L'ovation pour Kenny Jönsson

Après un premier match conclu d'une victoire de la Nati, Suédois et Suisses ont disputé une deuxième rencontre dans le cadre de la préparation aux Mondiaux.

JONSSON Kenny 090507 612Les deux équipes ont pris la direction d'Ängelholm, à l'extrême sud du pays et à proximité de la frontière danoise. Cette halte est l'occasion pour le hockey suédois d'honorer Kenny Jönsson pour une cérémonie d'avant-match. Jönsson est une figure emblématique du club local, Rögle, où il a disputé la majeure partie de sa carrière, outre un passage remarqué aux Islanders de New York dans les années 90.

L'émotion est d'autant plus au rendez-vous que Kenny Jönsson a vécu des derniers mois difficiles. Le 30 octobre dernier, il s'est effondré et il a été transporté aux urgences où il a été hospitalisé cinq jours. Contractant une infection du sang et une infection de l'intestin grêle, la maladie de Crohn lui a finalement été diagnostiquée à 41 ans.

À la fois entraîneur de Skåne - une équipe U15 représentant la Scanie - entraîneur assistant d'Helsingborg en Division 1 et pompier, Kenny Jönsson doit désormais s’accommoder de cette maladie. Les 4023 personnes d'une arène qu'il connaît très bien lui ont rendu un vibrant hommage avec une ovation de plusieurs minutes. Outre Rögle et les Islanders, Jönsson compte 136 sélections en équipe de Suède, un titre de champion du monde (2006) et deux médailles d'or aux Jeux olympiques (1994 et 2006).

Pour ce match, le sélectionneur de la Tre Kronor Pär Mårts a titularisé devant la cage Jonas Gunnarsson, qui officie à Malmö. Néanmoins, il est impossible qu'il soit du voyage en Russie, étant donné la forte concurrence en équipe de Suède, notamment pour le poste de gardien. Mårts a ses préférences et y déroge très peu, même s'il a dû abandonner l'idée de sélectionner Viktor Fasth. Fasth a été régulièrement appelé en sélection cette saison, mais au CSKA Moscou, il a très peu joué en raison de l’incroyable éclosion d'Ilya Sorokin. Toutefois, Mårts lui a déjà trouvé un remplaçant avec le gardien de Vancouver Jacob Markström qui a donné son accord.

Gunnarsson joue donc pour le fun face à Luca Boltshauser. La Suisse a une chance de bien débuter en héritant d'une supériorité numérique. Mais c'est la Suède, donc en infériorité, qui ouvre le score par Markus Ljungh. Au début du deuxième tiers, les Suisses égalisent par Joël Ganazzi mais quatre minutes plus tard, la Suède reprend l'avantage par Mattias Tedenby.

Un avantage définitif puisque Pathrik Westerholm, Linus Hultström et encore Tedenby marqueront pour offrir un succès 5-1 à la Suède. Une performance bien plus convaincante que la rencontre précédente, perdue 3-5 contre ces mêmes Suisses. Kenny Jönsson a dû apprécier.


Suède - Suisse 5-1 (1-0, 2-1, 2-0).
Vendredi 8 avril 2016 à 19h00 à la Lindab Arena d'Ängelholm. 4023 spectateurs.
Arbitrage de Marcus Linde et Mikael Holm assistés d'Alexander Waldejer et Ludvig Lundgren.
Pénalités : Suède 10' (4', 4', 2'), Suisse 14' (4', 4', 6').
Tirs : Suède 30 (12, 13, 5), Suisse 24 (4, 10, 10).

Évolution du score :
1-0 à 12'16" : Ljungh (inf. num.)
1-1 à 24'17" : Ganazzi assisté de Schneeberger (sup. num.)
2-1 à 28'02" : Tedenby assisté de Sjögren et Sandberg
3-1 à 32'05" : Westerholm assisté de Hultström et M.Sörensen 
4-1 à 43'06" : Hultström assisté de Westerholm et Hedberg
5-1 à 46'49" : Tedenby assisté de Sjögren et Sandberg


Suède

Attaquants :
Mattias Tedenby (+2) - Mattias Sjögren (A, +2) - Filip Sandberg (+2)
Joakim Nygård - Joel Ek Eriksson - Patrick Cehlin (2')
Marcus Sörensen (+1, 2') - Markus Ljungh (+1, 2') - Daniel Brodin (+3)
Edwin Hedberg (+1, 2') - Pathrik Westerholm (+2) - Nick Sörensen 
Daniel Viksten

Défenseurs :
Erik Gustafsson (C) - Emil Johansson (+2)
Mikael Wikstrand (+1) - Magnus Nygren (A, +2)
Marcus Högström (+2) - Linus Hultström (+2, 2')
Gustav Forsling (+1)

Gardien :
Jonas Gunnarsson

Remplaçant : Fredrik Pettersson-Wentzel (G).

Suisse

Attaquants :
Chris Baltisberger - Luca Cunti (-1, 2') - Denis Hollenstein (C, -1, 2')
Pius Suter - Reto Schäppi - Fabrice Herzog (-4)
Lino Martschini (-1, 2') - Morris Trachsler (A, -1) - Matthias Bieber (A, -1)
Vincent Praplan (-3) - Etienne Froidevaux (-3)

Défenseurs :
Yannick Rathgeb (-1) - Patrick Geering (-1)
Dominik Schlumpf (-1) - Robin Grossman (-3, 4')
Noah Schneeberger (-1) - Joel Ganazzi (-1)
Lukas Frick (-2, 2')

Gardien :
Luca Boltshauser

Remplaçant : Sandro Zurkirchen (G).