France - Danemark (EHC 2016, match 4, à Bercy)

Premier match de l'équipe de France au Palais Omnisports de Paris-Bercy depuis sa rénovation et sa réouverture sous le nom d'Accor Hotels Arena. L'adversaire (le Danemark) est moins prestigieux que le Canada qui avait fait salle comble ici même il y a cinq ans. C'est donc dans une enceinte à moitié garnie que se déroule ce match qui doit faire office de répétition générale pour les Championnats du monde 2017 à Cologne et Paris.

2016 04 17 France Danemark9Si les mascottes du Mondial 2017 dévoilées avant-hier, Astérix et Obélix, sont bien présentes, la cérémonie d'avant-match n'est pas que joyeuse. Une minute de silence est organisée en hommage au petit Hugo Vermeersch, décédé il y a un an et demi, heurté par un palet dans les gradins de la patinoire de Dunkerque.

Le match commence mal pour la France : les premiers tirs à la ligne bleue sont contrés, et le Danemark part en contre-attaque. L'action semble anodine, mais quand Mathias From entre en zone, son tir croisé depuis le cercle droit trompe Florian Hardy (0-1, 01'55").

Peu fringants, les Bleus ne sont jamais premiers sur le palet et doivent concéder deux fautes, une obstruction de Yorick Treille et un accrocher de Maxime Moisand. Ils y survivent grâce à l'imprécision des Danois, qui n'ajustent absolument pas leurs tirs quand il y a un décalage. La partie a du mal à se lancer et l'absence d'ambiance n'y est peut-être pas étrangère. Heureusement qu'une quarantaine de supporters d'Épinal est décidée à lancer des chants d'encouragements : dès qu'ils se taisent, on se croirait dans une bibliothèque ! Si les Mondiaux 2017 doivent être un succès, ce doit être aussi par l'enthousiasme en tribune.

2016 04 17 France DanemarkIl faut attendre une dizaine de minutes pour que tout le monde se réveille, sur la glace et tout autour. Les Français commencent à se créer leurs premières occasions. Mais en fin de tiers-temps, ils commettent une incroyable erreur dans leur zone : Damien Fleury, qui a gagné son duel dans le coin, laisse le palet en direction de l'enclave comme si un défenseur allait s'en saisir pour relancer. Mais le plus proche est Mathias Bau Hansen, qui met aussitôt la pression sur la cage avec toute sa ligne, jusqu'à un rebond gagnant de Thomas Spelling.

Laurent Meunier agit en capitaine pour sonner la révolte en deuxième période. Il faut preuve d'une belle combativité pendant une infériorité numérique et mène même une attaque en ligne osée à trois joueurs. Jordann Perret se crée la principale occasion à quatre contre cinq, sur un tour de cage arrêté par Sebastian Dahm. Cette résurgence bleue n'est cependant pas couronnée de succès.

2016 04 17 France Danemark5La France procède à la mi-match à un changement de gardien prévu d'avance : Sebastian Ylönen remplace Florian Hardy. Il est ainsi de nouveau testé en bleu, pour apprendre, pendant que le gardien numéro 3 des Bleus (Ronan Quemener) suit une semaine d'entraînement spécifique de gardien. Ylönen a plutôt moins de travail que Hardy, parce que le jeu s'est équilibré. Les Danois s'appliquent avant tout à préserver le score, ce qu'ils font grâce à une organisation solide.

En troisième période, les Bleus doivent subir une phase à 3 contre 4. Les supporters d'Épinal éduquent toujours le public avoisinant pour l'inciter à donner de la voix. Alors que le palet a filé derrière Ylönen, Benjamin Dieudé-Fauvel le sauve sur la ligne avant que Mathias Bau Hansen ne puisse s'en emparer. Une persévérance défensive payante, puisque la France finit par réduire le score. Loïc Lampérier devance Mathias Bau Hansen et reçoit face au but le centre de Nicolas Ritz qu'il reprend dans le haut du filet (1-2).

2016 04 17 France Danemark3C'est Danemark qui pousse à nouveau après le but encaissé, mais les Bleus ont tout de même retrouvé des couleurs. À sept minutes de la fin, Sacha Treille décale Charles Bertrand qui se présente en dribble face au gardien, sans parvenir à le désarçonner.

Il manque un soupçon d'efficacité offensive aux Français, qui concèdent leur quatrième défaite en quatre rencontres de cet Euro Challenge. Deux nouveaux attaquants vont les rejoindre pour la suite du camp à Grenoble : Tim Bozon et Valentin Claireaux. L'occasion de peaufiner des lignes offensives encore en test (tel le remplacement de l'habituel Desrosiers par le jeune et rapide Jordann Perret aux côtés du duo de toujours Meunier-Treille).

Désignés joueurs du match : Sébastian Ylönen pour la France et Mikkel Aagaard pour le Danemark.

Commentaires d'après-match

Yorick Treille (attaquant de la France) : "Nous ne sommes pas inquiets de ces défaites, mais on commence à en avoir marre. On se dit des choses, mais on ne les fait pas sur la glace. En préparation, on ne fait pas attention aux résultats, plus à la manière. Quand elle est là, les résultats doivent suivre. Mais là, on est en retard sur beaucoup de choses, d'où un petit ras-le-bol. Collectivement, on en a pris conscience. La fédération fait un gros travail. Nous n'avions jamais été traités comme ça en tant que membres de l'équipe de France : logement, nutrition... Nous sommes traités comme des rois. Il ne faut pas trop s'habituer à ce confort. Il faut qu'on reste solidaire."

2016 04 17 France Danemark8Kévin Hecquefeuille (défenseur de la France) : "C'est notre pire bilan jusqu'à maintenant. Certains joueurs ont arrêté depuis longtemps, d'autres restent à intégrer. Nous n'avons pas la meilleure énergie dans les jambes, l'objectif est d'êtrer prêt le 7 mai. L'an dernier, nous avions fait de très bons matchs amicaux, et nous avons failli passer à la trappe en championnat du monde. On démarre mal, c'est difficile quand on est mené 0-2. Le Danemark, comme les pays scandinaves, est très fort tactiquement."

Benjamin Dieudé-Fauvel (défenseur de la France) : "C'était dur au début, on a commencé beaucoup trop doucement. On a pris trop de pénalités, on s'est mis dans le jus direct. On a quand même fait une bonne troisième période. [...] J'étais dans une équipe d'ECHL qui ne faisait pas les play-offs, et quand Kalamazoo a voulu m'engager, je leur ai dit que je m'étais déjà engagé à venir en équipe de France. Ils le savaient et m'ont pris juste pour que je les aide à se qualifier, il était convenu que je repartirais ensuite. C'est mon deuxième match sur grande glace, je dois m'habituer à évaluer les distances, mais ça commence à venir. C'est ma deuxième année, je connaissais les joueurs avant, tout le monde m'a bien intégré. Nous avons beaucoup de détails à travailler, ça ne vient pas du jour au lendemain."

2016 04 17 France Danemark4Jan Karlsson (entraîneur du Danemark) : "Nous avons pris un très bon départ, j'avais dit aux joueurs que les Français voudraient leur revanche de leur défaite de vendredi à Amiens. Les deux buts importants après deux minutes et en fin de période nous donnent beaucoup de confiance. Je suis satisfait de notre box-play. Nous n'avons pas assez tiré en powerplay. Cette patinoire est belle, la qualité de la glace pourrait encore être améliorée."

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "Ce n'est jamais facile de tirer de l'arrière de deux buts. Le deuxième tiers était hésitant, on a besoin d'être plus agressifs sans le palet et plus incisifs avec le palet. Ce fut le cas en troisième période, les récupérations et les transmissions ont été plus rapides. Notre trappe est bien en place, les joueurs ont encore quelques automatismes de club, on passe par là chaque année. Il manque encore Chakiachvili, Besch et Auvitu, trois défenseurs majeurs en possession. L'efficacité offensive est à revoir, quelques joueurs-clés sont absents et les combinaisons sont encore en rodage. Nous avons testé Perret avec Meunier et Treille pour donner plus de vivacité, je suis assez satisfait, on regardera en vidéo. Da Costa et Bertrand se créent des occasions mais n'ont pas de réussite. On ne peut pas dire que les lignes soient fixées à l'heure actuelle. [...] Notre complicité avec Pierre Pousse est connue depuis des années, il me manque comme adjoint et comme ami. Je lui parle au téléphone tous les jours. Il faut qu'on dépasse ça. Même Pierre veut qu'on aille de l'avant. Stéphane [Barin] fait du bon travail, on trouve la cohésion petit à petit."

2016 04 17 France Danemark7

(photos Emmanuel Giraudeaux)

 

France - Danemark 1-2 (0-2, 0-0, 1-0)
Dimanche 17 avril 2016 à 15h00 à l'AccorHotels Arena de Paris-Bercy. 7430 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek et Geoffrey Barcelo (FRA) assistés de Yann Furet et Thomas Caillot (FRA).
Pénalités : France 12' (4', 4', 4') ; Danemark 6' (2', 2', 2').
Tirs : France 19 (4, 9, 6) ; Danemark 30 (11, 6+4, 9).

Évolution du score :
0-1 à 01'55" : From
0-2 à 19'06" : Spelling assisté d'Aagaard et Bau Hansen
1-2 à 47'54" : Lampérier assisté de Ritz et Hecquefeuille


France (2' de banc mineur)

Attaquants :
Julien Desrosiers (-1) - Eliot Berthon (-1, 2') - Damien Fleury (-1, 2')
Yorick Treille (-1) - Laurent Meunier (C, -1) - Jordann Perret (-1, 2')
Sacha Treille (2') - Teddy Da Costa - Charles Bertrand
Loïc Lampérier (+1) - Damien Raux (+1) - Nicolas Ritz (+1)
Anthony Rech, Vincent Kara

Défenseurs :
Maxime Moisand (2') - Kévin Hecquefeuille
Benjamin Dieudé-Fauvel - Grégory Béron
Raphaël Faure (-1) - Jonathan Janil (-1)

Gardien :
Florian Hardy puis à 29'21" Sebastian Ylönen [sorti à 58'20"]

En réserve : Cristobal Huet (G), Antonin Manavian (D), Florian Chakiachvili (entorse du genou), Nicolas Besch (commotion lors du match à Amiens).

Danemark

Attaquants :
Patrick Bjorkstrand (-1) - Morten Madsen (A, -1) - Frederik Storm
Thomas Spelling (+1, 2') - Morten Green (C) - Mathias Bau Hansen
Mathias From (+1) - Mikkel Aagaard (+2) - Morten Poulsen (+1)
Kirill Starkov, Jannik Karvinen

Défenseurs :
Jesper B. Jensen (A, 2') - Emil Kristensen (-1)
Nicolai Weichel - Stefan Lassen
Mads Bødker (+2) - Matias Lassen (+1, 2')

Gardien :
Sebastian Dahm

Remplaçant : George Sorensen (G).