Villard - Avignon (Division 2, huitième de finale retour)

Villard, l’art et la manière !

Les Ours qui s’étaient imposés 13 buts à 0 (avec un blanchissage du jeune gardien Robin Carrier) lors de la première manche des huitièmes de play-offs semblaient bien décidés à remettre ça sur leur glaçon. Et ce, malgré l’absence de leur meilleur buteur Miroslav Skovira.

Le blanchissage fait partie des projets. Il devra être attribué à Smik et Carriet qui joueront 30 minutes chacun sans faillir. Du côté des Castors, les gardiens remplaçants tous deux blessés ne laissaient guère le choix au gardien Johan titulaire Scanff.

Dès l’entame du match, le public, venu en nombre (environ 600 personnes) se pose légitimement la question d’un problème d’affûtage chez les Castors tant les chutes sont nombreuses. C’est Florian Pesce qui prend le contrôle du palet en zone offensive sans toutefois parvenir à déstabiliser Scanff qui arrête le tir mais le relâche sans réel contrôle. Nathan Bernier occupe la zone des Castors tandis que Lamirault donne, mine de rien, des coups de palette dans les mollets des Ours. Pour autant les hommes de Daniel Sedlak ne séjournent que très peu de temps en zone neutre et le jeune Sénéchal qui semble avoir "retrouvé son hockey" se déploie aisément devant la cage adverse et marque le premier but des Ours.

Les Castors accusent le coup et éprouvent beaucoup de difficultés à revenir en zone offensive tant la défense villardienne est bien présente. C’est justement d’elle, plus précisément de Simonneau et Drogue qui montent à la cage pour servir Janosik, que viendra le second but pleine lucarne (2-0). Il faudra moins d’une minute à la ligne Buisson-Pras pour passer à Pesce qui profite d’une inattention du gardien avignonnais pour franchir le filet via le puck (3-0).

Les attaquants des Castors, notamment Lamirault et l’ex-Villardien et entraîneur-joueur Ludovic Garreau, tentent bien de revenir au score. Est-ce encore possible ? Pour avoir retenu, Janny est sifflé par la patrouille. Le powerplay villardien, sur lequel les Ours ont construit leurs différentes victoires du début de saison, n’est pas productif. Avignon tient bon, notamment grâce à quelques beaux arrêts de Scanff.

Faut-il parler du quatrième but des Ours ? En quarante ans de fréquentation des patinoires, crosses et buts en tous genres, jamais encore je n’avais vu une rondelle glisser aussi lentement et aussi inexorablement dans une cage ! Certes Eric Aurard, juste auparavant, aura donné l’impulsion, mais c’est seul et doucement, sous le regard du gardien qu’entre dans la cage le puck (4-0). Le jeu est toujours en zone offensive pour les Villardiens avec Bernier qui sert assez joliment Pras, lequel passe... à côté de la passe. Dommage.

Maxime Bienvenue file en pénitence pour accrocher (15'32"). À cet instant, je remarque que Monsieur l’arbitre a gardé les lacets roses de Pink in the Rink, preuve que cet évènement aura marqué joueurs, public et patrouille ! Avignon décide de mettre plus d’intensité et prend d’assaut la zone de Carrier. S’ensuivent de vilains gestes des deux équipes, puis un cafouillage devant la cage villardienne et un tir stoppé/bloqué mains sur le ventre par le jeune gardien. Prison tuée.

2016 02 20 VillardLe jeune Sénéchal, qui s’est déjà fait remarquer lors des deux précédentes rencontres, nous montre ce qu’il a dans la palette quand il accorde la tête et les jambes : puissance, habileté et volonté. Il grimpe jusqu’à la rouge et tente de slapper, mais en dépit d’un retourné lancé esthétique, la rondelle ne parviendra pas jusqu’à la cage adverse. Pirouette cacahouète !

Les Castors tentent à nouveau leur chance. Le public, ébahi, voit un joueur entrer dans la cage de Carrier tête en avant mais surtout avant le palet qui franchit le filet que le Castor a fait bouger ! L’annonce (obligatoire) qui suit est surréaliste : "but non validé car la cage a bougé". On s’en doutait ! Sedlak donne un peu de temps de jeu aux jeunots qui nous ont déjà prouvés qu’ils savent se tenir ! Téo Laurent, justement, inscrit le cinquième but pour son équipe.

Une bagarre éclate et dans un angle que je ne peux visualiser. Pras est pénalisé pour charge dans le dos (5'+20'). Gaël Père va en prison aussi pour dureté. Au match aller, le troisième tiers n’avait été que coups et blessures. Les arbitres n’ont pas l’intention de laisser glisser le match dans ces eaux troubles. En jeu de puissance, Juan, Malaval et Jahant montrent un scénario qui ressemble (enfin ?) à du hockey. Simonneau veille et dévie un tir dangereux tandis que Carrier se permet de feinter avant d’arrêter un lancer des Castors.

À 29'23", changement de gardien. Smik remplace Carrier. Depuis le départ de Pras, les Ours sont comme désorganisés. Ce qui n’empêche nullement une belle action d’Aurard stoppée par la mitaine du portier adverse. Une pluie de pénalités s’abat principalement sur les Ours : Sage-Vallier, Pesce, Laurent. Même si Julien Bonnet prend aussi deux minutes pour cinglage, les engagements se font en zone offensive des Castors. Smik arrête, stoppe. Patrik Bakos est, lui aussi, fidèle à son beau jeu. Il est pour moi l’un des meilleurs défenseurs de l’équipe villardienne (pas le seul évidemment !). Un défenseur jamais récompensé comme MVP, dommage. D’ailleurs, en dehors des gardiens, les défenseurs sont-ils sur la liste des joueurs susceptibles d’être récompensés ? Je poserai la question au coach Sedlak !

Pour l’heure, les Ours voudraient se contenter d’un 5-0 qu’ils n’agiraient pas différemment. Mais le public réclame son dû : des passes et du jeu. Des buts ! Garreau tente, en vain, sa chance. C’est au jeune Aurard que l’on doit le sursaut d’orgueil qui lui permet de foncer vers la cage d’Avignon dans laquelle il shoote avec succès (6-0).

Le match est plié. En troisième période, une prison pour Lamirault permet au public d’assister à un joli jeu de passes entre Sage-Vallier et Sénéchal. Prison tuée par Avignon ou mauvais powerplay de Villard ? Point de but. Les esprits des Castors s’échauffent et Père vient réellement chercher des noises à Bernier qui ne réplique pas et garde son sang-froid. La scène se déroule juste sous mes yeux. Je vois la porte de la prison s’ouvrir pour Avignon mais, ô comble de surprise, je vois que celle de Villard l’est aussi. Le corps arbitral prouve bien qu’il est humain. Donc perfectible. On le verra quelques minutes plus tard alors que Laurent glisse et chute sur la bande – seul – entraînant une blessure au genou (sa jambière s’étant déplacée, le genou cogne violemment la bande). La patrouille colle alors 2’ à Garreau qui, selon moi n’était pas en faute. Le jeu de puissance des Ours s’organise, Bakos veille à la bleue. Villard ne marque pas. Scanff résiste jusqu’au moment où Sénéchal prend la rondelle dans sa palette, la lève et balance. Un tir peu puissant mais très efficace qui met le puck pleine lucarne (7-0).

Les dés sont jetés, je me surprends à avoir peine pour les Castors qui continuent à tenter le tout pour le tout. J’ai moins de peine lorsque je vois Henry ou Garreau piquer discrètement les Ours dans les mollets là où les protections sont absentes. Donc là où ça fait mal. Aurard écope de deux minutes méritées, mais coup sur coup, les sifflets des arbitres empilent les bancs de la prison villardienne et déciment l’équipe. Ne voient-ils pas les coups bas infligés par certains mauvais perdants d’Avignon ? C’est discret mais efficace comme tactique ! Rien n’y fait.

Les Ours sortent vainqueurs 7-0 et sont qualifiés pour les quarts de finale. Seul Pierre-Antoine Simonneau fera le tour de la patinoire et viendra applaudir avec main et crosse levée le nombreux public resté pour les récompenses MVP. Dommage, on aurait aimé les voir tous les Ours. Prochain match à domicile le 5 mars prochain. Ce sera face à Amnéville pour le match retour de ces quarts de finale.

MVP : Johan Scanff pour Avignon, Maxime Sénéchal pour Villard-de-Lans.

Léonie Camay (photo Stéphane Gatinet)

 

Villard-de-Lans - Avignon 7-0 (4-0, 2-0, 1-0)
Samedi 20 février 2016 à 20h30 à la patinoire André-Ravix. 580 spectateurs.
Arbitrage de Laurent Vaissaire assisté de Guillaume Zaegel et Laurent Rouèche.
Pénalités : Villard 41' (2', 6'+5'+20', 8'), Avignon 12' (2', 4', 8').
Tirs : Villard 39 (16, 12, 11), Asnières 27 (9, 8, 10).

Évolution du score :
1-0 à 02'13" : Sénéchal assisté de O. Conil
2-0 à 06'04" : Janosik assisté de Simonneau et Drogue
3-0 à 06'48" : Pesce assisté de Buisson et Pras
4-0 à 12'29" : Aurard assisté d'Alves de Carvalho et Bakos
5-0 à 24'05" : Laurent assisté de Sage-Vallier
6-0 à 39'27" : Aurard assisté de Bienvenue et Drogue
7-0 à 50'55" : Sénéchal assisté de Sage-Vallier et Simonneau