San Jose Sharks - Pittsburgh Penguins (finale de la coupe Stanley, match 6)

Martin Jones et ses 44 arrêts ont forcé un match 6 : les Sharks devront faire encore mieux pour empêcher Pittsburgh de soulever la coupe en Californie. Ce sera sans Tomas Hertl, qui manque son cinquième match de suite.

Les Penguins veulent éviter le stress d'un match 7 et peuvent s'appuyer sur leurs prestations en finale. Dominateurs, ils se sont créés bon nombre d'occasions franches et ont contrôlé l'essentiel du jeu. Parviendront-ils à briser l'élan adverse ?

Une minute de silence débute en souvenir de la tragédie d'Orlando la veille.

L'ambiance est électrique. Les anciennes gloires du club accueillent les joueurs : mise au jeu. Et dès le coup de sifflet, Crosby échappe à la pénalité malgré un net cinglage sur Thornton. Le ton est donné : il y aura de l'intensité ce soir !

Le rythme s'élève rapidement.

Malkin sert Rust d'un côté, et Zubrus défend bien. À l'opposée, Thornton cherche Pavelski dans l'enclave et la défense s'en sort. Bonino bloque un nouveau tir de Marleau. Aucune équipe n'arrive à poser réellement son jeu. Le duo Crosby-Sheary reste menaçant, avec une énième passe magique du capitaine pour le rookie. La plus grosse occasion revient à Nieto, qui vole un palet dans la crosse de Bonino et déborde à gauche. Murray repousse le tir puissant et le rebond échappe à Tierney, gêné par Schultz.

La première pénalité revient à Zubrus, qui fait trébucher Dumoulin le long de la bande. Les Penguins ont marqué en supériorité lors des deux derniers matchs. Et cela fait trois. Patient, Dumoulin se fait justice avec un lancer précis en entrée de zone sous le bras de Jones (0-1).

Les affaires ne s'arrangent pas pour les Sharks, Karlsson percutant violemment la bande en grand écart dans un accrochage avec Määttä. Un soigneur doit l'aider à sortir de la glace pour rentrer au vestiaire...

Le rythme augmente d'un cran, San José essayant de revenir au score. Une longue passe envoie Ward en échappée mais Kunitz revient de nulle part pour gêner le tir. San José impose de plus en plus sa possession de palet en zone offensive et les tirs pleuvent, pour l'essentiel bloqués.

Burns multiplie les tirs. En face, Jones réalise des miracles sur Crosby, puis Sheary. Kessel obtient ensuite une nouvelle occasion de près, sauvée également. Le tiers s'achève sur un dernier tir de Donskoi et, à l'opposée, quelques échanges d'amabilité dans le coin... Pittsburgh mène 1-0 et n'est plus qu'à quarante minutes du bonheur.

À la pause, les deux équipes rendent hommage à Gordie Howe, disparu vendredi. Une vidéo retraçant la carrière du légendaire n°9 est diffusée sur l'écran géant.

San José démarre fort avec des tirs de Polak, qui mettent le feu dans la zone de Murray. Le gardien résiste aux essais de Couture en tour de cage et Karlsson dans l'enclave. Réplique immédiate et Jones sort un arrêt incroyable de la jambière, dos à l'action, sur un revers de Bonino !

Les locaux continuent. Braun, Pavelski et encore Braun, Murray repousse tout. Thornton continue à distribuer et Vlasic, puis Karlsson... bien placé, le tir du Suédois est contré par la crosse de Crosby. Sur la présence suivante, Couture bataille pour la mise au jeu et trouve encore le gardien. San José se découvre et Malkin part en deux-contre-un avec Rust, qui échoue sur Jones bien avancé.

Les batailles s'intensifient.

Zubrus obtient une bonne chance et, sur le changement suivant, Burns intercepte dans la neutre et lance Couture, qui accélère. Il fixe Schultz et ajuste Murray entre les jambes (1-1).

Pittsburgh réagit immédiatement avec une présence longue durée en attaque, menée par Letang et Crosby. Le palet tourne dans la zone et la défense n'arrive pas à se dégager, à l'image de Pavelski. Crosby, derrière la cage, trouve alors Letang, avancé, qui lance en angle fermé juste sous la botte de Jones (1-2).

Les Californiens repartent à l'assaut. Thornton sert Pavelski en bonne position avec une cage partiellement ouverte... le capitaine voit le palet filer sous le bras de Murray, mais hors cadre ! Puis, Couture gagne un duel au fond et Marleau puis Karlsson tentent leur chance de près. Pendant ce temps et depuis plusieurs minutes, Vlasic a disparu du banc des Sharks...
Cette prise de risque offensif manque de coûter très cher. Malkin s'échappe en deux-contre-un avec Kunitz. La cage est complètement ouverte avec un Jones au sol, mais Kunitz ne tire pas. Il redonne à Malkin, qui manque lui aussi la cage, et, dans la confusion, la reprise de Dumoulin file à côté !

Jones sauve ensuite un tir de Sheary, avec Crosby à l'affût, sur un trois-contre-deux. Sur l'action, Burns avait asséné une solide mise en échec sur Letang dans la neutre... Au soulagement du banc, Vlasic revient alors au jeu. Le danger continue d'arriver sur le but de Jones : Crosby récupère un palet contré sur un tir de Hörnqvist et il faut la crosse de Braun pour couper le tir. Pittsburgh a su résister à la furia des Sharks, mais a aussi sérieusement vendangé en deuxième tiers. Du coup, il n'y a qu'un but d'avance...

San José doit tout donner.

Rapidement, Ward lance Nieto sur le côté mais le jeune attaquant ne parvient pas à garder son équilibre en repiquant au centre pour éliminer son défenseur. Pittsburgh réplique avec une longue présence du trio Sheary-Crosby-Hörnqvist, qui continue à rendre fous les arrières des Sharks. À l'opposée, Couture cherche Karlsson vers la cage, sans réussite.

Globalement, les Penguins contrôlent bien la partie, privant leur adversaire d'occasions. Mais Sheary en fait trop le long de la bande et accroche Justin Braun. Le jeu de puissance de San José fera-t-il la différence ? Prolifique tout au long des playoffs, il n'a marqué qu'une fois en dix tentatives en finale. La domination des Penguins aux mises au jeu et aux tirs bloqués dans ce match fait merveille. Les Californiens ne comptent aucun tir dans la séquence.

Les minutes défilent avec une excellente défense des Penguins, qui ne concèdent qu'une bonne occasion à Pavelski à la dixième minute - mais le capitaine, dos au but, échoue dans sa passe -, un seul tir dans ces dix minutes. Tout le reste est bloqué grâce au bon placement de toute l'équipe. Pire pour les locaux, Burns se fait voler le palet par Kessel à la bleue et commet un cinglage pour éviter l'échappée et brise la crosse de l'ancien Leafs. La supériorité des Penguins est menée prudemment. Pas question de prendre le moindre risque, aussi n'y-a-t-il pas d'occasion à se mettre sous la dent.

À six minutes du terme, Malkin travaille le long de la bande et trouve une passe incroyable pour Kessel, tout seul au deuxième poteau. Jones a suivi et réalise un arrêt miracle !

Pittsburgh maîtrise parfaitement son sujet, confisque le palet sur de longues séquences et arrive à se créer des occasions, sans concéder le moindre lancer. Une performance exceptionnelle : San José ne compte qu'un seul tir dans le troisième tiers à trois minutes de la fin. Une minute plus tard, Jones cède sa place à un attaquant pour la dernière chance. Crosby bloque un nouveau tir et lance Hornqvist, qui ne manque pas la cage vide (1-3). Les derniers tirs sporadiques de San José sont eux aussi bloqués. La pénalité de Fehr à dix secondes de la fin ne change rien.

Pittsburgh s'impose et remporte son quatrième match, sa quatrième coupe Stanley, à l'issue d'une finale nettement dominée. Les Penguins se sont montrés supérieurs dans la plupart des compartiments du jeu, notamment en tirs bloqués, mises au jeu, et surtout tirs cadrés. L'avantage en possession a complètement muselé l'attaque de San José, la première ligne des Sharks ne parvenant à aucun moment à installer son jeu offensif.

Une victoire méritée au vu du déroulement des matchs. L'équipe la plus en forme depuis décembre est récompensée.

San José Sharks - Pittsburgh Penguins 1-3 (0-1, 1-1, 0-1)
Dimanche 12 juin 2016. SAP Center de San José, Californie. 17 562 spectateurs.
Arbitrage de Wes McCauley et Kelly Sutherland assistés de Brian Murphy et Pierre Racicot
Tirs : San José 19 (4, 13, 2) Pittsburgh 27 (9, 11, 7)
Pénalités : San José 4' (2', 0', 2') Pittsburgh 4' (2', 0', 4')
Mises en échec : San José 43, Pittsburgh 26.
Mises au jeu : San José 19, Pittsburgh 35.

Récapitulatif du score
0-1 à 08'16" : Dumoulin assisté de Schultz et Kunitz (sup. num.)
1-1 à 26'27" : Couture assisté de Karlsson et Burns
1-2 à 27'46" : Letang assisté de Crosby et Sheary
1-3 à 58'58" : Hornqvist assisté de Crosby (cage vide)

San José Sharks

Attaquants
Jonas Donskoi - Joe Pavelski (C) - Joe Thornton (A)
Patrick Marleau - Logan Couture (A) - Melker Karlsson
Matt Nieto - Chris Tierney - Joel Ward
Dainius Zubrus - Nick Spaling - Tommy Wingels

Défenseurs
Marc-Edouard Vlasic - Justin Braun
Paul Martin - Brent Burns
Brenden Dillon - Vojtek Polak

Gardien : Martin Jones
Remplaçant : James Reimer

Blessés : Tomas Hertl (AG), Matt Tennyson (D)
Réservistes : Dylan DeMelo (D), Ryan Carpenter (AD), Nikolay Goldobin (AG), Micharl Haley (AG), Aaron Dell (G), Mirco Mueller (D), Barclay Goodrow (AG)

Pittsburgh Penguins

Attaquants
Chris Kunitz (A) [puis Sheary] - Sidney Crosby (C) - Patric Hörnqvist
Carl Hagelin - Nick Bonino - Phil Kessel
Conor Sheary - Evgeny Malkin (A) - Bryan Rust
Tom Kühnhackl - Matt Cullen - Eric Fehr

Défenseurs
Kris Letang - Brian Dumoulin
Ben Lovejoy - Olli Määttä
Ian Cole - Justin Schultz

Gardien : Matt Murray
Remplaçant : Marc-André Fleury

Blessé : Trevor Daley (D, fracture de la cheville)
Réservistes : Jeff Zatkoff (G), Tristan Jarry (G), Derick Pouliot (D), Steve Oleksy (D), Tim Erixon (D), Kael Mouillierat (C), Oskar Sundqvist (C), Daniel Sprong (AD), Josh Archibald (AD), Dominik Simon (AG), Jean-Sébastien Dea (C), Beau Bennett (AD)