Français Volants - Wasquehal (Division 2, huitième de finale retour)

Le scénario du match disputé dans la banlieue lilloise laisse présager un retour indécis, même si les Français Volants ont l'avantage d'évoluer sur leur glace de Sonja-Henie, où ils souhaitent enfin passer le cap des huitièmes de finale. Les joueurs de Frédéric Nilly, arrivés dans un bus aux couleurs de l'USDK, le club de handball de Dunkerque, ne sont pas seuls à avoir effectué le court déplacement vers la capitale, plusieurs dizaines de supporters les accompagnant pour animer la salle intégrée à l'AccorHotel Arena.
 
Les 395 spectateurs patientent quelques minutes jusqu'à l'arrivée des locaux, dont l'effectif a connu des changements depuis la semaine dernière. Julien Roullier est remplacé devant le filet parisien par Franck Constantin, qui s'est entraîné durant la semaine avec les loisirs de... Wasquehal, l'ancien Spinalien ayant passé la semaine dans la métropole nordiste. Les lignes d'attaque ont perdu Oleg Kuzmin, suspendu pour coup de tête, et Gaël Guilhem, mais le retour de Simon Remot permet aux pensionnaires de la capitale d'évoluer avec quatre trios. Luxe que leurs visiteurs ne peuvent se permettre, eux qui déplorent, outre les deux blessés de longue date (Morvan et Fauchart) et le départ prématuré de Ruffolo, l'absence de leur défenseur belge Thibault Verschaeve, retenu par ses obligations professionnelles.
 
Les Français Volants impriment d'entrée un rythme soutenu et pressant. Depuis l'arrière de la cage, Nicolas Chauveau tente de surprendre Gilles Beck et, sur une rare incursion wasquehalienne, Quentin Lamey fait parler son physique contre la balustrade. La réaction des Lions vient de deux défenseurs, Lukas Cvejn et Joe DiPietro, toutefois trop éloignés de la cage et vite rappelés à leur besogne défensive, contrariés qu'ils sont par un bon mouvement de Santiago Sierra, terminé dans le gant de Beck. François Piquet puni pour un cinglage, Paris déploie son attaque massive. En manque de réussite, car Denis puis Fellbom ne cadrent pas, et Kevin Dugas rate son contrôle à la ligne bleue. Séquence terminée par un surnombre, dont ne profitent pas les Lions car DiPietro retient le remuant Santiago Sierra.
 
Le jeu à quatre contre quatre reste à l'avantage des Volants. Ian Fellbom récupère le lancer contré de Mazzone et se heurte à un Beck vigilant, et encore là pour repousser de la botte un slap de Lamey. Les Nordistes résistent encore et disposent enfin d'une séquence de deux minutes en avantage numérique, après une faute de Vigezzi sur Zajac dans la neutre. Benjamin N'Guyen, d'un lancer dès la mise au jeu, emploie enfin Constantin, dont la tâche subséquente est favorisée par deux dégagements interdits. Au complet, les équipiers d'Antoine Amsellem reprennent leur domination. Monté sur la droite, Mazzone alerte Marouillat, arrivé au centre pour tenter de surprendre le portier wasquehalien. Puis Thomas Faudot-Bel, à son tour dans une position intéressante, manque le cadre. Enfin, Fellbom essaie en vain de dévier une salve de Mazzone, la sirène venant couper l'élan des bleus.
 
À la reprise, Wasquehal s'installe pour une fois dans la zone offensive. Situation inédite pour les Parisiens, dont la riposte est sans appel : Karl Gourgand lance Mickaël Denis dans la profondeur, pour l'ouverture de la marque (1-0 à 20’42"). La patinoire Sonja Henie, où quelques « Allez Paris » tentent de contrebalancer les chants wasquehaliens, est soulagée... pour une quarantaine de secondes.
 
L'Américain Joe DiPietro sonne la charge des Lions, intercepte le palet à la bleue et l'envoie vers Benjamin Turpin, qui ajuste Constantin à mi-distance (1-1 à 21’24"). Le gardien se rachète vite, du gant face à Domian et sur un lancer ras glace de DiPietro suivi par Canaguier. Mais le tableau d'affichage, figé quelques minutes auparavant, doit s'emballer. Les visiteurs prennent les devants par Aurélien Zajac, au pressing sur Mazzone et en relais avec Benjamin N'Guyen pour marquer de près (1-2 à 22’40").
 
Wasquehal est galvanisé par ce but et accumule les assauts sur la cage parisienne. Peut-être un peu trop car Simon Remot est oublié devant le but, où, à genoux, il transforme le rebond d'un tir de Dugas pour égaliser (2-2 à 24’03")… le temps pour Martin Domian de se démarquer devant la cage et conclure un travail de Canaguier (2-3 à 25’06"). Mais il ne faut que dix secondes aux locaux pour recoller, sur un nouveau rebond, échu à l'actif Marouillat, après un coup de semonce de Amsellem (3-3 à 25’16").
 
Ces cinq minutes folles passées, les préposés à la table de marque peuvent enfin souffler, devant toutefois relever les quelques pénalités infligées aux différents protagonistes d'une rencontre disputée dans un bon esprit. À ce jeu, Wasquehal, maladroit par Canaguier qui expédie l’offrande d’Angielczyk au-dessus, dispose d'une double supériorité numérique, car N'Guyen est déséquilibré par Vigezzi et Sierra met trop d'énergie dans son pressing sur Domian. Le duo slovaque Cvejn – Domian prend les choses en mains mais Wagner se sacrifie devant Axel Canaguier, décalé, et le travail de Chauveau met fin à cet épisode par ailleurs teinté d’hésitations.
 
Au complet, Paris peut prendre les devants car Amsellem profite de la chute de Fronty pour s’échapper à droite et centrer vers Fellbom, mais ce dernier ne peut redresser la trajectoire du palet. Le défenseur nordiste en prison, les Français Volants pilonnent la cage : la mitaine de Gilles Beck capte le lancer haut de Dugas, le dernier rempart bloquant ensuite l’essai de Place, à la recherche d’un trou de souris. Toutefois, l’Alsacien ne peut rien sur un lancer sans contrôle d'Antoine Amsellem, décalé par Mazzone (4-3 à 32’31").
 
Échaudés par une contre-attaque de Benjamin N’Guyen lancé par DiPietro vers un Constantin vite couché, les Parisiens ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Ian Fellbom cherche à débloquer son compteur, décalé par Dugas sur la droite, puis sur une perte de palet adverse, sans réussite. Très actif et dangereux par sa vitesse, Nicolas Chauveau trouve pour sa part la juste récompense de son travail de harcèlement (5-3 à 34’34"). Wasquehal plie de plus en plus, et concède deux dégagements interdits ainsi qu’une pénalité de Zajac. Ian Fellbom tient alors sa revanche, en redirigeant le tir d'Antoine Amsellem (6-3 à 37’29").
 
On ne donne pas cher de la peau des Lions, dont la cage a été la cible de 25 essais au cours de la période intermédiaire, et dont l’arrière-garde montre des signes de fatigue. Le dernier rempart est ainsi contraint à mettre fin à deux situations de 2 contre 1 menées par les paires Denis-Gourgand et Chauveau-Sierra. Ils retrouvent un peu d'espoir avant le deuxième coup de sirène, Charley Marcos pressant la cage avec réussite après avoir évité la charge de Quentin Lamey (6-4 à 39’44").
 
Pour espérer entrevoir leur premier quart de finale, les hommes de Frédéric Nilly tentent de porter le danger dans le camp adverse, sur deux incursions de Marc-Antoine Herbet, mais l'accès à la zone francilienne est désormais bien protégé. Deux fautes de Fronty et Zajac freinent leur élan, et l’addition se serait déjà corsée sans un poteau trouvé par Amsellem et un raté de Marouillat, seul face à la cage ouverte par une passe de Dugas.
 
Adoptant une posture plus prudente, de circonstance, les bleus laissent venir des adversaires à court d'inspiration. Avec une dizaines de minutes à faire, le public local commence à y croire et répond avec un surcroît d’intensité aux encouragements wasquehaliens. Benjamin Turpin parvient à lancer vers Franck Constantin, inactif depuis plusieurs minutes. Deux faire-trébucher sifflés en moins d'une minute à l'encontre de Mazzone et Amsellem inaugurent une deuxième séquence de double supériorité numérique. Aux allures de dernière chance. Martin Domian se démène pour trouver une fenêtre de tir, mais Constantin, quand un défenseur n’oppose pas son corps, fait l’arrêt. Les frictions consécutives à cette intervention envoient Herbet en prison. Et Paris de repartir de l’avant pour sceller le sort de la rencontre, Antoine Amsellem anticipant la sortie de Beck pour convertir le centre de Fellbom (7-4 à 56’25"). Battu à la course par Schue, qu’il accroche, Cvejn ne peut empêcher Gourgand de porter la marque finale à 8-4 dans la cage vide (56’49").
 
Bousculés dans le Nord, les Français Volants ont de nouveau fait preuve de caractère pour signer un succès plus large, grâce à sept buteurs différents. Portés par leurs hommes d’expérience et l’intensité de leurs quatre trios, ils ont fini par épuiser des Lions dont la saison s’achève, non sans que l’objectif prioritaire du maintien n’ait été assuré. Prochaine étape pour la troupe d’Antoine Amsellem : les Taureaux de Feu de Limoges, obstacle à surmonter pour retrouver les demi-finales, où ils affronteraient une troisième équipe d’une poule A bien représentée en quarts de finale.
 
 
Français Volants de Paris – Wasquehal 8-4 (0-0, 6-4, 2-0).
Samedi 20 février 2016 à 18h45 à la patinoire Sonja Henie. 395 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin assisté de Justin Chouleur et Christophe Moncozet.
Pénalités : Français Volants de Paris 14' (4’, 4’, 6'), Wasquehal 24' (4’+10', 4', 6').
Tirs : Français Volants de Paris 55 (15, 25, 15), Wasquehal 25 (8, 11, 6).
 
Évolution du score :
1-0 à 20’42" : Denis assisté de Schue et Gourgand
1-1 à 21’24" : Turpin assisté de DiPietro
1-2 à 22’40" : Zajac assisté de N'Guyen
2-2 à 24’03" : Remot assisté de Dugas
2-3 à 25’06" : Domian assisté de DiPietro
3-3 à 25’16" : Marouillat assisté de Amsellem
4-3 à 32’31" : Amsellem assisté de Mazzone et Marouillat (sup. num.)
5-3 à 34’34" : Chauveau
6-3 à 37’29" : Fellbom assisté de Amsellem et Mazzone
6-4 à 39’44" : Turpin
7-4 à 56’25" : Amsellem assisté de Fellbom et Dugas
8-4 à 56’49" : Gourgand assisté de Schue (cage vide)
 
 
Français Volants
 
Attaquants :
Karl Gourgand - Mickaël Denis -  Léonard Schue
Ian Fellbom -  - Mickaël Marouillat (A) - Antoine Amsellem
Santiago Sierra - Simon Remot - Nicolas Chauveau
Antoine Blanchard - Gianni Vigezzi - Thomas Faudot-Bel
 
Défenseurs :
Jérôme Wagner - Quentin Lamey
Kevin Dugas - Arnaud Mazzone
François-Henri Désérable (A) -  William Place (C)
 
Gardien :
Franck Constantin
 
Remplaçant : Julien Roullier (G). Absents : Oleg Kuzmin (suspendu), Gaël Guilhem. Louis Quentin.
 
Wasquehal
 
Attaquants :
Aurélien Zajac - Benjamin N’Guyen (C) -  Simon Angielczyk
Charley Marcos -  Benjamin Turpin - Anthony Kiffer
Martin Domian -  François Piquet -  Axel Canaguier (A)
 
Défenseurs :
Joe Di Pietro - Marc-Antoine Herbet
Benjamin Louf - Sébastien Fronty (A)
Lukas Cvejn
 
Gardien :
Gilles Beck (sorti à 56’39") puis Jean-Christophe Rohart à 56’49"
 
Absents : Thibault Verschaeve (obligations professionnelles), Robin Morvan et Thomas Fauchart (blessés), Trent Ruffolo (rentré aux États-Unis).