal Birner (+1) - Robert Kousal - Michal Řepík (+1)
Jan Buchtele (-1) - Daniel Přibyl (-1, 2') - Lukáš Kašpar (-1)

Défenseurs :
Michal Kempný (+1) - Tomáš Kundrátek
Jan Kolář (A) - Jakub Jeřábek
Radim Šimek - Petr Zámorský
Tomáš Voráček (2') - Marek Hrbas

Gardien :
Dominik Furch

Remplaçants : Libor Kašík (G), Jan Hruška.

Russie (2' pour surnombre)

Attaquants :
Aleksandr Syomin (C, +1, 2') - Nikolai Prokhorkin (-2) - Nikita Gusev
Pavel Buchnevich (-1, 2') - Vladimir Galuzin (-1) - Anatoli Golyshev
Maksim Shalunov - Andrei Svetlakov - Sergei Shumakov (2')
Ivan Telegin - Roman Lyubimov (+1) - Vladimir Bryuvkin

Défenseurs :
Andrei Mironov - Ilya Lyubushkin (4')
Aleksei Bereglazov (-2) - Sergei Tereshchenko (-2)
Ziyat Païgin (+1, 2') - Maksim Ignatovich (-1)
Vladislav Gavrikov - Igor Ozhiganov (+1)

Gardien :
Ilya Sorokin

Remplaçants : Ivan Nalimov (G), Maksim Karpov. En réserve : Artyom Alyayev.