Tchéquie - États-Unis (Mondiaux 2016, quart de finale)

Les Tchèques ont joué le jeu. Ils ont défendu leur première place de poule, même s'ils savaient qu'elle les enverrait non pas face à l'Allemagne mais face aux États-Unis, un adversaire qui ne lui réussit pas toujours.

Comme au dernier match décisif pour la qualification (où son équipe a arraché le point qu'il fallait face à la Slovaquie), le coach Mike Hynes a décidé de faire confiance à Keith Kinkaid, qu'il côtoie toute la saison chez les Devils du New Jersey. Il a des statistiques moyennes dans le tournoi (87,3% d'arrêts), mais il est vrai que Mike Condon n'a guère fait mieux (88,4%). La République Tchèque choisit logiquement d'aligner Dominik Furch

Les Américains se montrent coriaces et sont bien organisés défensivement. Ils empêchent les Tchèques de déployer leur jeu, même pendant un passage en prison d'Auston Matthews pour crosse haute. La première bonne séquence offensive installée est à mettre à l'actif de la deuxième ligne tchèque à la dixième minute. Michal Řepík reprend la passe de derrière la cage de Jan Kovář. Le palet frappe la botte droite de Kinkaid puis la jambe de Birner, mais part à côté du but après cette partie de billard.

CERVENKA Roman 150507 201Kundratek est à son tour sanctionné sur une crosse haute. Le jeu de puissance américain doit être le domaine de Patrick Maroon, chargé de prendre position dans le slot. Il dévie ainsi un palet à côté de la lucarne. Mais, en revenant participer à la réorganisation du jeu en zone neutre, Maroon offre le palet à Zohorna, qu'il accroche pour l'empêcher de tirer seul face au but. C'est un tir de pénalité. Zohorna avance lentement en multipliant les feintes jusqu'à ce que le gardien fasse le premier mouvement : il tire alors dans le haut du filet (1-0).

Les Américains tuent une pénalité de Frank Vatrano qui déborde sur la deuxième période. De retour sur la glace, Vatrano accélère en zone neutre et passe à Auston Matthews (hors-jeu ?), qui protège le palet en passant derrière le défenseur Radim Šimek pour égaliser (1-1). Le futur numéro 1 annoncé de la draft NHL remet ainsi totalement son équipe dans le match, alors que ce n'est que le troisième tir cadré américain de la soirée.

Les Tchèques reprennent leur domination. À 4 contre 4, Roman Červenka déborde le défenseur Noah Hanifin et essaie de passer le palet derrière les jambières de Kinkaid, sans obtenir de rebond favorable. Tomáš Filippi déborde aussi toute la défense sur l'aile droite, mais son lancer est repoussé du bouclier par Kinkaid.

L'offensive américaine se résume essentiellement à Matthews, qui tire encore sur la transversale. Les pénalités stupides en zone offensive de Wideman et Wood n'aident pas. Le gardien Keith Kinkaid montre qu'il mérite la confiance de son coach et fait preuve de vigilance sur les déviations pendant ces phases d'infériorité numérique. Kinkaid sauve aussi son équipe en plongeant crosse en avant pour contrer Radek Faksa, échappé après une perte de palet de Thomas Larkin. Les États-Unis tiennent le score (1-1).

Matthews 160513 159Les Tchèques tuent à leur tour deux pénalités, une obstruction de Simek sur Vatrano pendant une contre-attaque américaine juste avant la seconde pause puis une charge de Kempný contre la bande. Elles ont permis aux États-Unis de reprendre l'initiative en début de troisième période. Furch doit réaliser un poke-check devant J.T. Compher qui a récupéré face à la cage un palet abandonné par Kovář. La tension monte d'un écran, et on a le sentiment que le match peut basculer d'un côté ou de l'autre.

À douze minutes de la fin, Martin Zaťovič déborde la défense, repique à la cage et se fait sanctionner pour une obstruction sur Kinkaid, qui perd son masque mais qu'il n'avait pas moyen d'éviter. Une pénalité discutable qui reste sans conséquence. Au retour au complet, la reprise de Pastrňák sur passe de Červenka derrière la cage tutoie le poteau.

La partie reste bloquée, jusqu'à un surnombre des États-Unis : Wideman a touché le palet avant que McCabe ne soit rentré au banc. Les Tchèques n'arrivent pas à s'installer parce qu'ils ne cherchent plus de solutions collectives. Ils dominent une fin de match hachée avec de multiples mises au jeu en zone offensive, mais mettent toujours trop peu de trafic devant le but.

La prolongation à 4 contre 4 rouvre un peu le jeu, bloqué depuis trop longtemps. Jordan Schroeder surprend la défense par un virage dans l'axe pour bifurquer à la cage, et Dominik Furch doit presque se mettre en grand écart pour parer ce tir avec jambière gauche.

KOUKAL Petr 150507 326Tomáš Zohorna donne un mauvais coup avant de rentrer au banc : une pénalité providentielle pour John Hynes qui demande son temps mort pour donner ses consignes de jeu à 4 contre 3. Tout repose sur Auston Matthews, et lorsqu'il n'arrive pas à attacher sa lanière, le banc américain préfère lui donner un nouveau casque en catastrophe en refusant de le remplacer. Pour autant, les Tchèques ne cessent de dégager le palet pour éloigner le danger. À trente secondes de la sirène finale, Kempný tombe derrière la cage, mais son collègue Tomáš Kundrátek jette sa crosse devant Chris Wideman qui pensait son heure venue, face au but, servi de derrière la cage par Foligno.

Aux tirs au but, les Tchèques ont l'arme fatale : Lukáš Kašpar en est à 5 sur 5 pendant la saison internationale, en marquant à chaque fois entre les jambières du gardien. Mais dans ce match décisif, Kinkaid semble prévenu et ferme les bottes. L'échec de leur spécialiste peut-il faire douter la Tchéquie ? Le gardien Furch, lui, n'avait pas brillé aux tirs au but face au Danemark, mais il suit bien les mouvements de Hendricks.

Vladimír Vůjtek sort alors un lapin de son chapeau : Petr Koukal, qui n'a pas joué de la partie, est envoyé en second tireur. Il tente un revers entre les jambes de Kinkaid, qui ferme à nouveau la porte. Auston Matthews, lui, glisse le palet sous les bottes de Furch : le gamin-prodige semble ainsi narguer les deux champions du monde 2010. Jan Kolar ne lève pas assez son revers qui touche le haut de la botte gauche de Kinkaid : les Tchèques sont encore éliminés par leur vieille bête noire !

Commentaires d'après-match

Lukáš Kašpar (attaquant de la Tchéquie) : "J'ai mal tiré. Je ne veux pas chercher des excuses, mais le palet s'est levé, il est mal parti de ma palette et a frappé la crosse du gardien. Nous avons bien joué, mais ça arrive de perdre aux tirs au but. Ne soyez pas surpris si l'équipe américaine se montre capable de gagner le tournoi. C'est une équipe avec de la mobilité et des jeunes qui savent jouer au hockey. Bien sûr, nous aurions voulu quitter Moscou avec une médaille. Mais nous n'avons pas à avoir honte de ce que nous avons montré dans ce championnat, nous n'avons perdu aucun match dans le temps réglementaire."

Nick Foligno (capitaine des États-Unis) : "La façon dont Matthews se prépare pour un match n'est pas comparable avec les joueurs de son âge. Il fait bien toutes les petites choses et est excellent dans les trois zones de la patinoire, ce qui en fait un hockeyeur avec lequel c'est un plaisir de jouer. Il a tout pour être un grand joueur. Je ne garantis pas son futur, mais si vous le regardez, vous ne pouvez pas remettre en cause la hype autour de lui. Notre gardien a été fantastique. Nous jouions contre une bonne équipe et nous savions que nous devions pratiquer notre meilleur hockey. Ce que nous avons fait, au moins en défense."

 

Tchéquie - États-Unis 1-1 (1-0, 0-0, 0-0, 0-0) / 0-1 aux tirs au but
Jeudi 19 mai 2016 à 16h15 au Palais de glace VTB de Moscou. 7853 spectateurs.
Arbitrage de Linus Öhlund (SUE) et Tobias Wehrli (SUI) assistés d'Aleksandr Otmakhov (RUS) et Henrik Pihlblad (SUE).
Pénalités : Tchéquie 10' (2', 4', 4'), États-Unis 12' (4', 6', 2').
Tirs : Tchéquie 29 (8, 13, 9), États-Unis 20 (2, 8, 10).

Évolution du score :
1-0 à 15'23" : Zohorna
1-1 à 21'27" : Matthews assisté de Vatrano et Wideman

Tirs au but :
Tchéquie : Kašpar (arrêté), Koukal (arrêté), Kolář (arrêté)
États-Unis : Hendricks (arrêté), Matthews (réussi).


Tchéquie

Attaquants :
Roman Červenka (A) - Tomáš Plekanec (C, 2') - David Pastrňák
Michal Birner - Jan Kovář - Michal Řepík (-1)
Tomáš Zohorna (-1, 2') - Robert Kousal (-1) - Lukáš Kašpar
Tomáš Filippi - Radek Faksa - Martin Zaťovič (2')
Petr Koukal [aux tirs au but]

Défenseurs :
Michal Jordán - Jakub Jeřábek
Jan Kolář (-1) - Radim Šimek (-1, 2')
Michal Kempný (A, 2') - Tomáš Kundrátek (2')
Milan Douděra

Gardien :
Dominik Furch

Remplaçants : Pavel Francouz (G). En tribunes : Matěj Machovský (G), Petr Zamorský (D), Richard Jarůšek (A).

États-Unis (2' pour surnombre)

Attaquants :
Dylan Larkin - Auston Matthews (+1, 2') - Nick Foligno (A)
Frank Vatrano (+1, 2') - Brock Nelson - Vincent Hinostroza (+1)
Jordan Schroeder - JT Compher - Tyler Motte
Patrick Maroon - Matt Hendricks (C) - Hudson Fasching
Miles Wood (2')

Défenseurs :
Chris Wideman (+1, 2') - Noah Hanifin (+1)
Connor Murphy (A, -1) - Jake McCabe (-1)
Brady Skjei - David Warsofsky (2')
Steven Santini

Gardien :
Keith Kinkaid

Remplaçant : Mike Condon (G). Réservistes : Kyle Connor (A), Thatcher Demko (G).