Les Tchèques complètent leur équipe en refusant Hemsky

Après leur balade contre la Norvège, les Tchèques affrontent maintenant le Kazakhstan.

Les résultats des précédentes confrontations sont d'ailleurs exactement les mêmes que face aux Norvégiens : 7-0 et 1-0. En fait, un seul gardien tchèque a déjà encaissé un but (et même deux) face au Kazakhstan : aussi incroyable que cela paraisse, c'était Dominik Hašek à Nagano !

C'est au tour de Pavel Francouz de tenter d'obtenir un blanchissage, alors que son collègue Dominik Furch en a déjà deux. Le Kazakhstan est affaibli par quelques blessures (le jeune défenseur Kairov joue même en attaque), et pour ménager ses joueurs usés, il a même annulé l'entraînement hier.

Si la première occasion est pour Nigel Dawes, les Tchèques prennent rapidement le dessus. Robert Kousal profite d'un mauvais changement adverse pour tirer au but. Tomas Plekanec est le premier à envoyer le palet derrière Kolesnik, mais l'arbitre avait déjà sifflé un hors-jeu. Le capitaine tchèque n'en garde pas ombrage et marque "pour de vrai" peu après en devançant Lipin pour prendre le rebond d'un puissant lancer de la ligne bleue de Pastrňák.

KOLESNIK Vitali 120505 001Le Kazakhstan tient toutefois tête dans les unités spéciales. Il ne prend pas de but en infériorité numérique, et en supériorité, sa ligne nord-américaine est très dangereuse, mais sans concrétiser. La Tchéquie passe près de doubler la mise quand Michal Kempný envoie une longue passe vers Michal Řepík, qui ne parvient pas à battre un Vitali Kolesnik encore solide.

Le score reste donc longtemps à 1-0, et la deuxième période est même équilibrée avec un jeu allant d'une cage à l'autre. Le Kazakhstan a plus d'un tour dans son sac : le grand Nikita Ivanov écarte les jambes pour que le tir de Vadim Krasnoslobotsev passe entre ses grands compas ! Pavel Francouz n'a évidemment rien vu venir, mais le palet ricoche sur son épaule droite.

Au troisième tiers-temps, les Tchèques accélèrent et font tourner le palet en zone offensive. Pastrňák le ressort pour Plekanec dont le tir fulgurant ne laisse aucune chance à Kolesnik. Le match est presque tué à dix minutes de la fin quand un tir lointain de Jeřábek est dévié par un patin kazakh et prend la direction des filets... avant de ricocher encore sur le manche de crosse du gardien, qui s'en rend compte après coup. Par contre, l'arrêt-mitaine de Kolesnik est volontaire et magnifique quand Kousal dévie dans le slot le centre de Zohorna.

Le Kazakhstan a toujours la même recette pour essayer d'obtenir des points : le brio de Kolesnik pour multiplier les arrêts, et les naturalisés pour essayer de marquer des buts. Dustin Boyd le confirme en allant récupérer un palet envoyé au fond pour le remettre en retrait vers Nigel Dawes et surprendre la défense tchèque. Francouz rejoint donc Hašek dans l'histroire... 2-1 à quatre minutes de la fin, tout redevient possible. Andrei Nazarov sort son gardien à l'avant-dernière minute, mais les Tchèques récupèrent le palet et le remontent pour que Kousal l'envoie en cage vide.

Le Kazakhstan est fanny depuis son hold-up initial face à la Suisse, mais il lui reste encore à affronter deux adversaires directs pour le maintien, la Lettonie demain puis le Danemark lundi.

La Tchéquie, elle, consolide un peu plus sa première place. Le staff n'était pas pressé de choisir ses renforts NHL et de bouleverser son équipe. Cela se comprend. On ne change pas une équipe qui gagne, paraît-il... Vladimír Vůjtek a tranché. Après avoir déjà renoncé au vieux défenseur Zidlicky, il n'a pas hésité à se passer du vétéran Aleš Hemský (32 ans, 565 points en carrière NHL, champion du monde 2005) qui a déclaré sa volonté de venir depuis plusieurs jours, pour lui préférer son jeune coéquipier à Dallas, Radek Faksa, qui n'a encore jamais joué en équipe nationale senior à 22 ans. Il s'explique sur cette décision osée.

Désignés joueurs du match : Pavel Francouz pour la Tchéquie et Nigel Dawes pour le Kazakhstan.

Commentaires d'après-match :

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Tchéquie) : "Aleš [Hemský] voulait venir. Peut-être qu'il va être un peu en colère contre nous, mais nous n'avons gardé qu'une place en attaque. Nous l'avons donnée à Faksa car il peut jouer partout, à gauche, à droite et au centre. Nous tenons nos trois premières lignes et Aleš Hemský peut difficilement jouer en quatrième ligne. C'est un joueur expérimenté et de qualité. Dans ce contexte, on peut regretter de n'avoir qu'une place disponible. Mais nous ne voulions pas commencer le Mondial avec seulement douze attaquants. Nous ne sommes pas les Russes, qui peuvent utiliser un petit nombre de joueurs. Notre style est intensif en patinage. Nous ne voulons pas non plus rester à seulement sept défenseurs. Tout peut arriver et nous ne voulons pas prendre de risques. Nous déciderons demain qui d'Adam Polasek ou de Petr Zámorský sera choisi comme huitième défenseur."

Andrei Korabeynikov (défenseur du Kazakhstan) : "Nous avons joué contre un adversaire très fort qui prétend à une médaille. Les Tchèques sont très organisés et difficiles à jouer. Nous avons essayé, nous n'avons pas baissé les bras. Nous avons joué cinq rencontres. Les forces ne sont pas infinies, nous jouons sur nos qualités de volonté. Il nous reste deux matches pour nous maintenir. Nous n'avons rien à perdre. Nous ferons tout notre possible pour rester dans l'élite."

 

Tchéquie - Kazakhstan 3-1 (1-0, 0-0, 2-1)
Vendredi 13 mai 2016 à 16h15 au Palais de glace VTB de Moscou. 8234 spectateurs.
Arbitrage de Peter Gebei (HON) et Timothy Mayer (USA) assistés de Pasi Nieminen (FIN) et Peter Sefcik (SVK).
Pénalités : Tchéquie 8' (4', 4', 0'), Kazakhstan 6' (4', 2', 0').
Tirs : Tchéquie 36 (16, 9, 11), Kazakhstan 20 (6, 9, 5).

Évolution du score :
1-0 à 06'55" : Plekanec assisté de Pastrňák et Červenka
2-0 à 42'51" : Plekanec assisté de Pastrňák
2-1 à 55'30" : Dawes assisté de Boyd et Trasyunov
3-1 à 58'51" : Kousal assisté de Birner et Řepík (cage vide)


Tchéquie

Attaquants :
Roman Červenka (A, +2) - Tomáš Plekanec (C, +2) - David Pastrňák (+2, 2')
Michal Birner - Jan Kovář (-1) - Michal Řepík
Tomáš Zohorna - Robert Kousal (+1) - Lukáš Kašpar
Tomáš Filippi - Petr Koukal - Richard Jarůšek

Défenseurs :
Michal Jordán (+1) - Jakub Jeřábek (+1)
Jan Kolář (2') - Radim Šimek
Michal Kempný (A, +1, 2') - Tomáš Kundrátek (+1, 2')
Milan Douděra

Gardien :
Pavel Francouz

Remplaçants : Dominik Furch (G), Martin Zaťovič (A).

Kazakhstan

Attaquants :
Nigel Dawes (A) - Dustin Boyd - Brandon Bochenski (A)
Vadim Krasnoslobodtsev (-2) - Nikita Ivanov (-1, 2') - Evgeni Rymarev (-2)
Konstantin Pushkaryov - Ilya Solaryov (-1) - Vladimir Markelov (-1)
Mikhail Panshin (-1) - Daniar Kairov (2') - Dmitri Grents

Défenseurs :
Vyacheslav Tryasunov (+1) - Maksim Semyonov (+1)
Roman Savchenko (C, -3, 2') - Aleksandr Lipin (-2)
Andrei Korabeinikov - Artemi Lakiza
Ilya Lobanov

Gardien :
Vitali Kolesnik [sorti de 58'33" à 58'51"]

Remplaçant : Pavel Poluektov (G). Réservistes : Dmitri Malgin (G), Roman Starchenko (blessé), Aleksandr Shin (blessé), Maksim Khudyakov (blessé, tournoi terminé).