Les Tchèques vont-ils faire exprès de perdre ?

Pour la Suisse, le quart de finale passe par une victoire dans le temps réglementaire sur les Tchèques. Cela tombe bien, puisqu'ils sont devenus ses adversaires de prédilection depuis dix ans, battus quatre fois sur six dans les compétitions internationales.

En plus, la Tchéquie pourrait être la proie de certaines arrières-pensées coupables. La défense de sa première place de poule n'est peut-être pas une priorité. Si d'aventure elle perdait - et faisait ainsi le jeu des Suisses - elle serait assurée de finir deuxième... et d'affronter l'Allemagne (au lieu des Américains ou Slovaques) en quart de finale. A priori un adversaire plus facile. Mais ce que les Tchèques veulent éviter, c'est de devoir voyager avant le quart de finale. Ils peuvent se permettre d'être deuxièmes derrière la Russie... mais pas derrière la Suède, car les Russes - même troisièmes - resteraient de toute façon à Moscou.

En perdant la séance de tirs au but face à la Suède, les Suisses n'ont donc pas abandonné qu'un point. Ils ont laissé les Scandinaves en course pour la première place, et ont donc maintenu la motivation des Tchèques pour ce match décisif.

DIAZ Raphael 130518 543La Suisse, où Raphael Diaz est rétabli en défense, adopte une tactique défensive. Elle subit le jeu, y compris de longues présences dans sa zone. Les Tchèques font tourner le palet dans le périmètre sans se créer de grosse occasion. Ils gâchent tout sur une grossière erreur de changement quand Jakub Jeřábek "oublie" de rentrer et laisse ses coéquipiers à quatre sur la glace. Denis Hollenstein reçoit alors une passe d'Andrighetto en zone neutre et "kašparise" le gardien en face-à-face (il lui met le palet entre les jambières, pour les non-initiés).

Ce hold-up foire cependant quand Félicien Du Bois prend sa neuvième (!) pénalité mineure du tournoi, pas la plus évidente néanmoins. Le lancer de la bleue de Michal Kempný est dévié par le patin de Michal Birner en train de lever le pied (au sens propre) et passe entre les bottes de Berra. Le but est accordé. 1-1, tout est à refaire.

Comment gagner rien qu'en défendant ? Par exemple en comptant sur l'accélération fulgurante de Sven Andrighetto, qui s'échappe dans l'axe... mais tire sur le poteau. Dans une action symétrique, Lukáš Kašpar file entre les défenseurs, et Raphael Diaz laisse pendre sa crosse pour le freiner. Tir de pénalité ! Accordé au seul joueur qui les met à tous les coups ! La suite est écrite d'avance. Reto Berra voit le palet passer - ô surprise - entre les bottes. S'il devait empiler les masques des gardiens auxquels il a fait le même coup, Kašpar ferait passer la mascotte du Mondial 2017 Obélix pour un petit joueur !

Menée 2-1, la Suisse est bien obligée de s'impliquer un peu plus en zone offensive. Denis Hollenstein tente de rabattre le palet sur un tir de la bleue de Weber, alors que le gardien est masqué et en position debout. C'était bien tenté, mais la réussite n'est pas au rendez-vous.

ZATOVIC Martin 140509 647Les Tchèques ont fait deux modifications dans leurs lignes pour ce match. Ils ont fait jouer un peu plus Martin Zaťovič, qui avait été peu utilisé, et ils testent Radek Faska au poste de centre, qu'il occupe le plus souvent en NHL. Les deux changements payent en même temps au début de la troisième période ! Sur une mise au jeu en zone offensive jouée - et techniquement perdue - par Faksa, le palet part vers le slot, où Zaťovič le propulse au fond avant de lâcher un cri de joie inversement proportionnel à son temps de jeu dans les précédentes rencontres (3-1).

Alors que les Tchèques ont le match en mains, Robert Kousal commet une faute en zone offensive. Félicien Du Bois lance de la ligne bleue, Francouz repousse mais Simon Moser est placé à ses côtés (3-2). La Suisse peut encore y croire, mais à dix minutes de la fin, Tomáš Zohorna, qui a commencé le match en treizième attaquant, fonce en contre-attaque et envoie un tir croisé en entrée de zone qui échappe à la mitaine hésitante de Reto Berra (4-2).

L'audace dont Patrick Fischer n'a pas toujours fait preuve dans ce tournoi, il la démontre maintenant en sortant son gardien pendant un avantage numérique. Malheureusement pour le coach suisse, Michal Jordán récupère le palet et l'envoie dans les filets déserts depuis sa zone défensive (5-2).

Avec trois buts de retard, la Suisse est fichue. La fin de match est pourtant étonnante. Soudain, la chance sourit à la Nati quand un tir de Noah Schneeberger ricoche sur le patin du défenseur tchèque Jeřábek. La Suisse tue une minute et demie de 3 contre 5 en se montrant agressive, puis sort son gardien à 4 contre 5 ! Andrighetto marque au moment où la pénalité se termine (5-4). Si tard, trop tard...

Que se serait-il passé si seulemement la Suisse avait été animée des mêmes intentions offensives dès le début de match ? Si elle a marqué 12 de ses 20 buts dans les troisièmes périodes (plus 1 en prolongation) dans ce championnat du monde, c'est peut-être qu'elle est entrée en jeu avec un état d'esprit trop prudent qui ne lui correspond plus.

Désignés joueurs du match : Michal Kempný pour la Tchéquie et Simon Moser pour la Suisse.

Désignés meilleurs joueurs suisses du tournoi : Nino Niederreiter, Eric Blum et Sven Andrighetto.

Commentaires d'après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la République Tchèque) : "La fin n'était pas très professionnelle. Nous avions deux buts d'avance et des supériorités numériques, nous aurions dû la jouer calme. Mais les gars étaient un peu nerveux et les Suisses ont commencé à jouer leur va-tout. Mais nous avons dominé le match. Bien sûr, c'est un soulagement. Nous ne voulions pas faire nos bagages et faire cinq heures de train pour aller à Saint-Pétersbourg. C'est un avantage de rester sur place. Les Américains ont une jeune équipe. Nous les étudierons. Non, non, non, nous ne nous sommes pas dit que ce serait mieux face aux Allemands, qui jouent un bon hockey agressif. Depuis 7h du matin, tout le monde me souhaite mon anniversaire [69 ans]. C'est mon plus cadeau, mais pas le premier. En 2012, avec la Slovaquie, nous avons éliminé le Canada en quart de finale. C'était mon meilleur match sur le banc, et une satisfaction 15 après ce qui est arrivé à Helsinki en 1997 quand les Canadiens ont provoqué mon fils."

 

Tchéquie - Suisse 5-4 (1-1, 1-0, 3-3)
Mardi 17 mai 2016 à 12h15 au Palais de glace VTB de Moscou. 7101 spectateurs.
Arbitrage de Peter Gebei (HON) et Timothy Mayer (USA) assistés de Pasi Nieminen (FIN) et Peter Sefcik (SVK).
Pénalités : Tchéquie 6' (0', 2', 4'), Suisse 8' (2', 0', 6').
Tirs : Tchéquie 31 (13, 11, 7), Suisse 23 (3, 10, 10).

Évolution du score :
0-1 à 11'36" : Hollenstein assisté d'Andrighetto et Schäppi
1-1 à 17'00" : Birner assisté de Kempný et Řepík (sup. num.)
2-1 à 24'50" : Kašpar (tir de pénalité)
3-1 à 41'45" : Zaťovič
3-2 à 45'38" : Moser assisté de Du Bois et Trachsler (sup. num.)
4-2 à 49'59" : Zohorna assisté de Kousal et Kolář
5-2 à 54'15" : Jordán (inf. num., cage vide)
5-3 à 55'42" : Schneeberger assisté de Moser et Hofmann
5-4 à 59'34" : Andrighetto assisté de Hollenstein


Tchéquie

Attaquants :
Roman Červenka (A) - Tomáš Plekanec (C) - David Pastrňák (-1)
Michal Birner - Jan Kovář (-1) - Michal Řepík
Martin Zaťovič puis Tomáš Zohorna à 40'00" - Robert Kousal (-1, 2') - Lukáš Kašpar (-1)
Tomáš Filippi (+2) - Radek Faksa (+1) - Richard Jarůšek [puis Zaťovič à 40'00"]

Défenseurs :
Michal Jordán (-1) - Jakub Jeřábek (-2, 2')
Jan Kolář (+1) - Radim Šimek (+1)
Michal Kempný (A, +1, 2') - Tomáš Kundrátek (+1)
Milan Douděra (-1)

Gardien :
Pavel Francouz

Remplaçants : Dominik Furch (G). En tribunes : Matěj Machovský (G), Petr Koukal (A).

Suisse

Attaquants :
Nino Niederreiter (+1) - Morris Trachsler (+1) - Simon Moser (A, 2')
Gregory Hofmann (+1) - Samuel Walser (-1) - Andres Ambühl (C, -1, 2')
Denis Hollenstein (+1) - Reto Schäppi - Sven Andrighetto (+1, 2')
Dino Wieser (-1) - Julian Walker - Marc Wieser

Défenseurs :
Raphael Diaz (A, -1) - Eric Blum (-1)
Patrick Geering (-1) - Félicien du Bois (-1, 2')
Yannick Weber (-1) - Christian Marti
Robin Grossmann (+2) - Noah Schneeberger (+1)

Gardien :
Reto Berra [sorti de 53'32" à 54'15", de 56'54" à 57'05" et de 59'05" à 59'34"]

Remplaçant : Robert Mayer (G). En tribune : Sandro Zurkirchen (G), Lino Martschini (A), Gaëtan Haas (A).