Les Bleues argentées rêvent d'olympisme

Au terme de nouvelles prestations très convaincantes, l'équipe de France féminine poursuit ses progrès sur la scène mondiale. De bon augure avant la bataille olympique.

LogoFRAEn 2015 à Rouen, les Bleues s'offraient une médaille de bronze au Championnat du monde Division 1A aux dépens du Danemark, ce qui égalait le meilleur résultat de leur histoire. En 2016, les Bleues lorgnaient sur une médaille d'argent, à condition de battre... le Danemark. Chez elles à Aalborg, les Danoises ont donné bien du fil à retordre en ouvrant le score à la 7e minute, avant d'égaliser à 2-2 à la mi-match. Mais les Bleues ont maintenu leurs efforts. Après le doublé d'Emmanuelle Passard, l'inévitable Marion Allemoz puis Léa Parment ont permis d'assurer le succès 4-2 face aux Vikings.

En cinq rencontres, la capitaine des Bleues Allemoz a inscrit 9 points - le meilleur total de la compétition - dont 5 buts. C'est elle qui avait lancé les hostilités face à la Norvège en début de compétition. C'est elle qui a marqué les deux buts de la victoire lors du match très accroché contre l'Autriche. C'est enfin elle qui a inscrit le but gagnant qui vaut cette fois-ci de l'argent aux dépens des Danoises. Caroline Baldin a quant à elle confirmé son excellente saison en Suisse, élue meilleure gardienne de la compétition. Toutes deux figurent d'ailleurs dans l'équipe-type du tournoi.

Cette médaille d'argent équivaut à une 10e place mondiale, un rang que n'avait donc jamais franchi la sélection féminine. Ne quittant la Division 1B qu'en 2013, les Bleues poursuivent encore et toujours leur ascension, et se rapprochent encore un peu plus de l'élite mondiale. Certes, le promu en élite - l'Allemagne après la République Tchèque l'année dernière - était encore inaccessible, en témoigne le 5-0 encaissé par la France. Mais l'équipe entraînée par Grégory Tarlé a su se remobiliser pour finir en argent. Betty Jouanny, attaquante exilée à Gävle en Suède, ne cache pas son enthousiasme : "C'est super, on n'arrive pas à y croire ! Car après la défaite contre les Allemandes, nous étions déçues mais nous avons su nous remobiliser et sortir une grosse performance toutes ensemble. C'est comme ça que nous sommes allées chercher cette première médaille d'argent historique en division A."


Et il faudra conserver ce même état d'esprit car désormais, un tout autre objectif va animer l'esprit des Bleues. Ce Mondial et cette médaille d'argent ont eu une incidence sur le parcours de qualification olympique pour les Jeux d'hiver 2018 de Pyeongchang. Deux tickets sont encore à distribuer. Si la France n'est pas encore qualifiée directement pour le Tournoi de Qualification Olympique, elle peut envisager l'organisation du tour intermédiaire qui aura lieu du 3 au 6 novembre 2016. 

Mais pour mettre toutes leurs chances de leur côté, les Bleues ont lancé une opération de financement participatif pour réaliser une préparation optimum. Il est à rappeler que le hockey féminin est toujours confronté au manque de moyens. Hormis le circuit nord-américain NWHL qui garantit désormais une rémunération régulière, une petite révolution en soi, les joueuses ne sont pas payées pour pratiquer leur discipline qui leur demande d'importants sacrifices. C'est ce qui explique que beaucoup d'entre elles raccrochent leurs patins prématurément, surtout à cause des contraintes financières. Alors pour vivre pleinement le rêve olympique, les Bleues ont besoin de soutien, chacun est le bienvenu. Un appel aux dons est donc ouvert sur la plateforme fosburit.

Car des performances en constante progression nourrissent les ambitions. Comme le rappelle très justement la capitaine Marion Allemoz auprès de l'IIHF : "les Jeux olympiques, c'est notre objectif et c'est très important pour nous. Et bien sûr, nous souhaitons intégrer prochainement l'élite mondiale." Vous ne pourrez pas dire qu'on ne vous aura pas prévenu...