Gap - Rouen (depuis mon salon) (Coupe de la Ligue, finale)

(prix spécial du jury du concours Hockey Archives - "Rédacteur d'un soir")


L'exercice de style m'est inconnu et le principal challenge sera de ne pas paraphraser Jonathan Zwikel et Guillaume Claret aux commentaires sur l'Equipe 21. Alors je vais faire avec mes armes... le feeling quoi !


HA2Lorsque j'allume ma TV, le choix des maillots m'interpelle dans l'immédiat. Ces similitudes de couleurs ne vont pas faciliter ma lecture du jeu pour mes yeux fatigués. Ma fille, cet être délicieux et coopératif de 20 mois, ne semble pas non plus disposée à me faciliter la tâche. L'écran a beau être grand, ma paupiette de 15kg floute quelque peu le jeu à force de squatter devant...
L'entame de match est équilibrée et démarre sur un bon rythme. C'est la finale de la Coupe de la Ligue et les Gapençais comme les Rouennais semblent déterminé à remporter ce titre, que ces derniers affichent déjà à leur palmarès à 4 reprises (si tu veux les dates, Hockey Archives est ton ami).

(Par souci de facilité et de grande fainéantise, les temps annoncés sont ceux affichés au chronomètre par l'Equipe 21, soit le temps restant et non pas le temps décompté)


18'48 : ma fille me demande de lui enfiler ses chaussons. Bruyamment. Bien sûr habituellement, cet être délicieux et adorable marche toujours pieds nus. La contradiction féminine, on appellera ça.
18'26 : 1er tir cadré pour Gap, repoussé de la botte par Sabourin. Gap prend dans l'instant l'avantage dans le jeu mais la réponse rouennaise face à cette première véritable occasion ne se fera pas attendre.
17'51 : 1er tir cadré pour Rouen mais Clément Fouquerel, revenu d'une longue période de convalescence (3 matchs en saison régulière selon les commentateurs), ne laisse pas les Rouennais finaliser leur action.
17'41 : grosse pression devant la cage de Fouquerel qui doit rester vigilant et qui ne laisse justement rien filer.
16'19 : Gap ouvre le score 5 minutes environ après le coup d'envoi ! Rech récupère le palet au rebond consécutivement à une belle phase offensive, ajuste un tir et envoie le palet en pleine lucarne! Gap prend un léger avantage sur le jeu. Moins rapide, avec des placements défensifs qui font défaut, la défense rouennaise montre quelques signes de faiblesse face à une équipe gapençaise qui propose une offensive plus acérée et mieux organisée.
15'23 : L'arbitre siffle la première pénalité : 2' sont appelées contre Golicic de Gap. Rouen cherche à exploiter ce Power Play pour égaliser mais les passes sont imprécises et manquent de rythme...

Yorick Treille tente un tir en pirouette (ça existe ça ?! Il fait une pirouette et tire à l'aveugle. Le "tir en pirouette" c'est assez évocateur, non ?) mais le palet passe à côté du but de Fouquerel. Le Power Play s'achève sans danger pour les Rapaces.

HA4A mi-période, le jeune Chad Langlais assène un 2ème coup aux Dragons. Complètement découvert, laissé à l'abandon incompréhensible des Rouennais, le Gapençais creuse l'écart à 2-0. Le dragon rouennais semble dépassée par la rapidité de jeu des Rapaces et ne parvient pas à faire surface face aux assauts répétés et rapides de leurs adversaires. Si on y réfléchit bien, un dragon ça vole drôlement moins vite qu'un rapace...
11'58 : je découvre l'effet hockey + TV + ordinateur sur ma fille : impossible d'être tranquille ! Cet être exquis et délicat m'escalade dessus, m'enbave le visage de baisers intéressés et tente de taper ce compte-rendu avec la douceur qui la caractérise... Je regarde ma montre et considère qu'il est une heure bien tardive pour un Schtroumpf de cet âge...
9'51 : Rech est sanctionné de 2 minutes de pénalité pour être passé dans la zone du gardien. C'est la 2ème pénalité appelée contre Gap contre 0 côté Rouen qui tente de proposer un jeu propre mais quelque peu éteint.
9'31 : dans la foulée, Coulombe se prend une pénalité pour accrocher : les équipes jouent à 4 contre 4.
8'17 : Rouen est stoppé sur sa lancée lorsque l'arbitre sanctionne un hors-jeu. Mécontent, Thinel conteste la décision et se récupère une pénalité de 10 minutes pour méconduite. Je n'imagine pas les noms d'oiseaux qui se sont envolés des tribunes contre l'arbitre... Rouen, de plus en plus mis à mal par les offensives gapençaises, montre des défauts de défense inhabituels voire inquiétants...

Bernier slalome et trouve l'espace suffisant dans la défense de Rouen pour ajuster un tir cadré mais arrêté par l'imposant Sabourin. Je me revois encore derrière les cages normandes en milieu de saison régulière, constater de facto que ce Sabourin était un véritable géant face à Alexis Neau (gardien remplaçant des Ducs d'Angers pour les deux du fond !), et conclure que physiquement parlant, un gardien de cette taille partait avec un certain avantage ! Finalement notre portier avait bien fait le job puisque nous gagnions avec panache contre la forteresse rouennaise en ayant réalisé de magnifiques parades.
6'38 : Labelle se prend 2 minutes de pénalité pour avoir slashé la crosse d'un gapençais. Je n'ai pas vu qui, la faute à ma fille qui décide qu'à présent, son mode de communication serait celui de chouiner.
A ce stade de la rencontre, Rouen accumule de nombreuses de fautes inutiles qui pénalisent l'équipe. Les pénalités s'enchaînent et l'on ne parvient pas à jouer au complet.
5'38 : il s'est passé un truc mais ma fille hurlait. Je demande un ralenti qui ne vient pas. En tous cas, ça proteste à la patinoire de Méribel.
L'équipe gapençaise fait circuler intelligemment le palet pour désorienter la défense rouennaise qui peine à se placer.
4'37 : toutes les équipes jouent au complet. Enfin !
Labelle et Trabichet se font des câlins, on sent que la tension monte d'un cran.
4'00 : mon mari couche ma fille. Alléluia, j'entends enfin les commentaires de Guillaume et de Jonathan, lequel distille toujours des explications claires et pédagogiques sur la pratique du hockey et les subtilités de ses règles.

Dans ces dernières 5 minutes, Gap se procure de belles occasions pour creuser l'écart en réalisant de belles combinaisons. La ligne de Rech/Miettinen (et pardonnez-moi pour l'oubli du 3ème homme...) tourne à plein régime.
Rouen perd beaucoup de palets à cause d'une défense de Gap très rapprochée : jamais laissés seuls, les joueurs de Lhenry ne parviennent pas à progresser. Pris dans une toile d'araignée passée la ligne bleue, les Dragons peinent à construire et à faire circuler correctement le palet, lequel est invariablement récupéré par des Rapaces toujours plus incisifs. John pense tout pareil que moi. Hormis l'histoire de l'araignée. Je suis contente, je ne suis donc pas tout à fait à côté de la plaque.
Le rouennais Arrossamena se prend 2' pour dureté devant la cage à l'issue d'une offensive lancée par ses co-équipiers. Puis se succèdent 2' pour Kramar sanctionné pour obstruction sur Sacha Treille.
Le premier tiers temps s'achève sur l'avantage évident de Gap 2-0 contre le dragon normand qui doit absolument se réveiller et révéler sa combativité pour la suite de la rencontre.



HA6Dès le démarrage de ce deuxième tiers, Rouen lance une offensive sur un Fouquerel concentré qui dévie un premier tir cadré. Les Dragons imposent un pressing contre Gap en zone offensive mais la défense organisée, solide et soutenue par un gardien inspiré ne faiblit pas.
18'32 : belle échappée pour le gapençais Bouvet qui ajuste un tir mais non cadré.
S'ensuit alors une pénalité de 2' contre Chakiachvili.
Gap fait bien circuler le palet au cours de ce Power Play et ajuste des tirs cadrés, mais Sabourin veille et ne concède aucun but supplémentaire dans l'instant.
Les esprits s'échauffent entre les joueurs, le rapprochement physique devient de plus en plus fréquent. Mais soft.
15'24 : Bouvet se retrouve tout seul et tire ! Sabourin, solide et vigilant ne laisse rien passer. Que d'occasions pour Gap et que de palets perdus pour Rouen...
En situation de contre, Rohat s'échappe et fait face à Sabourin en 1 contre 1 mais le gardien est solide et ne se laisse pas dépasser. A ce stade du jeu, Gap parvient davantage à s'installer en zone offensive et propose une belle phase de jeu couronnée d'occasions, alors que Rouen perd la plupart du temps le palet après avoir mené une attaque... et se font souvent surprendre par des contres.

Bouvet est le "petit jeune" qui se fait oublier et qu'on oublie de marquer... la défense rouennaise affiche de grosses erreurs de marquage sur ce joueur qui en veut.
A la mi-match, Rouen propose une belle phase de jeu et met le pressing sur Gap.
Mais leur dynamique est bien vite stoppée par un énorme but de Rech servi admirablement par Miettinen ! Rouen paie ses erreurs défensives en ne parvenant pas à retenir les contres gapençais... Les hommes de Lhenry subissent les assauts des Gapençais qui se jouent de la défense rouennaise avec une facilité quelque peu déconcertante...
7'13 : Le gardien gapençais Fouquerel relance le palet et l'envoie dans les tribunes : l'équipe est sanctionnée de 2' de pénalité pour retard de jeu et envoie Carter en prison. Au cours de ce Power Play au final insuffisamment exploité, on fait sortir Sabourin sur pénalité différée pour mettre le pressing à 6 contre 4. En vain.
5'27 : Gap se prend 2' de pénalité pour accrocher. Cette pénalité offre un Power Play de 5 contre 3 pour Rouen mais les passes sont imprécises et le palet file entre les crosses des dragons.
A moins de 5 minutes de la fin du 2ème tiers-temps et en situation de Power Play, Lamperier feint une passe à son coéquipier sur sa gauche et choisit intelligemment de shooter. La lucarne, magnifique, réduit le score 3 à 1.
3'42 : La fin de jeu s'accélère et Rech, désormais incontournable dans cette finale, récupère un palet perdu par Dame-Malka, réalise un gros travail pour se déjouer des défenseurs rouennais puis sert Miettinen bien placé devant le but. Celui-ci tente de pousser le palet au fond des filets sans y parvenir, habilement et acrobatiquement repoussé par Sabourin qui finit le labeur allongé au sol ! Je suis toujours impressionnée par la souplesse et les réflexes de ces gars équipés comme des Robocops montés sur patins...

Depuis le début de la rencontre, les joueurs gapençais envoient beaucoup de shoots cadrés la plupart du temps repoussés par Sabourin qui, clairement, fait le gros du travail défensif de son équipe ce soir.
A 2' de la fin, Rouen se procure de belles occasions alors que Gap est sauvé par le montant du but. Le but marqué par Lampérier relance un peu le jeu mais on attend toujours le sursaut rouennais face à une volée de Rapaces qui, pour le moment, ne montre aucun signe de faiblesse.



HA8L'entame de l’ultime période est de nouveau à l'avantage des Rouennais qui se créent toujours les 1ères occasions à la reprise du jeu. Le tir est cadré mais arrêté par un Fouquerel très en forme ce soir, sauvé ensuite par le poteau.
18'26 : l'arbitre siffle un arrêt de jeu : Labelle s'effondre au sol après avoir jeté casque et gants. Il se tient le visage, on suppute un coup au nez mais le sang ne coule pas. Au ralenti, on voit sa tête frapper la bande suite à une charge dans le dos. Le gapençais Richter écope de 5' + 20' pour charge dans le dos. C'en est fini pour lui qui ne jouera pas la fin de cette finale, et son équipe joue à 4 contre 5 durant les 5' de pénalité. C'est l'occasion idéale pour Rouen de reprendre la main sur le jeu et tenter de réduire le score.
Les Rouennais imposent dès lors un fort pressing devant les cages gapençaises mais Fouquerel reste alerte et empêche ses adversaires de concrétiser. Je suis curieuse de connaître le pourcentage d'arrêts de ce gardien depuis le début de la rencontre. Son efficacité m'impressionne.

Gap a du mal à sortir de sa zone défensive mais ils tiennent bon durant ces 5 longues minutes d’infériorité face aux Dragons de Rouen qui ne relâchent pas leurs efforts pour réduire le score.
Et c'est chose faite ! Alors que la pénalité arrivait à son terme (à 16 secondes a dit John), Sacha Treille envoie le palet dans les filets de Fouquerel et réduit la marque à 3-2 ! La lucarne est magnifique et elle relance indéniablement le match côté rouennais.
13'25 : Rouen est de nouveau pénalisé de 2' avec Dorey pour avoir accroché la crosse de son adversaire.
Rien n'est jamais joué d'avance au hockey, sport le plus rapide au monde. Tout est encore possible pour Rouen qui semble vouloir profiter d'un relâchement dans le rythme des Rapaces. L'objectif des prolongations est palpable et accessible. Il faut tout donner dans ces dernières minutes de finale !
10'12 : Les Rouennais réalisent une phase de jeu offensive très intéressante et mettent en danger la défense gapençaise, obligeant Fouquerel à effectuer 2 arrêts coup sur coup, lequel réalise des interventions magnifiques tout en ne concédant que très peu de rebonds à ses adversaires.
A mi-chemin dans ce 3ème tiers temps, Rouen se montre plus incisif et se créé de vraies occasions.
9'32 : Golicic est sanctionné de 2' pour trébucher, Rouen doit profiter de cette supériorité numérique pour égaliser.
9'18 : le jeu s'accélère : attaque rouennaise, puis contre-attaque de Gap... Clément calme le jeu par un bel arrêt de la mitaine. Les Dragons exploitent au mieux ce Power Play et mettent en danger les Rapaces, mais Fouquerel est impérial et ne concède aucun but.

Le niveau de jeu s'équilibre enfin. Poussés par la perspective des prolongations, les Dragons proposent un jeu plus offensif et les échanges se font plus rapides et mieux construits.
3'09 : Kara se fait sanctionner de 2' pour crosse haute, qu’il envoie à la tête de Lampérier.
Rouen veut profiter de ce (dernier ?) Power Play pour égaliser mais Fouquerel bloque le tir rouennais. La défense des Rapaces est irréprochable et les Dragons ne parviennent pas à percer le rempart gapençais.
A 40 secondes de la fin du match, Sabourin sort pour laisser son équipe jouer à 6 contre 5.
Les secondes défilent au chronomètre et à 36 secondes de la fin, un temps mort est logiquement demandé par Rouen afin de définir le placement de ses joueurs sur cette dernière action.
A 20 secondes du coup de sifflet final, Golicic récupère un palet, s'échappe vers la cage désormais vide, et le plante au fond des filets après l'avoir habilement glissé entre les patins du défenseur rouennais.


La victoire est sans appel : les Rapaces de Gap remportent pour la 1ère fois la Coupe de la Ligue, dernière édition du nom, sur un score de 4 à 2, tandis que Luciano Basile peut se féliciter d'avoir mené une 2ème équipe au titre après Briançon.


Bravo à tous, et maintenant, place aux Play-Offs de la Ligue Magnus ! Yiiiihaaaa !