Rouen - Gap (Ligue Magnus, demi-finale, match 6)

Monstrueux !

Du cauchemar au rêve. Voilà ce qu’ont connu les Rouennais dans le match, désormais légendaire (un de plus), n°6 de la série de demi-finale.

Moins présents dans les duels, les Dragons ont d’abord chuté de leur nuage. Ils se sont fait rouler dessus par des Gapençais au bord des grandes vacances. Ensuite, les Rapaces, qui ne « devaient rien donner » et qui « savaient comment gagner là-bas (à Rouen) » ont cédé petit à petit, malgré les cinq buts d’avance, à la mi-match ! Quarante-trois minutes, huit buts et un poteau (sur une cage vide locale) plus tard, les Dragons, phénoménaux, accomplissaient l’ahurissante prouesse d’arracher, malgré tout, une victoire qui les qualifie pour la finale 2016.

KARAvincent20151010289Les « blancs » ont offert un véritable festival dans le premier tiers. Plus agressifs, ils ont ouvert la marque par Matt Carter qui a trouvé, en se retournant dans le cercle gauche, la lucarne d’un tir des poignets étonnant (0-1 à 02'42).

Si les « noirs » annihilaient une infériorité, où Nicolas Arrossamena eut une chance dans le slot (3’55) et pendant laquelle Dame-Malka à genou sauvait sur sa ligne une tentative de Miettinen (4’12), ils concédèrent un deuxième but. En contre, à deux-contre-deux, Vincent Kara trouvait l’autre lunette, côté mitaine, d’un tir frappé en haut du cercle droit (0-2 à 10’10).

Ce filet de l’ailier donnait définitivement confiance à ses partenaires. Après une possession dauphinoise, un tir de Joël Perrault passait de peu à gauche de la cage de Fouquerel, (13’41) et Bouvet inquiétait Sabourin (14’43), avant que les Normands ne se retrouvent à un joueur de moins. Si dans ce power-play, Anthony Rech était dangereux (15’17), c’était Bernier qui enfilait le troisième but gapençais en reprenant devant Sabourin une passe rapide et précise de Takac qu’aucun Rouennais ne parvenait à couper (0-3 à 15'34). Les Seino-Marins ne réagissaient pas en attaque à cinq et allaient se reposer avant d’aller tenter de sortir d’une situation très compliquée.

MCEACHENpatrick20151010173Au retour sur la glace, le RHE76 était plus convaincant mais il faisait un changement de ligne catastrophique qui laissait trois Rapaces à la ligne bleue. Clément Fouquerel faisait une magnifique longue passe rebond dans la bande à Doherty lancé sur la droite. L’Américain servait Anthony Rech au centre qui gagnait son duel avec Sabourin en glissant la rondelle du revers sous les bottes du gardien après un rapide passe-passe (4-0 à 24'25). Moins de deux minutes plus tard, alors qu’on joue à quatre-contre-quatre, Maurin Bouvet accélère dans la zone neutre et s’en va sans opposition dans l’axe provoquer Sabourin et gagner son duel (5-0 à 25'58).

C’en est assez pour Fabrice Lhenry qui demande son temps-mort. Le public, inspiré par les play-offs et lancé par l’organisation du 7e dragon, donne alors derechef de la voix pour encourager son équipe. Le coach n’échange pas ses gardiens. L’arrêt de jeu n’est pas productif. Le deuxième arrière rouennais pressant très haut, Gap a de nouveau une attaque surnuméraire que Tero Konttinen annihile (26’49). Un envoi de Dominik Kramar est dérouté par la jambière de Sabourin (27’20). Bernier et Carter se présentent face à Patrick Coulombe, mais les deux Rapaces vendangent leur mouvement (29’03). Miettinen et Doherty sont imprécis sur un nouveau contre en position de force (29’22).

ARROSSAMENAnicolas20160122026Néanmoins, la quatrième ligne normande, rompue à se battre durement toute la saison, produit le déclic. Dans une cage ouverte, Fabien Colotti est seul au rebond d’un tir de Damien Raux (5-1 à 30'11).

Si Matt Carter est encore dangereux, son tir est détourné de l’épaule par Sabourin (30’26), les Rouennais profitent d’un jeu de puissance pour réduire le score. C’est encore sur une présence, inhabituelle en avantage d’un homme, de la quatrième ligne, que Rouen marque. Une superbe passe du revers de Damien Raux dans le bureau de Gretzky est reprise de volée par Arrossamena seul au poteau droit (2-5 à 33'38).

Sacha Treille sort de prison et, héritant d’un palet parfait, part en échappée dès la ligne bleue pour loger le puck au-dessus de la botte droite de Fouquerel (3-5 à 37'33). Un but synonyme de confiance et de détermination recouvrée dans le camp des Dragons qui terminent sur un moment fort. Malgré deux nouveaux buts encaissés dans la période médiane, les coéquipiers de Patrick Coulombe retournent au vestiaire dans de meilleures dispositions qu’au premier tiers. C’est ce que la foule espérait, et rêvait : un retournement impossible, digne des plus mauvais mangas sportifs...

MATHESONmark20160116237Au démarrage de la troisième période, les spectateurs pensent que leur utopie peut venir de la supériorité à suivre. Mais François-Pierre Guénette est dérouté de la plaque par Fouquerel autoritaire (43’14). L’occasion est manquée car les prisons s’enchaînent de part et d’autre (Y.Treille en zone neutre, puis Carter pour une faute offensive).

On joue à quatre contre quatre. On l’a vu au premier tiers, Gap est adroit dans l’exercice et se procure un superbe deux-contre-un, avec Miettinen, qui est efficacement contrecarré par la défensive rouennaise (45’37). Dans la continuité, après une contre-attaque avortée, Patrick Coulombe à la pointe trouve Matheson qui passe d’une oreille à l’autre et, du revers, à droite, l’arrière joker, patient, envoi nerveusement le caoutchouc sous la barre, côté moufle (4-5 à 45'49). L’ambiance est ahurissante tant le bruit de la foule est assourdissant car c’est le but de l’espoir raisonnable !

Loïc Lampérier lance un peu trop à droite sur une bonne passe de Labelle (46’28). Les Dragons vont jouer à cinq-contre-trois pendant 23 secondes ! Cependant, le trio Trabichet-Rohat-Kramar, expert dans la manière de défendre à trois, résiste (47’10). En fin de supériorité, Jason Krog lance un peu trop à droite (47’59). Ensuite, le vétéran joueur de centre commet une faute en zone d’attaque sur Langlais. Après un arrêt de la mitaine, qui fait du bien sur un lancer du défenseur, Dany Sabourin doit s’incliner sur un tir de la ligne bleue dans le haut de ses filets de McEachen (4-6 à 53’07). Tout est à refaire, l’ambiance tombe... Pour mieux rebondir.

DAMEMALKAolivier20160116098Jason Krog, à droite à la ligne bleue, effectue une passe instantanée dans le trafic, d’une relance imprécise de Crinon sous pression. Marc-André Thinel et Sacha Treille joue un petit une-deux, dans le slot, terminé de volée par l’international français, qui bouge le cordage à mi-hauteur (5-6 à 54’59).

Il reste cinq minutes pour égaliser. Paradoxalement, les Normands ne trouvent plus de bonne position de tir et Fabrice Lhenry est contraint de remplacer son gardien par un attaquant supplémentaire. Mais le palet échappe aux Dragons lors d’une remise en jeu offensive. Matt Carter en hérite dans la zone neutre et, de la ligne rouge, l’ailier lance sur la cage, sur le côté extérieur du poteau droit exactement (58’24).

Le buteur a laissé échapper ce qu’il ne fallait surtout pas gâcher. Heureux, les Normands remettent la pression sur le but de Fouquerel. Finalement, François-Pierre Guénette, devant la cage, égalise en reprenant le rebond d’un envoi du revers de Yorick Treille au poteau droit (6-6 à 58'53). Le joueur de centre envoie les deux équipes en prolongation.

Pendant la mort subite, le RHE76 est plus souvent à l’offensive, jusqu’à ce qu'il doive jouer à un homme de moins. Matt Carter de près (64’01 & 64’55) et McEachen de loin (64’32 & 64’43) butent sur Sabourin. Revenus à quatre, les Dragons reprennent le chemin de l’attaque. Ils ont un moment fort (66’36). Mark Matheson, bien placé, servi par Lampérier, tire de loin, mais l’arrière est contré par Trabichet l’inusable (68’09). Par contre, il n’y aura personne sur le lancer frappé de la ligne bleue d'Olivier Dame-Malka (7-6 à 68'18) qui ouvre, dans l'ivresse débordante et heureuse d'une l’île Lacroix ébahie et stupéfiée de l'exploit accompli sur le champion en titre, leader du championnat, le chemin de la finale de la ligue Magnus 2016. Monstrueux !

Étoiles du match : Sacha Treille*** (Rouen), Mark Matheson** (Rouen) et Patrick McEachen* (Gap).

 

Rouen – Gap 7-6 après prolongation (0-3, 3-2, 3-1, 1-0)
Vendredi 18 mars 2015 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs.
Arbitres : MM. Jimmy Bergamelli et Geoffrey Barcelo assistés de MM. Yann Furet et Thomas Caillot.
Pénalités : Rouen 24' (4', 4'+10', 4', 2') ; Gap 69' (2', 6', 6', 10'+20'+25').
Tirs : Rouen 35 (8, 15, 7, 5) ; Gap 30 (13, 7, 6, 4)
Chances : Rouen 11 (2, 7, 1, 1) ; Gap 9 (4, 3, 1, 1)

Évolution du score :
0-1 à 02'42" : Carter assisté de Takac
0-2 à 10'10" : Kara assisté de Rohat et Kramar
0-3 à 15'34" : Bernier assisté de Takac et Carter (sup.num.)
0-4 à 24'25" : Rech assisté de Doherty et Fouquerel
0-5 à 25'58" : Bouvet assisté de Langlais et McEachen
1-5 à 30'11" : Colotti assisté de Raux et Dame-Malka
2-5 à 33'38" : Arrossamena assisté de Raux et Colotti (sup.num.)
3-5 à 37'33" : S. Treille assisté de Matheson et Lampérier (sup.num.)
4-5 à 45'49" : Matheson assisté de Konttinen et Thinel
4-6 à 53'07" : McEachen assisté de Miettinen et Doherty (sup.num.)
5-6 à 54'59" : S. Treille assisté de Thinel et Matheson
6-6 à 58'53" : Guénette assisté de S. Treille et Y. Treille
7-6 à 68'18" : Dame-Malka assisté de Coulombe et Krog


Rouen

Attaquants :
Sacha Treille – Jason Krog – Marc-André Thinel
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Olivier Labelle
Dan Koudys – Joel Perrault – Yorick Treille (A)
Fabien Colotti – Damien Raux – Nicolas Arrossamena

Arrières :
Tero Konttinen – Mark Matheson
Olivier Dame-Malka – Patrick Coulombe (C)
Florian Chakiachvili – Léo Guillemain

Gardien :
Dany Sabourin (24 arrêts) sorti de 58’15 à 58’53.

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Aurélien Dorey et Vincent Nesa.

Gap

Attaquants :
Matt Carter – Samuel Takac – Marc-André Bernier (A)
Anthony Rech – Camilo Miettinen – Patrick Doherty
Kevin Da Costa – Sébastien Rohat (A) – Vincent Kara
Jeremy Baridon – Karel Richter – Maurin Bouvet

Arrières :
Chad Langlais – Patrick McEachen
Dominik Kramar – Teddy Trabichet (C)
Pierre Crinon – Matt Maher

Gardien :
Clément Fouquerel (28 arrêts)

Remplaçants : Aurélien Bertrand (G), Loïc Chapelier et Paul Schmitt. Absents : Bostjan Golicic et Mickaël Perez (blessés) et Evan Mosher (choix).