Brest – Angers (Ligue Magnus, quarts de finale, match 4)

Les Ducs plus réalistes 

Revenus à 2-1 dans la série, les Albatros se sont remis en piste mais doivent remettre le couvert 24 heures plus tard. L’avantage est que les protagonistes sont encore « chauds » et sont vite dans le bain.

Dimitri Thillet a la première bonne occasion avec une reprise plein axe détournée de la botte par Léo Bertein (4’10’’). Mais c’est Michal Dian qui hérite de la plus grosse opportunité d’un premier tiers très équilibré en se présentant seul face à Raphaël Girard. L’attaquant slovaque cherche le haut du but mais règle mal la mire et le palet passe au-dessus (5’10’’).

Angers semble vouloir jouer dur mais commet beaucoup de fautes. Robin Gaborit ne s’était déjà pas attiré les faveurs du public la veille, et il n’arrange pas vraiment son cas en commettant une charge dangereuse sur Martin Hujsa dos à la bande (6’10’’). Jeff May le rejoint sur le banc des pénalités à 7’01’’ et voilà les Ducs réduits à trois. Les noirs ne mettent pas cette situation inespérée à profit.

Bien que les Ducs ne passent pas autant de temps en zone offensive, ils s’y montrent plus incisifs lorsqu’ils y sont avec un danger qui est créé en deux ou trois touches de palet. Les Albatros sont moins intuitifs et appliquent peut-être un peu trop systématiquement des schémas de jeu pré-établis qui provoquent un manque de spontanéité et surtout une anticipation de leurs adversaires.

Un accrocher de Gaëtan Cannizzo (11’18’’) permet aux Angevins d’avoir à leur tour une supériorité numérique, sans plus de succès. Les Albatros pensent avoir ouvert le score sur un lancer non bloqué par Girard, poussé au fond par Jonathan Avenel, mais le gardien angevin est sauvé par un coup de sifflet prématuré de l’arbitre (17’13’’).

On le sait, le hockey est un sport exigeant où le moindre détail et la moindre erreur peuvent faire la différence. Les unités spéciales y occupent une importance considérable et cette rencontre en est une illustration. La pénalité de Julien Albert à 21’43’’ offre ainsi une nouvelle opportunité à Brest de prendre la tête. Et c’est au contraire une petite erreur qui fait basculer la rencontre en faveur des Ducs.

Christian Ouellet, clairement convalescent, effectue sa première présence sur ce jeu de puissance. Sans doute pris à froid, il ne peut empêcher le palet de sortir de la zone offensive brestoise. Jimmy Jensen se lance à la poursuite du disque et Ouellet ne peut pas suivre le tempo. Le Canadien observe impuissant la situation de deux contre un qui vient de se créer et qui est conclue par Dimitri Thillet (0-1 à 23’29’’).

Un coup dur pour les locaux car les Ducs n’avaient jamais réussi à prendre les devants la veille, ce qui a changé beaucoup de choses dans la physionomie du match. Graham Avenel est pris en flagrant délit de coup de genou (26’33’’). Angers double alors la mise en supériorité par, ironie du sort, la tête de Turc du public brestois, à savoir Robin Gaborit (0-2 à 27’36’’).

Un but en infériorité, un but en supériorité. Le break est fait pour les joueurs du Maine-et-Loire qui étalent une nouvelle fois leur réalisme. Les Albatros continuent pourtant de se créer la majorité des occasions avec même une nouvelle courte séquence à 5 contre 3 (32’59’’). Mais Raphaël Girard est impérial et intraitable. Brest a beau avoir plus du double des tirs que son adversaire (16 contre 7 dans cette période), les lancers arrivent souvent directement sur le gardien ou vers sa mitaine, qui ne semble pas être son point faible, bien au contraire. Il est bien soutenu par le travail défensif de ses joueurs de champ, notamment les centres Braden Walls et Cody Campbell qui appliquent un repli consciencieux.

Deux pénalités sifflées à l’encontre des Angevins (41’59’’, 45’34’’) pourraient permettre de relancer le match avec un jeu de puissance efficace. Ce n’est pas du tout le cas avec des Brestois qui cherchent des déviations qui passent à côté. Le rythme baisse peu à peu et l’intensité diminue clairement. Sans doute la fatigue d’une deuxième rencontre disputée en autant de jours. Angers fait le métier et applique un jeu défensif strict suffisant pour empocher une troisième manche et blanchir son adversaire malgré 40 tirs concédés.

Cela fait donc 3-1 dans la série, et il faut être réaliste, les choses se compliquent sérieusement pour les Albatros. Brest a pourtant dominé toutes les rencontres aux tirs mais ne fait pas preuve d’autant d’efficacité et de réalisme que les Ducs. La marque d’une équipe redoutable.

Ce soir, en ne concrétisant aucun des nombreux jeux de puissance, les Bretons ont vu la rencontre leur échapper. La différence s’est faite en moins de cinq minutes. Une fois devant, Angers a pu verrouiller la rencontre et s’en remettre à un Girard de gala. Les Albatros ne sont pas encore morts. Il leur faut maintenant se lâcher un peu plus et peut-être mettre un petit grain de folie dans leur jeu pour pourquoi pas surprendre un adversaire bien rodé.


Brest –Angers  0-2 (0-0, 0-2, 0-0)
Mardi  24 février 2016 à 20h00 au Rïnkla Stadium.  933 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline et Savice Fabre assisté de Charlotte Girard et Jérémie Douchy.
Pénalités : Brest 14' (4’, 8’, 2’), Angers 16' (4’, 8’, 4‘).
Tirs : Brest  40 (13, 16, 11), Angers 25 (7, 7, 11)

Évolution du score :
0-1 à 23’29’’ : Thillet assisté de Jensen (inf. num.)
0-2 à 27’36’’ : Gaborit assisté de Lacroix et Riendeau (sup. num)


Brest

Attaquants :
Alexandre Quesnel (A) - Roman Vondracek – David Bastien
Quentin Berthon - Jaroslav Prosvic (C) - Michal Dian
Jonathan Avenel  - Graham Avenel - Dimitri Motreff  
Edgars Dikis - Martin Hujsa – Jérémie Romand

Défenseurs :
Mathieu Gagnon - Charles Landry
Gaëtan Cannizzo - Aurélien Gréverend (A)
Charlie Doyle - Doug Jessey
Christian Ouellet (une présence à 23’)

Gardien :
Léo Bertein (sorti à 58’14’’)

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Florent Aubé. Absent : Nicolas Motreff.

Angers

Attaquants :
Yannick Riendeau - Maxime Lacroix - Robin Gaborit
Dimitri Thillet – Cody Campbell – Julien Albert (C)
Matthieu Frecon – Braden Walls – Jimmy Jensen
Gautier Alvau

Défenseurs :
Gary Leveque (A) - Michael Busto (A)
Nolan Julseht-White - Jeff May
Raphaël Faure - Lauri Lahesalu  

Gardien :
Raphaël Girard

Remplaçants : Alexis Neau (G), Sébastien Valade, Maxime Griet, Augustin Nalliod-Izacard. Absents : Josh Lunden, Brian Henderson.