Matthews premier choix, une année faste pour les Etats-Unis

Les Maple Leafs de Toronto ont sélectionné comme attendu le centre Auston Matthews en numéro 1 de la draft NHL, vendredi soir. L'attaquant américain, qui évoluait en Suisse cette saison dans un mouvement inédit, figurait tout en haut des tablettes des recruteurs depuis un an. Un centre complet, au panel de compétences très large, et qui a brillé aux derniers championnats du monde, portant les États-Unis sur son dos...

Année faste pour les États-Unis

Matthews 160513 159Natif de Scottsdale dans l'Arizona, Matthews incarne cette nouvelle vague américaine qui déferle depuis des régions atypiques. Le premier tour a ainsi vu douze Américains sélectionnés sur trente joueurs, nouveau record. Pour la première fois, les États-Unis ont dépassé le Canada sur ce tour inaugural.

Parmi ces douze, cinq sont issus du programme de formation initié il y a des années par les Blues de St. Louis. Formés dans le Missouri via d'anciens joueurs NHL, Matthew Tkachuk (fils de Keith, 6e à Calgary), Clayton Keller (7e à Arizona), Logan Brown (11e à Ottawa), Luke Kunin (15e à Minnesota) et Trent Frederic (29e à Boston) illustrent la globalisation du hockey aux États-Unis : 19 Etats sont représentés cette année.

On a ainsi retrouvé, tout au long de la draft, cinq natifs de Floride - dont Jakob Chychrun, fils d'un ancien joueur NHL, 16e par Arizona, ou Nick Pastujov, 193e aux Islanders, deux du Colorado, deux de l'Arizona, un de Pennsylvanie, un du Maryland, un de Washington, un de l'Ohio, un de Caroline du Nord et quatre du New Jersey, notamment. L'expansion voulue par Gary Bettman a clairement un effet. Au total, 55 joueurs nés aux États-Unis ont été sélectionnés, dont 25 ont disputé au moins un match avec le programme de formation U18.

Un troisième choix inattendu

Matthews devance comme prévu l'ailier finlandais Patrik Laine, choisi par Winnipeg. Le pur sniper de Tappara, meilleur joueur des derniers playoffs finlandais et du dernier championnat du monde, rejoint une équipe des Jets dont le nombre de jeunes talents commence à faire peur...

Les grilles prévisionnelles ont en revanche volé en éclat dès le troisième choix. Le manager général finlandais de Columbus, Jarmo Kekäläinen, a en effet préféré le Canadien Pierre-Luc Dubois à son compatriote Jesse Puljujärvi, après un intense travail de scouting. Le profil d'attaquant puissant et complet a donc séduit les Blue Jackets et étonné tous les recruteurs.

Du pain béni pour Edmonton, tout heureux de récupérer Puljujärvi, l'ailier des Kärpät cité dans le top-3 toute la saison. Champion du monde U20 (MVP et meilleur pointeur) et U18, le Finlandais porte le jeu vers l'avant, avec une qualité de passe exceptionnelle. Les Oilers s'attendaient si peu à le voir disponible qu'ils ne disposaient même pas d'un maillot floqué à son nom !

L'année est tout aussi faste pour la Finlande, qui envoie un troisième larron dans le top-5, avec le défenseur Olli Juolevi, qui avait pris le pari de se développer aux London Knights, en OHL. Bien lui en a pris, avec une coupe Mémorial, pour ce défenseur très intelligent, qui réalise toujours les bons choix. Il portera les couleurs des Canucks de Vancouver.

Son coéquipier Matthew Tkachuk prend le chemin de Calgary au sixième rang. Le truculent manager général Brian Burke adore ce profil d'attaquant casse-pied, puissant, dur au mal. Tout le portrait de son père, Keith, qui n'avait été drafté qu'au 19e rang en 1990...

En septième, Arizona a jeté son dévolu sur Clayton Keller, un attaquant de petit gabarit à la vision du jeu et à la technique hors norme. Issu du programme de formation U18 américain, Keller y a battu les records de Phil Kessel et Patrick Kane, en signant 107 pts en 62 matchs.

Dans la série "fils de", Alexander Nylander, fils de Michael et frère de William, rejoint les Sabres de Buffalo au huitième rang, ce qui a beaucoup plu au public local. Technique et polyvalent, il est sélectionné au même rang que son frère il y a deux ans.

Montréal s'empare en neuvième position de Mikhail Sergachev, défenseur offensif évoluant à Windsor (OHL). Le Russe a signé 57 pts en 67 matchs cette saison.

Le capitaine de l'équipe nationale U18 canadienne suivait en dixième position. Tyson Jost, dont le jeu rappelle clairement celui de Jonathan Toews, rejoint le Colorado, en provenance de la BCHL, un championnat junior régional qui précède généralement un séjour en NCAA américaine. Il rejoindra en effet l'Université du North Dakota, l'ancienne équipe de son idole Toews.

New Jersey cédait ensuite son onzième choix à Ottawa contre le douzième et un troisième tour. Les Senators avaient visiblement peur de perdre le géant pivot Logan Brown. Les Devils, pour leur part, jetaient leur dévolu sur l'un des centres les plus rapides de la draft, Michael McLeod, attaquant très responsable défensivement.

Une bonne série en défense

Après cette série d'attaquants, parole à la défense ! Carolina choisissait le défenseur offensif Jake Bean (64 pts, dont 24 buts, en 68 matchs en WHL), passeur redoutable, alors que Boston allait chercher tout près Charlie McAvoy, défenseur de Boston University. Le polyvalent attaquant Luke Kunin suivait au Wild, avant que les Coyotes de l'Arizona ne fasse un clin d’œil à Jakob Chychrun dans les tribunes. Arizona venait d'acquérir le 16e choix de Detroit contre le contrat pesant d'un Pavel Datsyuk en partance pour la KHL et des 20e et 53e choix. Le défenseur Chychrun avait bien compris : ce patineur redoutable était attendu bien plus tôt.

Autres défenseurs, Dante Fabbro (67 pts en 45 matchs), coéquipier de Jost en BCHL, rejoignait Nashville, alors que le grand gabarit de Logan Stanley complétait le pool incroyable d'espoirs des Jets.

En dix-neuvième, le fils de Brian Bellows, Kieffer, pur finisseur (50 buts en 62 matchs avec l'équipe nationale américaine U18) était appelé par les Islanders. Detroit piochait aussi en BCHL pour le défenseur Dennis Cholowski, petite surprise si tôt, mais son patinage a séduit les Wings. Le Québécois Julien Gauthier, ailier buteur, partait en Caroline, le Russe German Rubtsov à Philadelphie. Florida visait le Finlandais Henrik Borgström, éligible l'an dernier mais non drafté. Les London Knights voyaient un troisième joueur drafté au premier tour, en la personne de Max Jones, à Anaheim, un joueur là aussi très rapide et physique. Riley Tufte (Dallas) et le centre Tage Thompson (St. Louis, fils de l'ancien joueur NHL Brent), natif lui aussi de l'Arizona, suivaient. Tampa Bay piochait Brett Howden, un centre défensif, et Washington le défenseur Lucas Johansen, le frère de l'attaquant de Nashville Ryan. Trent Frederic (Boston) et Sam Steel (Anaheim) complétaient le premier tour.

Peu d'échanges ce week-end

Cette première journée ne connaissait que quelques échanges majeurs. Calgary réglait son problème de gardien en obtenant Brian Elliott des Blues contre deux deuxièmes choix de draft. Elliott, visiblement lassé d'être mis en concurrence chez les Blues, sera-t-il la pièce manquante des Flames ?

Devant son public, Buffalo complétait pour sa part sa défense avec Dmitri Kulikov. L'arrière des Panthers de Floride apportera un peu d'expérience. L'ancien premier choix Mark Pysyk fait le chemin inverse.

Chicago continuait de régler ses soucis de plafond salarial en envoyant Andrew Shaw à Montréal contre des choix de draft. Le CH faisait de même en se séparant de Lars Eller, envoyé à Washington.

Anecdotes du deuxième tour

On notera donc que sept des trente premiers joueurs choisis sont les fils d'anciens joueurs NHL (Tkachuk, Nylander, Brown, Chychrun, Bellows, Jones, Thompson). Le deuxième sera du même calibre, avec, entre autres, le fils de Cliff Ronning, Ty (Rangers, 201e) et celui de Cory Stillman, Riley (Florida, 114e).

Le lendemain, les tours 2 à 7 duraient environ quatre heures, comme l'intégralité du premier tour. C'est dire si cette seconde journée fut dense ! Au rayon anecdotes, difficile de trouver plus heureux que Tyler Benson (32e), natif d'Edmonton drafté par les Oilers. L'ancien n°1 de draft WHL a connu beaucoup de blessures cette saison, mais pourrait bien se réveler à l'avenir. Plus heureux ? le natif de Buffalo Austin Osmanski sans doute. Le défenseur a été drafté par son équipe locale, devant son public, 189e.

Les gardiens, pour leur part, n'ont jamais attendu aussi longtemps. Carter Hart, impressionnant portier d'Everett (WHL), fut le premier, au 48e rang, soit le plus tard depuis 1986. Le champion junior avec London Tyler Parsons (Calgary, 54e), le Suédois Filip Gustavsson (Pittsburgh, 55e), et Evan Fitzpatrick (St. Louis, 59e) suivaient au deuxième tour.

Le premier choix de Chicago n'avait lieu qu'en 39e position, mais le petit gabarit d'Alex DeBrincat pourrait faire des dégats. Avec deux saisons au delà des 50 buts en OHL, le sniper des Erie Otters est une denrée rare. Au rayon humour, Nathan Bastian se pose là : l'ailier droit de Mississauga se présente lui-même sur Twitter comme le "conseiller en réseaux sociaux de Michael McLeod". Cela tombe bien : il rejoint son compère aux Devils, au 41e rang, l'un des neuf choix de Ray Shero ce week-end. Le manager général en a échangé un de plus contre Beau Bennett, ancien premier choix de draft de Pittsburgh, mais souvent blessé. Pour le reste, il a choisi six attaquants sur neuf joueurs, dont le meilleur buteur du mondial U18 Joey Anderson (73e). La dernière attaque de la ligue a du chemin à faire...

Los Angeles attendait le 51e rang pour son premier choix (le défenseur Kyle Clague) et les Rangers de New York le troisième tour, avec Sean Day (81e). Ce défenseur précoce - il a obtenu le statut de joueur exceptionnel pour jouer en OHL à l'âge de 15 ans, comme John Tavares, Aaron Ekblad et Connor McDavid - n'a malheureusement pas vraiment confirmé depuis.

Autres joueurs à suivre, le petit gabarit de Vitaly Abramov (Columbus, 65e), qui a affolé les compteurs en ligue du Québec, et l'arrière offensif Adam Fox (Calgary, 66e) sortent du lot au troisième tour. Fox a battu les records de points en défense pour le programme de formation U18 américain.

Parmi les rares échanges du week-end, on citera d'anciens premiers choix. Tampa Bay abandonnait Anthony DeAngelo à Arizona contre un choix utilisé sur le défenseur Libor Hajek, alors que Kerby Richel, qui avait demandé à quitter Columbus, était exaucé et partait à Toronto contre Scott Harrington.

Les petits pays représentés, première pour la Belgique

La draft 2016 est un succès monstre pour les Etats-Unis et la Finlande, mais reste une année creuse pour beaucoup de pays, à commencer par la Slovaquie, qui ne compte aucun joueur sélectionné. Du coup, la Belgique (!) fait mieux cette saison, grâce au gardien Wouter Peeters, drafté par Chicago au 83e rang. Le portier originaire de Turnhout a ensuite bénéficié de la formation du Red Bull Salzbourg, en Autriche, et jouera en Finlande l'an prochain : il est le premier natif de son pays drafté en NHL. À noter que Sean Day, Canadien, est lui aussi né en Belgique !

Un Biélorusse (le défenseur Stepan Falkovski, 186e à Calgary) et un Letton (l'attaquant Rodrigo Abols, 184e à Vancouver) figurent également au palmarès. Les Suisses y ont trouvé leur place, avec Damien Riat (Washington, 117e) et Calvin Thurkauf (Columbus, 185e), l'Allemagne n'en comptant qu'un seul (Manuel Wiederer, San Jose, 150e) et le Danemark trois (Mathias From, Chicago, 143e ; Nikolaj Krag Christensen, St. Louis, 209e ; Joachim Blichfield, San Jose, 210e)

Le Tchèque Filip Helt, 211e choix par St. Louis, est donc le dernier sélectionné et l'un des quatre seulement de son pays. Il n'aura qu'à suivre l'exemple de Patric Hörnqvist, 230e et dernier en 2005, qui vient tout juste de soulever la coupe Stanley avec Pittsburgh...