Une défaite encourageante pour les Bleus

Dixième opposition "officielle" entre les deux équipes (Mondiaux et Jeux olympiques confondus) et la Finlande a remporté les neuf premiers matchs, à commencer par un fameux 10-1 à Calgary en 1988. Depuis, on compte 51 buts finlandais à neuf. Sur la glace, seul Pierre-Édouard Bellemare a marqué, en 2013, dans une courte défaite 3-1.

France Finlande 160514 092Autant dire qu'avec cinq titulaires habituels de la défense absents, la mission s'annonce terriblement difficile. Le staff et les joueurs français n'ont pas tari d'éloges sur la formation finlandaise, leur sérieux et leur professionnalisme, leurs qualités techniques, leur vitesse... N'en jetez plus ! Pas de danger, la Finlande ne prendra jamais un match à la légère.

Du coup, la tactique bleue sera la même que contre tous les gros : faire la tortue le plus longtemps possible. Il faudra se montrer irréprochable en défense, à la relance et rester disciplinés, et espérer un contre ou capitaliser en jeu de puissance, secteur faible depuis le début du tournoi. Côté finlandais, Lasse Kukkonen est de retour après avoir été laissé au repos au dernier match. Tommi Kivistö file en tribune, aux côtés de Mikko Rantanen, le jeune attaquant espoir de Colorado.

France Finlande 160514 129Kari Jalonen relance Mikko Koskinen dans les buts, après le blanchissage de Saros contre la Hongrie. Il modifie par ailleurs ses lignes. Sebastian Aho monte sur la ligne Pyörälä-Koskiranta et Komarov sur celle de Granlund et Koivu, où son rôle de gratteur de palet dans les bandes et de distributeur devrait faire merveille. Côté France, Tim Bozon est au repos pour soigner un petit bobo et être prêt contre le Canada. Damien Fleury, tout jeune papa d'une petite Sasha jeudi matin, s'absentera après le match et dimanche pour rejoindre son épouse biélorusse à Minsk.

Une superbe prestation défensive

Après un premier rebond dégagé par la défense française, Huet sauve son camp avec un grand écart sur Koskiranta, servi en retrait par Pÿorälä. Les joueurs de Dave Henderson évoluent de manière très appliquée, sans grande prise de risque, avec un positionnement bien étudié. Physiquement, les Bleus répondent présents, avec des charges de Claireaux ou Sacha Treille qui témoignent de bonnes intentions.

France Finlande 160514 140La France tente même quelques incursions en attaque. Bertrand, du coin, centre fort devant la cage et Teddy Da Costa cherche à dévier. Le palet est dégagé et, en revenant défendre, Lampérier se fait sanctionner le long de la bande. Le jeu de puissance commence très fort : Laine, Barkov, Jokinen avec Komarov dans l'enclave tirent chaque leur tour et Huet ne craque pas. La deuxième partie de pénalité est bien gérée mais, à peine Lampérier revenu, Raux est pris à son tour pour une charge le long de la bande un peu trop rude. La défense fait un bon travail pour bloquer les lignes de tirs, notamment de Laine. La seule chance arrive à la dernière seconde, Aho cherchant Koskiranta qui dévie hors cadre. À l'arrivée, huit tirs cadrés à deux pour la Finlande, qui a peiné à bouger une défense française bien en place.

Une vidéo qui tourne le match

La reprise du match propose la même physionomie. Le placement des Français ralentit le rythme des Finlandais. Malheureusement, Teddy Da Costa contrôle mal une passe de Béron pour sortir de zone et la France recule, au point que le centre français concède deux minutes. La sanction tombe en fin d'avantage avec un slap de Lindell plein axe à travers le trafic. Le disque est dévié juste devant Huet (0-1).

France Finlande 160514 188Une faute de Lajunen sur l'engagement permet aux joueurs de Dave Henderson de ne pas gamberger. Le jeu de puissance s'installe bien et décale Auvitu à la bleue pour un bon tir, puis Fleury au cercle gauche. Koskinen repousse les deux tentatives. Le jeu de puissance reste stérile, mais a plutôt bien paru.

La Finlande a pris confiance et profite d'un palet qui traine devant le but pour créer encore du danger. Huet se déplace vite, couché au sol et le disque ne rentre pas - transversale ou défenseur sur la ligne ? C'est Auvitu, qui sauve la France en contrant le tir de Koivu en plein vol (photo). L'accélération est nette. Aho déborde sur la gauche et Huet sauve les meubles, avant de geler le palet sur le tir suivant.

A la mi-match, Laine, sur le côté et dos au but, se retourne vite, lance et le disque trompe Huet, masqué. Les officiels consultent de suite la vidéo. Très longuement. À l'issue d'une attente interminable, les arbitres estiment que la crosse n'est pas trop haute et Barkov est crédité du but (0-2).

But Laine 160514 244La France tente de repartir et Sacha Treille obtient une chance qui file à côté. Le contre est terrible. Jokinen déborde à droite, et s'oriente vers la bande en attirant un défenseur. Il centre vers la cage et Patrik Laine reprend du revers (0-3, photo). Les joueurs de Dave Henderson ne renoncent pas et tentent quelques incursions offensives. Le réalisme finlandais a fait très mal.

La France domine le troisième tiers

À la reprise, il faut un grand écart de Huet pour sauver un deux-contre-un finlandais. La France tente quelques tirs, par Bellemare ou Bertrand, et parait plus jouer vers l'avant. Le jeu se déroule plutôt côté finlandais, avec encore un tir de Bertrand, puis un essai de Desrosiers. Ce bon élan s'interrompt à la neuvière minute sur un accrochage de Meunier. Huet repousse deux lancers de la bleue et le palet est dégagé.

France Finlande 160514 209Komarov prend deux minutes de pénalité. Durant l'interruption, Ronan Quemener remplace Huet dans les cages pour les dix dernières minutes. Fleury lance en hauteur et Koskinen peine à contrôler. Il se déplace loin de son but avant de geler le palet, et concède donc un retard de jeu.

La France compte sur 1'11" de double avantage et Dave Henderson pose son temps mort. Après une première banderille de Fleury, la France attaque la cage. Bellemare, Sacha Treille et Desrosiers forment un mur devant le gardien et grattent le rebond sur le tir d'Auvitu. Le palet est au fond mais les officiels demandent la révision vidéo. Là encore, les arbitres prennent leur temps, mais jugent que Bellemare n'a pas commis d'obstruction sur le gardien (1-3, photo ci-dessous). Il reste une minute de supériorité, mais il n'y a aucun tir.

But France 700 160514 393

La France ne se démobilise pas. Béron remonte le palet et Granlund colle sa crosse entre ses jambes. Supériorité à venir, et Raux doit sauver sa cage vide sur la pénalité différée après une passe en retrait mal ajustée. L'équipe spéciale française s'installe bien à nouveau, sans réussir à tromper Koskinen. Quemener passe finalement une soirée tranquille, avec à peine une action chaude dans la dernière minute, bien défendue par Auvitu.

France Finlande 160514 268Ce score final de 3-1 apparaît comme très honorable pour les Bleus. Très solides en défense au premier tiers, ils craquent en neuf minutes sur un but en supériorité, un but contesté par le clan français et un contre bien mené. Le troisième tiers se révèle par ailleurs très encourageant. Disciplinée et appliquée, la France laisse certes échapper les quarts de finale, mais gagne quelques certitudes sur son jeu. Il faudra jouer de même sur la durée face au Canada lundi.

Désignés joueurs du match : Cristobal Huet (France) et Alexander Barkov (Finlande)

Commentaires d'après-match :

Damien Raux (défenseur de la France) : "Un match solide, on les a longtemps accrochés. Il n'y a pas de honte à avoir sur la défaite. L'accélération au deuxième ne nous a pas surpris, on avait les moyens de résister. Ils ont de la réussite sur leurs buts, mais ce 3-1 est une défaite avec les honneurs. Notre jeu de puissance était en difficulté depuis le début du tournoi, mais ce soir, on l'a mieux installé, c'est positif. Je suis optimiste pour la suite du tournoi."

Valentin Claireaux (attaquant de la France) : "On a été plus présents sur la totalité du match. La différence s'est faite en deuxième, il nous manque encore de réussir cela sur soixante minutes. Contre les grosses équipes, ils obtiennent des occasions dangereuses dès qu'on a un pas de retard. C'est notre meilleur match. Je n'ai pas trouvé que la Finlande avait accéléré, ils ont eu le même rythme tout le match. C'est juste qu'au premier tiers, on était un peu mieux placés. Le but pour crosse haute, c'est la décision de l'arbitre, s'il dit que c'est dedans, c'est comme ça.

Jonathan Janil (défenseur de la France) : "C'est une année particulière. Il y a eu beaucoup de blessés en défense lors de la préparation. Il faut faire avec et prendre ses responsabilités. Nous avons joué une défense solide au premier tiers. C'est bien, cela nous donne de l'expérience et rassure pour les Championnats du monde 2017 chez nous. Oui, nous sommes qualifiés d'office, mais nous l'oublions au coup d'envoi, nous voulons gagner notre place sur la glace. Nous allons continuer à travailler pour gagner des places au classement mondial et montrer que la France n'est pas là par hasard. Ce qui nous met dedans ce soir, c'est une pénalité qui nous coûte un but, puis un autre cinq minutes après, un peu comme contre les États-Unis. Cela nous donne une expérience, il faut que l'on travaille psychologiquement là-dessus, car l'objectif principal reste le tournoi de qualification olympique en septembre. On veut faire les Jeux. [Un journaliste québécois l'interroge sur les Saint-Pierrais en Bleu] Oui, nous sommes deux, et deux autres ont fait la préparation. Là-bas, ils connaissent le hockey à fond, c'est une terre de hockey. C'est cohérent d'en voir arriver en équipe de France. Ils arrivent en métropole à quinze ou seize ans pour se développer. Le Canada lundi ? Contre les gros, il faut jouer à 100%. On est un peu leur bête noire, avec une défaite d'un seul but l'an dernier, une victoire à Minsk. Nous ne nous mettons pas trop de pression, nous allons jouer une défense solide et prendre match après match."

Pierre-Édouard Bellemare (attaquant de la France) : "Ce sont des petits choses qui s'additionnent. On ne dégage pas bien le palet, donc on recule, donc on fatigue... C'était la même situation contre les États-Unis. Mon but ? J'étais confiant. Je sais que quelqu'un m'a poussé sur le gardien, donc il n'y avait pas de raison qu'ils le refusent. La troisième période a été très nettement meilleure. Les gars se sont bien entraidés et on les a rendus nerveux. C'est bien pour toutes les lignes, on a pris les bonnes décisions, on est revenus aider la défense, entrer en zone avec de la vitesse... C'est encourageant pour le prochain match. Le premier but est dommage, car le tir est dévié par une crosse française."

France Finlande 700 160514 156

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "Contre les top-6, il faut jouer une défense solide et ne pas faire d'erreurs. Les joueurs ont joué durement tout le match, en attaque, dans la neutre et en défense. Il y a eu quelques décrochages qui nous coûtent trois buts. Mais je suis content des joueurs aujourd'hui, de la façon dont ils ont joué dur jusqu'au bout. Il faudra encore mieux poser la défense et supprimer quelques erreurs pour avancer.
Un mot sur le but litigieux (le deuxième, pour crosse haute) ?
La règle dit que le palet ne doit pas être touché au dessus de la transversale. On a regardé la vidéo entre les tiers. Le palet a une trajectoire montante. Cristobal met sa mitaine en hauteur et le joueur finlandais touche le palet au dessus de son épaule, ou au niveau du menton. Il fait 1m87 je crois, c'est donc au dessus, et il donne ensuite une trajectoire descendante et le palet passe entre les jambes. L'analyse vidéo n'est pas en notre faveur là dessus, mais la décision sur la glace donnait un but, donc...
Quel est votre bilan du match ?
Le premier tiers, nous étions bien en place, tout va bien. En deuxième, on fait le jeu qu'on avait décidé, et le deuxième but nous sort un peu du match. Le troisième c'est une action croisée, un joueur part vers la balustrade avec un de nos défenseurs, mais notre deuxième arrière est un peu en retard. C'est un bon jeu de leur part. Nous avons joué un match discipliné, physique dans notre zone, avec de bonnes sorties, propres. Mais il nous manque l'instinct du tueur. Nous ne sommes pas assez rapides sur nos tirs à la cage, nous manquons nos chances. Pas assez de réaction sur les rebonds, un déclenchement un peu lent. Quand on est en réussite, l'instinct de tueur est là. Malheureusement, nous sommes un peu dans le doute, on ne veut pas faire d'erreurs et on retient un peu, on veut faire le jeu parfait au lieu de lancer à la cage. Il faut se montrer plus incisifs. Dans l'ensemble, je suis satisfait, sauf ce deuxième but finlandais.
Yorick Treille n'a pas joué du troisième tiers, est-il blessé ?
Il a eu quelques soucis qui se sont réveillés aux premier et deuxième tiers. Nous l'avons reposé au troisième et ce sera aussi le cas demain. Nous verrons s'il peut jouer contre le Canada.
Le jeu de puissance a marqué et s'est mieux installé, c'est positif ?
C'est satisfaisant, une bonne possession. Mais nous avons gâché des chances car il y a encore eu du déchet. Nous faisons la passe de trop au lieu d'attaquer la cage. Il ne faut pas chercher le jeu parfait.
Peut-on proposer un jeu plus offensif ?
Cela fait dix ans que nous travaillons sur ce système contre les gros, qui parfois fonctionne, parfois non. On ne peut pas ouvrir le jeu. D'autres pays, comme le Danemark, la Slovaquie, le font et on voit ce que cela donne, avec une qualité technique que nous n'avons pas forcément. Dans ces cas-là, ils frôlent la correction. Nous, on ne marquera pas cinq ou six buts par match, au mieux trois ou quatre. Si on ouvre, on offre des boulevards et on ne pourra pas toujours compter sur des miracles de nos gardiens. Nous préférons fermer le jeu, à l'italienne en foot, et contrer."

France Finlande 700 160514 432

 

France - Finlande 1-3 (0-0, 0-3, 1-0)
Samedi 13 mai 2016, 12h15. Yubileyny arena de Saint-Pétersbourg. 4278 spectateurs.
Arbitrage de Roman Gofman (RUS) et Maxim Sidorenko (BLR) assistés de Nicolas Fluri (SUI) et Miroslav Lhotsky (TCH)
Tirs : France 18 (2, 6, 10), Finlande 19 (8, 8, 3)
Pénalités : France 8' (4', 2', 2'), Finlande 8' (0', 2', 6')

Récapitulatif du score
0-1 à 25'00" : Lindell assisté de Granlund et M. Koivu (sup. num.)
0-2 à 30'40" : Barkov assisté de Laine et Jokinen
0-3 à 34'50" : Laine assisté de Jokinen et Barkov
1-3 à 52'31" : Bellemare assisté de S. Treille et Auvitu (sup. num.)
 

France

Attaquants :
Sasha Treille (-1) - Pierre-Édouard Bellemare (A, -1) - Damien Fleury (A, -1)
Yorick Treille (A) - Laurent Meunier (C, 2') - Jordann Perret
Loïc Lampérier (2', -1) - Teddy Da Costa (2', -1) - Charles Bertrand (-1)
Nicolas Ritz - Valentin Claireaux - Julien Desrosiers
Eliot Berthon

Défenseurs :
Yohann Auvitu (-1) - Maxime Moisand (-1)
Grégory Béron (-1) - Benjamin Dieudé-Fauvel (-1)
Jonathan Janil - Damien Raux (2')

Gardien :
Cristobal Huet puis Ronan Quemener à 50'44"

Réserviste : Florian Hardy (G). Blessé : Tim Bozon (A), Teddy Trabichet, Florian Chakiachvili (D)

Finlande

Attaquants :
Mikael Granlund (2') - Mikko Koivu (C) - Leo Komarov (2')
Patrik Laine (+2) - Alexander Barkov (+2) - Jussi Jokinen (A, +2)
Mika Pyörälä - Jarno Koskiranta - Sebastian Aho
Antti Pihlström - Jani Lajunen (2') - Teemu Pulkkinen
Tomi Sallinen

Défenseurs :
Ville Pokka - Esa Lindell (+1)
Topi Jaakola (A, +1) - Juuso Hietanen (+1)
Atte Ohtamaa (+1) - Lasse Kukkonen
Anssi Salmela

Gardien :
Mikko Koskinen

Remplaçant : Juuse Saros. Réservistes : Tommi Kivistö (D), Niklas Bäckström (G), Mikko Rantanen (A).