La France passe à côté

Une bouffée d'air frais et beaucoup de confiance : voila le bilan de l'équipe de France après ces deux points arrachés à l'Allemagne la veille.

Mais pour viser autre chose qu'un simple classement au dessus de la Hongrie - et pourquoi pas, rêver à un nouveau quart de finale après celui de Minsk - les Bleus doivent impérativement battre des équipes mieux classées au ranking IIHF. La Slovaquie parait l'adversaire le plus abordable du lot. La France l'a battue il y a deux ans, et a signé une victoire et une défaite en préparation.

Les deux équipes se connaissent donc par coeur. La Slovaquie a entamé avec sérieux en battant la Hongrie, avec un certain réalisme face à une formation accrocheuse. Rapide et technique, la sélection d'Europe centrale vise elle aussi les quarts de finale comme "service minimum" dans ce tournoi.

Un bon départ, puis...

Cristobal Huet rempile dans les cages françaises. Et les Bleus ne tardent pas : Béron lance Perret en échappée à la faveur d'un contre favorable, et le benjamin de l'équipe s'offre son premier but au Mondial d'un tir puissant à bout portant, juste au dessus de la botte (1-0) ! 

But Jordann Perret 160508 742

Un début idéal grâce à cette erreur défensive. La Slovaquie, cueillie à froid, réagit par quelques tirs de loin, bien bloqués par Huet. A la quatrième minute, un nouveau tir de loin signé par Sekera trouve son chemin à travers la foule (1-1). Les Bleus subissent le jeu et Trabichet commet une crosse haute sur Dano. La défense s'applique sur son placement et parvient à s'en sortir.But Slovaquie 160508 802
La France peine à construire son jeu, la faute à un jeu de passes trop approximatif. Cependant, elle ne concède pas grand chose à son adversaire. Sur une incursion en attaque, Meunier accroche une crosse et sort deux minutes. Huet reste vigilant sur les déviations, et la Slovaquie finit par commettre une faute. Dano sort et les deux équipes jouent à quatre contre quatre. Les Slovaques gagnent une mise au jeu et Granak a tout le temps du monde d'ajuster, sous les yeux passifs d'Auvitu et Bertrand (1-2). Un coup de bambou, mais une minute de supériorité arrive. Hormis un essai de Desrosiers en pivot, la France ne menace pas du tout le gardien adverse. Les dernières minutes sont meilleures avec un tir de Bellemare et un de Fleury. 

France Slovaquie 160508 835

Le tiers se termine par une échauffourée sur le but slovaque lors de l'ultime tentative française. Un tiers décevant des Bleus : après l'ouverture du score motivante, la France est retombée dans l'indiscipline et a peiné à enchaîner ses actions.

Le match s'échappe

France Slovaquie 160508 782Claireaux et Jaros sanctionnés en fin de tiers, la partie reprend à quatre contre quatre. Au retour des punis, la Slovaquie voit Granak sortir à son tour. Le jeu est posé mais lent et peu dangereux, interrompu par Julius Hudacek, touché au masque sur un tir de Desrosiers ligne de fond. Le deuxième bloc obtient un tir entre les cercles de Bozon, avant le retour au complet. La Slovaquie reprend le chemin de l'attaque avec la même tactique : les tirs de la bleue, avec écran. Dans ces cas là, Perret apporte toujours quelque chose. Une accélération sur le côté, il contourne le but et force Jaros à l'écraser contre la bande. Les officiels sanctionnent le défenseur de deux minutes. L'avantage ne dure que quelques secondes, Desrosiers faisant trébucher un arrière dans un duel derrière le but. Le reliquat de supériorité reste dangereux sur le but de Huet, d'autant que les Bleus n'arrivent plius à sortir. Cette longue présence se termine sans dommage.

France Slovaquie 160508 820Un jeu de passe avec contres favorables permet à Desrosiers d'entrée en zone. Sa passe en pivot trouve Raux, qui échoue sur le gardien pour la meilleure occasion française... Juste avant que Bozon ne se présente seul dans l'axe ! Hudacek sauve, mais la France joue mieux. Une bonne période encore refroidie par une crosse haute maladroite de Da Costa. L'indiscipline coûte cher. Après un premier arrêt de Huet sur un jeu en triangle, Bakos récupère dans l'axe, parvient à se retourner et lance un petit tir flottant qui surpre

nd Huet (1-3). La France a pris un coup sur la tête et subit immédiatement. Hudacek reçoit le palet au cercle et se promène dans l'axe, pour tromper le gardien au sol (1-4). Les Bleus n'avaient pas réussi à sortir le palet et se sont fait prendre dans le dos, avec trois Slovaques pour un Français, les autres étant déjà dans la neutre... Ce moment de déconcentration place 

les joueurs de Dave Henderson dans une situation critique. Trabichet de la pointe, Ritz sur une mise au jeu cadrent leurs tirs pour relancer la machine. Un deuxième tiers catastrophique des Bleus, dont le retard parait difficilement rattrapable à l'orée du troisième tiers...

Un tiers sans énergie

France Slovaquie 160508 890A Minsk en 2014 la France avait réussi un retour spectaculaire en troisième période contre la Slovaquie. Peut-elle rééditer cet exploit ? Hardy tentera de mener ses troupes, Huet étant mis au repos, tout comme Trabichet. La France fait le jeu en ce début de tiers, en restant vigilant sur les contres slovaques. D'ailleurs, le gardien remplaçant s'impose sur un tir de Lusnak de près, consécutif à une énième mauvaise relance. La France tente de construire, mais cela manque de précision et s'expose avec un changement de ligne raté. Hardy doit encore briller. Les joueurs de Dave Henderson subissent parfois de longues séquences dans leur camp, sans concéder beaucoup de tirs certes, mais sans parvenir à porter le jeu dans le camp adverse non plus. Il faut un contre pour redonner un peu d'espoir. A cinq minutes du terme, Jaros accroche Fleury qui cherchait à reprendre un centre de Desrosiers. Cela ne donne rien. Pire, de retour à cinq, une passe ratée dans l'axe envoie la Slovaquie en contre. Desrosiers parvient à revenir pour un trois-contre-un, mais le jeu de passes permet à Jaros de tirer dans la cage ouverte. Le palet ressort et la vidéo confirme qu'il a frappé la caméra (1-5).

Un scénario catastrophe pour une équipe de France qui n'a jamais paru dans le rythme. Une douche froide...

France Slovaquie 160508 984

Désignés joueurs du match : Damien Raux (France) et Julius Hudacek (Slovaquie)

Commentaires d'après-match :
Yohann Auvitu (défenseur de la France) : "Ils ont été plus forts que nous. De la première à la soixantième minute. On a rien créé, pas gagné un duel. Rien n'allait. Maintenant il n'y a plus le choix, on ne peut pas faire pire. La défense a été catastrophique, rien de bon... On lance à la cage, enfin si on peut appeler ça des tirs. Il n'y a aucune excuse, il ne faut pas se cacher derrière la fatigue, c'est trop facile. Un non match ne doit pas arriver."

Jordann Perret (attaquant de la France) : "Je reçois une passe longue contre la bande et je savais ce qu'il fallait faire, on en avait parlé avant. Le tir est rentré. Après, est-ce qu'on a eu un excès de confiance ? On a essayé des jeux compliqués et ce n'est pas notre style. Il faut rester simple. On a essayé d'en faire trop, quelque chose n'allait pas. Je n'ai jamais joué à un niveau aussi élevé, je me donne à fond. Du coup, on doit apprendre très vite et ne pas se prendre la tête. Contre la Hongrie, il nous faut une victoire et aller jouer avec le couteau entre les dents."

Pierre-Edouard Bellemare (attaquant de la France) : "Il ne faut pas tenter des choses compliquées contre des équipes de ce niveau. On aurait du jouer plus simple. Il y a beaucoup de vidéo à faire pour préparer la Hongrie, chaque joueur, moi le premier, doit revoir ses erreurs et se perfectionner. A 2-1, on a des occasions mais on perd le momentum avec deux buts encaissés. Nous avons tous fait des erreurs et ça coûte cher."

France Slovaquie 160508 939

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "La Slovaquie a joué de manière solide. Nous n'avions pas les jambes d'hier, nos réactions étaient lentes et nous n'avons pas travaillé aussi dur. La meilleure équipe a gagné.
[Un journaliste russe demande pourquoi Cristobal Huet est sorti après le deuxième tiers] Cristobal Huet a joué hier, mais nous pensions qu'il nous donnait la meilleure chance de gagner contre une équipe que nous avions joué en préparation avec une victoire et une défaite. Nous l'avons reposé au troisième tiers. Hardy avait très bien joué contre la Russie il y a trois ans si ma mémoire est bonne...
Le plan était de ne pas prendre de risques dans les zones. Béron envoie au centre et il y a un contre favorable, cela nous donne un bon départ. Mais nous n'avions pas les jambes. Ils nous ont mis sur nos talons, leur vitesse nous a gêné. C'est une équipe qui patine fort. Nous avons joué trop en finesse, ce qui nous arrive de temps en temps. On oublie comment on a bâti nos succès, en travaillant dans les coins, au fond, pour gagner de la vitesse en allant chercher le palet et forcer les jambes à bouger. Là, le temps de réaction était long. A 2-1, il y a des chances et c'est souvent comme cela, une infériorité... Pas les jambes, donc pas d'intensité, pas de forecheck et une seconde de retard dans notre zone sur le palet ou les joueurs.
[Béron et Raux ont plutôt bien joué en défense, non ?] Oui, Damien montre qu'il est futé derrière. Il prend son homme, relance de bons palets et les Slovaques ne sont pas passés derrière lui.
[Qu'appelez-vous jouer en finesse?] Garder trop le palet, ne pas le passer assez vite. Du coup, les défenseurs montent, les attaquants anticipent le départ et il y a des écarts entre les lignes. On joue en accordéon au lieu d'avoir un bloc compact et on se retrouve avec trois adversaires qui nous gênent, on doit retourner dans notre zone...
[Trabichet n'a pas joué en troisième tiers. Pépin physique ?] Non, nous l'avons économisé car il est à court de préparation. Il s'était blessé en début de stage et est rentré, s'est soigné, et il manque de patin. Il a été très bon hier, là nous l'avons préservé.
[Un mot sur la Hongrie?] Il faut respecter chaque match. Si on prend de haut, on prend des risques. On l'a souvent vu contre nous, comme pour nous ! Nous devons être prêts à apprendre de nos erreurs. C'est un revers aujourd'hui, il faut se retrousser les manches. demain il y aura entrainement et des réunions avec chaque bloc. Ils ne sont pas définitifs, tout est possible. On doit prendre du recul sur tout ça."

Zdeno Ciger (entraineur de la Slovaquie) : "C'est bon de gagner. Nous avons joué de manière disciplinée. Avant le match, nous voulions nous améliorer par rapport à hier, jouer plus simple, et nous l'avons bien fait."


France – Slovaquie 1-5 (1-2, 0-2, 0-1)
Dimanche 8 mai 2016, 20h15. Yubileiny arena de Saint-Pétersbourg. 3850 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Bjork (Suède) et Peter Gebei (Hongrie) assistés de Gleb Lazarev (Russie) et Judson Ritter (Etats-Unis).
Tirs : France 25 (9, 10, 6), Slovaquie 22 (9, 8, 5)
Pénalités : France 10' (6', 4', 0'), Slovaquie 10' (4', 4', 2')

Évolution du score
1-0 à 01'09" : Perret assisté de Beron
1-1 à 03'55" : Sekera assisté de Hudacek et Viedensky
1-2 à 13'55" : Granak assisté de Dravecky et Lusnak
1-3 à 34'52" : Bakos assisté de Meszaros et Sersen (sup. num.)
1-4 à 35'40" : L. Hudacek assisté de Jurco et Viedensky
1-5 à 57'55" : Jaros assisté de Viedensky et Jurco

France Slovaquie 160508 902

Composition des équipes

France
Attaquants
Damien Fleury (A, -1) - Pierre-Edouard Bellemare (A, -2) - Julien Desrosiers (2', -1)
Yorick Treille - Laurent Meunier (C, 2') - Jordann Perret
Sasha Treille (-2) - Tim Bozon - Charles Bertrand (-2)
Nicolas Ritz - Teddy Da Costa (-1, 2') - Valentin Claireaux (2')
Loïc Lampérier

Défenseurs
Yohann Auvitu (-3) - Teddy Trabichet (2', -2)
Grégory Béron - Florian Chakiachvili
Benjamin Dieudé-Fauvel - Damien Raux
Jonathan Janil

Gardien : Cristobal Huet puis Florian Hardy à 40'00"

Réserviste : Ronan Quemener (G)


Slovaquie

Attaquants :
Marko Dano (2') – Martin Réway (A) – Martin Bakos
Libor Hudacek (+1) – Marek Viedensky (+2) – Tomas Jurco (+2)
Marek Bartanus – Tomas Marcinko – Vladimir Dravecky (+1)
Patrik Lusnak (+1) – Andrej Stastny – Tomas Hrinka

Défenseurs :
Michal Sersen (A) – Andrej Mezsaros (+1)
Andrej Sekera (C, +1) – Martin Marincin (+1)
Juraj Mikus (+1) – Dominik Granak (2', +1)
Ivan Svarny (+1) – Christian Jaros (6', +1)

Gardien : Julius Hudacek

Remplaçant : Branislav Konrad (G)