Épinal - Rouen (match amical)

Une logique respectée

C’est l’un des moments les plus attendus de l’année. Le jour tant désiré où Poissompré renaît véritablement au hockey. La reprise des entraînements, cinq jours auparavant, n’a été qu’une simple mise en bouche pour les supporters les plus impatients, venus redonner vie à des gradins qui se sont remplis petit à petit ce mercredi, au fur et à mesure de l’échauffement. Un concert mêlant crissement des patins et claquement des rondelles sur fond de tintement des montants (ou des plexis) lorsque le puck frappe ceux-ci...

Mais loin de se résumer à cette douce "mélodie", cette "rentrée des glaces" s’apparente aussi à un premier défi. Les Gamyo se voient servi un gros morceau en entrée. Rien de moins que le club français le plus titré de ces trente dernières années (sacré pour la quatorzième fois en avril dernier), qui poursuit sa mise en train avant de plonger dans le grand bain européen. Les Dragons, en route pour Davos (où ils disputeront, ce vendredi, leur tout premier match de Ligue des Champions), font escale à Épinal pour une ultime répétition générale. Un dernier galop d’essai avant d’affronter deux grosses cylindrées. Le HCD... puis Djurgården (à Stockholm) dans la foulée !

Deux des plus grosses cylindrées des championnats suisse et suédois vont donc se dresser sur le chemin des nouveaux coéquipiers de Matt Hussey, le centre américain actuellement mis à l’essai côté rouennais. L’attaquant de 37 ans, éphémère NHLer (21 matchs disputés, entre 2003 et 2007, avec Pittsburgh et Detroit) rompu aux joutes du championnat allemand, tente de relancer une carrière interrompue deux ans auparavant. Un cas pouvant rappeler celui du néo-Gamyo Mario Scalzo, qui sort d’une saison totalement blanche et reprend, lui, du service au sein d’un groupe spinalien ne comptant plus en ses rangs le désormais bordelais Maxime Moisand. Un départ que ce défenseur particulièrement réputé pour ses qualités offensives est justement censé pallier.

Également confronté aux départs de ses trois meilleurs compteurs (Ken Ograjenšek, Anže Kuralt et surtout l’emblématique Ján Plch, promu entraîneur du hockey mineur), l’état-major vosgien fonde beaucoup d’espoirs sur Danick Bouchard, Robin Soudek et Nicolas Arrossamena, appelés à les remplacer. Mais si les deux premiers nommés griffent actuellement la glace de Poissompré, l’ailier saint-pierrais, en stage à Megève, doit lui partager le quotidien d’autres internationaux réunis en vue du prochain TQO d’Oslo (regroupement dont sont dispensés les Rouennais et Gapençais en raison de leur participation à la Ligue des champions).

Cette revue d’effectif (qui concerne aussi Romain Guttierez et Romain Chapuis) prive donc Arrossamena d’attendues retrouvailles avec ses ex-coéquipiers rouennais. De "grands noms" (Coulombe, Thinel, Sabourin ou encore ce Matheson ayant fait si forte impression en fin de saison) s’associent toujours à de nombreux internationaux français (les Treille, Raux, Chakiachvili et autres Lampérier) rejoints, cet été, par le "lutin" Joris Bedin et le très prometteur Jordann Perret. Un attaquant d’avenir se conjuguant au présent, venu gonfler des rangs normands également grossis par les arrivées d’Adam Miller et Chad Langlais. Deux Américains solidement référencés, qui ne partagent toutefois pas la même connaissance du hockey français.

Si Langlais fut, ces deux dernières années, l’un des maillons forts du collectif gapençais, Miller n’a lui jamais évolué dans nos contrées. Après avoir brillé en ECHL, le natif du Michigan a pourtant exporté son talent aux quatre coins de la planète hockey, affolant les compteurs jusqu’en Ligue asiatique (au sein d’un club japonais financé par un grand groupe papetier). Mais l’heure est venue, pour ce grand bourlingeur venu du championnat danois (où il survolait les débats), de poser ses valises à l’Ile-Lacroix, non sans générer des attentes élevées. On attend notamment de lui qu'il anime le jeu rouennais... en bon "playmaker "qu'il est !

Les Gamyo ont bien résisté...

N’ayant que trois blocs à opposer aux quatre trios rouennais, les Spinaliens (également privés de Hugo Vinatier, Jiří Klimíček et Florian Sabatier) ne paraissent pas de taille à lutter avec un adversaire affichant complet et disposant (pour ne rien arranger) d’un degré de préparation bien plus avancé. Mais les Gamyo vont répondre présent dès les premiers instants, prenant rapidement possession du palet tout en montrant beaucoup d’allant, portés par l’activité d’attaquants très remuants. De l’ex-Briançonnais Robin Soudek (qui travaille fort dans les bandes et patine activement en achec-avant) au virevoltant Danick Bouchard (qui semble s’être déjà fondu dans le moule spinalien), tous croquent ce match à pleines dents en apportant vitesse et mouvement.

Ne manquant pas de répondant, les Vosgiens se montrent donc les plus entreprenants, à l’image d’un Hordelalay s’en allant gratter une rondelle parfaitement ressortie sur Charpentier, qui déclenche le premier tir cadré de la soirée (01'10"). Les Normands se font particulièrement menaçants sous l’impulsion d’un duo Koudys-Lampérier qui se trouve facilement. L’attaquant de poche déborde régulièrement sur son côté pour servir Lampérier, qui s’y reprendra à deux fois, sans succès (01'55'). Andrej Hočevar garde sa porte fermée, bien aidé il est vrai par un Tomáš Klouček suffisamment bien placé pour empêcher Dan Koudys (bien servi par Lampérier) de marquer (05'24")...

Aussitôt contrés par Anthony Rapenne (qui se présentera seul face au portier, sans parvenir à cadrer son lancer, 05'35"), les Dragons laissent quelques brèches où s’engouffrer, sans que leurs hôtes ne puissent en profiter. Et lorsqu’ils vont de l’avant, leurs meilleures individualités font la différence techniquement, comme sur cette rapide entrée en zone parfaitement orchestrée par un Sacha Treille passant toute la défense en revue. L’international français, très en verve, voit son irrésistible progression seulement interrompue par le portier (06'40"), qui doit ensuite s’employer sur un tir excentré de Jordann Perret (07'29"). Hočevar intervient également devant Nesa et Bedin, qui avaient parfaitement combiné (10e).

Cette bonne séquence des champions de France finira toutefois par s’achever. Olivier Dame-Malka écope de la première pénalité de la soirée après avoir fait trébucher Anthony Rapenne (09'54"). Une opportunité inexploitée par des Spinaliens se rendant rapidement coupables d’un surnombre (10'33"). Cette erreur d’inattention n’altère aucunement leurs bonnes dispositions, matérialisées par l’engagement d’attaquants pressant incessamment et procédant surtout par contres. Des efforts louables, mais pas récompensés, comme sur cette récupération de Hordelalay qui voit un deux-contre-un se dessiner. Une bonne situation tournant à l’avantage de Matheson, sur qui la passe destinée à Bouchard finira par s’échouer (14'59")...

S’ils signent par moments de très bons mouvements (souvent initiés par un Dan Koudys très percutant), les Normands ne dominent donc pas outrageusement. Ils passent même tout près de se faire encore piéger sur un jaillissement de Gašper Sušanj débouchant sur une échappée, bien mal jouée par le grand défenseur slovène (qui verra le cadre se dérober, 16'12"). Le danger, personnifié par un Sacha Treille souvent bien placé, n’éclipse pas la bonne impression laissée, tout au long de ce premier tiers-temps, par des Gamyo qui le terminent tambour-battant. Steven Cacciotti trouve Arnaud Faure à l’opposé, qui voit sa tentative repoussée (19'30"). Le puck revient finalement sur Matthieu Le Blond, seul devant une cage sortant étrangement de ses gonds...

Tenant la dragée haute aux Dragons, les hommes de Stéphane Barin livrent une solide opposition. Et si Chakiachvili, au retour des vestiaires, tente de se frayer un chemin jusqu’au but spinalien, le palet, finalement perdu par l’international français, revient sur un Scalzo voyant Soudek totalement démarqué. L’Italo-canadien répond à l’appel du Tchèque au moyen d’une relance très précise que Chakiachvili n’aura pu intercepter. Robin Soudek, ainsi lancé, file sur le côté droit sans être rattrapé ; parachevant son échappée d’un tir sèchement déclenché... qui trouvera des jambières restées solidement fermées (20'24") !

Bien malin qui peut alors dire de quel côté le premier but sera marqué dans ce match très rythmé, qui voit les actions fuser. Au break du Tchèque, suivi d’un petit temps fort ponctué d’un déboulé rageur d'Hordelalay, succède une frappe croisée de Thinel dans la mitaine de Hočevar (21'54"). Une récupération de Vincent Nesa, directement dans la crosse de Dominik Fujerik, envoie le jeune ailier rouennais vers un duel remporté par l’homme masqué (23'20"). Un Andrej Hočevar tenant bon jusqu’à ce rebond traînant dangereusement dans la zone de vérité, que l’expérimenté Matt Hussey sera le plus prompt à exploiter (0-1 à 24'18").

... avant de perdre pied !

C’est le début de la fin pour les Vosgiens, qui tentent de réagir sur une frappe croisée de Fujerik filant dans la mitaine de Sabourin (25'53"). Mais les Rouennais, plus affutés, prennent inexorablement l’ascendant. Leur emprise s’accentue au fil des instants malgré la résistance acharnée de locaux finissant une nouvelle fois par céder. Non pas sur cette accélération de Dan Koudys (stoppée avec autorité par un impressionnant Mario Scalzo, décidé à ne rien laisser passer, 27e), mais plutôt sur jeu placé. Une déviation de Jordann Perret, sur un tir excentré de Matt Hussey (0-2 à 29'41"), que le nouveau capitaine Matthieu Le Blond, préalablement puni d’un dégagement interdit (28'18"), aura suivie depuis le banc d’infamie...

Andrej Hočevar laisse alors sa place à Lucas Savoye. Pas un cadeau pour le back-up des Gamyo, rapidement confronté à des vélléités rouennaises que ses coéquipiers, dans le dur, ne sont plus en mesure de réfréner. Aussi Dan Koudys se retrouve t-il très bien placé (32'44"), sans pour autant parvenir à déjouer la vigilance d’un portier frustrant également Loïc Lampérier à bout portant (33'56"). Les grands compas de Savoye ayant entre-temps repoussé la tentative lointaine d’un Chad Langlais (32'56") faisant ensuite apprécier sa dextérité en parvenant habilement à se rattraper d’un contrôle raté. Le défenseur américain en profite pour s’essayer d’un nouveau lancer, que Savoye parviendra encore à détourner (33'24").

Bien dans son match, Lucas Savoye essuie sans trembler ces pluies de lancers. Un orage redoublant d’intensité dans les instants suivant la pénalité infligée à l’ex-Rouennais Alexandre Mulle (faire trébucher, 34'17"). Une situation qu’Adam Miller s’empresse d’exploiter, lui le nouveau maître à jouer d’un powerplay s’appuyant également sur le métier de Matt Hussey. Ce dernier trouve d’ailleurs Miller démarqué dans la zone de vérité, sans que son compatriote, contraint de pivoter, ne puisse en profiter (34'32").

Prenant les choses en main, Adam Miller se charge d'orienter le jeu, non sans voir s’ouvrir plusieurs fenêtres de tir. L’une d’elles manquant de sourire à Perret, qui ne pourra que dévier sur un Savoye de gala (34'43"). Le gardien spinalien, qui répond présent sur tous les lancers, se fait une petite frayeur en laissant échapper une frappe croisée d’Adam Miller (35'44"). Cette infériorité, très éprouvante pour lui et ses coéquipiers (qui auront subi un véritable feu nourri), s’achève sur un slap de Matheson détourné dans les filets de protection (36'07).

Bien en place, les Dragons ont l'entier contrôle des opérations. Mais il suffit d’une passe en retrait mal ajustée pour les mettre en difficulté. Anthony Rapenne jaillit pour mieux s’échapper, avec le seul Olivier Dame-Malka, resté en couverture, pour l’en empêcher. Un obstacle bien contourné par le feu-follet spinalien, qui finira toutefois par s’excentrer. Une position l’incitant à mettre en retrait... directement sur un Dame-Malka manquant de surprendre son portier (37'21") !

Les Spinaliens, s’ils ne sont plus très fringants, ne sont donc pas totalement inexistants. Aussi Sabourin doit-il rester vigilant. Alexandre Mulle et surtout Danick Bouchard profite d’une supériorité (faire trébucher de Chakiachvili, 38'10") pour faire parler leurs lancers. Rien à voir toutefois avec ce que doit endurer Lucas Savoye, encore décisif sur une échappée de Joris Bedin. L’ancien Chamois, après s’être jeté sur un palet contré, s’était joué de Fujerik pour s’ouvrir le chemin des filets (39'50")...

Lucas Savoye ne fait pourtant que retarder l’échéance. Ses partenaires, émoussés, subissent de plus en plus dangereusement au retour des vestiaires. Les Dragons, en bien meilleure condition, impriment un rythme devenu trop élevé pour leurs adversaires, passés d’excellents sparring-partners au rang de simples figurants. Personne, à Poissompré, ne va donc s’étonner de voir l’écart se creuser. Un troisième but que Florian Chakiachvili, idéalement servi par Adam Miller, aurait peut-être pu marquer sans l’intervention déséspérée d’un Pierre-Charles Hordelalay venu l’accrocher au moment de tirer (41'04").

Débouchant sur une pénalité différée, cette faute se verra immédiatemment sanctionnée. Thinel, sitôt la mise au jeu remportée, décale imparablement un Guénette s’étant fait oublier au second poteau (0-3 à 41'37"). Une réalisation qui semble en appeler d’autres tant la domination des Dragons tourne à la démonstration. Les temps forts se succèdent, apportant leur lot de tirs non cadrés jusqu’à ce qu’un slap appuyé de Chad Langlais, contré dans l’enclave, ne profite à Matt Hussey. L’ancien top-scoreur des Straubing Tigers (où il côtoya notamment Laurent Meunier), esseulé devant la cage, ne rate pas l’occasion de s’offrir un doublé en glissant habilement la rondelle au ras du montant droit de Lucas Savoye (0-4 à 44'58").

Perdant trop rapidement le palet, les hommes de Stéphane Barin laissent trop de munitions aux Rouennais. Les occasions sont donc légion chez les Dragons, mais ceux-ci pèchent dans la finalisation de leurs actions. Un manque de réalisme partagé par des Spinaliens trouvant, malgré tout, le moyen d’exister sur des contres bien emmenés. Mais Steven Cacciotti, lancé dans la profondeur, ne peut mener à bien son duel avec Dany Sabourin (48'43"), qui verra un tir en angle fermé d’Anthony Rapenne lui échapper (50'59"). Sans incidence pour la suite des événements, bien gérés par les nouveaux coéquipiers d’Adam Miller et Matt Hussey, dans tous les bons coups, tout au long de la soirée.

Faisant briller Lucas Savoye (lorsqu’ils parviennent à cadrer), les Rouennais terminent tranquillement ce match d’entraînement. La température est pourtant montée entre Olivier Dame-Malka et Tomáš Klouček, qui auront bien failli s’écharper. La faute à un cross-check du Québécois, réprimé par un cinglage du Tchèque (57'41")...

Ayant fait ce qu’ils pouvaient, avec leurs moyens du moment, les Gamyo ont longtemps fait fi de leurs absents (Chapuis, Guttierez, Arrossamena, Sabatier, Klimíček et Vinatier). Mais la fatigue aidant, Rouen s’est détaché, inexorablement. Les Spinaliens sont donc loin d’avoir démérité, montrant même un visage plutôt séduisant durant le premier tiers-temps. Le baptême du feu réussi des recrues (notamment Faure, Soudek et Scalzo) se veut donc encourageant pour la suite des événements.

Un tout autre défi se profile maintenant à l'horizon, dès samedi (à Poissompré), face aux Ducs de Dijon. Bien loin de ce qui attend Rouen, aussitôt parti en direction du canton des Grisons, où s’ouvrira, vendredi, leur Ligue des champions...

 

Épinal - Rouen 0-4 (0-0, 0-2, 0-2)
Mercredi 17 août à 18h00 à la patinoire de Poissompré. 700 spectateurs environ.
Arbitrage d’Alexandre Bourreau, assisté de Sébastien Geoffroy et David Courgeon.
Pénalités : Épinal 12’ (2’, 4’, 6’) ; Rouen 6’ (2’, 2’, 2’)
Tirs : Épinal 20 (9, 6, 5) ; Rouen 41 (13, 13, 15)

Évolution du score :
0-1 à 24'18" : Hussey assisté de Matheson
0-2 à 29'41" : Perret assisté de Hussey et Miller (sup. num.)
0-3 à 41'37" : Guénette assisté de Thinel (sup. num.)
0-4 à 44'58" : Hussey

Épinal

Attaquants :
Anthony Rapenne - Dominik Fujerik - Robin Soudek
Pierre-Charles Hordelalay - Alexandre Mulle - Danick Bouchard
Steven Cacciotti (A) - Matthieu Le Blond (C) - Maxime Martin

Défenseurs :
Tomáš Klouček (A) - Mario Scalzo
Martin Charpentier - Vojtěch Kloz
Gašper Sušanj - Arnaud Faure

Gardien :
Andrej Hočevar puis Lucas Savoye à 29'41"

Absents : Nicolas Arrossamena, Romain Gutierrez et Romain Chapuis (en stage avec l’équipe de France), Hugo Vinatier (dos)n Jiří Klimíček (dos) et Florian Sabatier (épaule).

Rouen

Attaquants :
Sacha Treille - Adam Miller - Marc-André Thinel
Jordann Perret - Matt Hussey - Yorick Treille
Loïc Lampérier - François-Pierre Guénette - Dan Koudys
Joris Bedin - Damien Raux - Vincent Nesa
Fabien Colotti

Défenseurs :
Olivier Dame-Malka - Patrick Coulombe (C)
Florian Chakiachvili - Mark Matheson
Chad Langlais - Aurélien Dorey
Patrick Koudys

Gardien :
Dany Sabourin.

Remplaçant : Quentin Papillon (G).