Russie - Norvège (Mondiaux 2016, groupe A)

La Norvège joue sa dernière chance de qualification en quart de finale, en espérant que la Russie se relâche pour ce "match de transition".

L'enjeu pour la Sbornaïa réside surtout dans le dernier match de poule face à la Suède (dont le perdant affrontera le perdant de Finlande-Canada pour un quart de finale à hauts risques). Elle doit se servir de ce match pour peaufiner son jeu collectif et lever le doute sur ses lignes. Le jeune gardien Ilya Sorokin obtient sa première titularisation en championnat du monde. Le buteur Sergei Mozyakin est au repos, remplacé par Shirokov.

Exactement comme l'équipe de France au même moment face au Canada, les Norvégiens ont aligné pour ce défi son troisième gardien, Steffen Søberg. Surtout, Roy Johansen a modifié sa première ligne. Le vétéran Anders Bastiansen, dont la vitesse n'a jamais été le point fort, était en difficulté pour animer l'offensive. Le jeune Michael Haga, qui n'était monté sur la glace que cinq minutes depuis le début de la compétition, est cette fois envoyé en front au centre de la première ligne entre les deux joueurs de NHL Martinsen et Zuccarello.

Le score reste vierge après vingt minutes malgré quelques énormes occasions. En supériorité numérique, Evgeni Dadonov offre du revers à Artemi Panarin une cage grande ouverte, mais l'attaquant des Blackhawks de Chicago a la surprise de voir son tir contré par la crosse de Martin Røymark. Un improbable sauvetage de la part de l'attaquant défensif norvégien ! Le travail de la ligne de Shipachyov donne deux autres bonnes positions à Panarin, frustré par le gardien Søberg.

YEMELIN Alexei 120520 369La Russie accélère franchement en début de deuxième période, et c'est la quatrième ligne qui tire les marrons du feu. Ivan Telegin, l'homme en forme avec un doublé contre la Suisse, dévie un centre d'Evgeni Orlov (1-0).

La Norvège, dernière équipe du tournoi en avantage numérique, n'arrive pas à utiliser deux situations de ce genre. Les Russes se détachent donc définitivement en fin de tiers sur une transition rapide en zone neutre. Panarin laisse à Shipachyov qui contourne Tollefsen couché et rend le palet à son camarade arrivé au poteau droit (2-0).

À la reprise, un lancer détourné d'Emelin frappe la bande. Le palet revient en retombant par-dessus la cage, et Roman Lyubimov est sur la trajectoire pour le frapper en l'air (3-0). Tranquille, la Sbornaïa peut expérimenter jusqu'à la fin, y compris un nouveau trio Ovechkin-Datsyuk-Kuznetsov.

Le bilan russe reste tout de même identique aux rencontres précédentes. La ligne Panarin-Shipachyov-Dadonov a encore démontré sa grande classe, mais les deux autres lignes-phares ne semblent pas avoir le même équilibre. La surprise vient du quatrième trio : Sergei Kalinin abat un travail de récupération discret mais efficace, et ses ailiers ont encore inscrit deux buts. La véritable évolution se situe en défense avec deux blanchissages consécutifs. C'est sans doute pour récompenser ce travail défensif que Znarok a fait étonnamment désigner Emelin comme joueur du match.

Désignés joueurs du match : Aleksei Emelin pour la Russie et Steffen Søberg pour la Norvège.

Commentaires d'après-match

Roy Johansen (entraîneur de la Norvège) : "Nous nous sommes créé beaucoup d'occasions, comme dans tout le championnat du monde. Malheureusement, nous ne les avons pas concrétisées. Nous voulions donner à Søberg une chance de prouver sa valeur. Nous sommes satisfaits de son jeu, il est entré dans le match avec confiance. Nous avons de bons gardiens. Notre problème n'est pas là, mais en attaque."

 

Russie - Norvège 3-0 (0-0, 2-0, 1-0)
Lundi 16 mai 2016 à 16h15 au Palais de glace VTB de Moscou. 12116 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Björk (SUE) et Daniel Piechaczek (ALL) assistés de Pasi Nieminen (FIN) et Henrik Pihlblad (SUE).
Pénalités : Russie 6' (0', 4', 2') ; Norvège 8' (6', 0', 2').
Tirs : Russie 28 (12, 9, 7) ; Norvège 27 (5, 11, 11).

Évolution du score :
1-0 à 22'09" : Telegin assisté d'Orlov et Kalinin
2-0 à 37'52" : Panarin assisté de Shipachyov
3-0 à 42'31" : Lyubimov assisté d'Emelin et Orlov


Russie

Attaquants :
Aleksandr Ovechkin (A) - Evgeni Kuznetsov - Aleksandr Burmistrov
Sergei Shirokov - Pavel Datsyuk (C) - Stepan Sannikov
Artemi Panarin (+1, 2') - Vadim Shipachyov (A, +1) - Evgeni Dadonov (+1)
Roman Lyubimov (+2) - Sergei Kalinin (+2) - Ivan Telegin (+2)
Sergei Plotnikov

Défenseurs :
Aleksei Emelin (+1) - Vyacheslav Voïnov (2')
Viktor Antipin (+1) - Maksim Chudinov (+1)
Aleksei Marchenko - Nikita Zaitsev
Dmitri Orlov (+3, 2')

Gardien :
Ilya Sorokin

Remplaçant : Igor Shestyorkin (G). En réserve : Sergei Bobrovski (G), Anton Belov (D), Sergei Mozyakin (A).

Norvège (2' pour surnombre)

Attaquants :
Andreas Martinsen - Michael Haga - Mats Zuccarello Aasen
Mats Rosseli Olsen (-2) - Ken André Olimb (-2) - Mathis Olimb (-2)
Martin Røymark - Anders Bastiansen (A) - Kristian Forsberg
Niklas Roest (-1) - Andreas Stene (-1) - Mathias Trettenes (-1)

Défenseurs :
Jonas Holøs (-1) - Mattias Nørstebø (-1, 2')
Johannes Johannessen (-1) - Ole-Kristian Tollefsen (C, -2)
Mats Trygg (A, -1, 4') - Henrik Odegaard

Gardien :
Steffen Søberg

Remplaçants : Lars Volden (G), Robin Dahlstrøm (A), Morten Ask (A). En réserve : Lars Haugen (G), Dennis Sveum (D), Thomas Valkvae Olsen (A).