Wasquehal - Français Volants (Division 2, huitième de finale aller)

Quatre ans après, les Français Volants retrouvent la glace de Serge-Charles, où ils avaient pris une option pour la qualification en quarts de finale jusqu'à une décision fédérale les sanctionnant d'une défaite sur tapis vert pour avoir aligné Julian Marcos, non qualifié. De l'eau a coulé sous les ponts de la Seine depuis, et les témoins de cette confrontation, la dernière des Lions version bleue et jaune, sont rares.
 
Seuls trois « survivants » de cette époque sont alignés par Frédéric Nilly : François Piquet, Martin Domian et Axel Canaguier, désormais orphelin de Trent Ruffolo. L'ailier américain arrivé en novembre est en effet appelé à d'autres aventures, loin des patinoires, dans son pays natal. Il laissera le souvenir d'un joueur solide et habile face à la cage, surtout lors des dernières joutes décisives de la fin de saison régulière.
 
La tâche s'annonce compliquée, les Parisiens ayant pris la deuxième place de la poule B à Annecy à l'issue d'une ultime rencontre serrée face à Rouen, le cinquième gain de rang. Favoris, les visiteurs démarrent fort, sous la houlette de Mickaël Marouillat et Antoine Amsellem. La première pénalité tombe très rapidement suite à une accélération de Gourgand face à Louf. Gilles Beck doit faire face, derrière l'écran présenté par Lamey, à un lancer de Dugas. Le premier bloc maintient la pression et l'entraîneur-joueur Amsellem décale sur sa droite Arnaud Mazzone, dont la reprise sans contrôle est déviée par Marouillat, positionné devant l'enclave (0-1 à 01’42").
 
Les Lions tardent à réagir et n'emploient le gardien parisien Julien Roullier qu'après quatre minutes. Ils restent dominés et subissent un nouvel essai à la bleue de Désérable. Sans solution, ils concèdent un dégagement interdit et, une fois arrivés en zone offensive, perdent le contrôle du disque, leur maestro Domian étant même contraint de mettre fin à une relance parisienne de façon illégitime. Sur ce deuxième avantage numérique, Antoine Amsellem manque successivement les deux lucarnes et le seul lancer cadré, venu encore de Marouillat, ne permet pas de creuser l'écart. Une contre-attaque de Canaguier, plus rapide que Dugas et suivie d'un essai du revers, passe près de surprendre les Français Volants. Le manque de solutions offertes à Domian tranche cependant avec la facilité affichée par ses adversaires dans leurs attaques.
 
La volonté de se porter à l'attaque est néanmoins parfois à double tranchant... Les Lions ont flairé le bon coup. Joe DiPietro accélère sur la droite face à Vigezzi et sert N'Guyen, arrivé au second poteau (1-1 à 11’39"), puis Axel Canaguier, alerté par Verschaeve, sème la défense pour venir feinter Roullier et conclure du revers (2-1 à 14’19"). Le portier se rachète vite car Benjamin Louf monte à son tour pour dévier l'essai de Kieffer. Actif aux abords de la cage, Canaguier est heurté par la crosse de Lamey, inaugurant la première supériorité nordiste, d'une durée de… 4 secondes, car Zajac commet une obstruction. Roullier intervient en deux temps sur un lancer haut de Marcos, sous les yeux du menaçant N'Guyen.
 
Un cinglage de Fellbom met enfin les locaux sur un avantage durable. Le jeu à trois Cvejn – DiPietro – Canaguier prend à défaut la défense, heureuse de voir la reprise du dernier manquer de puissance. Et lorsque Arnaud Mazzone perd sa crosse, DiPietro trouvé par Domian au deuxième poteau est trop excentré pour tromper Roullier. Enfin, N'Guyen, posté dans le dos du gardien, trouve un autre Benjamin dunkerquois, Louf, infiltré devant l'enclave (3-1 à 19’01"). De quoi donner le sourire à une patinoire encore garnie et animée par un groupe de musiciens. À égalité numérique, Martin Domian tente d'enfoncer le clou sur la gauche, et oblige Julien Roullier à écarter le palet vers Marc-Antoine Herbet, contré par un plongeon de Faudot-Bel.
 
Si Quentin Lamey est à la reprise à l'origine d'un arrêt difficile de Gilles Beck, les Lions font le break sur une inspiration de Martin Domian, dont la passe sur l'aile gauche trouve Axel Canaguier, qui contourne la cage et surprend le dernier rempart francilien (4-1 à 22’38"). Nullement rassasiés, les Wasquehaliens appuient sur la tête de Volants en mauvaise posture. Thibault Verschaeve remonte à son tour le palet sur l'aile gauche et défie François-Henri Désérable dans le coin. Le défenseur, heurté par la crosse de son homologue belge, reste au sol et regagne directement un vestiaire quitté une fois la partie arrivée à son terme. Les Parisiens peuvent enfin défier la cage gardée par l'Alsacien, plutôt épargné depuis plusieurs minutes. Les salves de Amsellem et Mazzone l'occupent, avant que le Russe Oleg Kuzmin ne trouve la solution, s'avançant pour l'ajuster côté mitaine (4-2 à 24’17").
 
Le vent paraît sur le point de tourner car Lukas Cvejn gagne à son tour la prison. Les gâchettes des Français Volants s'apprêtent à faire parler la poudre, lorsque Martin Domian isole parfaitement Axel Canaguier, encore habile dans le dernier geste (5-2 à 24’54"). Franck Constantin remplace Julien Roullier dans les cages parisiennes.
 
Il reste une centaine de secondes de supériorité aux Volants. Mickaël Denis arme de la ligne bleue, Guilhem hérite du rebond face à Beck, vigilant et encore à l’œuvre pour bloquer le tir en force d'Antoine Amsellem. Celui-ci décale finalement Kuzmin sur sa gauche, pour une reprise victorieuse sans contrôle (5-3 à 26’24"). L'écart s'amenuise quand Paris prend les Lions à leur propre piège sur une contre-attaque menée par Nicolas Chauveau sur la droite. Le numéro 11 trouve le poteau, mais son partenaire Santiago Sierra a bien suivi face au but grand ouvert (5-4 à 29’56"). Le temps-mort témoigne des difficultés contemporaines des Lions. Joe DiPietro est surpris par Ian Fellbom, parti défier Beck, à l'intervention salvatrice. Le défenseur américain réagit vite et donne le tournis à Kevin Dugas, puni. Sans conséquences fâcheuses pour Franck Constantin, plutôt épargné par un carré vigilant.
 
Entre des rouges moins dangereux et des Franciliens plus prudents, le jeu reprend sur un rythme moins élevé, seulement contrarié par Mickaël Marouillat, contrarié par le poteau, et Nicolas Chauveau, qui martyrise toutefois la mitaine de Beck avant de voir son but invalidé (46’27"). À défaut de sommets techniques, la rencontre donne l'occasion au trio arbitral de s'illustrer en sanctionnant Wasquehal à trois reprises. Turpin déjà en prison pour un accrocher sur Guilhem en zone offensive, Charley Marcos au pressing est à son tour à la faute sur Quentin Lamey. Sauvé par son poteau sur un boulet de canon d'Amsellem, Gilles Beck se détend et oppose la botte à l'ancien Rouennais, maîtrisant ensuite le tir décoché par Arnaud Mazzone. Masqué, il finit de tuer les deux pénalités aux devants de Mickaël Denis. Son défenseur Fronty à son tour sanctionné pour une faute devant sa cage, le portier au grand gabarit ferme la porte à Fellbom, isolé par Amsellem.
 
Oleg Kuzmin s'illustre alors de mauvaise manière, perdant ses nerfs devant Lukas Cvejn, à qui il assène un semblant de coup de tête. Le renvoi au vestiaire du Russe (56’23") équilibre les forces, et finit par les inverser. On retrouve les Wasquehaliens à la manœuvre par Joe Dipietro, avancé pour tenter sa chance d'un lancer du poignet bien capté par Constantin. Martin Domian l'imite sur la droite, déborde Wagner en déséquilibre, et trouve à son tour le métal. Le Slovaque confisque la rondelle comme il en l'habitude mais est contraint de reculer vers son camp. À la recherche d'une solution de relance dans la neutre, il voit Quentin Lamey lui subtiliser le caoutchouc, transmis rapidement à Sierra. À la gauche du but, le Mexicain voit son essai repoussé par Beck, mais Nicolas Chauveau a bien suivi (5-5 à 58’48").
 
D'un possible déficit de deux buts, les Français Volants parviennent ainsi à rétablir l'égalité en infériorité numérique. Le match retour sur la glace de Sonja-Henie promet….
 
Commentaires d’après-match
 
Antoine Amsellem (attaquant des Français Volants de Paris) : "C'est la première fois sur les trois dernières saisons que l'on ne perd pas sur le premier match des play-offs. Il y a eu une bonne réaction en étant mené 4-1, donc on va aborder le match retour sereinement, c'est un match à gagner aussi bien pour eux que pour nous. L'avantage est que l'on va le jouer chez nous. Wasquehal joue sur les contre-attaques et dégage les palets vers l'avant, ce qui leur a réussi. Après un moment, on a réussi à contrer ce jeu-là, tout simplement. On s'attendait à ce style de jeu de la part de Wasquehal ; on a fait la différence sur les supériorités numériques. Le troisième bloc a fini le travail en allant chercher le but. Au retour, limiter les erreurs fera la différence, de même que l'envie. Il faut être concentré, en vouloir plus. [Sur la première phase] Il faut savoir que l'on joue aux Français Volants, que l'on n'a pas de patinoire de septembre à novembre, on est juste fier de nos mecs de finir deuxième avec trois mois et demie de glace. On a commencé la saison en se donnant rendez-vous dans le vestiaire le samedi pour jouer les matchs, on se revoyait le samedi d'après… Il y eut certes une grosse défaite à Annecy, on n'avait aucune alerte, aucun objectif. Deuxième ou avant-dernier, on s'en fichait, du fait de ce système de play-offs de Division 2 qui ressemble à du basket. C'est du goal-average, à celui qui met le plus de buts. No comment là-dessus."
 
 
Wasquehal – Français Volants de Paris 5-5 (3-1, 2-3, 0-1)
Samedi 13 février 2016 à 18h30 à la patinoire Serge Charles. 358 spectateurs.
Arbitrage de Pierre Dehaen assisté de Samuel Fessier et Maxime Laboulais.
Pénalités : Wasquehal 26' (6’, 4', 6'+10'), Français Volants de Paris 31' (4’, 2’, 5’+20').
Tirs : Wasquehal 35 (17, 10, 8), Français Volants de Paris 48 (13, 18, 17).
 
Évolution du score :
0-1 à 01’42" : Marouillat assisté de Mazzone et Amsellem (sup. num.)
1-1 à 11’39" : N'Guyen assisté de DiPietro et Zajac (sup. num.)
2-1 à 14’19" : Canaguier assisté de Verschaeve et Beck
3-1 à 19’01" : Louf assisté de N'Guyen et Marcos (sup. num.)
4-1 à 22’38" : Canaguier assisté de Domian
4-2 à 24’17" : Kuzmin assisté de Mazzone (sup. num.)
5-2 à 24’54" : Canaguier assisté de Domian (inf. num.)
5-3 à 26’24" : Kuzmin assisté de Amsellem et Mazzone (sup num.)
5-4 à 29’56" : Sierra assisté de Chauveau et Lamey
5-5 à 58’48" : Chauveau assisté de Sierra et Lamey (inf. num.)
 
 
Wasquehal
 
Attaquants :
Aurélien Zajac - Benjamin N’Guyen (C) -  Simon Angielczyk
Charley Marcos -  Benjamin Turpin - Anthony Kiffer
Martin Domian -  François Piquet -  Axel Canaguier (A)
 
Défenseurs :
Thibault Verschaeve - Joe Di Pietro
Benjamin Louf - Sébastien Fronty (A)
Marc-Antoine Herbet -  Lukas Cvejn
 
Gardien :
Gilles Beck
 
Remplaçant : Jean-Christophe Rohart (G). Absents : Robin Morvan et Thomas Fauchart (blessés), Trent Ruffolo (rentré aux États-Unis).
 
Français Volants
 
Attaquants :
Oleg Kuzmin - Mickaël Marouillat (C) - Antoine Amsellem
Karl Gourgand - Ian Fellbom - Mickaël Denis
Santiago Sierra - Gaël Guilhem (A) - Nicolas Chauveau
Thomas Faudot-Bel
 
Défenseurs :
Kevin Dugas - Arnaud Mazzone
Quentin Lamey - Gianni Vigezzi
François-Henri Désérable (A) - Jérôme Wagner
 
Gardien :
Julien Roullier puis Franck Constantin à 24’54"
 
Remplaçants : Antoine Blanchard, Louis Quentin. Absents : William Place, Simon Remot, Léonard Shue.