La Russie s'obstine

Humiliée au premier match en se faisant blanchir par les Tchèques, la Russie est dans l'obligation de réagir. Le staff russe a promis de changer de manière de jouer, mais a gardé les mêmes lignes, que beaucoup jugeaient bancales.

Certains voient dans le Kazakhstan l'adversaire idéal pour reprendre confiance et se mettre en jambes. C'est oublier que la Suisse a déjà trébuché. Le gardien Vitali Kolesnik, auteur de 49 arrêts hier, n'es pas économisé et est de nouveau aligné.

"Le principal est de bien démarrer et de marquer deux buts dans les dix premières minutes pour prendre confiance", a déclaré le président de la fédération russe Vladislav Tretiak avant le match.

BOBROVSKI Sergei 150516 535Vadim Shypachyov, dont Andrei Nazarov disait quand il le couvait à Cherepovets qu'il était "le meilleur n°87 au monde, avec tout le respect dû à Sidney Crosby", ouvre le bal. Aujourd'hui Nazarov entraîne le Kazakhstan, et Dadonov coupe un centre de Shipachyov pour ouvrir le score (0-1).

Mais en trois minutes, la Russie prend deux coups sur la cafetière. Shirokov sanctionné pour obstruction, Dustin Boyd profite de la passivité d'Emelin pour marquer... dans une cage déplacée par Bobrovski. Selon les règles, cela n'empêche pas le but puisque le palet serait rentré de toute manière (1-1). Puis, sur un palet perdu en zone défensive et alors que Crosby-Shipachyov est un peu à la rue, Roman Starchenko fait passer le Kazakhstan devant (2-1).

Dès l'action suivante, néanmoins, Sergei Plotnikov entre en zone et passe entre les jambes de son vis-à-vis pour Sergei Kalinin, qui centre au second poteau pour Roman Lyubimov (2-2). Tretiak est exaucé : ses joueurs ont mis deux buts en dix minutes ! Il a juste oublié de leur préciser de ne pas en encaisser deux...

Pushkaryov et Tryasunov sont sanctionnés tout à tour pour un mauvais coup, et le buteur Sergei Mozyakin place un slap côté plaque à 5 contre 3 (3-2). Maksim Chudinov tente d'aggraver le score par deux lancers de la bleue : Kolesnik capte le premier de la mitaine, mais est masqué sur le second qui rase son poteau.

BELOV Anton 150516 719Les joueurs russes restent individuellement bien supérieurs. Kolesnik doit arrêter deux tirs de l'enclave, par Burmistrov, qui a freiné devant Korabeynikov, et par le débutant Lyubimov, qui a dribblé Semyonov comme un bleu dont il porte la couleur. Mais le score n'enfle toujours pas et le Kazakhstan égalise juste avant la pause sur un but-gag : de derrière la cage, Evgeni Rymarev tire sur l'arrière de la botte de Sergei Bobrovski (3-3). La Russie avait enfin trouvé un gardien de confiance depuis deux ans, voilà qu'il craque...

La deuxième période commence par une grande inquiétude. Artemi Panarin - neuvième marqueur de NHL pour sa première saison - trébuche en recevant un centre au second poteau de Shipachyov et percute la balustrade par la tête et l'épaule. Ses tentatives de revenir au jeu sont peu concluantes : la Russie finira le match à 10 attaquants ! Mozyakin le remplace sur la ligne de Shipachyov et Dadonov.

La domination russe est stérile, mais cette défense du score ne semble pas suffire à Andrei Nazarov. Il demande son temps mort et engueule ses joueurs avec de grands gestes dirigés vers le camp adverse qui semblent exiger à tout prix de sortir le palet de la zone défensive. Ses joueurs répondent par... deux dégagements interdits !

C'est souvent l'indiscipline qui pénalise le Kazakhstan. Une faute d'Ivanov en fin de deuxième tiers-temps permet à la Russie de reprendre l'avantage sur un lancer de la ligne bleue d'Anton Belov (3-4). La dernière minute de jeu est un peu folle, d'une cage à l'autre, et elle envoie en prison Shipachyov qui a accroché Bochenski.

SEMYONOV Maxim 140511 289Le Kazakhstan commence donc la troisième période en supériorité numérique et égalise au bout d'une minute. Après un lancer de Nigel Dawes, Dustin Boyd prend le rebond et offre une cage ouverte à l'opposée au défenseur Maksim Semyonov (4-4).

La Russie est encore désabusée, mais la patinoire fête encore avec sincérité le nouveau but encore inscrit par Belov, un lancer de la bleue dévié par une crosse kazakhe en opposition (4-5).

Le capitaine Starchenko fait trébucher Shipachyov, et la Russie a l'occasion de creuser un écart définitif. Chudinov continue d'allumer des mèches de la ligne bleue, sans faire exploser Kolesnik. Belov a décidément plus de réussite ce soir. Roman Lyubimov - dont personne ne pensait qu'il jouerait en équipe de Russie et encore moins en powerplay - soulage tout un pays en déviant son tir (4-6).

Les Russes sont si soulagés qu'ils surjouent jusqu'à la fin avec des passes surfaites, des démonstrations techniques et un hockey trop facile. En tout cas, ils gardent le contrôle du palet et le Kazakhstan ne leur pose plus de problèmes. Mais les cinquante minutes précédentes ne peuvent pas être si vite oubliées...

Même si Znarok annonce que Panarin "va bien", on se demande comment la Russie va tenir en gardant toujours une attaque incomplète pour attendre ses stars NHL (surtout que le Washington a réduit l'écart dans la nuit et qu'Ovechkin ne viendra pas de sitôt). Celui qui pourrait devenir titulaire dès demain, par contre, c'est peut-être le jeune gardien Ilya Sorokin...

Désignés joueurs du match : Vitali Kolesnik pour le Kazakhstan et Anton Belov pour la Russie.

Commentaires d'après-match

Roman Lyubimov (attaquant de la Russie) : "Ce match n'a pas été facile. Nous n'avons pas encore trouvé notre jeu. Je pense que nous avons besoin de nous calmer. Nous voulons tout faire très bien, et nous nous causons du souci. Nous devons jouer simplement et efficacement. Mais nous ne pouvons pas nous relâcher. Le championnat du monde rassemble les meilleures équipes, chaque match est compliqué."

Sergei Bobrovski (gardien de la Russie) : "C'est un match difficile pour moi. On ne peut pas être content de soi quand on encaisse quatre buts. Je dois mieux jouer. Pourquoi penser au troisième but, il faut regarder les aspects positifs. Les gars ont été très bons devant et ont marqué six buts. Demain sera un grand jour pour nous, pour toute la Russie [la commémoration de la victoire dans la seconde guerre mondiale), donc le match contre la Lettonie est très important."

 

Kazakhstan - Russie 4-6 (3-3, 0-1, 1-2)
Dimanche 8 mai 2016 à 12h15 au Palais de glace VTB de Moscou. 10122 spectateurs.
Arbitrage de Jozef Kubus (SVK) et Maksim Sidorenko (BLR) assistés de Vit Lederer (TCH) et Peter Sefcik (SVK).
Pénalités : Kazakhstan 10' (4', 4', 2'), Russie 8' (4', 2', 2').
Tirs : Kazakhstan 19 (9, 4, 6), Russie 49 (17, 14, 18).

Évolution du score :
0-1 à 06'43" : Dadonov assisté de Shipachyov et Belov
1-1 à 08'04" : Boyd assisté de Bochenski et Dawes (sup. num.)
2-1 à 09'02" : Starchenko assisté de Khudyakov et Rymarev
2-2 à 09'21" : Lyubimov assisté de Kalinin et Plotnikov
2-3 à 11'11" : Mozyakin assisté de Dadonov et Shipachyov (double sup. num.)
3-3 à 19'46" : Rymarev assisté de Starchenko (sup. num.)
3-4 à 38'02" : Belov assisté de Datsyuk et Antipin (sup. num.)
4-4 à 41'00" : Semyonov assisté de Boyd et Dawes (sup. num.)
4-5 à 43'57" : Belov assisté de Chudinov et Mozyakin
4-6 à 48'38" : Lyubimov assisté de Belov et Datsyuk (sup. num.)


Kazakhstan

Attaquants :
Nigel Dawes (A, -1) - Brandon Bochenski (A, -1) - Dustin Boyd (-1)
Roman Starchenko (C, +1, 2') - Nikita Ivanov (2') - Evgeni Rymarev (+1)
Vadim Krasnoslobodtsev (-2) - Maksim Khudyakov - Konstantin Pushkaryov (-1, 2')
Mikhail Panshin - Ilya Solaryov (-1) - Aleksandr Shin (-1)

Défenseurs :
Vyacheslav Tryasunov (-1, 2') - Maksim Semyonov (-1)
Roman Savchenko (2') - Aleksandr Lipin
Andrei Korabeinikov (-1) - Artemi Lakiza
Ilya Lobanov - Daniar Kairov (-1)

Gardien :
Vitali Kolesnik [sorti à 58'37"]

Remplaçant : Pavel Poluetkov (G). En tribune : Dmitri Malgin (G).

Russie

Attaquants :
Sergei Mozyakin (A, +1) - Pavel Datsyuk (C) - Ivan Telegin
Artemi Panarin - Vadim Shipachyov (A, +1, 2') - Evgeni Dadonov (+1, 4')
Roman Lyubimov (+1) - Sergei Kalinin (+1) - Sergei Plotnikov (+1)
Sergei Shirokov (2') - Aleksandr Burmistrov - [Antipin]

Défenseurs :
Aleksei Emelin (+1) - Vyacheslav Voïnov (+1)
Anton Belov - Maksim Chudinov (+1)
Aleksei Marchenko - Nikita Zaitsev
Viktor Antipin (+1)

Gardien :
Sergei Bobrovski [sorti de 58'15" à 58'28"]

Remplaçant : Ilya Sorokin (G).