Et le piège kazakh se referma sur la Suisse

Ce samedi midi, la Suisse et le Kazakhstan commencent leur épopée 2016 aux Championnats du monde.

Le Jour J est donc arrivé pour la Nati entraînée par Patrick Fischer, désigné à la tête de la sélection après bien des remous. Son objectif est d'atteindre les quarts de finale, un objectif qui permettrait à Fischer de renouveler automatiquement son contrat de deux années supplémentaires.

Avec une équipe résolument plus offensive que par le passé, l'effectif helvète contient toujours une place vacante destinée à Roman Josi, toujours retenu par les play-offs NHL avec Nashville. Le staff de la Nati se donne jusqu'au 10 mai pour conserver cette place au défenseur ultra-offensif des Predators.

DU BOIS Felicien 150503 563Avant de voir éventuellement Josi à l'oeuvre, il faut déjà assurer l'essentiel. Avec la France et l'Allemagne assurées du maintien car co-organisatrices des Mondiaux 2017, il est vital de prendre 3 points aujourd'hui pour éviter de se mettre dans une situation inconfortable. La lutte contre la relégation va être particulièrement serrée cette année et les Suisses débutent face à un promu, une victime tout désignée sur le tableau de chasse.

Mais justement, les Kazakhs veulent plus que se maintenir, ils veulent s'immiscer dans cette bataille pour jouer les épouvantails. La sélection coachée par Andrei Nazarov a terminé sa préparation en fanfare avec une victoire sur l'équipe de France 6-3. Et son premier trio naturalisé Nigel Dawes - Dustin Boyd - Brandon Bochenski, qui fait le bonheur d'Astana en KHL depuis plusieurs saisons maintenant, a de quoi intriguer. Les Nord-Américains disputent leur premier Championnat du monde avec leur pays d'adoption et forment une puissance de feu non négligeable. Sera-ce néanmoins suffisant pour faire trébucher une Suisse toujours ambitieuse ?

Le gardien kazakh Vitali Kolesnik est rapidement mobilisé par une entrée en matière énergique de la Suisse. Un rebond dangereux de Walker passe à quelques centimètres alors que Kolesnik doit s'étendre devant Andrighetto. Malmenés à l'entame du match, les Kazakhs vont finalement trouver le rythme et créer du danger. Après un bon travail le long de la bande de Khudyakov, Krasnoslobodtsev voit son tir détourné par Reto Berra. C'est la première occasion franche du Kazakhstan qui ne va pas s'arrêter là. Bochenski intercepte le puck et lance Nigel Dawes qui part seul, mais le retour de Yannick Weber l'empêche de tirer. L'arbitre siffle néanmoins un tir de pénalité. Dawes s'élance mais il frappe à côté, Weber peut souffler sur le banc.

Le trio nord-américain reste tout de même sur la glace et Berra doit conserver son sang-froid face au danger numéro 1 du Kazakhstan. Le match s'est en tout cas équilibré avec 7 tirs de chaque côté après 12 minutes de jeu. Et ça continue. Simon Moser trouve le poteau d'un côté, et de l'autre Dustin Boyd voit son tir effleurer la lucarne opposée. Martschini envoie un palet flottant d'un côté, et de l'autre Dawes se montre dangereux avec un centre-tir. Le jeu se poursuit, la Suisse contre-attaque et marque par Sven Andrighetto qui trouve la lucarne. Le but est néanmoins refusé car le gardien Kolesnik est gêné par un contact avec Samuel Walser. L'attaquant de Davos va néanmoins se faire justice quelques instants plus tard : Raphaël Diaz fait le tour de la cage et sert au poteau opposé Walser (1-0, 14'56").

Les Suisses devront se contenter de cette avance d'un but à la première pause. Les activités reprennent en deuxième période. Kolesnik déploie sa mitaine devant Niederreiter. Krasnoslobodtsev se retrouve plein champ et frappe, Reto Berra ne parvient pas à capter le palet avec son gant mais le danger est heureusement écarté. Quelques instants plus tard, Dustin Boyd, pourtant bien placé, ne parvient pas à cadrer. Jusque-là disciplinés, les Asiatiques concèdent la première pénalité par Nigel Dawes. Mais Vitali Kolesnik veille avec deux superbes arrêts, d'abord du gant face à Dino Wieser, puis de la jambière devant Gaëtan Haas.

La première pénalité est tuée par les Kazakhs mais Konstantin Pushkaryov est à son tour pris par la patrouille. La Suisse a une nouvelle chance de faire le break mais elle va se faire piéger de manière inattendue. Roman Savchenko sort à peine de sa zone défensive qu'il se décide à frapper, son slap traverse toute la patinoire et surprend Reto Berra qui encaisse un but gag (1-1, 30'57") !

Pushkaryov sur le banc de la prison se marre mais il lui reste encore quelques secondes avant d'être libéré. Le temps que Kolesnik intervienne sur deux rebonds brûlants. La pénalité est encore une fois tuée et c'est cette fois-ci Reto Berra qui est à la parade devant Krasnoslobodtsev. Avec 22 lancers, la troupe de Patrick Fischer a largement dominé ce second tiers mais elle a été incapable d'en profiter : 1-1 après 40 minutes de jeu.

KRASNOSLOBODTSEV Vadim 140511 220La troisième période débute, et la Suisse repart à l'offensive. Julian Walker tente de prolonger un centre de Wieser, Niederreiter effectue une déviation qui frôle le poteau, puis "El Niño" déborde et frappe, mais Kolesnik demeure impérial. On sent bien que les Kazakhs commencent à manquer de souffle même si Berra réalise deux arrêts-papillons successifs devant Bochenski et Starchenko.

Une crosse haute de Du Bois va néanmoins donner de l'air aux hommes de Nazarov qui obtiennent un avantage numérique de quatre minutes. L'occasion est belle mais les Asiatiques éprouvent des difficultés pour s'installer. Finalement, Roman Starchenko relaye avec Evgeni Rymarev qui lui redonne, le capitaine kazakh reprend alors de volée et donne l'avantage à sa sélection (1-2, 50'30").

L'avance sera de courte durée. Diaz trouve d'abord la transversale mais le salut viendra grâce à un faire-trébucher de Khudyakov sur Ambühl. Denis Hollenstein s'avance couloir gauche, lance une première fois, Kolesnik reste debout mais il ne voit pas le puck collé à son patin, Hollenstein n'a alors qu'à le pousser au fond des filets (2-2, 52'01"). Irréprochable jusqu'à maintenant, c'est un but malheureux qu'encaisse le gardien du Lokomotiv Yaroslavl.

Le Kazakhstan doit maintenant serrer les dents pour préserver un point dans cette partie, d'autant plus que la Suisse hérite d'un dernier jeu de puissance. Poteau de Weber, arrêt du gant de Kolesnik devant Martschini, lourde reprise de volée de Du Bois, les Kazakhs résistent en infériorité et gèrent parfaitement les derniers instants à forces égales. Le point est sauvé !

Un point, et pourquoi pas deux ? La Suisse tente de prendre à la gorge ses adversaires mais Gaëtan Haas se fait pénaliser. Le trio nord-américain est lancé sur la glace pour un avantage à 4 contre 3. Reto Berra ne lâche pas le morceau avec un superbe arrêt de la mitaine face à Savchenko, puis devant un joli numéro de Dawes. Malgré un 2 contre 1 suisse conclu d'un tir à l'aveugle de Diaz, puis Roman Savchenko à la conclusion d'un très beau mouvement collectif, le score demeurera inchangé : tirs au but !

Vitali Kolesnik prend un parti pris : il tente de privilégier le poke-check. Cela ne fonctionne pas et les essais s'enchaînent des deux côtés. Sauf Niederreiter justement gêné par la crosse de Kolesnik. Rymarev a le puck de la victoire mais il bute sur la jambière de Berra. Revanchard après un penalty raté, Nigel Dawes marque néanmoins un deuxième essai, tout aussi somptueux que le premier, pour redonner l'avantage aux Kazakhs. Le petit Lino Martschini s'élance alors et... se fait poke-checker par Kolesnik, fidèle jusqu'au bout à sa stratégie !

Vitali Kolesnik (49 arrêts) et Nigel Dawes offrent un succès surprise au Kazakhstan qui aura tout de même affiché beaucoup de sérieux tout au long de la rencontre. C'est le premier succès de ce pays face à la Suisse aux Mondiaux. Encore une fois, la Suisse s'incline par manque de réussite, un problème récurrent qu'elle devra régler rapidement sous peine de subir une lourde déconvenue.

Élus joueurs du match : Denis Hollenstein pour la Suisse, Roman Starchenko pour le Kazakhstan.

Commentaires d'après-match

Nigel Dawes (attaquant du Kazakhstan) : "J'étais un peu frustré avec mon tir de pénalité raté dans le temps réglementaire. Je voulais patiner vite et être plus patient en fusillade. [Berra] est un grand gardien qui prend de la place devant le but, je voulais le faire bouger et j'ai réussi. Ça m'a permis de me racheter."


Suisse - Kazakhstan 2-2 (1-0, 0-1, 1-1, 0-0) / 2-3 aux tirs au but.
Samedi 7 mai 2016 à 12h15 au Ice Palace de Moscou. 5420 spectateurs.
Arbitrage de Roman Gofman (RUS) et Brett Iverson (CAN) assistés de Nicolas Chartrand-Piche (CAN) et Vit Lederer (TCH).
Pénalités : Suisse 6' (0', 0', 4', 2'), Kazakhstan 8' (0', 4', 4', 0').
Tirs : Suisse 51 (15, 22, 11, 3), Kazakhstan 26 (9, 10, 4, 3).

Évolution du score :
1-0 à 14'56" : Walser assisté de Diaz et Andrighetto
1-1 à 30'57" : Savchenko (inf. num.)
1-2 à 50'30" : Starchenko assisté de Rymarev (sup. num.)
2-2 à 52'01" : Hollenstein assisté d'Ambühl et Du Bois (sup. num.)

Tirs au but :
Suisse : Hollenstein (réussi), Martschini (réussi), Niederreiter (arrêté), Martschini (arrêté).
Kazakhstan : Dawes (réussi), Starchenko (réussi), Rymarev (arrêté), Dawes (réussi).


Suisse

Attaquants :
Denis Hollenstein (-1) - Andres Ambühl (C, -1) - Lino Martschini (-1)
Nino Niederreiter - Gaëtan Haas (2') - Simon Moser (A)
Gregory Hofmann (+1) - Samuel Walser (+1) - Sven Andrighetto (+1)
Dino Wieser (-1) - Morris Trachsler - Julian Walker
Marc Wieser

Défenseurs :
Patrick Geering - Félicien du Bois (-1, 2'+2')
Raphaël Diaz (A, +1) - Eric Blum (+1)
Yannick Weber - Robin Grossmann
Noah Schneeberger

Gardien :
Reto Berra

Remplaçant : Robert Mayer (G). En tribune : Sandro Zurkirchen (G), Christian Marti (D) et Reto Schäppi (A).

Kazakhstan (2' pour surnombre)

Attaquants :
Nigel Dawes (2') - Brandon Bochenski (A, +1) - Dustin Boyd (+1)
Nikita Ivanov - Roman Starchenko (C) - Evgeni Rymarev
Vadim Krasnoslobodtsev - Maksim Khudyakov (2') - Konstantin Pushkaryov (2')
Mikhail Panshin (-1) - Ilya Solaryov (-1) - Aleksandr Shin (-1)

Défenseurs :
Vyacheslav Tryasunov - Maksim Semyonov
Roman Savchenko (+1) - Aleksandr Lipin (+1)
Andrei Korabeinikov - Artemi Lakiza
Ilya Lobanov (-1) - Daniar Kairov (-1)

Gardien :
Vitali Kolesnik.

Remplaçant : Pavel Poluetkov (G). En tribune : Dmitri Malgin (G).