Canada - Finlande (Mondiaux 2016, finale)

Toujours invaincue dans ce championnat du monde, la Finlande peut devenir la première nation à remporter la même année les Mondiaux U20, U18 et séniors. Ce serait exceptionnel de la part d'un petit pays de 5 millions d'habitants.

Le Canada était en position de le faire en 2008, mais avait échoué en prolongation lors de la finale de Québec face aux Russes. Le pays à la feuille d'érable a l'occasion de prendre sa revanche ce soir, tout comme il doit se venger du 4-0 encaissé en poule contre ces mêmes Finlandais.

Canada Finlande 700 160517 1353

La Finlande compte un accroc dans son bilan parfait jusqu'ici : elle a toujours eu beaucoup de mal dans ses débuts de match. Dans cette finale, elle subit bien moins qu'en match de poule la pression initiale des Canadiens : seule une occasion est à signaler, une cage ouverte manquée par Mark Scheifele, qui met une forte pression physique à chaque présence. Hormis une bonne séquence installée de la ligne de Koivu face à celle de Perry, les Finlandais se reposent sur leur défense si imperméable depuis le début de la compétition avec moins d'un but encaissé par match.

Cette méthode ne les met cependant pas à l'abri d'un exploit individuel. Justement, Connor McDavid récupère un palet contré en passant dans le dos de Pyörälä et d'Ohtamaa et a un temps réduit pour faire se coucher le gardien Mikko Koskinen, lever le palet et marquer enfin son premier but du tournoi (1-0). Éclispé par l'engouement suscité par Matthews et Laine au cours de cette quinzaine, McDavid fait ainsi taire ses détracteurs, qui ne trouvaient pas si impressionnant celui qu'on présentait comme le "joueur majeur de sa génération".

Canada Finlande 160517 1208Menée au score, la Finlande va maintenant devoir se dévoiler offensivement. Boone Jenner prend la première pénalité du match, mais les Canadiens confirment leur qualité en infériorité numérique. De retour au complet, Patrik Laine, seul face à la cage, hérite d'un palet joliment sorti de la bande par Atte Ohtamaa et essaie de dribbler Cam Talbot sans arriver à le battre. En contre-attaque, Jussi Jokinen teste aussi le gardien canadien du revers. Comme quoi les Finlandais sont aussi capables d'attaquer s'ils le veulent... Mais ils ne l'ont pas voulu avant d'encaisser un but.

La première période se termine par un tir faible de Brad Marchand qui frappe le gant du gardien de la crosse et se fait châtier dans le dos par Komarov. L'explication entre les deux agitateurs laissent les deux équipes à quatre contre quatre juste avant la pause.

Fidèle à son sytème de jeu, la Finlande n'arrive pas à gêner les entrées de zone et continue de subir le jeu au début du deuxième tiers-temps. Le Canada déploie son talent individuel, avec les dribbles de Duchene en petit périmètre, son jeu collectif et sa puissance dans les bandes. Mikko Koskinen repousse tous les tirs, notamment le lancer dévié de Ryan O'Reilly sur passe de derrière la cage de Scheifele.

Le Canada obtient sa première supériorité numérique au bout de 34 minutes après une faute de Komarov sur Gallagher, sans arriver à s'installer. Pour autant, il applique la tactique qui l'a fait champion olympique : il reste maître du palet, le garde longtemps dans le camp adverse et ne concède donc aucune occasion, même si le score reste minimal.

Cette stratégie est cependant contrariée par un cinglage de Scheifele sur le gardien : c'est Boone Jenner qui reçoit une longue passe et s'échappe en infériorité, mais Granlund revient le gêner sans faire de faute. Mikko Koivu sert Koskiranta pour le tir plus dangereux. Le tiers-temps se finit par un 3 contre 2 pour le Canada qui aboutit à un lancer de Matheson, détourné par Koskinen. Après 40 minutes, on a l'impression que le Canada a tout gagner ce match tant qu'il se tient éloigné du banc de la prison.

Canada Finlande 160517 1711Une accélération sur l'aile gauche de Sebastian Aho envoie certes Mark Stone en prison pour l'avoir accroché... mais Aho est également sanctionné lui aussi pour avoir embelli son plongeon. Il n'y aura plus aucun avantage numérique. Et avec autant de joueurs de chaque côté, le Canada donne l'impression d'en avoir plus. Ou du moins, ils sont toujours plus nombreux à presser le porteur du palet.

La Finlande n'arrive à rien construire face à un adversaire qui patine plus et qui lui coupe tous les espaces. Elle n'arrive qu'à envoyer au fond, pas à passer la ligne bleue en possession. Quand enfin elle y arrive, Morgan Rielly enlève le palet avec un poke-check plein d'assurance.

Visiblement fatigués, les blancs ne donnent à aucun moment le sentiment de pouvoir renverser un scénario écrit d'avance. Seule la sortie du gardien à la dernière minute provoque une séquence offensive. Un dégagement de Rielly en direction du banc concède un dernier engagement en zone défensive à huit secondes de la fin... Comme un symbole de la domination canadienne aux mises au jeu (33 à 18), Ryan O'Reilly le gagne face à Mikko Koivu, et Matt Duchene envoie le palet dans les filets déserts (2-0). Les casques et les crosses ont volé sur la glace, mais les arbitres refont faire la mise au jeu pour une seconde. Les Canadiens répètent donc une seconde fois leur célébration, ce qui ne semble pas les déranger.

Les Finlandais n'ont rien perdu de leur jeu en zone défensive. Ils ont bloqué des tirs, laissé peu de lancers dangereux et maintenu le Canada dans le périmètre. Cela aurait pu suffire pour tenir le 0-0 si McDavid n'était pas sorti de sa boîte par sa vitesse d'exécution. Mais ils ne pouvaient pas plus, ayant lâché énormément de forces face à la Russie hier dans un match à haute intensité. Comme souvent, ils ont atteint leur plafond en finale.

Le moment le plus étonnant de la finale est à venir : la petite estrade avec des micros sur laquelle arrive... Vladimir Poutine ! Il remercie le Canada d'avoir offert au monde le hockey sur glace, la Finlande pour sa qualité de jeu, et la Russie - les mots ont plus de mal à sortir... - pour sa médaille de bronze. Quelque chose nous dit que ce ne sont pas les paroles qu'il auraient aimé prononcer. Poutine termine en félicitant René Fasel pour sa réélection à la tête de l'IIHF...

2016 05 22 Canada FinlandeAprès ce discours de clôture d'un chef d'Etat, du jamais vu dans l'histoire des championnats du monde, la véritable cérémonie des médailles peut reprendre. Le trophée de meilleur joueur du tournoi, un peu survendu, est remis à Patrik Laine qui tire une tête de six pieds de long et peine à digérer la défaite. Poutine revient, laisse certes Fasel remettre le trophée au capitaine canadien Corey Perry, mais il lui passe ensuite devant pour être sur la photo !

Perry n'a cure de qui prend la pose à ses côtés : comme Crosby l'an passé, il rejoint le "Triple Gold Club" et compte désormais un titre de champion du monde, en plus d'une Coupe Stanley et d'une médaille d'or olympique (de deux, même). De quoi étouffer la polémique sur son vilain coup sur Laine en poule et sa mauvaise réputation.

Désignés joueurs du match : Mikko Koskinen pour la Finlande et Connor McDavid pour le Canada.

Commentaires d'après-match

Kari Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "Félicitations pour le Canada, ils méritent vraiment d'être champions du monde. En même temps, je suis très fier de mon équipe. Nous avons fait un bon tournoi. Nous n'avons perdu qu'un match. Évidemment, c'était le dernier. C'était le match le plus difficile. Le Canada a vraiment bien joué. Après le premier but, nous avons senti qu'il nous manquait un peu d'énergie pour créer davantage d'offensive. Évidemment nous avons une bonne formation. Nous sommes un petit pays. Tous les enfants veulent jouer quand ils voient des joueurs comme ceux de cette génération à venir. [Laine] était déjà le MVP des play-offs en Finlande, nous savions qu'il était bon au moment de le sélectionner. Il a un très bel avenir. Pendant ces deux semaines et demi, j'ai l'impression qu'il a encore progressé."

Bill Peters (entraîneur du Canada) : "Je voudrais féliciter la Finlande pour leur grand tournoi. Ils ont une excellente équipe. Nous avons plus de trente tirs ce soir. Nous avons essayé d'avoir un jeu offensif. La Finlande, non seulement l'équipe de ce soir mais le hocey finlandais dans son ensemble, est vraiment impressionnante. Le travail de développement de la fédération est excellent. Ils ont tant de nombreux jeunes très bien formés et très talentueux ! Si je ne me trompe pas, nous avons 6 blanchissages sur 10 rencontres. Nous avons fait un très bon travail défensif. Les gardiens ont montré beaucoup de maturité. Je suis certain que nous sommes très regardés au Canada et qu'il y aura la foule pour nous accueillir à l'aéroport en rentrant. À la coupe du monde, nous serons une équipe d'entraîneurs, avec Claude Julien et Mike Babcock entre autres. Chacun aura son rôle. La stratégie sera déterminée en fonction de nombreux facteurs."

Canada Finlande 700 160517 1192

 

Finlande - Canada 0-2 (0-1, 0-0, 0-1)
Dimanche 22 mai 2016 à 20h15 au Palais de glace VTB de Moscou. 11509 spectateurs.
Arbitrage de Roman Gofman (RUS) et Tobias Wehrli (SUI) assistés de Gleb Lazarev (RUS) et Fraser McIntyre (USA).
Pénalités : Finlande 6' (2', 2', 2'), Canada 8' (4', 2', 2').
Tirs : Finlande 16 (7, 4, 5), Canada 33 (10, 13, 10).

Évolution du score :
0-1 à 11'24" : McDavid assisté de Duchene
0-2 à 59'59" : Duchene (cage vide)


Finlande

Attaquants :
Mikael Granlund (-1) - Mikko Koivu (C, -1) - Leo Komarov (-1, 4')
Patrik Laine (-1) - Alexander Barkov (-1) - Jussi Jokinen (A)
Mika Pyörälä (-1) - Jarno Koskiranta (-1) - Sebastian Aho (-1, 2')
Antti Pihlström - Tomi Sallinen - Mikko Rantanen

Défenseurs :
Topi Jaakola (A) - Juuso Hietanen
Ville Pokka - Esa Lindell (-1)
Tommi Kivistö (-1) - Atte Ohtamaa (-1)

Gardien :
Mikko Koskinen [sorti de sa cage de 59'00" à 59'52"]

Remplaçants : Juuse Saros (G), Jani Lajunen (A), Teemu Pulkkinen (A). Réservistes : Niklas Bäckström (G), Anssi Salmela (blessé au dos), Lasse Kukkonen (membre inférieur)

Canada

Attaquants :
Brad Marchand (+2, 2') - Connor McDavid (+1) - Matt Duchene (A, +2)
Mark Scheifele (2') - Ryan O'Reilly (A, +1) - Mark Stone (2')
Taylor Hall - Derick Brassard - Corey Perry (C)
Boone Jenner (2') - Sam Reinhart - Brendan Gallagher
Max Domi

Défenseurs :
Morgan Rielly (+1) - Chris Tanev (+1)
Ryan Ellis - Ryan Murray
Mike Matheson (+1) - Cody Ceci (+1)
Matt Dumba

Gardien :
Cam Talbot

Remplaçant : Calvin Pickard (G). Réserviste : Ben Hutton (D).