Défaite historique pour les Russes à Moscou

Attendant à la fois le rétablissement de Radulov et ses renforts de NHL, la Russie a fait le choix de commencer ce championnat du monde avec une équipe incomplète pour garder quatre places vides (sans compter le troisième gardien). Seuls 11 attaquants ont été déclarés, et le septième défenseur Viktor Antipin est prié de s'improviser ailier droit sur la quatrième ligne pour compenser.

Cela pourrait passer face à une petite nation, mais en face, c'est la République Tchèque. Elle aussi a un joueur à l'infirmerie, l'attaquant de NHL Jiri Sekáč, mais cela ne l'empêche pas de déclarer un effectif complet de 20 joueurs pour ce premier match, même le treizième attaquant Zaťovič qui reste pourtant sur le banc. Jusqu'au dernier moment, le staff tchèque a refusé de dire qui serait le gardien titulaire : c'est Dominik Furch qui a été choisi.

CERVENKA Roman 150507 201Dans une ambiance survoltée, les Russes concèdent une première occasion à Roman Červenka, mais ne tardent pas à répliquer. Sergei Plotnikov entre en zone en attirant la défense dans l'axe et décale l'invité-surprise Roman Lyubimov sur la droite pour un tir que Furch repousse de la plaque. Le rebond très dangereux est écarté par Jan Kolar. La Russie doit cependant tuer deux pénalités, et à la fin de celle de Kalinin, un lancer dévié de Tomáš Kundrátek surprend Sergei Bobrovsky (0-1).

Une pénalité évitable de Chudinov oblige encore la Sbornaïa à commencer le deuxième tiers-temps en infériorité. Bobrovsky pare de la plaque un lancer axial de Jakub Jeřábek, mais ne contrôle pas le rebond, dont profite Červenka (0-2). La Russie réagit plus vivement et réussit par moments à maintenir les Tchèques dans leur zone durant de longues minutes. Ils sont physiquement fatigués et proches de rompre. Alors qu'une pénalité pour obstruction contre Červenka se termine, Evgeni Dadonov passe le palet de derrière la cage à Sergei Mozyakin, le super-buteur de KHL, parfaitement placé dans l'enclave, qui tire... sur la transversale.

En début de troisième période, la Russie a deux supériorités numériques enchaînées avec 18 secondes à 5 contre 3. La pression est alors maximale. Artemi Panarin reprend d'abord dans le cercle gauche une passe de Mozyakin, puis récupère le palet et sert Datsyuk au poteau opposé : Dominik Furch s'est déplacé rapidement pour un arrêt décisif du gant. Le gardien tchèque ne laisse rien passer et frustre tous les attaquants russes. Birner vise la cage vide depuis la zone neutre pour le 0-3 final.

ANTIPIN Viktor 150517 591Seule la ligne éprouvée Dadonov-Shipachyov-Panarin a vraiment été dangereuse à cinq contre cinq avec de longues séquences en zone offensive.

L'absence du blessé Radulov handicape considérablement la première ligne, où Ivan Telegin, choisi pour sa mobilité, est manifestement dépassé par la charge de jouer avec Mozyakin et Datsyuk. Le centre de Detroit a certes excellé aux engagements (74%), intercepté quelques palets et délivré quelques bonnes passes, mais il n'a pas animé l'offensive au point de mériter son titre de joueur du match. La quatrième ligne a été inexistante et l'expérience d'Antipin à l'aile n'a pas duré. Bref, l'équipe russe est encore à construire. On s'en doutait, mais le petit problème, c'est que le Mondial a commencé... et que le public russe n'est pas forcément patient.

Jamais la Russie n'avait perdu un match dans le temps réglementaire lors d'un championnat du monde à Moscou. Autant dire que cette défaite fait tache et accentue déjà la pression sur une équipe qui n'avait pas besoin de ça.

Commentaires d'après-match

Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "Nous ne paniquons pas. Tout va bien."

Aleksei Emelin (défenseur de la Russie) : "Nous n'avons pas marqué, nous avons commis des pénalités inutiles et plusieurs erreurs dans notre zone. Nos défenseurs ont beaucoup lancé au but, mais beaucoup de Tchèques ont bloqué les tirs. Nous n'avions pas de tactique spéciale contre les Tchèques, nous nous tenons à notre plan de jeu."

Pavel Datsyuk (attaquant de la Russie) : "En première période, le public criait si fort que nous nous sommes enflammés. Nous avons peu pratiqué ensemble avec Mozyakin, les incompréhensions sont explicables, je pense que la communication progressera. Les Tchèques ont une équipe bien organisée, un grand gardien. Mais nous aurions dû marquer. Moi compris. Je ne pense pas mériter le prix de joueur du match, des coéquipiers ont mieux joué que moi."

Vladimir Vůjtek (entraîneur de la Tchéquie) : "Nous nous sommes bien préparés pour ce match, nous avons étudié l'équipe russe en vidéo. Il y a eu des moments où nous étions sous la pression de notre adversaire, notamment en deuxième période où notre troisième ligne a dû faire face sans souffler à trois lignes russes successive. C'était un moment de crise, nous avons survécu. Je pense que nous méritons la victoire. Tous les joueurs étaient au-dessus de 100% et ont joué sans égoïsme. Nous avons défini les arrières depuis le premier tournoi de la saison, ils s'améliorent graduellement et ont maintenant 15 matches en équipe nationale à leur compteur. Peut-être plus. Nous avons des paires stables, ce qui est un avantage. Les gardiens savaient deux jours à l'avance qui jouerait. Nous ne voulions simplement le divulguer aux adversaires, et donc pas aux journalistes."

 

Tchéquie - Russie 3-0 (1-0, 1-0, 1-0)
Vendredi 6 mai 2016 à 20h15 au Palais de glace VTB de Moscou. 9693 spectateurs.
Arbitrage de Daniel Piechaczek (ALL) et Tobias Wehrli (SUI) assistés de Pasi Nieminen (FIN) et Henrik Pihlblad (FIN).
Pénalités : Tchéquie 10' (2', 2', 6'), Russie 10' (6', 0', 4').
Tirs : Tchéquie 27 (9, 13, 5), Russie 25 (8, 9, 8).

Évolution du score :
1-0 à 14'48" : Kundrátek assisté de Kovář et Kempný
2-0 à 20'48" : Červenka assisté de Jeřábek et Pastrňák (sup. num.)
3-0 à 58'28" : Birner (cage vide)


Tchéquie

Attaquants :
Roman Červenka (A, 2') - Tomas Plekanec (C, 2') - David Pastrňák
Michal Birner (+2) - Jan Kovář (+2) - Michal Řepík (+1)
Tomas Zohorna - Robert Kousal - Lukas Kašpar
Petr Koukal - Tomas Filippi - Richard Jarůšek (+1)

Défenseurs :
Michal Jordán (+1) - Jakub Jeřábek (+1)
Jan Kolář (2') - Radim Šimek (2')
Tomas Kundrátek (+1) - Michal Kempný (+1, 2')
Milan Douděra

Gardien :
Dominik Furch

Remplaçants : Pavel Francouz (G), Martin Zaťovič.

Russie (2' pour surnombre)

Attaquants :
Sergei Mozyakin (A, -1) - Pavel Datsyuk (C) - Ivan Telegin (-1)
Evgeni Dadonov (-1, 2') - Vadim Shipachyov (A, -1, 2') - Artemi Panarin (-1)
Sergei Plotnikov (-1) - Sergei Kalinin (-1, 2') - Roman Lyubimov (-1)
Sergei Shirokov - Aleksandr Burmistrov - [Antipin]

Défenseurs :
Aleksei Emelin (-1) - Vyacheslav Voïnov (-2)
Anton Belov - Maksim Chudinov (2')
Aleksei Marchenko - Nikita Zaitsev
Viktor Antipin

Gardien :
Sergei Bobrovski [sorti de 58'15" à 58'28"]

Remplaçant : Ilya Sorokin (G).