Valenciennes - Brest II (Division 3, quart de finale, match retour)

Ils y sont presque. Les Diables Rouges de Valenciennes ont à nouveau l'occasion d'atteindre le carré final. Larges vainqueurs (2-6) au Rinkla Stadium, ils doivent toutefois se souvenir qu'ils avaient un temps réussi à inverser un tel écart l'an dernier lors du match retour de leur quart de finale à Wasquehal.
 
La troupe d'Anthony Wagret, dont la sœur Julia, auréolée d'une récente médaille d'argent en danse sur glace aux Jeux olympiques de la jeunesse à Lillehammer, est appelée à donner le coup d'envoi, peut cette fois compter sur un atout de poids, le soutien populaire dont elle bénéficie depuis plusieurs années. La campagne d'affichage a battu son plein et la file d'attente devant Valigloö s'allonge bien avant l'ouverture des portes. Le tifo mis en place par les partisans des Diables accompagne l'entrée des visiteurs dont la tâche s'annonce compliquée car, en l'absence de Benoît Le Quemener, un seul portier, Clément Tanguy, a fait le déplacement. Ne pouvant compter sur le renfort de Magnusiens à la saison raccourcie par les griffes des Ducs angevins, le coach Sami Wikström doit également composer avec les absences de son meilleur compteur Marlo Chapron, touché à l'aller à la clavicule, et de l'expérimenté Maxime L'Arvor, retenu en Armorique.
 
Ces vents contraires n'empêchent pas les Albatros de connaître une entame solide. La passe de David Selin vers son partenaire défensif n'est pas assez appuyée ; Yann Téphany a bien senti le coup, s'en empare et vient battre Glevanak du revers à ras glace, sur le premier tir breton (0-1 à 02’20"). Suivi d'autres escarmouches car les visiteurs prennent confiance face à des Nordistes en rodage : masqué, Milan Glevanak parvient à sortir un palet dangereux d'Oscar Chapron, qui sert ensuite Bourhis, oublié aux abords de la cage par la défense accourue vers le passeur. Encore gêné par le trafic, le Slovaque voit avec soulagement le tir de Clément Gonzales passer trop à gauche du cadre. La domination bretonne se précise à la faveur de la première faute, une charge incorrecte de Marchal sur Kervella.
 
William L'Arvor accélère et transperce la défense pour ponctuer son action d'un essai manquant toutefois de puissance, à la différence de son capitaine Scarfiglieri, dont la mine provoque les premières explications musclées devant le but (07’50"). Les visiteurs sont sanctionnés peu après car Kervella retient Prokop, en tentant de venger la charge préalablement reçue du défenseur. Un autre arrière, Janos, profite de l'occasion pour employer Clément Tanguy, d'autant plus vigilant que Marek Matej, auteur de quatre buts et deux assistances à l'aller, rôde. La montée en puissance hennuyère se confirme au retour à cinq, Oscar Chapron opposant la crosse à De Gubernatis, à l'affût de la passe de Delbecque. Elle se ponctue par un lancer magistral de Matej vers la lucarne gauche (1-1 à 14’21").
 
Joie de courte durée car les Diables reprennent leur besogne défensive, à cause d'une faute de Maximilien Lageard dans la foulée d'un arrêt de Glevanak face à L'Arvor. Avec Jérémy Cormier, ce dernier manque ensuite une bonne opportunité de redonner l'avance à Brest : Glevanak, en mauvaise posture sur le premier essai, se relève à temps, aidé par une défense vite repliée, pour repousser la menace du second. À l'issue de plusieurs échanges avec les différents protagonistes et quelques échanges musclés, le duo arbitral sanctionne Anthony Wagret, au grand étonnement du principal intéressé, accompagné en geôle par un adversaire, Maxime Souet. Le jeu à quatre contre quatre offre des espaces à Brayden Clancy, dont le centre est repris par Matej. Tanguy repousse, mais Lukas Prokop surgit pour faire passer la rondelle au-dessus du gardien (2-1 à 18’41"). Le but à peine digéré, Matej catapulte le palet vers la cage, protégée d'une intervention salutaire du bras par Tanguy. Son défenseur Clément Gonzales l'épargne encore en se sacrifiant aux devants de Leclère avant le premier coup de sirène.
 
Plus réalistes, les Diables Rouges pêchent encore par indiscipline à la reprise. Une obstruction de Marchal, un faire-trébucher de Harmegnies et une crosse haute de Rémi Lageard, cumulées en moins de huit minutes, augurent de temps plus incertains. Les Albatros s'en remettent à leur capitaine Hugo Scarfiglieri, bien connu à Valigloö pour y avoir évolué en 2012-2013, face à un Glevanak solide. Les hommes de Sami Wikström peinent ensuite dans l'organisation du jeu de puissance, facilement enrayé. La sortie de prison de Marchal ouvre un « trois contre zéro » repoussé par Tanguy d'un triple arrêt face au trio belgo-canado-slovaque complété par Clancy et Matej. Celle de l'autre attaquant belge, Allan Harmegnies coïncide avec un lancer précis de Janos vers la lucarne gauche d'un Tanguy masqué sur le coup (3-1 à 26’52").
 
Le sifflet arbitral visant désormais les Bretons, Valenciennes hérite de 53 secondes de double supériorité, séquence observée depuis la prison par Chatin et Callec. Leurs équipiers font face, jusqu'à une ouverture précise de Maximilien Lageard vers Arthur Delbecque, seul devant Tanguy, dont l'intervention est vaine (4-1 à 36’00").
 
La charge contre la bande de Prokop n'empêche pas les Diables de continuer à défier Tanguy, qui hésite à sortir devant Matej avant de se racheter avec à propos, s'étendant de tout son long devant la ligne. Ses attaquants tentent de riposter par Le Neuresse, à la limite de la faute sur Leclère avant de déborder à droite et servir Anthony Callec, déjoué à son tour par un Glevanak tout heureux d'évoluer sous les yeux de ses proches venus spécialement de Slovaquie. Ses deux Lukas de défenseurs s'associent pour faire souffrir leurs homologues finistériens. Revenu sur la glace, Prokop accélère à droite et alerte Janos, dont la reprise manque le cadre, cumulant la malchance avant la deuxième pause.
 
Pour les vingt dernières minutes de la saison brestoise, Clément Tanguy encourage chaque partenaire à son retour sur le glaçon. Un effectif qui se réduira au fur et à mesure des minutes, tant ce dernier acte sera haché par les fautes et pourparlers inutiles. Chargé par Harmegnies, William L'Arvor s'en prend vertement au corps arbitral, qui devant ses insistances le renvoie aux vestiaires, sur le chemin duquel il prend le temps de saluer le public local. Autre péripétie, le cinquième but, un jeu à trois conclu côté mitaine par Thomas Trambouze (5-1 à 51’33"), donne l'occasion au duo arbitral de sanctionner le passeur décisif Benjamin De Gubernatis de deux minutes pour raillerie !
 
Sous les airs d'un biniou perdu dans la masse, les dernières minutes s'égrènent lentement pour des Brestois amputés en moins d'une minute de deux autres éléments, Oscar Chapron et Yann Téphany, renvoyés à leur tour. Si bien que seuls quatre joueurs accompagnent le coach Wikström sur le banc… Dans la foulée de Lukas Janos, dont un lancer nettoie cette fois la lucarne droite (6-1 à 55’24"), Valenciennes semble en mesure d'appuyer sur la tête des Albatros, mais Tanguy tient le choc sur un dernier duel avec Anthony Wagret.
 
Les Diables Rouges peuvent fêter longuement leur qualification pour le carré final, meilleur résultat obtenu par le club de la cité de Watteau depuis l'inauguration de leur antre. De quoi réjouir le show man Milan Glevanak, au micro avant d'exécuter quelques pas de danse pour cette dernière à domicile.
 
Commentaires d'après-match
 
Jérémy Cormier (attaquant de Brest) : « On était un peu sur la défensive car il nous manquait quelques uns de nos bons joueurs, dont un s'est blessé au match aller et s'est fait opérer hier. L'équipe était diminuée. On a trouvé que Valenciennes était une bonne équipe avec des étrangers capables de faire la différence mais qu'il y avait moyen de faire quelque chose. On l'a prouvé avec le premier but, où on sent un peu de fébrilité de l'autre côté. Le match a un peu changé de physionomie, on a commencé à jouer un peu plus rude et l'arbitre n'a pas bien tenu le match car il y a eu plusieurs mauvais coups de chaque côté qui n'avaient pas lieu d'être. Le premier tiers-temps était équilibré et Valenciennes a eu un peu de chance sur ses deux buts. Ils virent en tête et le match est plié. On gère mal les jeux de puissance au deuxième tiers-temps, il a fallu remixer nos lignes de power-play à cause des absences et presque personne ne jouait à sa place, pour combler les trous. Cela s'est ressenti car il n'y avait aucun automatisme ce soir sur le jeu de puissance. Matej est sur tous les buts à l'aller et fait son match, sans ces deux-trois étrangers qui sont au-dessus le résultat n'est pas le même. On devait avoir quelques renforts de la Mag,nus mais on a mal calculé le nombre de matchs à jouer. On a préparé les play-offs avec eux et deux jours avant le premier match, la Fédération nous a répondu que l'on ne pourrait pas compter sur eux. D'où une modification de toutes les lignes, ce qui nous a bien perturbés et c'est dommage. Il nous manquait notre premier gardien, et si on avait pu compter sur Antoine Bonvalot cela aurait été différent. Au final ce fut une bonne saison car notre objectif était de se qualifier pour les play-offs ; sur le plan comptable on est content. Sur le plan du jeu produit on n'a pas toujours fait ce que l'on aurait du faire. On a fait des gros scores contre des petites équipes, il n'y a vraiment pas de gloire. De temps en temps on a gagné sans développer du jeu. Notre poule était très faible, au contraire de celle de Valenciennes, mais dans le jeu il n'y a pas eu tant de différences avec eux, les scores ne le reflètent pas. Mais on s'attendait quand même à une grosse équipe de Valenciennes et c'est vrai que ça joue au hockey. Dans le club, on ne parle pas de montée. Le passage à 44 matchs de la Magnus nécessitera un groupe de 25-30 joueurs ; pour faire venir des jeunes la Division 2 pourrait être un plus. »
 
 
Valenciennes – Brest II 6-1 (2-1, 2-0, 2-0).
Samedi 19 mars 2016 à 18h30 à Valigloö. 1 050 spectateurs.
Pénalités : Valenciennes 22' (6’, 8', 8'), Brest II 88' (6’, 8', 4’+3x10'+2x20').
Tirs : Valenciennes 36 (13, 12, 11), Brest II 24 (10, 5, 9).
Évolution du score :
0-1 à 02’20" : Téphany
1-1 à 14’21" : Matej
2-1 à 18’41" : Prokop assisté de Matej et Clancy
3-1 à 26’52" : Janos assisté de Harmegnies
4-1 à 36’00" : Delbecque assisté de M. Lageard (sup. num.)
5-1 à 51’33" : Trambouze assisté de De Gubernatis
6-1 à 55’24" : Janos
 
 
Valenciennes
 
Attaquants :
Anthony Wagret – Brayden Clancy – Marek Matej (A)
François Marchal - Rémi Lageard (C) - Tristan Leclère
Allan Harmegnies - Arthur Delbecque ou Thomas Trambouze – Benjamin De Gubernatis
 
Défenseurs :
David Selin (A)  - Lukas Prokop
Maximilien Lageard - Lukas Janos
Louis Camurat
Ludovic Mathieu (à 59’23")
 
Gardien :
Milan Glevanak
 
Remplaçants : Louis Bachetti (G), Maxime Steenkiste
 
Brest II
 
Attaquants :
Yann Tephany - William L'Arvor (A) - Jérémy Cormier (A)
Jérémy Le Neuresse - Yann Bourhis - Oscar Chapron
Maxime Souet – Bruno Chatin – Thibault Kervella
Guillaume Bellec
 
Défenseurs :
Hugo Scarfiglieri (C) – Anthony Callec
Vincent Manach - Clément Gonzales
 
Gardien :
Clément Tanguy
 
Absents : Benoit Le Quemener, Yoann Poddubni, Nicolas Médina, Marlo Chapron, Maxime L'Arvor.