Le hockey italien existe-t-il encore ?

Doutes, perplexité et une seule certitude. 

Depuis quatre ans, Asiago et Renon célèbrent tour à tour le titre de champion d'Italie. Bolzano émigré (en EBEL, la Erste Bank Eishockey Liga), Milano auto-rétrogradé en série B, les derniers champions habitent sur un plateau : celui de Soprabolzano ou des 7 communes ; cette année, de façon méritée, Oberbozen.

Rittner BuamLe championnat a été dominé par les Rittner Buam (Renon), aussi bien en saison régulière qu'en play offs. Au milieu d'une telle suprématie, deux faux-pas : la Supercoupe, laissée à Asiago en début de saison, et la Coupe d'Italie, en décembre, perdue en demi-finale contre le futur vainqueur Valpellice. Un effectif bien assorti, des jeunes (Spinell, Frei, Kostner) et moins jeunes (Ansoldi, Tudin, Scelfo) bien amalgamés par le coach Lehtonen, une arrivée importante en défense (Borgatello), deux cannoniers inspirés (Cook, Van Guilder) et un excellent portier (Engelage) ont été les ingrédients décisifs.

Le seul à essayer de s'y opposer a été Val Pusteria, toujours parmi les favoris et toujours déçu. Asiago, sans gardien après la bonne figure en Coupe Continentale, a été inconstant, porté jusqu'au septième match par Valpellice qui, après avoir gagné la Coupe, a littéralement perdu des pièces (Madolora en Grande-Bretagne, Beca en Slovaquie, Nicoletti à Bolzano, Johnson à Brunico). Belle saison de Vipiteno, au moins jusqu'en février, des hauts et des bas pour Fassa et Gherdeina, décevant Cortina. Que dire de plus sur cette saison désespérante et désespérée ?

En série B, Merano a battu le surprenant Pergine. Chez les féminines, énième titre pour les Eagles de Bolzano sur les nouveaux Torino Bulls. Compliments au hockey-luge per la médaille d'argent aux Championnats d'Europe où l'Italie n'a été battue que par la Russie.

Mais dorénavant, à la lumière des dernières nouvelles (4, 5 ou 7 équipes de série A inscrites en Autriche), c'est le moment de poser quelques questions :
- Qui commande le hockey italian ?
- La fédération et surtout le CONI comptent-ils encore ?
- Que se passera-t-il sans les sept partants ?
- Est-il possible d'établir des limites au droit à l'autodétermination ?

Moins de deux années se sont passées depuis que la FISG (Federazione Italiana Sport del Ghiaccio) a coontraint à rentrer cinq clubs qui avaient disputé, autorisés, l'INL (deuxième ligue autrichienne) et elles étaient toutes des formations alors en série B (ou A2 si on veut). Ces clubs paieront même une pénalité pour avoir cassé les pieds aux Autrichiens en entrant et en sortant de leur INL, et maintenant la FISG le refait et avec 4, 5 ou 7 équipes de série A ! Curieux, non ?

Pour être honnêtes, ce n'est pas vraiment la FISG, mais la ligue des clubs (LIHG) qui, après le refus de l'EBEL, où participe déjà Bolzano, d'accepter l'inscription de Renon et Val Pusteria, se sous-évalue et complote pour emmener en Autriche la série A italienne en s'affiliant en substance tous ensemble à la série B autrichienne. Tous, non, parce que personne ne veut Valpellice en INL, ou plutôt, personne à part, paraît-il, le président des Piémontais !

Andrea Gios, grand chef de la FISG, dit avoir dû chercher des accords avec l'Autriche pour contenter les clubs. Je me demande s'il ferait la même chose avec la France et la Suisse parce que je verrais bien une INL occidentale avec Nice, Briançon, Lyon, Chambéry, Valpellice et peut-être Val Vanoise, Aoste, Turin... et pourquoi pas une INL centrale et d'autres INL pour des clubs qui auraient l'audace de surgir malgré l'absence totale de politique d'expansion et de propagande de la discipline.

Je me demande aussi ce qu'a fait la LIHG pendant ces années à part changer les règles à chaque changement de vent, à part avoir fait passer comme un succès un accord avec la télévision publique pour retransmettre des matchs qui obligent à diminuer le volume pour ne pas entendre les commentaires, à part avoir agi pour donner du souffle à chaque potentat du moment.

Je lis que Rottensteiner, président de Renon, propose une finale à quatre entre les mieux classés de l'INL pour attribuer le scudetto l'an passé. Ridicule. Bolzano, en passant en EBEL, ne se fait plus illusion de concourir encore pour le tricolore. Ces personnages présomptueux au sommet de l'actuel pot-pourri du hockey le font en revanche, convaincus qu'ils sont que tous se pendent à leurs lèvres.

Je lis que le président de la LIHG, Cobelli, "continuera à travailler de concert avec les Autrichiens pour organiser le meilleur championnat", mais je ne comprends pas pourquoi le CONI, Comité Olympique National Italien de qui dépendent toutes les fédérations nationales, doit utiliser l'argent du sport italien pour soutenir une ligue privée sur laquelle il n'aurait aucun contrôle. Je suis convaincu que les clubs ont le droit d'agir comme bon il leur semble quand ils se sentent floués par les règles existantes, mais je suis tout aussi convaincu que nous voulons des règles, précises, durables, inflexibles, sous peine de remettre en cause l'existence même de ce sport. Aucun veto donc aux 4, 5 ou 7 dissidents, simplement il faudra leur expliquer qu'ils n'auront plus rien avoir à faire avec le hockey italien. Et sur cette lapalissade, il n'y a pas de compromis possible, encore moins pour le CONI. Pour le reste, on verra.

Tous les résultats et classements italiens 2015/16

PLAY OFFS 2015-16

Quarts de finale

Renon - Cortina 4 - 0
Match 1: Renon – Cortina 1-0 a.p. (0-0/0-0/0-0/1-0)
Match 2: Cortina – Renon 0-5 (0-2/0-3/0-0)
Match 3: Renon – Cortina 9-1 (3-0/4-0/2-1)
Match 4: Cortina – Renon 2-5 (0-0/0-3/2-2)

Val Pusteria - Gherdeina 4 - 1
Match 1: Val Pusteria – Gherdeina 5-3 (1-1/2-1/2-1)
Match 2: Gherdeina – HC Val Pusteria 4-5 a.p. (0-0/0-1/1-0/0-1)
Match 3: Val Pusteria - Gherdeina 1-2 a.p. (0-0/0-1/1-0/0-1)
Match 4: Gherdeina – Val Pusteria 2-4 (1-2/0-0/0-2)
Match 5: Val Pusteria – Gherdeina 6-1 (1-1/3-0/2-0)

Asiago - Valpellice 4 - 3
Match 1: Asiago – Valpellice 4-7 (1-3/1-1/2-3)
Match 2: Valpellice – Asiago 2-3 (1-1/0-0/1-2)
Match 3: Asiago – Valpellice 6-2 (2-1/2-0/2-1)
Match 4: Valpellice – Asiago 1-3 (0-0/1-2/0-1)
Match 5: Asiago – Valpellice 1-5 (0-0,1-3,0-2)
Match 6: Valpellice - Asiago 5-2 (2-1/1-1/2-0)
Match 7: Asiago - Valpellice 6-2 (1-1/2-0/3-1)

Vipiteno - Fassa 4 - 1
Match 1: Vipiteno – Fassa 3-1 (0-0/3-1/0-0)
Match 2: Fassa – Vipiteno 4-3 (1-2/0-1/3-0)
Match 3: Vipiteno – Fassa 6-2 (2-0/3-1/1-1)
Match 4: Fassa – Vipiteno 1-6 (1-1/0-3/0-2)
Match 5: Vipiteno – Fassa 2-1 a.p. (0-0/0-1/1-0/1-0)

Demi-finales

Renon - Vipiteno 4 - 0
Match 1: Renon – Vipiteno 3-1 (1-0/0-0/2-1)
Match 2: Vipiteno – Renon 2-5 (1-2/0-1/1-2)
Match 3: Renon – Vipiteno 7-1 (4-1/2-0/1-0)
Match 4: Vipiteno – Renon 2-3 a.p. (1-0/0-0/1-2/0-1)

Val Pusteria - Asiago 4 - 0
Match 1: Val Pusteria – Asiago 5-0 (1-0/2-0/2-0)
Match 2: Asiago – Val Pusteria 3-4 a.p. (2-1/0-0/1-2/0-1)
Match 3: Val Pusteria - Asiago 6-2 (1-0/1-0/4-2)
Match 4: Asiago – Val Pusteria 1-4 (0-0/0-0/1-4)

Finale

Renon - Val Pusteria 4 - 2
Match 1: Renon – Val Pusteria 2-3 t.a.b. (2-0/0-0/0-2/0-0/0-1)
Match 2: Val Pusteria – Renon 1-4 (1-1/0-1/0-2)
Match 3: Renon – Val Pusteria 1-2 a.p. (1-0/0-1/0-0/0-1)
Match 4: Val Pusteria – Renon 3-4 a.p. (2-0/0-2/1-1/0-1)
Match 5: Renon – Val Pusteria 6-2 (2-1/1-0/3-1)
Match 6: Val Pusteria – Renon 1-3 (0-0/1-1/0-2)

Formation des champions d'Italie, les Rittner Buam de Renon :
Gardiens : A. Engalage et R. Fink.
Défenseurs : B. Cole, C. Borgatello, I. Tauferer, D. Ceresa, M. Ploner, F. Ebner, C. Vigl.
Attaquants : B. Cook, D. Tudin, A. Frei, M. Spinell, S. Kostner, M. Van Guilder, L. Ansoldi, J. Kostner, A. Eisath, E. Scelfo, M. Quinz, T. Spinell, M. Fauster.
Coach: R.P. Lehtonen.