Un hockeyeur fait irruption sur un stade de football

L'équipe de France débarque en Norvège pour l'ultime ligne droite de sa préparation mondiale, face à un adversaire frappé par un scandale.

La scène s'est produite mercredi soir en Suèe dans un match de football entre l'IFK Göteborg et le Malmö FF, deux clubs dont la rivalité a dégénéré. Un remplaçant de Malmö a même lancé un drapeau de corner tel un javelot (!) vers les supporters locaux qui ne cessaient d'abreuver de projectiles les joueurs adverses à l'échauffement. Le match a dû être arrêté. Alors que les deux équipes avaient déjà quitté le terrain, un individu s'est précipité sur la pelouse et a shooté dans un ballon resté là en direction du but vide.

OLIMB Ken Andr 140517 183Deux stadiers ont alors encadré l'envahisseur pour l'escorter en dehors du terrain. Qui était cet énergumène ? Un hurluberlu en mal de reconnaissance ? Contrairement à ce que l'on voit parfois en pareil cas, il était habillé... et portait fièrement un T-shirt proclamant "Frölunda, champion de Suède de hockey sur glace 2016". Il n'avait rien d'un simple supporter, c'était Mats Rosseli Olsen, international norvégien et attaquant de Frölunda, le club de Göteborg.

Cet incident grotesque embarrasse le manager de Frölunda, qui a infligé une amende au joueur mais ne va pas le congédier (il a encore deux ans de contrat), mais aussi le staff de l'équipe de Norvège, qui condamne ce comportement mais ne veut pas en rajouter. Présent sur place, Rosselli Olsen fera bien partie de l'équipe de Norvège aux championnats du monde.

Pour la France, l'évènement de ce match est la première titularisation de Cristobal Huet, ménagé depuis plusieurs semaines en raison d'une blessure à la cuisse. Dans le camp norvégien, c'est Andreas Martinsen, arrivé de Colorado en NHL, qui fait ses débuts. Il inscrit d'ailleurs le premier but... qui doit tout à son centre.

Ken André Olimb gagne en effet deux fois de suite ses duels face à Nicolas Ritz, d'abord sur la mise au jeu puis derrière la cage. Il y effectue une passe au premier poteau que ni Cristobal Huet ni le défenseur Maxime Moisand n'ont vu venir, laissant un angle grand ouvert à Andreas Martinsen (1-0). Hormis une barre transversale, les Français se créent peu d'occasions contre une équipe bien en place dans sa zone.

FLEURY Damien 150503 713Le score reste minimal, jusqu'à un palet que Damien Fleury aurait dû sortir de sa zone défensive. Ken André Olimb - encore - parvient à s'imposer au milieu de deux joueurs (Fleury et Desrosiers) pour servir son frère qui lance aussitôt Martinsen dans l'axe. Huet repousse le tir mais Ken André est là au rebond pour devancer Moisand et finir l'action qu'il a lui-même initiée (2-0, 34'05"). Deux minutes plus tard, après un engagement remporté en zone défensive par Kristian Forsberg face à Julien Desrosiers, le défenseur offensif Stefan Espeland délivre une longue passe axiale vers Thomas Valkvæ Olsen, qui file entre Janil et Fleury puis décale Martin Roymark - parti dans le dos de Manavian - pour le troisième but.

La France revient dans le match en marquant dès le début de troisième période. Charles Bertrand attire la défense par une entrée de zone axiale et décale Sacha Treille pour un tir puissant du haut du cercle gauche (3-1). Mais une succession de maladresses et malchances, après une mise au jeu française en zone offensive, aboutit à un but encaissé. Le palet, d'abord perdu par un mauvais contrôle de Maxime Moisand, ricoche tout à tour sur les patins de Sacha Treille, qui a tenté l'interception en zone neutre, puis s'envole sur la crosse de Kévin Hecquefeuille qui tentait de contrer Valkvæ Olsen à la ligne bleue. Le Norvégien se présente seul face à Huet qu'il bat du revers. Enfin, sur une supériorité numérique, Mathias Trettenes va prendre le palet à Maxime Moisand après un engagement a priori favorable aux Bleus et va tirer dans les bottes de Huet, où Robin Dahlstrøm vient finir le travail (5-1).

Une nette défaite pour les Bleus, et un match difficile en particulier pour Maxime Moisand, directement engagé sur quatre buts encaissés. Il fait partie des joueurs dont la sélection est en balance et doit se décider en Norvège, mais pour l'heure, les choix définitifs des lignes arrières sont toujours suspendus aux convalescences de Nicolas Besch et Florian Chakiachvili, qui n'ont toujours pas réintégré l'effectif.

La victoire de la Norvège a également été troublée par la blessure de son rugueux défenseur et joueur-symbole Ole-Kristian Tollefsen, tombé en arrrière dans un duel dans le coin avec Jordan Perret. Souffrant du genou gauche, il a dû être soutenu pour sortir de la glace.

Commentaires d'après-match

Roy Johansen (entraîneur de la Norvège) : "Je suis raisonnablement satisfait de notre jeu et du résultat, mais il y a des choses que nous pouvons considérablement améliorer. Le plus importants dans ces rencontres face à la France est que le corps de tous les joueurs prenne le rythme. Nous avons clairement besoin des caractéristiques défensives de Tollefsen. Nous devons juste croiser les doigts."

Mats Rosselli Olsen : "Je suis désolé de ce qui est arrivé. Je présente mes excuses à l'équipe nationale, à Frölunda et aux fans. J'avais vu ça comme quelque chose d'amusant, mais ça s'est transformé en quelque chose de différent. Maintenant, je veux mettre cela derrière moi. Je vais utiliser toute mon énergie sur la préparation du championnat du monde."

 

Norvège - France 5-1 (1-0, 2-0, 2-1)
Vendredi 29 avril 2016 à 19h00 à Lørenskog. 1671 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Holm (SUE) et Robert Hallin (NOR) assistés de Gjermund Bakli (NOR) et Daniel Persson (SUE).
Pénalités : Norvège 8' (4', 2', 2') ; France 20' (4'+10', 0', 6').
Tirs : Norvège 38 (10, 12, 16) ; France 16 (8, 3, 5).

Évolution du score :
1-0 à 11'36" : Martinsen assisté de K.A. Olimb et M. Olimb
2-0 à 34'05" : K.A. Olimb assisté de Martinsen et M. Olimb
3-0 à 35'55" : Røymark assisté de Valkvæ Olsen et Espeland
3-1 à 41'27" : S. Treille assisté de Bertrand et Janil
4-1 à 45'03" : Valkvæ Olsen assisté de Forsberg et Espeland
5-1 à 55'15" : Dahlstrøm assisté de Trettenes (sup. num.)


Norvège

Attaquants :
Andreas Martinsen (+2, 2') - Ken André Olimb (+2) - Mathis Olimb (A, +2)
Michael Haga (2') - Anders Bastiansen (C) - Sondre Olden
Robin Dahlstrøm (-1) - Morten Ask (-1) - Mathias Trettenes (-1)
Martin Røymark (A, +2) - Kristian Forsberg (+2) - Thomas Valkvæ Olsen (+2)
Niklas Roest

Défenseurs :
Jonas Holøs - Mattias Nørstebø
Johannes Johannesen (2') - Ole-Kristian Tollefsen (+1)
Henrik Ødegaard (+2, 2') - Stefan Espeland (+3)
Erlend Lesund

Gardien :
Lars Haugen

Remplaçants : Lars Volden (G), Andreas Stene. En réserve : Steffen Søberg (G), Mats Trygg (D), Dennis Sveum (D), Mats Rosselli Olsen (A).

France

Attaquants :
Yorick Treille (A) - Laurent Meunier (C) - Jordann Perret
Julien Desrosiers (-3) - Eliot Berthon (-2) - Damien Fleury (-2)
Sacha Treille - Tim Bozon [puis Ritz] - Charles Bertrand
Loïc Lampérier - Nicolas Ritz (-1) [puis Raux] - Valentin Claireaux (-1, 2')
Damien Raux

Défenseurs :
Maxime Moisand (-3) - Kévin Hecquefeuille (A, -3)
Benjamin Dieudé-Fauvel (4') - Grégory Béron
Antonin Manavian (2'+10') - Jonathan Janil (2')

Gardien :
Cristobal Huet

Remplaçant : Florian Hardy (G). En réserve : Ronan Quemener (G), Florian Chakiachvili (entorse du genou), Nicolas Besch (commotion), Teddy Da Costa.