Un fossé à 60 millions

Rencontre la plus déséquilibrée en théorie entre le champion en titre, le Canada qui a dominé son voisin américain 5-1 l'avant-veille et le promu hongrois qui a subi la loi de Slovaques vainqueurs 4-1 sans forcer.

Hongrie Canada 160508 150 2L'entraîneur Bill Peters en profite pour faire entrer Calvin Pickard dans les buts. Même décision côté hongrois où l'on ne se fait pas trop d'illusions : c'est Zoltan Hetenyi qui a l'honneur d'affronter les Canadiens.

Tout ne débute pas trop mal pour les Hongrois. Balint Magosi, bien connu dans les Alpes, chipe le palet et prend même crânement sa chance pour forcer le cerbère canadien à dévier le puck. Mais rapidement la machine rouge se met en marche.

Le gardien magyar doit d'abord faire un double arrêt du plastron contre l'attaquant de Nouvelle-Écosse, Brad Marchand. Puis Taylor Hall et Corey Perry partent en contre et poussent le canadien naturalisé hongrois Kevin Wehrs à la faute.

Deux minutes que la Hongrie pense tuer dans un premier temps, avant de céder dans les derniers instants sur une remise de derrière le but de Stone pour Scheifele (0-1 à 5'54). Ils ont tenu 6 minutes.

Hongrie Canada 160508 339 Brad Marchand, très en verve en début de match, part tout seul mais perd son duel dévié par la botte de Hetenyi (photo ci-dessus). Le cerbère hongrois a comme on s'en doutait l'occasion de se mettre en avant. Il effectue une belle parade sur un centre repris à bout portant par Mark Stone.

Une démonstration de technique de Taylor Hall occupe deux défenseurs, force le gardien à faire le mouvement avant de passer tout doucement à Corey Perry qui n'a plus qu'à pousser le palet dans le but ouvert (0-2 à 10'04").

Les encouragements "Magyarok, Magyarok" émanant des tribunes ne suffisent pas. Le contrôle du palet en zone offensive est total. Pourtant quand la Hongrie est à nouveau pénalisée, la supériorité ne donne rien.

Pire, en fin de supériorité et juste au moment où Erdely sortait de prison, un pressing derrière la cage de Istvan Sofron gêne le défenseur canadien Matt Dumba dans sa relance. Le jeune défenseur de Minnesota voit sa relance arriver directement dans la palette de Bartalis qui surprend le gardien d'un tir soudain. (1-2 à 18'14").

Hongrie Canada 160508 150On retourne donc au vestiaire avec seulement un but d'écart.

Ce qui semble donner des idées aux Hongrois, bien que très dominés. Le Canadien naturalisé hongrois Andrew Sarauer est très précieux au centre, et lorsqu'il passe de derrière le but, le palet heurte le patin de O'Reilly et manque de tromper son propre gardien.

Mais la Hongrie finit par prendre l'eau. Tir plein axe de la ligne bleue de Cody Ceci, le gardien n'a pas le temps de mettre la mitaine pour geler son rebond et Stone et Scheifele poussent le palet. Le but est octroyé à Stone (1-3 à 27'12)

Moins de deux minutes plus tard, l'anglophone de Montréal Mike Matheson récupère le palet, le transmet à McDavid, le jeune prodige fait parler son patinage et se débarrasse de deux joueurs avant de transmettre une offrande à Brad Marchand qui ne rate pas son duel cette fois au-dessus de la jambière (1-4 à 29'05").

Puis Derrick Bassard reçoit un superbe palet de Chris Tanev devant le gardien et sa reprise fait mouche (1-5 à 31'36").

Hongrie Canada 160508 318Les Québécois sont à la fête. Dans la foulée, Mike Matheson, une poignée de matches NHL au compteur dont plus de la moitié en play-offs avec les Panthers de Floride, tire du cercle droit. Le gardien semble avoir perdu sa confiance (1-6 à 32'45"). C'en est trop pour Hetenyi. Le jeune (mais grand 1m96) gardien de Debrecen, Adam Vay, prend sa place entre les poteaux.

Istvan Mestyan commet une faute sur Taylor Hall et laisse son équipe déjà mal en point. Pourtant la Hongrie obtient une contre-attaque à deux contre un, mais à la finition Zsombor Granat, défenseur de formation, tire à côté. La pénalité est tuée sans trop de mal et le Canada trouve même le moyen de se faire pénaliser en zone offensive de retour à 5 contre 5. Brad Marchand commet une obstruction.

La Hongrie, dominée dans le jeu, montre comme la veille contre la Slovaquie, une certaine technique sur son power-play, même s'il manque de mouvement.

À la deuxième pause, le score est déjà lourd. Le troisième tiers ne changera rien à la physionomie du score. Chaque équipe sait que le match est joué. Aux Canadiens de continuer à jouer sans (trop) se relâcher. Aux Hongrois de ravir leurs supporters qui continuent de chanter inlassablement.

Taylor Hall soigne ses stats avec un septième pion sur une assistance de Matheson. (1-7 à 44'35"). Le score ne bougera plus et les Canadiens semblent avoir fini leur match.

Hongrie Canada 160508 380Quelques pénalités de part et d'autre simplement : Brad Marchand tout comme Kevin Wehrs vont cirer le banc des pénalités une seconde fois. Le Briançonnais Magosi aussi est puni. Mais aucune de ces supériotés de donnera de but. Le jeu de puissance canadien est indigent.

Le match se termine sur quelques embrassades entre Jesse Dudas et Max Domi qui feront plaisir au père de Domi, bien que le fils ne soit pas du tout dans le même registre habituellement.

La Canada a logiquement gagné sans forcer. La Hongrie, à défaut de gagner sur la glace, gagne haut la main la bataille des suppoters. Jouer contre le Canada était avant tout une fête pour eux comme pour les joueurs. Et le faire avec un minimum de naturalisés, la fédération s'étant fixé un maximum de 5 Canadiens... pardon 5 non-Hongrois naturalisés pour éviter de tomber dans les travers qu'ont connus la France ou l'Italie (il n'y en avait que 3 ce soir).

Quoiqu'il en soit, les supporters hongrois se sont fait une réputation : leur hymne national fièrement chanté à la fin du match, devant les joueurs bien droits, leur ont valu un profond respect des méias nord-américains.

Désignés joueurs du match : Istvan Bartalis (Hongrie) et Chris Tanev (Canada)

Commentaires d'après-match :

Balint Magosi (attaquant de la Hongrie) : Evidemment ils étaient meilleurs sur la glace aujourd'hui. Maintenant nous allons regarder les highlights et essayer d'être meilleur pour le prochain match. Il faut apprendre dans tous les compartiments du jeu car tous leurs joueurs sont meilleurs. Faire tout plus vite, c'est la principale différence. C'est incroyable de jouer en équipe nationale. Nos supporters hongrois font du bruit et sont toujours très nombreux quel que soit le score, c'est vraiment incroyable de jouer pour la Hongrie. [À propos de sa saison] J'aurais voulu jouer mieux en France. Dommage que je me blesse juste avant les play-downs. C'est le sport, c'est la vie. Le match contre la France ne sera pas spécial. Pour être honnete, chaque rencontre ici est spéciale pour nous."

Hongrie Canada 160508 174Mike Matheson (défenseur du Canada) : "Ils jouaient la trappe et défendaient pas mal dans leur secteur mais on a fait des passes dans le milieu. Dans la deuxième période on a joué plus simple et ça a fonctionné."

Rich Chernomaz (entraîneur de la Hongrie) : "Je ne dirais pas trop de chose négatives. Simplement je dirais surtout aux plus jeunes que quand on joue au hockey, il faut toujours aller de l'avant et pas en arrière.
Ma première année, nous avions 25 joueurs disponibles, mais en 4 ans, nous avons maintenant beaucoup plus de joueurs potentiels. La fédération a beaucoup investi dans le programme de formation et tous les ans nous avons de plus en plus de nouveaux joueurs de talent. Cela va dans le bon sens. Ce que j'ai vu ce soir contre les meilleurs joueurs du monde, ce sont beaucoup de progrès en défense. D'autant que ces joueurs sont encore jeunes, mais qu'ils ont aussi besoin de moins de temps pour se régénérer. Tout ça va dans le bons sens mais ça prend du temps pour apprendre.
L'éthique de travail, le niveau d'alchimie, rester fidèle au plan de match, la discipline. Ce sont ces 4 facteurs qui mènent au succès. Quand les meilleurs joueurs du monde appliquent cela regulièrement et de manière consistante, ils deviennent des stars en NHL. J'ai demandé après le match aux joueurs quelle différence ils voyaient entre eux et nous. Et au-delà des clichés, je leur ai dit en riant la différence, c'est 60 millions. Parce qu'on n'a pas de joueurs en NHL ou en AHL. On n'a que 2 joueurs dans des ligues étrangères, en Suède.
Il faut se fixer des objectifs réalistes, l'an dernier, on bataillait avec l'Autriche, maintenant si l'on veut rester en élite, il faut marquer des points contre l'Allemagne, la France, voire voler des points au Bélarus. Un match à la fois, on garde espoir."

Bill Peters (entraîneur du Canada) : "Nous avons rencontré une équipe très bien coachée et bien organisée. Nous avions regardé le match entre la Slovaquie et la Hongrie et nous avons apporté les quelques ajustements que nous voulions."

But Marchand 160508 231

Hongrie – Canada 1-7 (1-2, 0-4, 0-1)
Dimanche 8 mai 2016, 12h15. Yubileiny arena de Saint-Pétersbourg. 3825 spectateurs.
Arbitrage de Antonin Jerabek (TCH) et Linus Ohlund (SUE) assistés de Andreas Malmqvist (SUE) et Sakari Suominen (FIN)
Tirs : Hongrie 22 (5, 8, 9), Canada 36 (11, 15, 10)
Pénalités : Hongrie 12 (4, 2, 6), Canada 6 (0, 2, 4)

Évolution du score
0-1 à 05'34" : Scheifele assisté de Stone et McDavid (sup. num.)
0-2 à 10'04" : Perry assisté de Hall et Brassard
1-2 à 18'14" : Istvan Bartalis
1-3 à 27'21" : Stone assisté de Ceci et Reinhart
1-4 à 29'05" : Marchand assisté de McDavid et Matheson
1-5 à 31'36" : Brassard assisté de Rielly et Tanev
1-6 à 32'45" : Matheson assisté de Huton et Scheifele
1-7 à 44'35" : Hall assisté de Matheson

Hongrie

Attaquants :
Gergo Nagy (-3) – Istvan Bartalis (A, –2) – Istvan Sofron (-1)
Vilmos Gallo – Andrew Sarauer – Csanad Erdely (2')
Balazs Sebok (-1) – Janos Vas (-3) – Csaba Kovacs (-2)
Balint Magosi (2', -2) – Kisztian Nagy (-2) – Andras Benk (-1)
Frank Banham (A, -1)

Défenseurs:
Kevin Wehrs (4', -1) – Jesse Dudas (2', -1)
Istvan Mestyan (2', -1) – Bence Sziranyi (-2)
Marton Vas (C, -2) – Bence Stipsicz (-1)
Szombor Garat (-2)

Gardien:
Zoltan Hetenyi

Remplaçants : Miklos Rajna (G), Kalvin Sagert, Daniel Koger

Canada

Attaquants :
Taylor Hall (+2) - Derick Brassard (+3) - Corey Perry (C, +3)
Max Domi (2', +1) - Mark Scheifele (+1) - Mark Stone (+2)
Boone Jenner - Ryan o'Reilly - Brendan Gallagher
Matt Duchene  (+1) - Connor McDavid - Brad Marchand (4', +1)
Sam Reinhart (+1)

Défenseurs :
Cody Ceci (+1) - Ryan Murray (+1)
Morgan Rielly (+1) - Chris Tanev (+1)

Mike Matheson (+4) - Matt Dumba (+1)
Ben Hutton (+2)

Gardien :
Calvin Pickard

Remplaçant : Cam Talbot (G).

But Perry 160508 159

But Scheifele 160508 214

Hongrie Canada 160508 258