Grenoble - Rouen (Ligue Magnus, quarts de finale, match 2)

Les Brûleurs de Loups n’y arrivent pas

Après avoir remporté le premier match à Pôle Sud, les Dragons ont repris l’avantage de la glace dans cette série. Menés 1-0, les Brûleurs de Loups n’ont désormais plus droit à l’erreur. Pour essayer d’apporter plus de vitesse dans son attaque, en difficulté hier soir, Terglav a choisi d’aligner Andrej Hebar, ce qui a pour conséquence d’envoyer Stéphane Gervais en tribune. En revanche, il maintient sa confiance à Ervīns Muštukovs dans les cages, malgré son match moyen de la veille. L’objectif grenoblois sera de neutraliser le power-play rouennais, terriblement efficace hier. Du côté de Rouen, pas de changement dans l’alignement victorieux hier. Les hommes de Fabrice Lhenry, relancés après la défaite en finale de coupe de la ligue, vont tenter garder l’avantage dans la série.

2016 02 20 Grenoble Rouen1Gros début de match pour les deux équipes qui se donnent à fond dès les premières minutes. Et ça commence fort pour Rouen qui fait tinter coup sur coup les poteaux grenoblois. Muštukovs n’est pas malheureux sur ce coup-là !

Yorick Treille rejoint la prison pour un cinglage. Le power-play grenoblois, muet hier soir, a l’occasion de se racheter. Mais une fois encore, il est incapable de se mettre en bonne situation de tir et le jeu revient à cinq contre cinq sans que Sabourin n’ait été inquiété.

Lorsque Sébastien Thinel est pénalisé à son tour, Pôle Sud se met à trembler. Les Dragons avaient réalisé un 3/3 en supériorité numérique hier soir. Les voilà de nouveau en situation favorable. Et leur incroyable réussite continue : un tir dévié de Labelle côté gauche finit dans le haut du but au grand dam de Muštukovs qui se demande encore comment le palet est rentré (0-1, 07'51").

2016 02 20 Grenoble Rouen2Comme hier, Grenoble se retrouve en position de courir après le score. La réaction vient de Lamirault puis Harty qui tour à tour tentent leur chance face à Sabourin. Mais les Brûleurs de Loups sont freinés dans leur élan par une obstruction de Labrecque sur Raux. Pour la première fois depuis le début de la série, le power-play rouennais ne marque pas, et Perret aurait même pu créer la surprise en contre-attaque.

Une bonne nouvelle pour des Grenoblois rassurés qui repartent plus que jamais à l’assaut de la cage de Sabourin. Leur pressing permet d’obtenir une pénalité de Koudys puis rapidement une autre d’Arrossamena. C’est un 5 contre 3 pour Grenoble pendant une minute ! L’occasion rêvée d’enfin briser le silence en power-play et de revenir au score. Mais les Brûleurs de Loups tergiversent, Sabourin déplace sa cage au bon moment et Gauthier manque le cadre. Résultat : les Brûleurs de Loups manquent une belle opportunité avec un power-play toujours aussi stérile. Et le plus paradoxal, c’est que c’est à cinq contre cinq qu’ils finissent par marquer, sur un lancer au ras du poteau de Bisaillon qui profite du trafic mis devant Sabourin (1-1, 17'08").

2016 02 20 Grenoble Rouen3Voilà les Grenoblois relancés dans la partie après cette égalisation logique, même si Marc-André Thinel teste de nouveau Muštukovs dans les dernières minutes. Mais c’est Arnaud qui a la meilleure opportunité avant le coup de sirène. Emporté par son élan, il percute Sabourin mais ne parvient pas à glisser la rondelle derrière la ligne.

La seconde période débute par un lancer de Lampérier sur Muštukovs, tout de suite mis à contribution. Mais Grenoble reprend l’ascendant et Sabourin se signale par des cages déplacées à répétition ce qui a le don d’énerver le public grenoblois. Alors que Sébastien Thinel se rate sur une reprise de volée, Harty est sanctionné pour une charge sur Koudys. Pôle Sud tremble de nouveau sur le power-play rouennais. Après une échappée d’Arnaud, très actif ce soir, Yorick Treille s’y reprend à deux fois mais Muštukovs repousse les tirs du Rouennais. Il finit par s’incliner sur un lancer croisé limpide de Mark Matheson (1-2, 24'28").

2016 02 20 Grenoble Rouen5Le power-play rouennais, décidément redoutable, a encore fait mouche. Les Brûleurs de Loups encaissent le coup après ce deuxième but rouennais. Colotti aurait pu faire le break pour Rouen mais il ne cadre pas son tir. Muštukovs préserve les siens en sortant une belle mitaine sur un lancer de Coulombe alors qu’une magnifique action du duo Guénette-Thinel se termine par un tir sur le poteau.

Après avoir subi pendant quelques minutes, les coéquipiers d’Eric Chouinard repartent à l’attaque et se montrent plus dynamiques dans le jeu. Un bon lancer dans l’axe de Harty est bien capté par Sabourin. Mais le portier rouennais a moins de réussite quelques secondes plus tard sur un lancer de Bouchard au ras du poteau qui remet les deux équipes à égalité (2-2, 29'24"). Le buteur grenoblois, très discret hier soir, retrouve enfin le chemin des buts. Après un tir de Thinel détourné de la jambière par Muštukovs, Aurélien Dorey se retrouve pénalisé. Une nouvelle supériorité numérique pour les Brûleurs de Loups, encore gâchée tant ils se montrent dans l’incapacité totale de poser le jeu en zone offensive.

2016 02 20 Grenoble Rouen4Après ce nouvel échec, mini coup de théâtre avec une charge au niveau de la tête de Dame-Malka sur Arnaud en milieu de glace. Une charge plus spectaculaire que violente qui laisse tout de même Arnaud quelques minutes sur la glace avant de pouvoir se relever. Dame-Malka, dont l’histoire mouvementée avec Grenoble connaît un nouvel épisode, est expulsé. Arnaud, sonné mais pas blessé, reviendra au jeu quelques minutes plus tard.

Avec cinq minutes de supériorité numérique, les Brûleurs de Loups ont l’occasion de prendre enfin les devants. Mais les tentatives successives de Labrecque, Chouinard et Bouchard se heurtent à Sabourin. Les cinq minutes défilent sans que Grenoble ne parvienne à marquer, symbole manifeste de l’incapacité totale des Isérois en power-play depuis le début de cette série. Ils confondent vitesse et précipitation et se font systématiquement contrer par un box-play rouennais parfaitement organisé. Raux aurait même pu surprendre la défense grenobloise en contre-attaque. C’est sur ce constat d’échec du côté des locaux que se termine la deuxième période.

2016 02 20 Grenoble Rouen6Malgré ce manque d’efficacité en supériorité numérique, les Brûleurs de Loups ne renoncent pas à l’image de Bouchard qui place une belle accélération au début de la troisième période. Puis c’est au tour de Sébastien Thinel de manquer le cadre malgré une position favorable devant la cage. Il provoque ensuite une faute de Krog. Grenoble remet ça en supériorité numérique avec l’espoir de briser la malédiction. Une reprise de Harty est repoussée par Sabourin qui déplace de nouveau sa cage suite un lancer de Bouchard. Le portier rouennais se montre décisif dans cette infériorité numérique en repoussant un lancer de Bisaillon. L’issue sera la même et Rouen parvient de nouveau à tuer cette pénalité.

Guénette passe près d'assommer les Grenoblois avec un numéro dont il a le secret en zone offensive. Les Dragons sont plus percutants en attaque, mais ils se font surprendre sur une contre-attaque de Bouchard et Gauthier partis en deux contre un. Le premier sert le second qui n’a plus qu’à marquer dans la cage ouverte, Sabourin ayant tenté une sortie avant de se raviser au mauvais moment (3-2, 48'13").

2016 02 20 Grenoble Rouen7Pour la première fois depuis le début de cette série, Grenoble prend les devants au score dans une rencontre. Le moment choisi semble idéal d’autant qu’il arrive à un moment où Rouen avait repris l’ascendant offensivement. Les Brûleurs de Loups n’ont plus qu’à tenir le score, et ils continuent de mettre la pression à l’image de Harty qui oblige Sabourin à deux arrêts consécutifs. Mais les hommes d’Edo Terglav n’ont pas la chance de leur côté. Un centre tendu devant le slot de Lampérier est dévié involontairement par... Jordann Perret qui trompe son propre gardien (3-3, 50'33"). Ce but « gag » remet Rouen dans la partie.

Nouvelle supériorité numérique pour Grenoble dans la foulée, après une charge de Lampérier dans le dos de Baylacq. Mais l’issue ne fait guère de doute et pour la septième fois de la rencontre, Rouen tue la pénalité. Ragaillardis, les Dragons n’ont plus qu’à crucifier les Grenoblois, ce dont se charge Marc-André Thinel sur un lancer plein axe qui transperce Muštukovs (4-3, 55'48"). De nouveau Rouen est devant au score. Pour de bon cette fois. Ni le temps mort pris par Terglav, ni la sortie de Muštukovs ou l’ultime pénalité de Sacha Treille ne changeront l’issue de cette rencontre, remportée par Rouen plus que jamais confortablement installé dans cette série.

Les Dragons n’ont pas été aussi dominateurs que la veille. La faute à une avalanche de pénalités sanctionnant une certaine indiscipline qui aurait pu s’avérer coûteuse. Mais les Rouennais ont été exceptionnels en infériorité numérique. À chaque fois, ils ont parfaitement neutralisé le power-play grenoblois, bloquant les tirs et coupant les lignes de passe avec malice. Si les joueurs alignés en « penalty killing » sont à saluer, Sabourin l’est tout autant, permettant à son équipe de résister le plus longtemps possible. Offensivement, les Dragons n’ont pas été malheureux sur les premier et troisième buts. Une réussite qui leur a permis de remporter une rencontre où ils ont été bien malmenés. De bon augure pour la suite de la série qui se déplacera à Rouen.... Les Dragons ont ainsi l’occasion de se qualifier à domicile sans revenir à Grenoble.

2016 02 20 Grenoble Rouen8Les Brûleurs de Loups ne sont pas en réussite. Principal « coupable » : le power-play, proprement catastrophique. 0/4 hier, 0/8 aujourd’hui. En douze supériorités numériques, ils n’ont jamais réussi à tromper la vigilance de Dany Sabourin. Une statistique qui ne permet pas d’envisager de gagner un match de play-offs, surtout face à Rouen. Ensuite, la prestation de Muštukovs pose question. De retour de blessure, le gardien grenoblois ne semble pas avoir retrouvé tous ses repères, grimace pour se relever et se montre en difficulté sur des tirs qui semblent « arrêtables ». La titularisation de Lukáš Horák pour la suite de la série semble désormais plus que probable. Enfin la malchance s’en mêle...

Malgré toutes leurs imperfections, les Brûleurs de Loups menaient 3-2 à dix minutes de la fin, grâce notamment au réveil de la première ligne, buts de Bouchard et Gauthier à la clé. Jusqu’à ce que ce but casquette de Perret contre son camp ne vienne tout relancer. Battus deux fois à domicile, les Grenoblois ont grandement compromis leurs chances de qualification. Sauront-ils s’en relever ? Leur seule victoire de la saison contre Rouen était à l’Ile Lacroix... C’est peut-être le dernier espoir qu’il leur reste d’inverser la tendance...et d’éviter une nouvelle saison ratée.

Désignés meilleurs joueurs du match : Matthias Arnaud (Grenoble) et Tero Konttinen (Rouen)

(Photos Emmanuel Giraudeaux)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On a fait le match qu’il fallait faire, on sort avec une défaite, c’est assez frustrant. En avantage numérique, il faut qu’on soit mieux, après on est revenu dans le match, on mène 3-2, ils ont marqué deux buts qui font mal. C’est tout. Le choix de Muštukovs, sa blessure a guéri, il nous avait amenés jusqu’ici cette année, c’est une décision logique. Il ne nous a pas donné le match qu’il fallait. Dans un match comme ça, il faut que le gardien soit au top. Cette année on a très bien fait à l’extérieur, il faut aller là-bas en prenant un match à la fois, avoir le même état d’esprit qu’on a eu aujourd’hui, et revenir ici pour un cinquième match.»

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « C’était un match complètement différent d’hier soir. Autant hier on a maîtrisé plus le palet et le jeu, ce soir on a pris cinquante minutes de pénalités donc je suis très satisfait de voir comment a réagi l’équipe, comment a travaillé l’équipe, comment les joueurs se sont battus, les shots qu’ils ont bloqués, l’énergie qu’ils ont dépensée à défendre. Comme je leur ai dit, si on veut aller loin dans les play-offs, il faut savoir défendre, il faut avoir du cœur comme ils en ont eu ce soir. Je suis déçu d’avoir pris autant de pénalités, mais on a quand même su faire le dos rond et profiter des occasions. Il y a des joueurs qui ont un rôle pour tuer les pénalités, d’autres plus pour les supériorités numériques. Ce soir dans le travail à quatre, ils ont vraiment tout donné pour l’équipe, Dany Sabourin a fait aussi un excellent match. Dame-Malka, c’est un fait de jeu, après quand je vois le joueur de Grenoble qui est soi-disant KO et qui nous rigole au nez juste après, ça me désole de voir ces images dans le hockey, le hockey n’est pas le football. Il reste deux matchs à remporter. Ça ne va pas être facile, on a vu que les deux matchs ici étaient très serrés, ça se joue à quelques détails. La série est loin d’être finie. Grenoble, c’est une belle équipe, un des favoris du championnat, donc ça va être serré jusqu’au bout. C’est bien de repartir avec deux victoires d’ici, mais ça peut vite tourner. »

Sébastien Gauthier (attaquant de Grenoble) : « Aller à Rouen à 0-2, c’est loin d’être idéal. Mais c’est la situation dans laquelle on est. On est déçu, mais dans une heure, il faut penser au prochain match. On y croyait, à 2-2 après deux périodes, on était bien. À 3-2 à dix minutes de la fin encore plus, on y croyait, on leur mettait la pression. On méritait mieux mais à la fin, il n’y a pas de victoire. On a une journée de préparation lundi avant les deux matchs, on va se préparer pour le power-play. C'est le point tournant des deux matchs, les unités spéciales. On n’a pas de réponses sur notre power-play, on va travailler là-dessus. On avait l’avantage de la glace mais cette année on a battu Rouen à l’extérieur. Il faut adopter une attitude positive, on n’a plus rien à perdre. Il faut jouer sans stress, jouer comme on est capable, comme on l’a fait tout le mois de janvier contre les grosses équipes. Le prochain match, c’est le plus important et le match d’après sera encore plus important. On est déçu mais on reste positif, c’est une série en 4 de 7, on savait que ça allait être difficile. La série est encore longue, on a encore nos chances. »

 

Grenoble – Rouen 3-4 (1-1, 1-1, 1-2)
Samedi 20 février 2016 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3000 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Geoffrey Barcelo assistés de Matthieu Barbez et Gabriel Pointel
Pénalités : Grenoble 6' (4’, 2’, 0’), Rouen 49' (6’, 2’+5’+20’, 6’+10’)
Tirs cadrés : Grenoble 40 (10, 10, 20), Rouen 27 (5, 10, 12)

Évolution du score :
0-1 à 07'51" : Labelle assisté de M.Thinel et Lampérier (sup. num.)
1-1 à 17'08" : Bisaillon assisté de Harty et Chapuis
1-2 à 24'28" : Matheson assisté de Coulombe et Krog (sup. num.)
2-2 à 29'24" : Bouchard assisté de Milovanovic et Favarin
3-2 à 48'13" : Gauthier assisté de Bouchard et Chouinard
3-3 à 50'33" : Lampérier assisté de Matheson et Sabourin
4-3 à 55'48" : M.A. Thinel assisté de Lampérier et Dorey

Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C) – Sébastien Gauthier – Danick Bouchard
Sébastien Thinel (2’) – Christophe Tartari (A) – Andrej Hebar
Mathias Arnaud – Dave Labrecque (2’) – Jordann Perret
Romain Chapuis – Julien Baylacq – Aubin Lamirault

Défenseurs :
Jakob Milovanovic – Nicolas Favarin
Jonathan Harty (2’) – Sébastien Bisaillon (A)
Ryan Barlock – Quentin Scolari
Arthur Montenoise

Gardien :
Ervīns Muštukovs [sorti de 58'52" à 60'00"]

Remplaçants : Corentin Noré (G), Robin Lamboley. Absents : Lukáš Horák (G, surnuméraire), Julien Guillaume (main), Stéphane Gervais (surnuméraire), Petr Kalus (commotion), Victor Goy (hanche).

Rouen

Attaquants :
Loic Lampérier (2’) – François-Pierre Guénette (A) – Marc-André Thinel
Nicolas Arrossamena (2’) – Jason Krog (2’) – Sacha Treille (2’+10’)
Yorick Treille (A) (2’) – Damien Raux – Olivier Labelle
Fabien Colotti – Joël Perrault – Dan Koudys (2’)

Défenseurs :
Olivier Dame-Malka (5’+20’) [puis Léo Guillemain à 33’06’’] – Patrick Coulombe (C)
Tero Konttinen – Mark Matheson
Florian Chakiachvili – Aurélien Dorey (2’)

Gardien :
Dany Sabourin

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Vincent Nesa