Un Palet Dans La Mare (III) : les joueurs d'avenir

Des joueurs d’avenir à suivre en Ligue Magnus ?

Avec l’arrêt de la catégorie U22, il y a une cinquantaine de jeunes joueurs âgés aujourd’hui entre 21 et 22 ans qui évoluaient dans des clubs de ligue Magnus la saison dernière mais qui ne pourront évoluer qu’avec une équipe senior cette saison. Ces jeunes espoirs ont bénéficié d’une formation longue, alors on est allé chercher les plus prometteurs d’entre eux.

KAZARINEfabien201601263001Fabien Kazarine (Amiens) :

L’étudiant en gestion des entreprises a mis à profit le partenariat entre le club de Compiègne et celui d’Amiens pour investir la formation du club picard dès les U15. Titulaire sur un des trios des Gothiques ces deux dernières saisons, rapide et opportuniste, il a déjà inscrit 19 buts en 51 matches de championnat.

L’ailier progresse tous les ans. Élu meilleur espoir de la ligue Magnus en 2015, où il succède, notamment, à des cadres de l’équipe de France comme Damien Fleury (2006) et Pierre-Édouard Bellemare (2005), il confirme petit à petit le potentiel qu’avait su déceler chez lui Olivier Duclos il y a deux ans : « Il peut devenir une valeur sûre de l’élite quand il aura 22 ou 23 ans. » (source Le Courrier Picard).

À 21 ans, Fabien Kazarine entame une saison sans pression dans un Amiens où il pèse de plus en plus dans le rendement gothique. Il n’est plus un simple « JFL » et mettra le feu cette saison, pour forcer Henderson à le faire participer au championnat du monde avec l’équipe de France, chez lui, à Paris, avant de partir vers des joutes plus renommées à l’étranger !

BAHAINpaul20151211016Paul Bahain (Angers) :

Lui, il s’est forgé tout seul. Il a bossé. Le mec, il a construit son rêve. Vous imaginez ? Devenir pro en hockey sur glace. Il n’en a que plus de mérite car il n’a « pas les mains de ceux qui font ce qu’ils veulent »*. Tout son hockey, il l’a acquis par la besogne, le labeur et un dur travail.

À Cholet, en U22, et avec les Ducs, Bahain s’est auto-façonné. En 2013, à Angers, il débute la saison comme neuvième défenseur... mais à force de boulot, il est titulaire à Bercy (victoire) et pendant les play-offs avec les Ducs !

Il ne lâche rien ce gars-là. Alors, les ailiers, pensez bien qu’il les assoupit, les pétrit et les évapore. Le prototype que « personne ne voyait devenir professionnel »*, s’est fait une place ! Il a été là au bon moment et pour un bon moment ! (*propos rapporté par Ouest-France)

Aurélien Dorey (Rouen) :

Aurélien Dorey est un cobaye. Titulaire d’une licence bleue dans le cadre du partenariat entre les clubs de Rouen et de Caen, l’arrière a été le premier joueur à user cette collaboration. La saison dernière, il a fait la navette entre la ligue Magnus, les U22 rouennais et la D1 avec les Caennais. Les voyages forment la jeunesse et Fabrice Lhenry est satisfait des progrès de son 7e défenseur. Au point que le coach des Dragons le fait participer aux deux derniers matches de la finale de coupe Magnus en tant que titulaire. « Il a passé un cap au niveau de la confiance et dans la prise de décision » dit de lui Fabrice Lhenry dans Paris Normandie.

Avec ses grandes capacités techniques et physiques, Aurélien Dorey, qui joue intelligemment, a tapé dans l’œil de Dave Henderson, le sélectionneur de l’équipe de France qui le trouve « très intéressant ». C’est vrai que le truc de Dorey, c’est de rayonner pépère au raffut devant le but et dans la bande puis de jouer avec le palet à la ligne bleue. Il va s’installer chez les Dragons, ce n’est qu’une question de temps, et pas pour y faire de la figuration !

DIDIOBALSAMOcedric20151211198Cédric Di Dio Balsamo (Gap) :

Gap, ex-champion de France, vainqueur de la coupe de la ligue, premier du championnat, nouvelle place forte du hockey des Alpes, aligné en CHL, a un standing à tenir, mais a été contraint financièrement de remplacer la horde de départ de ses cadres (Trabichet, Rohat, Langlais, Golicic, Perez, Carter...) par des jeunes pousses. Cédric Di Dio Balsamo, l’ex-"ennemi" briançonnais, fait partie du contingent de novices sur lequel va désormais s’appuyer le gourou Luciano Basile.

L’attaquant connaît bien l’encadrement technique. Son énergie, son audace et son esprit revanchard (il estime ne pas avoir connu une bonne saison l’année dernière) sont autant d’atouts qu’il dispose pour relever le défi. À 22 ans seulement, l’ailier qui peut jouer au centre a été champion de France en 2014 et surtout il compte déjà 167 matches en élite française !

Ces grandes qualités d’attaquant-défensif, épaulées par le routinier Kevin Da Costa, en font le successeur naturel d’un Sébastien Rohat, comme clé de voûte du système arc-bouté de Luciano Basile. Et comme l’international junior (3 championnats du monde) est capable de claquer plus de buts que l’ex-taulier parti à Grenoble, Cédric Di Dio Balsamo n’est plus à l’aube de se forger une sacrée carrière chez nous, il la bâtit vers les sommets dès maintenant !

BOUVETmaurin20151010294Maurin Bouvet (Gap) :

Maurin Bouvet était naturellement sur notre liste courte des gars à étaler comme des joueurs d’avenir en ligue Magnus. Meilleur espoir 2016 de la ligue pour sa première année comme titulaire, présélectionné pour les mondiaux de Russie au printemps. Comme ancien international cadet et junior, il a participé à 5 championnats du monde souvent sur la première ligne des Bleuets.

Son parcours l’atteste, il marchera sur la ligue Magnus. À 18 ans, le Picard quitte le doux confort du Coliseum où, au poste de centre, il est un extra-terrestre dans les catégories mineures grâce à une vision du jeu au-dessus de la moyenne, un jeu simple et efficace. Sans parler anglais, il fait le pari du circuit junior américain, avec une bourse universitaire, d’abord au Texas puis l’année d’après en Alaska. Autant pour sa formation de hockeyeur (et gagner en intensité) mais aussi pour découvrir un autre mode de vie, voir du pays et s’extasier sur les couchés de soleil d’Anchorage !

Le type, il fonctionne à l’émoi. Plus un objectif se rapproche, plus il s’entraîne dur sur la glace et sous la fonte. Par exemple, avant chaque rassemblement des Bleuets son excitation est visible. Endeuillé le jour du match n°2 en demi-finale contre Rouen dans les derniers play-offs, « sa présence a donné de l’énergie à toute l’équipe » dira son coach. Ce soir-là, Maurin Bouvet a inscrit le but gagnant de son équipe ! Avec un don dans la dernière passe, orphelin de Rech, il trouvera un nouveau buteur et son empreinte de s’arrêtera pas qu’à l’Alp’Arena, elle se répandra sur toute la Magnus !

BOURGEOISfabien201601263069Fabien Bourgeois (Amiens) :

Euh là, j’entends quelqu’un dire « Qui ? ». Ce gentilhomme, est fait de la caillasse de ses indigènes montagnes. Bourgeois est rarement indiscutablement dans l’équipe-type d’intersaison des érudits de hockey amiénois. Mais depuis deux saisons de suite, il s’impose, monstrueux de discrétion, dans le bastion des arrières gothiques.

Si Fabien Bourgeois n’impressionne pas, c’est qu’il ne fera pas de gaffe mais donnera plutôt satisfaction et le fera dans toute la ligue. Dynamique, Il a une envie qu’il met au service de sa rapidité et de sa mobilité pour rester solide malgré sa taille moyenne. À 16 ans, il joue déjà avec l’équipe U22 de Grenoble. Il a bouffé cinq saisons de U22 et il ne sera pas un patron de ligue Magnus ? On en reparle. Vous êtes prévenu.

Romain Carpentier (Nice) :

Lui, il va avoir la rage d’avoir été écarté à l’intersaison par son club formateur : Amiens. Il se retrouve finalement à Nice après avoir connu le très brusque sabordage brestois ! Bref de quoi avoir la hargne ! Hissez haut le Jolly Roger !

CARPENTIERromain201601263140Comme le Picard est plutôt fougueux et que sur le plan de ses stats, il n’est pas maigre, le natif de Montreuil va tout casser chez les Aigles où, ne souffrant plus de condescendance intérieure, « Carpet » obtiendra des responsabilités grâce à sa technique et son sens du jeu. Romain Carpentier va vite, remonte le palet, récupère tout ce qui traîne et finit ses actions, le plus souvent d’une passe décisive ou d’un filet ! Ce sera un joueur essentiel positionné en haut des pointages. En six ans, Stan Sutor, n’a jamais eu de pépite à sa disposition comme Romain Carpentier et cela va tout changer !

Pierre Crinon (Gap) :

Ce p’tit là, ce n’est pas un canular. C’est un des arrières les plus doués de sa génération et il montera en régime au fil des saisons. Si Luciano Basile qui aime à s’appuyer sur des joueurs de devoir (Lévèque, Trabichet...) l’a re-signé, ce n’est pas pour noircir la feuille de match.

Avec son impressionnant physique de deuxième ligne, formé par l’Olympique demi-dieu rémois, Vladimir Kovin, Pierre Crinon a de la mobilité. Celui qui ne cherchera pas à tout prix à remplir une belle fiche, donnera par contre toujours le meilleur de lui-même. Il défend chèrement son slot et, depuis son passage en ligue universitaire américaine, ses coéquipiers. Face à lui, on ne va pas à la cage. On reste à l’abri dans la bande. Cette saison, la ligue des champions va lui permettre de prendre encore plus de poids dans la défensive des Rapaces, lui qui était blessé lors de l’exercice précèdent. Destiné à cuirasser les plus doués de son équipe, le « Crinontor » s’installera définitivement en ligue Magnus.

PERRETjordann20160122156Jordann Perret (Rouen) :

Rouen a des titres à défendre et espère beaucoup des talents offensifs de Jordann Perret. L’ex-Grenoblois accumule « que » quelques sélections en équipe de France (7) mais elles comptent triple ! Avec une escouade normande de folie, il titillera les sommets aux classements des pointeurs et des buteurs. Il franchit les paliers dans l’ordre mais de plus en plus rapidement. À 21 ans, en mai dernier, il claque un but à ses premiers championnats du monde séniors ! Il est peut-être descendu du Vercors, mais il est vite monté au sommet pour y rester.

À ouïr Pierre Pousse, cet acharné a toutes les qualités requise pour survoler la Magnus : « [il] est doté d’une énergie impressionnante. Il est capable de faire la différence dans de très petits espaces. C’est un gros travailleur qui se donne les moyens d’atteindre ses objectifs qui sont élevés ». Atypique et agressif, il adore la solidarité. Il choisit les Dragons et la CHL autant pour avoir plus de visibilité internationale que pour la concurrence qui y règne sur les lignes ! Pas un souci pour Jordann Perret qui retournera la situation à son avantage !

Avec un peu plus de visibilité sur eux, nous aurions peut-être ajouter Bogdanoff (Chamonix-Morzine), Briand (Angers), Laplace (Dijon), Mahier (Lyon), Montenoise (Nice), Schmitt (Chamonix-Morzine) et Scolari (Grenoble). Pas de jaloux.