Davos - Rouen (CHL, groupe B)

C'était une anomalie. Rouen, le club français qui a remporté tant de succès sur toutes les glaces européennes, n'a pas encore eu l'opportunité de disputer les deux premières saisons de la nouvelle Ligue des Champions. Les clubs dauphinois (Briançon puis Grenoble et Gap) ont donc été les premiers à se frotter au... gratin. Mais cette année, les Dragons n'ont pas failli, pouvant même être qualifiés à double titre en tant que vainqueurs de la Coupe Continentale et champions de France.

Si les Rouennais ont réussi quelques beaux exploits dans leur antre de l'île Lacroix lors de la Coupe Continentale (notamment le succès sur le représentant de KHL Donetsk), une qualification pour les phases finales de la CHL serait une performance au moins du même calibre, et plus "visible" de la part de tous les observateurs européens.

Le défi est rendu aussi plus difficile par le calendrier : un week-end de tournoi en milieu de championnat est moins compliqué à gérer que ces débuts officiels mi-août, alors que les clubs français ont généralement à peine rechaussé les patins. Les Normands ont ainsi simplement rencontré - et aisément battu - deux adversaires en reprise (Rouen et Épinal), alors que Davos avait anticipé sa préparation avant tous les autres clubs suisses en commençant à affronter deux fois une formation de KHL (le Barys Astana, 3-5 et 3-4) dès la fin juillet.

Les tribunes latérales de la Vaillant Arena - temple plus hivernal qu'estival du hockey sur glace sont certes peu remplie, mais le kop suisse est complet et bruyant. Il ne faut s'attendre à ce que l'adversaire prenne le match à la légère. Depuis deux ans de domination suédo-finlandais, Davos est le seul club non-nordique à avoir atteint les quarts de finale (et même le dernier carré). Son "sorcier" Arno del Curto, entraîneur du club depuis vingt ans, a annoncé son intention de rivaliser avec les championnats qu'il juge plus avancés dans l'environnement sportif (nutrition et infrastructure). En face, Fabrice Lhenry aborde sa seconde saison derrière le banc et fait face à une référence dans son nouveau métier.

DAMEMALKAolivier20160116098

Les équipes se mettent doucement dans le rythme. Un surnombre suisse offre à Rouen une supériorité numérique... aussitôt annulée car la nouvelle recrue Matt Hussey retient Dino Wieser sur l'engagement. En situation de 4 contre 4, Dan Koudys hérite du palet seul devant la cage sans parvenir à tirer. L'avantage numérique arrive un peu plus tard avec une pénalité de Paschoud. Mais à 5 contre 4, c'est Rouen qui se fait peur : les défenseurs abandonnent la cage où Jörg reçoit une passe en retrait. Lui aussi manque de sang-froid pour conclure face à Sabourin. Ces premières minutes sont placées sous le signe de la maladresse des deux côtés.

On craint le pire quand Olivier Dame-Malka se fait renvoyer aux vestiaires pour une charge contre la bande : non seulement Rouen devra finir le match avec six défenseurs dont le jeune Dorey, mais surtout il va falloir défendre 5 minutes avec un homme de moins. Davos fait bien circuler le palet, Perttu Lindgren fait se coucher Dany Sabourin et Marc Wieser prend le rebond (1-0, 10'04"). La situation se complique encore avec une faute de Koudys qui laisse le RHE à 3 contre 5. Le triangle normand et Sabourin résistent à cette phase très importante.

Les Suisses ont laissé passer leur chance de tuer le match en bonne partie, et Rouen en profite. Le défenseur offensif Patrick Coulombe se sent pousser des ailes par son étrange maillot de "top-scorer" (en tant que capitaine puisque c'est le premier match) : il file sur l'aile gauche, repique au centre et utilise le défenseur Beat Forster comme écran pour placer un tir du revers entre les jambières de Gilles Senn, un jeune gardien de grand gabarit (1-1, 16'51").

Rouen est dans le coup et aborde la deuxième période avec confiance, même si Sabourin manque de se faire surprendre par un tir de Simon Kindschi sur le poteau. Les Dragons prennent possession de la rondelle. Adam Miller manque l'immanquable en cage ouverte tandis que Senn happe la rondelle dans sa mitaine. Gilles Senn (20 ans) capte ainsi quelques beaux palets avant un changement de gardien sans doute programmé à la mi-match. Joren van Pottelberghe (19 ans) fait son entrée. Ces deux gardiens prometteurs se partageront les buts de Davos cette saison, un choix d'avenir dont peut-être seul le club grison est capable. Van Pottelberghe - qui avait poussé les Canadiens aux pénaltys aux derniers Mondiaux juniors - est lui aussi sollicité, notamment pour frustrer Adam Miller arrivé seul face à lui après un festival de dribbles.

SABOURINdany20151228156

Alors que les Dragons dominent, ils se font mener sur une boulette de Dany Sabourin. Il lâche un mauvais rebond devant lui sur un tir de Mauro Jörg à mi-hauteur, et Dario Simion profite de l'aubaine (2-1, 33'37"). La moindre erreur est fatale à ce niveau, les Rouennais l'apprennent à leurs dépens. Aurélien Dorey est débordé par Wieser et concède la faute. Le jeu de puissance est converti par un rebond de Marc Aeschlimann (3-1, 37'49").

Malgré les deux buts de retard, Rouen poursuit ses efforts en troisième période. Le jeune Jordann Perret a toujours le coup de patin aussi dynamique, et il sert de derrière la cage Yorick Treille... mais les positions esseulées face au gardien n'apportent pas de réussite ce soir. Son frère Sacha aura une occasion plus belle encore avec un rebond en cage ouverte, mais son tir à bout portant est détourné - avec un peu de chance ou de malchance selon le point de vue - par la crosse de Van Pottelberghe. C'est bien Davos qui a pourtant le dernier mot. Dario Simion bat en un-contre-un le nouveau venu Patrick Koudys et parvient à repiquer dans son dos pour inscrire son second but de la soirée (4-1, 57'12"). Rouen finit le match à 3 contre 5 après des pénalités simultanées de Dorey et de Sacha Treille, mais tient au moins ce score honorable.

Les débuts tant attendus en Ligue des Champions ont donc été frustrants pour les Rouennais, qui ont fait jeu égal dans la manière mais ont payé des fautes et des erreurs individuelles parfois assez grossières. À ce niveau-là, on ne peut pas se les permettre. Sauront-ils les corriger rapidement ? Réponse dimanche à Stockholm face à Djurgården pour un autre défi de même ampleur. Tant qu'ils ne réussiront pas un exploit dans cette Ligue des Champions, les "Dragons from Provence" [sic] - ainsi appelés sur le site de la CHL - ne seront pas placés sur la carte du hockey européen par les "grands pays", où leurs exploits sont soit oubliés, soit passés inaperçus...

 

Davos - Rouen 4-1 (1-1, 2-0, 1-0)
Vendredi 19 août 2016 à 19h45 à la Vaillant Arena de Davos.
Arbitrage d'Andreas Koch (SUI) et Miroslav Stolc (SVK) assistés de Franco Castelli et David Obwegeser (SUI).
Pénalités : Davos 6' (4', 2', 0') ; Rouen 37' (4'+5'+20', 4', 4').
Tirs : Davos 40 (14, 14, 12) ; Rouen 35 (4, 15, 16).

Évolution du score :
1-0 à 10'04" : M. Wieser assisté de Lindgren et Axelsson (sup. num.)
1-1 à 16'51" : Coulombe
2-1 à 33'37" : Simion assisté de Jörg et Schneeberger
3-1 à 37'49" : Aeschlimann assisté de Schneeberger (sup. num.)
4-1 à 57'12" : Simion


HC Davos (2' pour surnombre)

Attaquants :
Robert Kousal - Andres Ambühl - Tino Kessler
Marc Wieser (-1) - Dick Axelsson - Perttu Lindgren
Chris Egli - Dino Wieser - Marc Aeschlimann
Dario Simion (+2) - Samuel Walser (+1) - Mauro Jörg (+1)

Défenseurs :
Claude-Curdin Paschoud (+1, 2') - Sven Jung
Beat Forster (-1, 2') - Fabian Heldner (-1)
Noah Schneeberger (+1) - Simon Kindschi (+1)
Jens Nater - Marco Forrer (+1)

Gardien :
Gilles Senn puis à 30'11" Joren van Pottelberghe.

Absents : Félicien Du Bois, Daniel Rahimi, Enzo Corvi, Gregory Sciaroni (blessés).

Rouen

Attaquants :
Sacha Treille (2') - Adam Miller - Marc-André Thinel
Jordann Perret (-2) - Matt Hussey (-2, 2') - Yorick Treille (-2)
Loïc Lampérier (+1) - François-Pierre Guénette - Dan Koudys (+1)
Joris Bedin (+1) - Damien Raux (-1) - Fabien Colotti

Défenseurs :
Olivier Dame-Malka (5'+20') - Patrick Coulombe (C)
Florian Chakiachvili (-1, 2') - Mark Matheson
Chad Langlais - Aurélien Dorey (+1, 4')
Patrick Koudys (-1, 2')

Gardien :
Dany Sabourin.

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Vincent Nesa.