Djurgårdens IF - Rouen (CHL, groupe B)

Rouen n’a (déjà) plus son destin européen en mains !

Djurgården l’a nettement emporté, sans jamais céder à la panique en attendant l’ouverture du score ou sous les offensives rouennaises de la deuxième partie de match, sur sa glace, après avoir été confronté à un mur rouennais (Sabourin), qu’il a fini par broyer en moins de trois minutes à cheval sur les deux derniers tiers.

Avec deux défaites, le compteur rouennais reste bloqué à zéro points, il faudra toujours deux exploits et désormais un concours de circonstance aux champions de France pour se qualifier pour le prochain tour !

COULOMBEpatrick20160108469Le club de Stockholm, qui participe pour la troisième fois à la Ligue des champions, a remporté le premier engagement et, malgré le départ de 5 joueurs vers la NHL et 2 autres en KHL cet été, a rapidement mis la main sur le jeu et quasiment durant toute la première période. C’est Emil Johansson qui a porté en premier le danger sur la cage normande. La première occasion franche aura été un tir de Varakas bien stoppé par Dany Sabourin. Ensuite, le gardien a frustré Ljungh qui utilisait de près son revers pour tenter de le tromper.

Les Dragons, sous les yeux de Daniel Carlsson venu en voisin voir ses anciens coéquipiers, étaient bien hors du coup. Même en supériorité quand Davidsson purgeait sa peine à cause d’une faute offensive inutile sur Damien Raux, les Normands ne parvenaient pas à s’installer en zone d’attaque à cause d’un excellent pressing, assez haut, de la défensive suédoise. Après sa pénalité, Djurgården était moins tranchant et eu du mal à retrouver l’allant de son début de match. Mais les locaux se créaient tout de même une opportunité dans la seconde partie du tiers par l’ailier-recrue de KHL, Calle Riderwall, qui butait sur un Dany Sabourin toujours vigilent et talentueux.

Les Suédois recrues entamèrent le deuxième tiers plus prudemment et la possession de la rondelle a été plus partagée, essentiellement en zone neutre. Les hommes du nouveau coach Robert Olsson, qui entame sa première saison en tant qu'entraîneur en chef après 3 ans passés à Frölunda comme adjoint, se procuraient la première chance de la période via Ollas-Mattsson, qui buta sur Sabourin comme en première période. Le jeu était verrouillé et les Suédois ne profitait pas d’un avantage numérique lors d’une faute de Langlais. C’est même Rouen qui était le plus dangereux lorsque Loïc Lampérier, à droite, interceptait la rondelle d’une relance trop molle le long de la bande du portier local alors qu’il était derrière sa ligne de but. Il a fallu que Tellqvist, champion olympique en 2006, plonge de tout son long pour dévier la trajectoire du lancer de l’international français. Ljungh et Linus Johansson forçaient encore Dany Sabourin à deux excellents arrêts.

Mais Rouen pris du poil sur la bête. Après un envoi de Sacha Treille, détourné par le casque du gardien adverse, Mat Hussey, du cercle gauche, trouvait la plaque de Tellqvist. Preuve que les Dragons allaient mieux, ils provoquaient la faute des régionaux et obtenaient un power-play sur lequel Sacha Treille était trouvé par Lampérier pour aller provoquer en duel Tellqvist. Ce dernier lisait bien la feinte du revers du cadet des Treille et bloquait d’une mitaine alerte la rondelle qui prenait le chemin de la lucarne droite. Rouen a ensuite tué une pénalité pour surnombre avec assez de brio.

Les hommes de Fabrice Lhenry ne concédaient plus de danger dans leur zone jusqu’à la dernière seconde, où ils craquèrent à un mauvais moment, juste avant de retourner au vestiaire. Brodin, qui voilait Sabourin lors d’un lancer des poignets de Robin Press, reprit le rebond du tir de son arrière alors qu’il y avait trois attaquants suédois pour seulement (!) deux Rouennais dans le trafic. Le but fut accordé malgré la présence dans la zone du gardien des patins du Canadien Jeff Tambellini. Rien de scandaleux dans l’esprit, mais si ce but n’avait pas été encaissé à ce moment, les coéquipiers de Patrick Coulombe n’auraient peut-être pas sombré dès leur retour sur la glace (1-0 à 39’59). C’était le 21e tir sur Dany Sabourin !

MATHESONmark20160108283En effet, si Djurgården a dû attendre un long moment dans le match pour inscrire le premier but, le deuxième et troisième ont été marqué beaucoup plus rapidement. Il n’y avait pas deux minutes de jouées quand Gustav Possler, isolé, a reçu la rondelle d’une belle passe en retrait de Luke Vejdemo depuis le bureau de Gretzky. La nouvelle acquisition locale envoya le puck, de « l’oreille » gauche, derrière Sabourin (2-0 à 41'47).

Un peu plus d'une minute plus tard seulement, le défenseur Ville Varakas, recruté à Växjö pour la saison, prenait son temps et fabriquait une très longue passe de devant son but, qui traversait toute la patinoire jusqu’à à la ligne bleue des Rouennais où, dans le dos de Matheson et Chakiachvili, Brodin partait en échappée tromper Sabourin d’une lucarne froide et sèche ! Brodin marquait ainsi son second but de la soirée (3-0 à 42'56).

Djurgården a définitivement prit le commandement du match et s’est encore créé plusieurs occasions de creuser l'écart. Cependant Rouen n’était pas tout à fait inoffensif et a même été à plusieurs reprises dangereux en contre-attaque et a forcé Tellqvist à des arrêts difficiles devant Thinel, puis Hussey. Olivier Dame-Malka et Ville Varakas étaient exclus après un combat aux poings. Lorsque Patrik Lundh a ensuite exécuté sa deuxième pénalité de la soirée, les champions de France ont encore eu des chances de réduire la marque notamment par Miller. Peu après, Djurgården a clos définitivement le match. En supériorité numérique, Ljungh entre les deux cercles trouvait les filets à mi-hauteur (4-0 à 54'21).

Le public clairsemé a vu de nouvelles chances de ses protégés, mais aussi Tellqvist briller devant Patrick Coulombe qui terminait un deux-contre-un joué avec Koudys. Le gardien réussissait un blanchissage qui ne récompensait pas les efforts offensifs des Dragons car Damien Raux dans le cercle gauche, bien servi par Bedin, touchait la barre dans la dernière minute alors que le gardien de 36 ans était battu.

Les Rouennais rentrent en France après une campagne européenne moyenne mais privée d’exploit, ce qui rend douteuse la qualification des Dragons pour le prochain tour. ilss ont concédé trop de tirs, ils ont commis trop d’erreurs défensives et ont manqué de réalisme devant les cages adverses pour arracher un petit quelque chose face à plus forts qu’eux. Davos n’a vraiment pas forcé. Djurgården, qui faisait face à deux nombreux changements (11 nouveaux joueurs et un nouvel entraîneur) n’a pas paniqué. Les Rouennais n’avaient pas (encore) toutes les (leurs) armes pour rivaliser à ce niveau en ce tout début de saison (préparation). Maintenant, ils ont deux semaines supplémentaires pour se préparer, donner et surtout se faire plaisir dans cette compétition en accueillants leurs hôtes européens.

Étoiles du match : Daniel Brodin *** (Djurgården), Mikael Tellqvist ** (Djurgården) et Dany Sabourin * (Rouen).

Commentaires d'après-match

Daniel Brodin (attaquant de Djurgården auteur d’un doublé) : « Nous avons eu quelques problèmes au début et le premier but a été difficile à obtenir. Puis, Robin Press a tiré et j'ai obtenu le rebond. Le deuxième but, je sors du banc et Ville Varakas fait une passe parfaite, et je mets la rondelle dans le coin supérieur. Bien sûr, c’est plaisant de marquer. C’est important pour gagner de la confiance. »

Mikael Tellqvist (gardien de Djurgården) : « Je pense que j'ai fait cinq ou six très bons arrêts. »

Robert Ohlsson (entraîneur de Djurgården) : «  C’était comme jouer contre un mur qui se tient sur la ligne rouge. »

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « Ce fut un match difficile pour nous. Nous savions que ce serait le cas. J’avais demandé à mes gars de jouer dur défensivement et je pense que nous avons collé à notre plan de match, même si nous avons certainement fait quelques erreurs et que je suis un peu déçu de la troisième période. Nous avons donné trois buts, mais nous avons eu encore quelques chances à la fin, ce qui signifie que les gars ont travaillé 60 minutes pleines, c’est ce que j’avais demandé. »

Dany Sabourin (gardien de Rouen) : « Je suis content de mon jeu, je pense que dans l'ensemble j’ai joué un bon match. Maintenant, nous allons devoir gagner. Nous rentrons à la maison et nous allons travailler dur pendant deux semaines et améliorer notre jeu. »

 

Djurgården – Rouen 4-0 (0-0, 1-0, 3-0)
Dimanche 21 août 2015 à 19h00 au Hovet de Johanneshov. 2963 spectateurs.
Arbitres : Stefan Fonselius et Aleksi Rantala (FIN) assistés d'Emil Wernström et Örjan Åhlén (SUE).
Pénalités : Djurgården 31' (2', 2', 2'+5'+20') ; Rouen 31' (0', 4', 2'+5'+20')
Tirs : Djurgården 38 (8, 13, 17) ; Rouen 14 (2, 4, 8)

Évolution du score :
1-0 à 39'59" : Brodin
2-0 à 41'47" : Possler assisté de Vejdemo
3-0 à 42'56" : Brodin assisté de Varakas et Tellqvist
4-0 à 54'21" : Ljungh assisté de Lundh (sup.num.)
 

Djurgården

Attaquants :
Jeff Tambellini – Matt Anderson – Daniel Brodin
Patrik Lundh – Markus Ljungh (A) – Karl Ridderwall (A)
Jusso Ikonen – Lukas Vejdemo – Gustav Possler
Jonathan Davidsson – Henrik Eriksson (C) – Linus Johansson

Arrières :
Robin Press – Ville Varakas (5'+20’ à 47’55)
Alexander Urbom – Emil Johansson
David Bernhardt – Alexander Falk
Adam Ollas-Mattsson

Gardien :
Mikael Tellqvist (14 arrêts)

Remplaçants : Adam Reideborn (G) et Alexander Fallstrom.

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Dan Koudys
Sacha Treille – Adam Miller – Marc-André Thinel
Jordann Perret – Mat Hussey Yorick Treille (A)
Fabien Colotti – Damien Raux – Joris Bedin

Arrières :
Florian Chakiachvili – Mark Matheson
Olivier Dame-Malka (5+20’ à 47’55) – Patrick Coulombe (C)
Chad Langlais – Patrick Koudys

Gardien :
Dany Sabourin (34 arrêts)

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Aurélien Dorey et Vincent Nesa.