Obscurité et étroitesse des patinoires suisses

Un des enjeux pour la République Tchèque lors de cet Euro Challenge est de définir quels gardiens emmener en championnat du monde.

Le plan initial était clair : chacun des trois portiers de KHL (Francouz, Furch, Kovar) aurait sa chance pendant un match, et le moins concluant risquait de passer à la trappe. En effet, il était prévu de longue date qu'Ondrej Pavelec arriverait en fin de semaine pour reprendre son poste relativement habituel de titulaire. Jusqu'à la douche froide : l'examen médical de sortie pratiqué par les Winnipeg Jets a duré quatre heures, et a conclu que Pavelec ne pourrait être libéré parce que son genou ne tiendrait pas cinq semaines de charge supplémentaires.

ZATOVIC Martin 140509 647Pour autant, Jakub Kovář - le titulaire du soir - aurait tort de se relâcher. Il est le plus expérimenté des trois, mais a connu une saison moyenne en club et pourrait être relégué au troisième plan par les jeunes Francouz et Furch. Même sans Pavelec, d'autres hypothèses existent : outre Mrazek et Neuvirth actuellement impliqués au premier tour des play-offs NHL, Jakub Stepanek, que l'on pensait oublié en équipe nationale, pourrait revenir dans le jeu après être devenu champion de Suisse avec Berne mardi soir à l'issue de play-offs de toute beauté.

Le forfait de Pavelec est arrivé pendant une série de mauvaises nouvelles en quelques jours pour la sélection tchèque. Roman Horák a quitté le camp avec une commotion après la crosse reçue dans le visage vendredi dernier contre l'Allemagne. Le centre Vladimir Sobotka n'est plus "détenu en Sibérie" et est rentré au pays, mais on a eu la confirmation que son dos ne lui permettrait pas de jouer. Et deux autres joueurs ont été barrés par les examens médicaux NHL : David Krejčí qui doit être opéré de la hanche et Jakub Nakladal qui a reçu deux fois le palet au même endroit dans la jambe. Cerise sur le gâteau, Zbynek Michalek renonce pour raisons familiales une seconde année de suite.

Les examens médicaux n'ont cependant pas été tous négatifs : en plus de Plekanec qui répond toujours présent, aucun problème à signaler pour Jiří Sekáč (Chicago) et l'espoir David Pastrňák (Boston). Un délai administratif retarde en revanche Michal Jordan, défenseur titulaire depuis deux ans, mais qui doit régler un souci de passeport de sa fille avant de pouvoir rentrer (évidemment pas sans elle).

En attendant ces premiers joueurs de NHL qui arriveront ce week-end, les Tchèques évoluent comme toujours en effectif très large. Ils se sont déplacés à 28 en Suisse... et ne rentrent pas tous dans le vestiaire de la petite patinoire de Viège, infrastructure "provinciale" qui les choque un peu par sa vétusté... Certains devaient se changer dans le vestiaire des arbitres ou dans une autre salle pendant les entraînements.

La Suisse ne se sent, elle, pas à l'étroit. Surtout pas l'attaquant de poche Lino Martschini, son nouvel atout offensif majeur. Alors que les Tchèques tentent un contre en infériorité numérique, Romain Loeffel parvient à casser l'action et à ralentir la course du palet. Le dévoreur d'espaces Martschini s'ouvre alors la voie jusqu'au but pour ouvrir le score. L'égalisation tchèque arrive à peine une minute plus tard, lorsque Michal Kempný délivre une belle passe vers l'ailier droit Lukáš Kašpar qui place parfaitement son tir. Les visiteurs sont alors plus actifs dans le match. Tomáš Urban libère Martin Zaťovič qui se fait accrocher par Denis Hollenstein : tir de pénalité ! Zaťovič surjoue les feintes et gâche cette tentative.

HOLLENSTEIN Denis 130518 318Le tournant du match a lieu à la mi-match, quand les Tchèques ne convertissent pas 49 secondes à 5 contre 3. Lorsque Denis Hollenstein sort de prison, il tire profit d'une erreur du défenseur Trončinský pour se retrouver à son tour seul face à Kovář : 2-1. Galvanisée, la Suisse domine alors et exploite une pénalité de Zaťovič. Seul dans l'enclave, Marc Wieser signe un beau tir du poignet, son deuxième en deux sélections ! Toujours en recherche d'un buteur, la Suisse accueille avec plaisir le Davosien.

Les Tchèques tentent de remonter leurs deux buts de retard au troisième tiers-temps. Dominik Kubalík échoue néanmoins sur le poteau. L'écart sera seulement réduit de moitié, grâce à Robert Kousal, bien servi depuis l'aile gauche par Tomáš Zohorna.

La victoire suisse a aussi bénéficié d'un solide Sandro Zurkirchen, qui sait détenir une belle chance d'aller au championnat du monde. Leonardo Genoni et Tobias Stephan ont tous deux demandé au sélectionneur une "pause" de l'équipe nationale pour se régénérer. Autant dire que, derrière le gardien de NHL Reto Berra, qui sera titulaire, il y a deux places à prendre.

Désignés joueurs du match : Sandro Zurkirchen pour la Suisse et Lukáš Kašpar pour la République Tchèque.

Commentaires d'après-match

Vladimir Vůjtek (entraîneur de la République Tchèque) : "À 5 contre 5, nous n'avons pas mal joué. Je pense que nous avions l'avantage territorial. Mais le powerplay a été désastreux. Il y avait trois joueur à la cage, il y avait un rideau avec Urban à travers lequel on ne voit rien, mais le palet n'est jamais arrivé. Il y aurait dû avoir cinq tirs, il y en a eu un seul. Nous ne nous sommes pas exercés à 5 contre 3, et nous devrons revoir ça à la vidéo. C'est le jeu des arrières qui est importants, ils doivent préparer de bons lancers."

Jakub Kovář (gardien de la République Tchèque) : "Je n'avais pas joué depuis presque deux mois. Notre entraînement est assez exigeant, je me sens bien physiquement. Mais il faut un match pour se sentir en confiance. Les Suisses n'ont pas beaucoup lancé au but. Le manque d'éclairage de la patinoire m'a un peu posé problème. Le côté où on jouait au deuxième tiers était obscur. Et sur le premier but, le joueur a tiré depuis un marquage publicitaire sombre, je n'ai pas très bien vu le palet partir. La glace était bizarre, irrégulière. Un match étrange, j'ai l'impression que l'on a joué sur un champ."

 

Suisse - République Tchèque 3-2 (1-1, 2-0, 0-1)
Mercredi 13 avril 2016 à 19h45 à la Litternhalle de Viège. 3325 spectateurs.
Arbitrage d'Alessandro Dipietro et Nicolas Fluri (SUI) assistés de Tobias Wehrli et Franco Espinoza (SUI).
Pénalités : Suisse 14' (4', 4', 6') ; République Tchèque 10' (4', 2', 4').
Tirs : Suisse 17 (5, 9, 3) ; République Tchèque 24 (9, 9, 6).

Évolution du score :
0-1 à 05'07" : Martschini assisté de Loeffel (sup. num.)
1-1 à 06'12" : Kašpar assisté de Kempný
2-1 à 30'06" : Hollenstein (inf. num.)
3-1 à 38'48" : Wieser (sup. num.)
3-2 à 46'06" : Kousal assisté de Zohorna


Suisse

Attaquants :
Denis Hollenstein (C, 4') - Kévin Romy (-1) - Andres Ambühl (2')
Matthias Bieber - Luca Cunti (2') - Marc Wieser
Dino Wieser (-1) - Morris Trachsler (-1) - Lino Martschini (-1)
Pius Suter - Reto Schäppi - Gaëtan Haas (2')

Défenseurs :
Patrick Geering (-1) - Félicien Du Bois
Robin Grossman (+1, 2') - Romain Loeffel (+1)
Joël Genazzi (-1) - Noah Schneeberger (-1)
Dominik Schlumpf - Yannick Rathgeb (-1, 2')

Gardien :
Sandro Zurkirchen

Remplaçant : Luca Boltshauser (G). En réserve : Robert Mayer (G), Chris Baltisberger.

République Tchèque

Attaquants :
Dominik Kubalík - Petr Holík - Roman Červenka (C, -1, 2')
Martin Zaťovič (+1, 2') - Tomáš Urban - Lukáš Kašpar (+1, 2')
Tomáš Vincour (-1) - Petr Koukal (A) - Lukáš Radil
Tomáš Zohorna (+1, 2') - Robert Kousal (+1) - Milan Gulaš (+1)

Défenseurs :
Jakub Jeřábek (+1) - Jan Rutta (+1)
Michal Kempný (A, +1) - Tomáš Kundrátek (+1, 2')
Milan Doudera - Petr Zámorský
Marek Trončinský (-1) - Tomáš Voráček (-1)

Gardien :
Jakub Kovář

Remplaçant : Pavel Francouz (G). En réserve : Dominik Furch (G), Jan Kolar (épaule), Josef Hrabal, Jan Hruška, Rudolf Červený, Richard Jarůšek.