Duel de prodiges

L'un des premiers gros chocs du premier tour a bénéficié d'un éclairage médiatique bien plus important qu'attendu.

Finlande-États-Unis, c'est certes un match entre deux des meilleurs pays de hockey du monde, mais c'est aussi un choc entre les deux prodiges de la prochaine draft NHL, Patrik Laine et Auston Matthews. Le jeu des deux attaquants de 18 ans dans ce début de tournoi a forcément alimenté les débats pour savoir lequel des deux serait appelé par Toronto en premier en juin prochain.

Après un premier match décevant, Matthews a réagi avec deux buts et une passe au deuxième match. Laine, pour sa part, mène tout simplement le tournoi avec six points, auteur à deux reprises d'un doublé et d'une passe ! La confrontation directe entre les deux juniors risque de masquer une très belle opposition entre deux formations dont la qualité technique et le jeu de passe ont séduit jusque là.

La Finlande très opportuniste

L'ambiance - finlandaise bien sûr - est à son meilleur au coup d'envoi. Les Américains ne se laissent pas impressionner et débutent bien, avec un duo Foligno-Larkin incisif. Malgré tout, il s'agit plutôt d'un bon round d'observation. Les Américains s'appuient beaucoup sur le tir d'Hanifin : déjà trois tirs de l'axe en trois minutes, dont l'un a provoqué un rebond presque repris par Maroon dans l'enclave. La Finlande a plus de mal à développer son jeu, mais tente tout de même quelques tirs excentrés qui n'inquiètent pas Condon.

But Pihlstrom 160509 557L'impact physique des joueurs de John Hynes perturbe beaucoup les Nordiques. Pourtant, ces derniers ouvrent le score contre le cours du jeu. Mikael Granlund derrière la cage remise sur Mikko Koivu au cercle et le capitaine, sans contrôle, fait mouche d'un tir laser en lucarne (1-0).

Les États-Unis poussent pour réagir et, après une solide mise en échec dans le coin, Fasching récupère le palet et lance dans l'axe. Koskinen sauve et le palet fonce à l'opposée. Antti Pihlström perfore la défense et son tir prend le même chemin que le tir de Koivu, lucarne opposée (2-0).

Réussite maximale pour les Lions, qui ont converti leurs deux premières occasions. Ils frôlent même le troisième sur une action confuse devant la cage de Condon. Et quelques instants plus tard, Vatrano contre un tir et déborde à gauche en trois contre deux. L'attaquant de Boston ne se pose aucune question et son missile de l'aile se loge au fond des filets (2-1). À l'origine de l'action, un poke-check de Matthews sur Laine qui n'a pas fini d'alimenter les chroniques !

Un but qui remet les Américains dans le match et dans le bon sens. Vatrano est intenable, grâce à son entente avec Matthews. Le duo gêne considérablement la Finlande et obtient d'autres situations dangereuses. On joue à un rythme très élevé, avec des duels de costauds. Foligno dépasse cependant la limite et son cinglage lui vaut deux minutes.

Finlande Etats Unis 700 160509 731

Verrouillage

La reprise est moins "portes ouvertes". Les charges sont lourdes et les duels féroces, mais les occasions rares. La première vraie chance survient après cinq minutes lorsque Aho pivote et trouve Kukkonen à l'opposée. Le tir du défenseur touche Condon en pleine tête. Sur la mise au jeu, Aho et Granlund menacent bien le gardien et le disque file hors cadre. Les contres nordiques restent redoutables et le débordement de Jokinen, par exemple, met la jambière de Condon à contribution.

Les Américains conservent la possession et poussent, cherchant des déviations, à l'image d'un tir de Warsofsky dans l'axe. Puis, un débordement de Wood se termine par une grosse mise en échec de l'ancien de Boston College. Il récupère le disque et Koivu le fait trébucher derrière la cage. Le capitaine prend deux minutes, à la colère des supporters finlandais. Le jeu ne s'installe pas assez bien et, après 1'15", Vatrano se fait piéger et replace la Finlande vers l'avant.

Finlande Etats Unis 700 160509 739Le match s'envenime ; Salmela sort à son tour et un quatre-contre-quatre s'en suit. Koivu, sorti de prison, reçoit le disque et file sur l'aile, avec un tir sur l'épaule de Condon. Les Américains font le jeu dans ce tiers. Patrik Laine finit par accrocher Warsofsky dans le camp américain. Le disque circule mais aucune position de tir n'apparaît. Hanifin brille à la bleue et distribue le jeu. Il faut même un bloc de Jaakola pour priver les États-Unis d'un but sur rebond. Laine revient sur la glace et mène la charge dans la dernière minute avec son compète Barkov. Il faut un sacrifice de Tyler Motte pour bloquer une volée puissante au cercle opposé et finir ce tiers à 2-1 en faveur des Lions.

Finlande Etats Unis 700 160509 803

Ascenseur émotionnel pour Maroon

53 secondes et les efforts américains sont récompensés. Maroon gagne un duel dans la bande et résiste en passant derrière la cage. Il sert Murphy au cercle, qui ajuste la lucarne (2-2). Malheureusement pour Maroon, il part en prison peu après et le jeu de puissance ne traîne pas. Komarov conclut un cafouillage devant la cage, durant lequel Barkov a pris le rebond et le décale au millimètre vers l''ailier de Toronto (3-2).

Finlande Etats Unis 160509 506Le but fait très mal aux Américains, qui peinent à reprendre l'offensive, bloqués par le placement de la défense. Il faut attendre la dixième minute pour voir Matthews trouver Wideman en retrait. Le défenseur ajuste un bon tir dans l'axe que Koskinen repousse de la botte.

Les minutes défilent, tendues. La Finlande verrouille l'entrée dans sa zone en restant à quatre sur sa ligne bleue, pour empêcher les Américains de prendre de la vitesse. Le duo Motte-Compher parvient tout de même à combiner dans le coin et remiser sur Hendricks, lancé entre les cercles. Le palet est contré et termine dans le filet protecteur.

La défense nordique maîtrise bien son sujet, coupant les entrées en zone, gagnant des duels dans l'enclave. John Hynes sort son gardien, puis bénéficie du temps mort finlandais pour préparer les 35 dernières secondes. Malgré de solides efforts, cela ne suffit pas et la Finlande reste invaincue.

Finlande Etats Unis 160509 607La Finlande suit donc le rythme du Canada, et tout le monde attend le choc entre ces deux équipes à la dernière journée. Côté américain, il y a eu beaucoup de bonnes choses, mais un petit quelque chose manque pour renverser les favoris. La progression reste réelle et l'équipe pourrait surprendre plus tard dans le tournoi.

Désignés joueurs du match : Antti Pihlström (Finlande) et Connor Murphy (États-Unis)

Commentaires d'après-match :

Steven Santini (défenseur des États-Unis) : "Ils ont capitalisé sur leurs opportunités après notre bon départ. Nous devons nous accrocher à notre style de jeu, continuer à jouer comme cela pour s'améliorer. La Finlande a été efficace en supériorité. Nous devons rester hors du banc des pénalités car les équipes spéciales sont un secteur clé dans ce type de tournoi."

John Hynes (entraîneur des États-Unis) : "C'est un match fantastique, avec beaucoup d'engagement. Un match plaisant à diriger et jouer. Malheureusement, il nous manque un but mais j'ai aimé notre intensité. Une nouvelle étape vers notre jeu collectif, sur laquelle nous pouvons construire. Demain ce sera un jour de repos pour que les joueurs profitent un peu, puis retour à l'entraînement mercredi pour le prochain match jeudi contre la France. J'ai aimé beaucoup de choses aujourd'hui&nbsp,: la façon de se battre pour son coéquipier, les tirs bloqués, le repli défensif, les duels dans les bandes. Très bon travail en dehors de la glace, aussi. Nous nous forgeons une identité, celle d'une équipe compétitive, engagée, qui essaie de limiter le temps et l'espace de l'adversaire. Nous avons progressé de match en match et, en améliorant certains détails, nous grimperons la petite marche qui fait la différence entre gagner et perdre. [Au sujet du duel Laine-Matthews] Auston Matthews a joué de la même manière qu'à chaque fois. Il joue pour l'équipe, motivé par la compétition, quel que soit le pays rencontré. C'est un joueur fantastique."

Kari Jalonen (entraineur de la Finlande) : "C'était un très bon match de hockey. Nous avons joué au même niveau soixante minutes et je suis fier du niveau affiché dans ce match. L'équipe devient encore plus difficile à jouer et la confiance grimpe. [Au sujet du duel Laine-Matthews] Laine était comme d'habitude, il a été bon, mais ce n'est pas mon travail de parler de la draft."

Patrik Laine (attaquant de la Finlande) : "C'est mon pire match depuis très longtemps, je ne sais pas ce qu'il s'est passé..."

Finlande Etats Unis 160509 464
Finlande - États-Unis (2-1, 0-0, 1-1)
Lundi 9 mai 2016, 20h15. Yubileyny arena de Saint-Pétersbourg. 4830 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Bjork (SUE) et Martin Frano (TCH) assistés de Gleb Lazarev (RUS) et Andreas Malmqvist (SUE)
Tirs : Finlande 22 (10, 6, 6), États-Unis 18 (7, 5, 6)
Pénalités : Finlande 6' (0', 6', 0'), États-Unis 8' (2', 2', 4')

Évolution du score
1-0 à 09'16" : Koivu assisté de Granlund et Aho
2-0 à 12'04" : Pihlström assisté de Pulkkinen et Sallinen
2-1 à 13'45" : Vatrano assisté de Matthews
2-2 à 40'53" : Murphy assisté de Maroon et Larkin
3-2 à 44'16" : Komarov assisté de Barkov et Jokinen (sup. num.)


États-Unis

Attaquants :
Patrick Maroon (-1, 4') - Dylan Larkin - Nick Foligno (A, 2')
>Frank Vatrano (+1, 2') - Auston Matthews (+1) - Jordan Schroeder (+1)
Miles Wood - Vincent Hinostroza (-1) - Hudson Fasching (-1)
JT Compher - Matt Hendricks (C) - Tyler Motte

Défenseurs :
Chris Wideman (-1) - Noah Hanifin (-1)
Connor Murphy (A, +1) - Brady Skjei (+1)
Steven Santin - David Warsofsky

Gardien :
Mike Condon [sorti à 58'48"]

Remplaçant : Keith Kinkaid (G). En tribunes : Thatcher Demko (G) Jake McCabe (D), Kyle Connor (A).

Finlande

Attaquants :
Mika Pyörälä - Jarno Koskiranta - Leo Komarov
Mikael Granlund - Mikko Koivu (C, 2') - Sebastian Aho
Patrik Laine (-1, 2') - Alexander Barkov (-1) - Jussi Jokinen (A, -1)
Antti Pihlström (+1) - Tomi Sallinen (+1) - Teemu Pulkkinen (+1)

Défenseurs :
Atte Ohtamaa - Lasse Kukkonen (A)
Ville Pokka - Esa Lindell
Topi Jaakola (-1) - Juuso Hietanen (-1)
Anssi Salmela (+2, 2')

Gardien :
Mikko Koskinen

Remplaçant : Juuse Saros (G). En tribune : Niklas Bäckström (G).