Kazakhstan - France (dernier match de préparation)

Renvoyer des joueurs à la maison n'est jamais un processus agréable pour un sélectionneur, mais cela vaut toujours mieux que de ne même plus avoir de choix à opérer.

C'est la situation dans laquelle s'est retrouvé Dave Henderson, l'entraîneur de l'équipe de France, après l'ultime forfait de Stéphane Da Costa, blessé à l'aine. L'intégralité du groupe présent en Norvège est donc du voyage final, avec les renforts supplémentaires d'Auvitu - pas encore aligné - et de Pierre-Édouard Bellemare, qui forme une ligne offensive avec Fleury et Desrosiers.

RAUX Damien 150505 281L'équipe comprend encore plusieurs joueurs qui ont des petits pépins et sont ménagés ce soir, tels Tim Bozon et Antonin Manavian. En conséquence, les Bleus n'alignent que six défenseurs, dont un a été reconverti à ce poste cette semaine (Grégory Béron) et l'autre... il y a deux semaines (Damien Raux) !

Ce neuvième match de préparation - dans une patinoire vide - paraît donc un peu pesant avec une équipe ainsi diminuée. Le staff aurait préféré que les Norvégiens décalent la dernière rencontre au dimanche, mais ceux-ci tenaient à leurs dates. Les six jours sans match paraissaient trop longs à Dave Henderson, et comme le Kazakhstan - promu - était demandeur d'un adversaire de haut niveau, on en est arrivé à caler ce match, à la date et au lieu (sur place à Saint-Pétersbourg) que souhaitaient les Français.

Même si le Kazakhstan participera au groupe de Moscou, le lieu lui convient aussi pour des raisons historiques : c'est dans cette même patinoire que l'équipe nationale du Kazakhstan a joué le premier match de son histoire en mars 1992 contre l'Ukraine !

La partie débute par une supériorité numérique de chaque côté, et c'est la France qui se montre la plus efficace. Jordann Perret, la révélation du camp tricolore, convertit par un tir précis le mouvement collectif initié par ses partenaires Treille et Meunier. À la neuvième minute du jeu, Valentin Claireaux aurait même pu doubler la mise, mais il frappe le poteau.

Le deuxième avantage numérique est moins concluant. D'abord, Teddy Da Costa manque une cage ouverte. Puis Maksim Ivanov gratte un palet qu'il envoie vers Roman Starchenko, et l'ailier gagne son face-à-face avec Florian Hardy au moment où son équipe revient au complet (1-1). Deux minutes plus tard, la France reprend l'avantage en infériorité, mais à la faveur d'une pénalité différée : Bellemare entre en zone et donne une passe-abandon à Charles Bertrand, qui devient ainsi le meilleur marqueur français de la préparation mondiale (4 buts et 2 assists en 9 parties). Néanmoins, le Kazakhstan égalise aussi à 4 contre 5, par l'intermédiaire de Dustin Boyd (2-2).

BERTRAND Charles 150512 604Les Bleus prennent encore l'avantage quand Damien Fleury nettoie la lucarne en contre-attaque, mais c'est la dernière fois. La ligne des trois Nord-Américains naturalisés fait pencher le match en faveur de Kazakhstan (comme elle le fera pour le maintien ?). Nigel Dawes égalise, puis Brandon Bochenski suit le rebond d'un tir de Boyd dans la poitrine de Hardy.

Alors que Huet est encore au repos, les deux autres gardiens français se partagent encore le temps de jeu. Ronan Quemener doit faire face à pas mal de jeu en infériorité, et signe un arrêt important en troisième période face à Dawes servi par Bochenski. Mais quatre minutes plus tard, le Kazakhstan se retrouve carrément à 5 contre 3. Andrei Nazarov demande son temps mort, qui est couronné de succès treize secondes plus tard par Maksim Semyonov. On continue à 5 contre 4 et Evgeni Rymarev ajoute le 6-3.

Les hockeyeurs d'Asie centrale dominent jusqu'à la fin, mais les Bleus résistent encore à trente secondes de double infériorité face au trio des ex-NHLers du Barys Astana. La défaite est explicable par le déséquilibre certain des pénalités. La discipline, c'est qu'on peut souhaiter à l'équipe de France... avec la santé bien sûr ! Les choses sérieuses commenceront samedi après-midi contre l'Allemagne.

Commentaires d'après-match

Evgeni Rymarev (attaquant du Kazakhstan) : "Hier, après le vol, on nous a donné un repos, nous n'avons pas patiné. Aujourd'hui nous étions un peu chancelants. Au début, nous avons pris beaucoup des pénalités stupides. Mais nous avons survécu. Nous sommes prêts pour le championnat du monde. Nous avons passé un stage complet, il y a des forces. Nous étions en jambes à la fin. En plus, les Français ont souvent joué en infériorité. Nous avons mis la pression sur eux en troisième période. Nous ferons tous les efforts pour rester dans la division élite. Peut-être que nous pouvons même faire plus."

 

Kazakhstan - France 6-3 (2-2, 2-1, 2-0)
Mardi 3 mai à 18h00 au palais des sports Yubileyni de Saint-Pétersbourg. 78 spectateurs.
Arbitrage de MM. Vassiliev et Tsyplakov (RUS) assistés de MM. Ivanov et Nesterov (RUS).
Pénalités : Kazakhstan 8' (6', 0', 2') ; France 20' (4', 6', 10').
Tirs : Kazakhstan 33 (8, 12, 13) ; France 21 (12, 5, 4).

Évolution du score :
0-1 à 04'48" : Perret assisté de Treille et Meunier (sup. num.)
1-1 à 12'11" : Starchenko assisté de N. Ivanov
1-2 à 14'03" : Bertrand assisté de Bellemare (inf. num.)
2-2 à 15'14" : Boyd (inf. num.)
2-3 à 26'05" : Fleury
3-3 à 27'11" : Dawes
4-3 à 33'00" : Bochenski assisté de Boyd (sup. num.)
5-3 à 49'14" : Semyonov assisté de Bochenski (double sup. num.)
6-3 à 49'59" : Rymarev assisté de Lakiza et Starchenko (sup. num.)
 
 
Kazakhstan

Attaquants :
Nigel Dawes (A) - Dustin Boyd - Brandon Bochenski (A)
Roman Starchenko (C, 2') - Nikita Ivanov - Evgeny Rymarev
Konstantin Pushkarev (2') - Maksim Khudyakov (2') - Vadim Krasnoslabodtsev
Aleksandr Shin - Ilya Solarev - Mikhaïl Panshin (2')

Défenseurs :
Vyacheslav Tryasunov - Maksim Semyonov
Aleksandr Lipin - Roman Savchenko
Andrei Korabeynikov - Artemy Lakiza
Ilya Lobanov - Daniyar Kairov

Gardien :
Pavel Poluektov

Remplaçants : Dmitry Malgin (G), Damir Ryspaev.

France

Attaquants :
Yorick Treille (A) - Laurent Meunier (C, 2') - Jordann Perret (4')
Julien Desrosiers - Pierre-Édouard Bellemare - Damien Fleury (4')
Eliot Berthon - Teddy Da Costa - Charles Bertrand
Loïc Lampérier - Nicolas Ritz (2') - Valentin Claireaux (2')

Défenseurs :
Benjamin Dieudé-Fauvel (2') - Grégory Béron
Florian Chakiachvili - Maxime Moisand (2')
Jonathan Janil (2') - Damien Raux

Gardien :
Florian Hardy puis Ronan Quemener à 37'00".

En réserve : Cristobal Huet (G), Antonin Manavian (déchirure intercostale), Yohann Auvitu, Teddy Da Costa, Tim Bozon, Sacha Treille.