Avantage Pittsburgh (Finale de la coupe Stanley, match 1)

Première finale pour les Penguins depuis 2009 : Sidney Crosby et les siens disposent de l'avantage de la glace et comptent bien soulever la coupe Stanley pour la troisième fois de leur histoire. Mais en face, les Californiens de San José, en quête de leur premier titre en vingt-cinq and d'existence, sont bien déterminés à les faire plier. Quelle équipe parviendra à imposer son style, sa vitesse, son rythme ?

Pittsburgh en mode tornade

Les Penguins entament bien la rencontre avec quelques accélérations. Le premier tir est signé Cullen, et Jones le bloque calmement. L'échec avant des Sharks et leur jeu physique cassent un peu l'élan adverse. Les visiteurs commencent petit à petit à effacer leur nervosité, se montrant plus patients avec le palet et trouvant des décalages grâce à leur jeu de passe. La ligne Crosby cause cependant bien des misères et il faut beaucoup d'énergie pour la contrer et la priver de tirs.

La première énorme occasion revient à Spaling après une bonne transition des Sharks. Un défenseur des Penguins tombe, et il peut s'avancer en un-contre-un. Murray sort la tentative. Le schéma attendu a bien lieu. Pittsburgh s'appuie sur sa vitesse, San José sur son jeu de passe. Dans les deux cas, les défenses se montrent habiles pour contrer les tirs.

Le danger se rapproche lorsque Zubrus commet une crosse haute. Jones doit intervenir sur une ou deux situations, Pittsburg manquant cependant de précision au tir. À cinq-contre-cinq, Crosby crée une nouvelle action avec le relais de Letang, et Jones prend le palet de la mitaine sur un essai de Hornqvist de près.

L'élan des Penguins reste positif. Kunitz décolle à droite. La montée de Schultz crée un trois-contre-un. Son tir est bloqué et le rookie Rust récupère le palet devant une cage ouverte. Il ne manque pas l'occasion (1-0).

Les Penguins sont en feu et ne tardent pas à doubler la mise. Crosby accélère et double Braun, qui a un souci sur son patin. Le capitaine de Pittsburgh pivote dans le coin et trouve Sheary à l'opposée. Au cercle, il fusille Jones d'un tir croisé, bien aidé par l'écran d'Hornqvist (2-0). Deux buts en une minute, des espaces concédés et guère d'occasions...

Les joueurs de Peter De Boer ont la tête dans le seau et sont menés 10 tirs à 3, et surtout ont encaissé deux buts en une minute. Leur tentative de revenir se retourne presque contre eux. Un tir bloqué lance Hagelin en échappée. Il est repris par Burns. Wingels perd le palet qui traîne et Hagelin sert Bonino, pour un bel arrêt de Jones. Pittsburgh vire en tête à la pause. Les Penguins ont imposé leur rythme, exploitant leur vitesse et privant San José de son arme fétiche : la possession de palet.

Les Sharks réagissent

Le deuxième tiers débute par un accrochage de Ian Cole sur Melker Karsson, qui place les Sharks en supériorité. Le jeu de passe reste imprécis et les tirs bloqués... jusqu'à douze secondes du retour de Cole. Ward tient le palet sur la ligne bleue, trouve Burns, qui décale Donskoi sur le côté. Ce dernier sert Hertl ligne de fond. Le Tchèque pivote et glisse le palet entre les jambes de Maatta et celles de Murray (2-1).

Un but qui met San José en confiance. Polak enchaîne avec un tir dans la mitaine de Murray. Le palet ne quitte plus la zone des Penguins. Thornton trouve Burns à l'opposée, qui trouve encore le gardien sur sa route. Murray dégage même de la botte le rebond de Pavelski. Pittsburgh subit et n'obtient un tir que sur un contre de Malkin après sept minutes.

Une action qui permet aux locaux de prendre un peu d'air et de moins reculer dans les minutes qui suivent. Malgré tout, le jeu va dans le sens des Californiens, qui volent bon nombre de palet, gagnent les duels et se montrent actifs avec les crosses pour couper les passes adverses. Une interception de Spaling libère par exemple Zubrus, esseulé plein axe, mais le vétéran lituanien manque le cadre.

La défense pennsylvanienne bloque la plupart des essais adverses et Murray fait le reste. Ses coéquipiers de l'attaque reprennent des couleurs au fil des minutes. Lovejoy de loin, Bonino à mi-hauteur forcent Jones à réaliser deux arrêts difficiles. Un Bonino omniprésent, qui bloque deux chances adverses en contrant les tirs.

Le deuxième tiers reste globalement dominé par les Sharks. Une longue présence offensive débouche sur un duel gagné par Couture dans le coin. Il remise au point d'appui sur Burns, qui tire de volée. Marleau récupère le palet et parvient à égaliser en tour de cage sur son revers (2-2).

Agressif vers l'avant, San José concède cependant deux minutes lorsque Pavelski fait trébucher Dumoulin. Thornton et Malkin se chauffent sur l'action et sont eux aussi sanctionnés. Jones et sa défense ne plient pas et rentrent au vestiaire sur un match nul logique : San José s'est parfaitement ajusté après le premier tiers difficile.

Jones retarde l'échéance

Il reste quelques secondes de jeu de puissance aux Penguins, qui ne parviennent pas à les exploiter. La partie s'est équilibrée et les deux formations peinent à développer leur jeu face à des échec-avants agressifs. Après cinq minutes, Marleau charge Rust et le sèche à la bleue - le rookie ne jouera qu'une seule présence après ce contact. Deux minutes logiques pour ce contact trop haut. La défense des joueurs de De Boer reste intraitable et ne lâche aucun tir à son adversaire.

Les minutes défilent dans une partie d'échecs, dans laquelle Pittsburgh a repris la main. Après dix minutes, Hertl obtient une énorme occasion de près et Murray réalise une double parade brillante. Une rare occasion pour les Sharks, menés 11-4 en tirs dans ce tiers après douze minutes. Jones tient son équipe, à l'image d'un centre de Crosby repris à bout portant par Hornqvist et le rebond en angle fermé du capitaine !

L'ex-King sauve aussi un rebond sur la balustrade repris par Kessel ligne de fond. En face, Murray n'est pas en reste, stoppant deux tirs de Thornton.

À 2'33" de la fin, Burns perd sa crosse dans un contact. Hagelin et Letang ont donc l'avantage dans le coin et Letang trouve Bonino seul devant le but dans le dos de Martin. L'ancien Ducks fusille Jones en hauteur (3-2). Une récompense pour le meilleur joueur des Penguins ce soir...

Mais ce n'est pas fini. Lovejoy commet une crosse haute sur Marleau sur la présence suivante et le public tremble. Jones sort pour un six-contre-quatre. Burns lance plusieurs tirs de la bleue, mais ils sont tous bloqués et renvoyés dans l'autre camp. La pénalité est tuée et le match gagné : Pittsburgh mène 1-0 dans la série.

 

Pittsburgh Penguins - San José Sharks 3-2 (2-0, 0-2, 1-0)
Lundi 30 mai 2016, 19h. Consol Energy Center de Pittsburgh, Pennsylvanie. 18596 spectateurs.
Arbitrage de Dan O'Halloran et Dan O'Rourke assistés de Derek Amell et Jonny Murray
Tirs : Pittsburgh 41 (15, 8, 18), San José 26 (4, 13, 9)
Pénalités : Pittsburgh 6' (0', 4', 2') San José 8' (2', 4', 2')
Mises en échec : Pittsburgh 36, San José 36.
Mises au jeu : Pittsburgh 33, San José 29

Récapitulatif du score
1-0 à 12'46" : Rust assisté de Schultz et Kunitz
2-0 à 13'48" : Sheary assisté de Crosby et Maatta
2-1 à 23'02" : Hertl assisté de Donskoi et Burns (sup. num.)
2-2 à 38'12" : Marleau assisté de Burns et Couture
3-2 à 57'27" : Bonino assisté de Letang et Hagelin

Pittsburgh Penguins

Attaquants
Chris Kunitz (A) - Sidney Crosby (C) - Patric Hornqvist
Carl Hagelin - Nick Bonino - Phil Kessel
Connor Sheary - Evgeny Malkin (A) - Bryan Rust
Tom Kuhnhackl - Matt Cullen - Eric Fehr

Défenseurs
Kris Letang - Brian Dumoulin
Ben Lovejoy - Olli Maatta
Ian Cole - Justin Schultz

Gardien :
Matt Murray

Remplaçant : Marc-André Fleury (G)

Blessé : Trevor Daley (D, fracture de la cheville). Réservistes : Jeff Zatkoff (G), Tristan Jarry (G), Derick Pouliot (D), Steve Oleksy (D), Tim Erixon (D), Kael Mouillierat (C), Oskar Sundqvist (C), Daniel Sprong (AD), Josh Archibald (AD), Dominik Simon (AG), Jean-Sebastien Dea (C), Beau Bennett (AD)

San José

Attaquants :
Tomas Hertl - Joe Pavelski (C)- Joe Thornton (A)
Patrick Marleau - Logan Couture (A) - Jonas Donskoi
Melker Karlsson - Chris Tierney - Joel Ward
Dainius Zubrus - Nick Spaling - Tommy Wingels

Défenseurs :
Marc-Edouard Vlasic - Justin Braun
Paul Martin - Brent Burns
Brenden Dillon - Vojtek Polak

Gardien :
Martin Jones

Remplaçant : James Reimer (G)

Blessés : Matt Nieto (AG), Matt Tennyson (D). Réservistes : Dylan Demelo (D), Ryan Carpenter (AD), Nikolay Goldobin (AG), Micheal Haley (AG), Aaron Dell (G), Mirco Mueller (D), Barclay Goodrow (AG)