Publicité

Les Américains réagissent

Les supporters biélorusses sont venus en nombre encourager leur équipe. L'enjeu est d'importance après la défaite la veille, et ce, pour les deux équipes. Dans les deux cas, les entraîneurs ont changé leur gardien partant.

Une indiscipline chronique

Belarus Etats Unis 160507 786Dylan Larkin obtient la première occasion en allant tester Lalande de près. Le rythme est déjà très élevé, sous la pression d'un public chaud bouillant. Il y a déjà des contacts appuyés et des duels de costauds dans les bandes. À ce petit jeu, Stas se trouve sanctionné et les Américains tentent de poser leur jeu de puissance. Hanifin expédie deux tirs puissants dans l'axe, avec Maroon planté dans l'enclave en écran, chassant les rebonds. Lalande ne craque pas.

De retour au complet, la Biélorussie prend son envol et Miles Wood, le jeune espoir de New Jersey, n'échappe pas au banc des punis pour un cinglage. Mike Condon tient bon au début, puis la défense desserre l'étau. Condon doit cependant rester concentré sur un palet qui traîne devant sa cage, sous la pression adverse.

Les Américains réagissent avec un slalom de Hinostroza qui cherche Schroeder au deuxième poteau. Lalande tient bon mais craque sur le tir suivant. Vatrano au centre trouve Wood lancé comme une fusée sur la gauche. Le tir est fulgurant entre les jambières du gardien (0-1). Pas mal pour un jeune qui jouait en High School il y a deux ans...

But Etats Unis 160507 847Les Américains ont pris confiance et jouent très bien en remises, contrôlant la ligne de fond. Une nouvelle action chaude se termine en échange de coups entre Foligno et Stas. Une nouvelle pénalité appelée, et c'est un 4 contre 3, entièrement passé dans le camp biélorusse. Matthews mène le jeu avec Larkin, mais cela reste maladroit.

Il faut attendre le retour à cinq contre quatre pour que Matthews récupère le long de la bande et serve Chris Wideman à la pointe, pour un lancer qui transperce Lalande (0-2).

Les États-Unis usent de leur qualité technique dans les petits espaces, pour arriver en pleine vitesse et perforer la défense. Murphy en est l'illustration et la crosse de Drozd le fait trébucher. Un avantage de courte durée puisque Foligno sort à son tour pour une obstruction devant la cage. À quatre contre quatre, Matthews et Hinostroza se lancent dans un festival de possession de palet, stérile cependant. À la pause, les États-Unis mènent 2-0.

Pluie de buts

Le match reste tendu à la reprise et les échanges d'amabilités continuent près du but de Lalande. Un mauvais geste de Shinkevich lui vaut une méconduite de match, et cinq minutes de supériorité américaine. Il ne faut que quinze secondes à Dylan Larkin pour trouver la faille en récupérant un palet dans le trafic pour un tir précis (0-3).

But Belarus 160507 892

Le reste du jeu de puissance se montre moins convaincant, maladroit. Drozd en profite même pour contrer et provoquer une faute d'Hendricks, finissant donc la pénalité majeure à quatre contre quatre. Il reste une trentaine de secondes d'avantage et la Biélorussie part en contre. Linglet décale Platt, dont le tir est dévié par un défenseur et file entre les jambes de Condon (1-3, photo ci-dessus). Les décibels montent de 200% en tribunes avec un public déchaîné ! Mais vite éteint quand Hinostroza pivote et décale Hanifin à travers l'enclave (1-4).

Les deux équipes ne s'aiment vraiment pas et ça se chauffe encore. Maroon et Yevenko sont punis dans la foulée. Les États-Unis, impressionnants en conservation de palet, notamment un Hinostroza très en vue ce soir, tournent le palet. Une longue présence provoque une nouvelle faute. Les tirs pleuvent sur ce jeu de puissance. Cette fois-ci, il finit par payer. La passe d'Hanifin trouve Connor, qui, à travers l'enclave, sert Matthews d'une passe aveugle pour un tir en hauteur (1-5).

But Belarus 160507 966L'ambiance a encore fondu d'un cran, les États-Unis déroulant leur jeu. Cela combine bien et cantonne le jeu dans la zone de Lalande. Condon n'a plus guère de travail. Mais à deux minutes de la fin, une rare incursion biélorusse fait mouche. Palet au fond, il traîne finalement devant le but et Stas surgit pour le reprendre en hauteur, au grand bonheur du public (2-5, photo).

La furia biélorusse s'enflamme et Condon peine à maîtriser une rondelle bondissante et déviée trois fois en chemin. Les Américains ne cèdent pas et virent en tête 5-2, mais concèdent au buzzer une nouvelle faute : Skjei débutera le troisième tiers en prison pour faire trébucher.

À la reprise, la Biélorussie pousse fort pour profiter de cet avantage. Tout le monde bataille devant Condon, vigilant. La rencontre devient encore plus un énorme défi physique. Les charges pleuvent, les duels sont intenses et accrochés. La défense américaine est très bien placée mais manque de chance. Wood bloque un tir et dégage... au-dessus. Supériorité biélorusse, et même 53 secondes de double avantage avec une faute de JT Compher. Une chance que la Biélorussie ne laisse pas passer. Après que Stepanov ait frappé le poteau, Korobov reçoit le disque en tête de cercle et expédie un puissant tir croisé devant une foule en fusion (3-5).

Belarus Etats Unis 160507 838Le rythme tombe un peu par la suite. La Biélorussie n'arrive plus à franchir le rideau et les Américains gèrent. À six minutes du terme, Vatrano lance un contre sur l'aile et sert en retrait Matthews. Le prodige concrétise son doublé à pleine vitesse d'un tir millimétré en lucarne (3-6).

L'indiscipline pèse encore sur la Biélorussie quelques instants plus tard. Yevenko assène une série de coups de crosse dans le dos de Miles Wood planté devant la cage et offre deux minutes de supériorité aux États-Unis. Matthews sert Vatrano pour une belle reprise dans l'axe, sortie de la botte par Lalande, pour la seule occasion de la séquence, et la dernière du match : victoire nette des États-Unis dans ce match hyper physique, engagé. La Biélorussie s'est handicapée seule par de nombreuses pénalités inutiles.

Désignés joueurs du match : Geoff Platt (Biélorussie) et Vince Hinostroza (États-Unis)

Commentaires d'après-match

Miles Wood (attaquant des États-Unis) : "C'était un match costaud, mais nous avons bien joué ensemble. Les équipes spéciales ont été la clé du match. Nouds avons pris de mauvaises pénalités mais notre jeu en infériorité a été solide."

Frank Vatrano (attaquant des États-Unis) : "Représenter le pays, c'est un rêve qui devient réalité. Je ne l'avais plus fait depuis les U18 (or en 2012). Je ne pensais pas que je le porterais à nouveau ! Nous savons pourquoi nous sommes là : une médaille. Dans ce type de tournoi, l'équipe qui trouve l'alchimie le plus vite a le plus de chances de succès."

John Hynes (entraîneur des États-Unis) : "Je suis content de la réaction après la défaite hier. La Biélorussie a bataillé et c'était équilibré à cinq contre cinq. Heureusement, notre jeu de puissance a capitalisé. Condon a fait un bon match avec des arrêts décisifs à des moments-clés. Il nous a donné une chance de gagner, c'est ce qu'on demande aux gardiens. Il reste beaucoup de hockey à jouer pour prendre une décision sur ce poste. L'objectif est de ne pas se montrer trop enthousiaste ou pessimiste, ni trop haut, ni trop bas. Chaque jour est un processus pour s'améliorer. La Biélorussie nous a poussés dans nos retranchements et nous sommes tombés dans l'indiscipline. Il faut que l'équipe apprenne à gérer ce type de situation pour faire les bons choix. C'est une équipe jeune et talentueuse, avec un gros potentiel. Il faut leur faire comprendre la manière de jouer pour rester compétitif et ils l'ont bien fait après le match d'hier. Matthews ? On attend de lui un jeu dans les deux sens pour nous aider à gagner. Il l'a bien fait hier, sans marquer, mais en se montrant impliqué en défense, bloquant des tirs. Ce soir il a trouvé le chemin des filets. C'est important qu'il sache jouer avec et sans palet, sur toute la longueur de la patinoire. La Biélorussie nous avait battus l'an dernier, ils jouent de manière structurée, à grande vitesse. Il faut être prêt à jouer, sans quoi ils vous battront."

Dave Lewis (entraîneur de la Biélorussie) : "Les Américains ont joué avec passion et leur jeu de puissance nous a écarté du chemin. Ils sont jeunes, rapides, talentueux et cela s'est vu dans ces situations. Je suis ravi de voir l'engouement du public venu en nombre, ils sont passionnés. Nous commençons par les trois plus gros adversaires et je suis content de l'implication des joueurs, à défaut des résultats. Shinkevich ? C'était une pénalité très stupide de sa part."

Belarus Etats Unis 160507 881

 

Biélorussie - États-Unis 3-6 (0-2, 2-3, 1-1)
Samedi 7 mai 2016, 20h15. Yubileyny arena de Saint-Pétersbourg, Russie.
Arbitrage de Linus Ohlund (SUE) et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Nicolas Fluri (SUI) et Miroslav Lhotsky (TCH)
Tirs : Biélorussie 23 (3, 8, 12), États-Unis 33 (11, 13, 9)
Pénalités : Biélorussie 41 (8', 25'+6', 2' États-Unis 18' (6', 8', 4')

Évolution du score
0-1 à 09'58" : Wood assisté de Vatrano et Hinostroza
0-2 à 13'38" : Wideman assisté de Matthews et Larkin (sup. num.)
0-3 à 22'13" : Larkin assisté de Schroeder (sup. num.)
1-3 à 27'10" : Platt assisté de Stepanov et Linglet (sup.num.)
1-4 à 28'09" : Hanifin assisté de Hinostroza et Motte
1-5 à 34'25" : Matthews assisté de Connor et Hanifin (sup. num.)
2-5 à 38'12" : Stas
3-5 à 49'28" : Korobov assisté de S. Kostitsyn et Stepanov (double sup. num.)
3-6 à 54'40" : Matthews assisté de Vatrano et Wideman


Biélorussie

Attaquants :
Andrei Kostitsyn (A, 2') - Aleksei Kalyuzhny (C, -1) - Sergei Kostitsyn
Charles Linglet (-1) - Andrei Stas (+1, 4') - Geoff Platt (-1)
Andrei Stepanov (-1) - Yevgeni Kovyrshin (-1) - Artur Gavrus
Sergei Drozd (-1) - Alexander Kitarov (-1) - Artyom Demkov
Alexander Pavlovich

Défenseurs :
Kirill Gotovets (2') - Oleg Yevenko (6')
Roman Dyukov (+1) - Dmitri Korobov (A, -2)
Yevgeni Lisovets (-3) - Kristian Khenkel
Ilya Shinkevich (5'+20')

Gardien :
Vitali Koval

Remplaçant : Kevin Lalande (G). Réservistes : Nikita Komarov (A), Dmitri Milchakov (G)

États-Unis

Attaquants :
Kyle Connor - Dylan Larkin - Nick Foligno (A, 4')
Frank Vatrano (+2) - Auston Matthews (+1) - Jordan Schroeder (+1)
Patrick Maroon (4') - Vincent Hinostroza (+2) - Miles Wood (+1, 4')
Matt Hendricks (C, 2') - JT Compher (-1, 2') - Tyler Motte
Hudson Fasching

Défenseurs :
Chris Wideman (+2) - Noah Hanifin (+3)
Connor Murphy (A, +1) - Brady Skjei (2')
Steven Santini (-1) - David Warsofsky (-1)

Gardien :
Mike Condon

Remplaçant : Keith Kinkaid (G). Réservistes : Luke Glendening (A), Thatcher Demko (G), Jake McCabe (D).