Les Tchèques vers la première place du groupe A

Imprévisible. Comment deviner le résultat d'une rencontre entre République Tchèque et la Suède, qui se sont affrontées à Znojmo juste avant le début des championnats du monde avec des résultats aussi opposés (2-7 et 7-1) ?

Ces rencontres de préparation ne sont pas sans conséquences sur ce match. Ce sont elles qui ont conduit le staff tchèque à désigner unaninemement Pavel Francouz (qui a participé au 7-1) comme gardien titulaire, et pas l'homme qui a blanchi les Russes, Dominik Furch (qui a participé au 2-7).

SJOGREN Mattias 150501 503C'est aussi à Znojmo que Jiri Sekáč a subi une commotion cérébrale : les espoirs de rétablissement se sont envolés et il a définitivement quitté Moscou. Comme il n'a pas été inscrit, il reste donc deux places libres - en plus du troisième gardien - dans l'équipe tchèque, qu'elle n'est pas pressée de remplir. La Suède a aussi perdu un joueur sur blessure, Linus Klasen, un de ses attaquants les plus techniques et talentueux. Patrik Cehlin le remplace.

Suède et Tchéquie se partagent la tête du groupe A avec 5 points (elles en ont toutes deux abandonné 1 en route face à la Lettonie), mais avec des sentiments bien différents. Si les Tchèques sont contents de leur début de Mondial, les Suédois ont été peu convaincants à 5 contre 5.

La première période est la meilleure depuis le début du tournoi pour la Tre Kronor, même si, là encore, il faut compter sur ses unités spéciales pour faire la différence. C'est encore Robert Rosén qui débloque sa situation. Parfois invisible sur la glace, il en fait un atout en se faisant oublier dans le dos de Kolar pour dévier le lancer de la ligne bleue d'un des Erik Gustafsson (celui de NHL) en supériorité numérique (1-0).

En fin de tiers, alors que les Tchèques se montrent à leur tour dangereux en jeu de puissance avec des déviations, Michal Řepík laisse le palet échapper de sa crosse. Mattias Sjögren, s'en saisit, lance la contre-attaque et centre pour Martin Lundberg. Un peu plus tôt, celui-ci avait tiré au-dessus du but sur un 2 contre 1 similaire mené par John Norman. Cette fois, l'attaquant de Skellefteå concrétise en dribblant le gardien (2-0).

Si à Znojmo le jeu avait changé du tout au tout d'un match à l'autre, il se modifie ce soir d'une période à l'autre. Par deux fois, les Tchèques profitent de l'éloignement des bancs au deuxième tiers-temps pour changer de ligne pendant que leurs adversaires sont coincés dans leur zone. À chaque fois, cela aboutit à un but. Roman Cervenka tricote d'abord derrière la cage pour attirer Rosen et donne le palet à David Pastrňák qui s'est discrètement défait du marquage d'Adam Larsson (2-1). Et quand ce même Larsson n'arrive pas à dégager le palet hors de la zone, l'action installée est conclue par un tir de la ligne bleue de Jakub Jeřábek magnifiquement dévié parJan Kovář (2-2).

KOVAR Jan 140509 654Pär Mårts utilise son temps mort après l'égalisation, mais son équipe continue d'être dominée. Et une pénalité de Kousal ne lui profite pas, bien au contraire. Les Tchèques se mettent eux aussi à marquer en infériorité numérique quand Michal Birner s'échappe, freine devant Erik Gustafsson (toujours celui de NHL) pour repiquer dans l'axe et placer un beau tir du poignet au-dessus de Jacob Markström (2-3).

Les Tchèques gardent leur élan au cours de la troisième période et se montrent acharnés dans les duels. Ils continuent à se procurer des occasions, dont un tir de Jarůšek dévié du bouclier par Markström. Le meilleur tir suédois est signé Johan Fransson, mais c'est aussi lui qui perd le palet et offre à Birner son second but, encore soigneusement placé dans le haut du filet (2-4).

Après avoir battu leurs deux adversaires les plus réputés (Suède et Russie), les Tchèques se dirigent maintenant tout droit vers la première place de poule. Leurs joueurs anonymes d'Extraliga tchèque ne cessent de surprendre à l'instar du jeune défenseur Jakub Jeřábek ou de l'étonnant Michal Birner, qui n'a jamais été connu comme un pur buteur et joue ses premiers Mondiaux à 30 ans.

Désignés joueurs du match : Erik Gustafsson (celui de LNA, le n°29) pour la Suède et Michal Birner pour la République Tchèque.

Commentaires d'après-match

Robert Rosén (attaquant de la Suède) : "Notre début de match était très bon, nous étions exactement où nous le voulions. En deuxième période, nous avons commencé à nous soucier du résultat, à nous inquiéter de notre avance. C'est exactement ce qu'il ne faut pas faire si on ne veut pas perdre. Les Tchèques sont rapides et nous ont poussés dans notre zone. Nous avons vraiment eu des problèmes dans ce secteur. Ils étaient partout, ils ont récupéré les rebonds, alors que nous n'avons pas réussi à sortir de notre zone."

Vladimir Vůjtek (entraîneur de la Tchéquie) : "Nous avons vraiment mal débuté. Nous avons commis des erreurs grossières. Nous pouvions être contents de n'être menés que 0-2. À la pause, j'ai un peu élevé la voix. Je leur ai rappelé de croire en eux. Pour montrer sa meilleure performance, il ne faut pas avoir peu de créer quelque chose. Nous l'avons fait en deuxième période. Cela m'a rappelé le match contre la Lettonie, où nous étions dans la situation opposée. Quand on ne réussit pas à creuser l'écart, l'adversaire se relève."

Michal Birner (attaquant de la Tchéquie) : "Cette équipe a de la cohésion. Retourner un 0-2 contre la Suède est très dur, nous avons montré notre force même si beaucoup nous surestiment. Cette saison nous avons battu la Russie 5 fois sur 6, ce n'est pas une coïncidence. L'équipe suédoise a peu changé par rapport à celle à laquelle nous avons mis sept buts à Znojmo. Nous croyons en nous-mêmes, et le coach Vůjtek nous martèle que c'est le principal, que les adversaires sont aussi des hommes qui font des erreurs. C'est un avantage d'avoir beaucoup de joueurs qui n'ont jamais joué aux championnats du monde, ils veulent montrer à tout le monde chez nous qu'ils peuvent être fiers de nous."

 

Suède - Tchéquie 2-4 (2-0, 0-3, 0-1)
Lundi 9 mai 2016 à 20h15 au Palais de glace VTB de Moscou. 7780 spectateurs.
Arbitrage de Daniel Piechaczek (ALL) et Maksim Sidorenko (BLR) assistés de Fraser McIntyre (USA) et Aleksandr Otmakhov (RUS).
Pénalités : Suède 4' (4', 0', 0') ; Tchéquie 6' (4', 2', 0').
Tirs : Suède 28 (8, 7, 13) ; Tchéquie 33 (11, 13, 9).

Évolution du score :
1-0 à 09'15" : Rosen assisté de Gustafsson [n°56] et Wennberg (sup. num.)
2-0 à 19'52" : Lundberg assisté de Sjögren (inf. num.)
2-1 à 26'45" : Pastrňák assisté de Červenka et Jeřábek
2-2 à 33'38" : Kovář assisté de Jeřábek et Birner
2-3 à 37'59" : Birner (inf. num.)
2-4 à 54'32" : Birner


Suède (2' de banc mineur)

Attaquants :
Linus Omark - Mikael Backlund (A) - Jimmie Ericsson (C)
Gustav Nyquist (-3) - Alexander Wennberg (-3) - Patrik Cehlin (-2)
Mattias Ritola (-2) - Robert Rosén (-2) - Johan Sundström (-1)
Martin Lundberg (+1) - Mattias Sjögren (+1) - John Norman

Défenseurs :
Adam Larsson (-2, 2') - Erik Gustavfson (A, n°29, -1)
Johan Fransson (-1) - Erik Gustafsson (n°56, -1)
Oscar Fantenberg - Magnus Nygren

Gardien :
Jacob Markström

Remplaçant : Viktor Fasth (G). Blessé : Linus Klasen.

Tchéquie (2' pour surnombre)

Attaquants :
Roman Červenka (A, +1) - Tomáš Plekanec (C, +1) - David Pastrňák (+1)
Michal Birner (+2) - Jan Kovář (+1, 2') - Michal Řepík (+2)
Tomáš Zohorna - Robert Kousal (2') - Lukáš Kašpar
Tomáš Filippi - Petr Koukal - Richard Jarůšek

Défenseurs :
Michal Jordán (+1) - Jakub Jeřábek (+3)
Jan Kolář (+1) - Radim Šimek
Michal Kempný (A, +1) - Tomáš Kundrátek
Milan Douděra

Gardien :
Pavel Francouz [sorti de 58'57" à 59'01"]

Remplaçants : Dominik Furch (G), Martin Zaťovič.