Le hockey mondial en deuil

La légende du hockey Gordie Howe est décédé ce vendredi, à l'âge de 88 ans. Surnommé "Mr. Hockey", il a porté les couleurs des Red Wings de Detroit pendant 25 ans et laissé une trace considérable dans l'histoire ce sport.

Gordie Howe avait subi une attaque sévère en octobre 2014, qui l'avait sérieusement diminué. Il avait aussi des problèmes de mémoire, depuis le décès de sa femme en 2009.

L'attaquant dominant des années 1950

Né en 1928 à Floral, dans le Saskatchewan, Howe s'est toujours défini comme "un fils de ferme chanceux". Il se forge rapidement une réputation dans le milieu du hockey, au point de se voir offrir un essai avec les New York Rangers en 1943, à l'âge de 15 ans. Un an plus tard, Jack Adams, entraîneur-manager de Detroit, le met sous contrat. Howe joue une saison en USHL et débute en NHL le 16 octobre 1946 avec le numéro 17.

La légende est en marche. Il change pour le désormais célèbre numéro 9 pour la saison 1947-1948 et terrorisera les gardiens de la NHL aux côtés de Ted Lindsay et Sid Abel pendant des années.

En 1950, il remporte sa première coupe Stanley... depuis l'hôpital, puisqu'il a subi une violente collision quelques semaines plus tôt, qui l'a laissé avec une fracture du crâne, une commotion et une fracture de la pommette et du nez ! Des blessures presque fatales, qui l'inciteront à désormais jouer avec un casque.

Mais "Mr. Hockey" est dur au mal. Il revient la saison suivante et s'empare du titre de meilleur buteur et pointeur (43 buts, 43 passes en 70 matchs). Il remporte à nouveau la coupe Stanley en 1952 et le titre de MVP de la ligue. Il la soulevera à nouveau en 1954 et 1955 - avec le but gagnant au match 7.

Le numéro 9 devient capitaine des Red Wings en 1958 et, deux ans plus tard, double Maurice "Rocket Richard" avec 950 pts en carrière, à l'âge de 31 ans. Il atteint le plateau des 1000 points en 1961, et des 500 buts en 1962, avant de battre le record de Richard en 1963 (545 buts). Howe ne s'arrêtera pas là : 600 buts en 1965, 700 en 1968. Pendant vingt-et-une saisons, Gordie Howe termine dans le top-5 des marqueurs de la NHL. Il signe ainsi 103 pts en 1968-69, à l'âge de 41 ans !

Il prend sa retraite en 1971, à l'age de 43 ans, gêné par de l'arthrose au poignet. Detroit retire son numéro 9 un an plus tard. Il rejoint peu après le temple de la renommée de la NHL.

Une fin de carrière en famille

Mais le démon du hockey le taquine toujours. Sa femme, Coleen, le persuade de rempiler : Gordie Howe reprend le jeu en 1973 dans la World Hockey Asssociation, la ligue concurrente de la NHL, sous les couleurs des Houston Aeros. Il y retrouve ses fils Mark et Marty : coéquipiers de ses deux enfants, il y jouera quatre saisons, dont deux titres de champion, avant de rejoindre les New England Whalers en 1977. C'est avec cette équipe qu'il signera son 1000e but professionnel.

Gordie Howe et son fils Marty joueront même sur la ligne de Gretzky au All-Star Game 1979, dans une série de trois matchs face au Dynamo Moscou.

Lors de la fusion WHA-NHL en 1979, Gordie Howe suit Hartford. Gordie signe son 800e but NHL en 1980 et stoppe sa carrière le 11 avril 1980, à l'âge de 52 ans, terminant la saison avec 15 buts en 80 matchs et un ratio de +9 : une fierté de ne pas avoir été inutile sur la glace !

gordie howe c KevinWard

Photo Kevin Ward (Licence Creative Commons)

Un gentleman et un guerrier

Plus que les statistiques, la personnalité de Gordie Howe laissera une empreinte indélébile dans le milieu du hockey. Reconnu pour sa gentillesse et sa disponiblité, Howe était toujours "préoccupé par faire l'équipe au camp d'entraînement", rappelle son ancien coéquipier Ted Lindsay.

Mais sur la glace, c'était une autre histoire. Gordie Howe, c'était un joueur féroce, combatif, pas effrayé par les mauvais coups. D'ailleurs, le "Gordie Howe hat-trick" - un but, une passe, une bagarre - illustre bien la personnalité du joueur durant les matchs. Un fait de jeu qu'il réalisera pour la première fois en 1953, mais seulement deux fois au total, avec 22 pénalités pour bagarre dans sa carrière. Howe n'était pas avare de mauvais coups, coups de coude notamment, pour faire son chemin sur la glace ou se faire justice lui-même après un fait de jeu défavorable. Il ne valait mieux pas lui voler le palet...

Son influence sur le hockey a marqué toute une génération. Howe, idole de Gretzky qui l'avait rencontré à l'âge de dix ans, a sans conteste influencé le meilleur marqueur de l'histoire de la NHL. Gretzky a débuté en NHL lors de la dernière saison de Howe, comme un passage de témoin entre deux prodiges, entre deux ères du hockey.

Howe, génie du jeu, capable de faire une passe aveugle à un coéquipier "parce qu'il avait vu son reflet dans la vitre" (selon son ancien coéquipier Nick Fotiu), lisait le jeu comme personne.

Un guerrier, un ambassadeur du jeu, un gentleman : Howe n'a jamais cessé d'accepter les sollicitations officielles, les demandes d'autographes et de photographies, et de saluer avec un profond respect les nouveaux records de Gretzky.

Légende du hockey, Gordie Howe a même donné son nom à un pont entre Windsor (Ontario) et Detroit (Michigan), témoignage de son importance dans la région. Et bien sûr, une statue magnifique devant la Joe Louis Arena de Detroit.

Sa disparition laisse un grand vide dans ce sport. Gordie Howe était l'image d'une autre époque du hockey, une époque où l'on recevait en bonus à la signature une jolie veste...

Palmarès :
6 trophées Hart (MVP)
6 trophées Art Ross (meilleur pointeur)
4 coupes Stanley
23 fois all-star

En NHL :
801 buts
1850 points
1767 matchs

Sous les couleurs de Detroit :
786 buts, 1808 pts, 1643 minutes de pénalité.