Mulhouse - Dübendorf (match amical)

Un des avantages d'être hockeyeur en Alsace, c'est de disposer à côté de chez soi d'une réserve importante de clubs "étrangers", de façon à pouvoir préparer son début de saison face à des équipes de niveau différent. C'est ce petit côté exotique qui aura permis chaque année de pouvoir voir évoluer en Alsace des clubs comme Bietigheim, GCK Zurich, Bâle, Ajoie, etc...

EHC DübendorfCette année, les Scorpions auront ainsi pu rencontrer, avant de reprendre la compétition en D1, les clubs de Freiburg (Allemagne), Dübendorf, Star Forward (Suisse), avant de se jauger face au voisin rival strasbourgeois.

Après une première rencontre perdue de peu, et la tête haute, la veille face aux Wölfe fribourgeois (récent rescapé de Bundesliga), les Haut-Rhinois affrontaient les suisses de Dübendorf, club évoluant depuis longtemps au 3e niveau national, et depuis quelques années, plutôt dans le haut de classement puisque champion amateur en 2014, avant d'être défait en finale d'accession par Coire l'année suivante.

Le challenge est donc intéressant pour les Alsaciens, dont l'effectif a été plus que profondément remanié à l'intersaison : seuls subsistent 5 joueurs de l'équipe seniors 2015-2016. Le club, lui-même, a préféré fortifier avant tout ses bases structurelles, se donne 3 ans pour remonter en Magnus, et mise pour le moment sur de jeunes joueurs en devenir.

Ce remue-ménage dans les lignes se remarque évidemment en tout début de saison, lorsque les organismes se remettent tout doucement de la longue période estivale et que la cohésion des alignements n'est pas encore aboutie. Pourtant, ça patine vite et fort en début de match, sans être toutefois très précis. Pour tout dire, on assiste à pas mal d'essais qui pêchent presque tous par manque de réalisme devant le but adverse, tel cet avantage numérique mulhousien. Hélas, les Scorpions combinent bien mais ratent deux grosses occasions devant une cage grande ouverte (5'24"). De con côté, Dübendorf monte lentement "en chauffe" et laisse ses hôtes s'essouffler, puis commence à pointer le bout de son nez, notamment lors d'une mauvaise relance alsacienne captée mais pas concrétisée (10'58"), puis par deux fois, de près, devant la cage du nouveau gardien local, Jiri Blazek (14'02"). Dans la continuité de l'action, Mulhouse remonte rapidement et ouvre le score,grâce au suédois Anton Östman après un tour autour de la cage suisse (1-0 à 14'51"). Le même Östman est à l'origine du second but, puisque c'est son rebond qui est exploité de près par John Dunbar (2-0 à 18'59").

Au retour des vestiaires, les locaux, sont de de nouveau mis en confiance, puisque Östman exploite le rebond d'un premier tir qui échoue sur la barre transversale de Remo Trüb (3-0 à 20'33"). Les Scorpions pressent alors de façon plus haute et scorent de nouveau, de façon un peu confuse, puisqu'on a l'impression que la cage est déplacée avant que le palet, ricochant dans les airs, ne retombe derrière la ligne (4-0 à 25'38"). On craint alors une déculottée pour les Suisses, un peu à la ramasse depuis le début de cette période. Mais il n'en sera rien puisque dans la continuité d'une action de Ken Kunzli, de prêt (27'12"), Adrian Stoob trompe Blazek lors d'un ricochet malheureux (4-1 à 27'29"), avant qu'un tir suisse ne s'écrase sur le poteau du portier local (28'27"). Enfin, Cyrill Kreis qui prolonge un tir de Raoul Seiler (4-2 à 30'23"). Le match est relancé et pointe du doigt une passivité manifeste des Mulhousiens en infériorité numérique. Les Suisses ont retrouvé des couleurs et pressent plus hardiment. Le tiers s'est donc équilibré, mais on note aussi que les organismes commencent à s'essoufler devant tant d'énergie déployée.

ScorpionsLe dernier tiers ne sera pourtant pas inintéressant puisque chaque équipe tentera régulièrement d'imprimer son rythme, Mulhouse sera sans aucun doute le plus précis de cette période, profitant de plus en plus d'espaces libres, sans toutefois arriver à scorer. La principale caractéristique de ce troisième tiers est qu'il sera joué avec très peu d'arrêts de jeu, pour durer moins de 25 minutes. Dübendorf tente, en fin de partie, de sortir son gardien, sans parvenir à inquiéter la défense mulhousienne.

Difficile d'évaluer convenablement le niveau des protagonistes, tant on note que l'aspect physique est encore à parfaire, tout comme la finition. Dübendorf évoluait dans un schéma prudent, préférant laisser en pointe un attaquant. Leur jeu de supériorité est cependant déjà rodé, rapide et bien en place. J'ai trouvé, toutes proportions gardées, une similitude avec le jeu pratiqué autrefois par Ajoie, notamment lors des installations en zone adverse, et lors des supériorités, sans toutefois avec autant de duel physique.

La partie mulhousienne a mis en avant 3 trios offensifs dont le rôle semble déjà bien déterminé : une première pour scorer (deux passeurs turbos – Dunbar et Nikkila - et un finisseur – Östman - très remuant), une seconde intermédiaire, polyvalente dans les deux sens de la patinoire, et une troisième nettement plus attachée au travail défensif (à l'instar du boulot de sape effectué par Kenny Martin).

La défense des Scorpions fut assez inégale, engendrant quelques moments de panique devant Blazek (pas forcément encore bien non plus, dans son équipement tout neuf). Il reste donc du travail pour trouver une cohésion, surtout que quatre joueurs de champ n'évoluaient pas ce soir, principalement à cause de blessures (Chipaux, Gewiese, Ten Braak, Wells).

 

Mulhouse - Dübendorf 4-2 (2-0, 2-2, 0-0)
Samedi 20 août 2016 à 20h à la patinoire de l'Illberg. Environ 250 spectateurs.
Arbitrage de M. Bergamelli assisté de MM. Turbert et Chouleur.
Pénalités : Mulhouse 16' (6', 6', 4') ; Dübendorf 6' (4', 0', 2').
Tirs : Mulhouse 27 (10, 8, 9) ; Dübendorf 16 (4, 8, 4).

Evolution du score :
1-0 à 14'51" : Östman assisté de Seda
2-0 à 18'59" : Dunbar assisté de Östman et Nikkila
3-0 à 20'33" : Östman assisté de Nikkila et Dunbar
4-0 à 25'38" : Östman assisté de Dunbar
4-1 à 27'29" : Stoob assisté de Sagesser (sup. num.)
4-2 à 30'23" : Kreis assisté de Seiler


Mulhouse

Attaquants :
John Dunbar – Roppe Nikkila – Anton Östman
Magnus Lindgren – Milan Jurik (A) – Valerian Croz
Jeremy Ares – Kenny Martin – Adrien Josse
Adrien Gleveau

Défenseurs :
Michal Petira – Michal Seda
Hugues Cruchandeau (C) – Maxime Suzzarini
Maxime Lutz – Ruslan Borysenko (A)
Baptiste Goux

Gardien :
Jiri Blazek

Remplaçant : Charpentier (G). Absents : Mickaël Muller, Petr Gewiese, Tarik Chipaux, Charles Wells, Bryan Ten Braak (blessé).

Dübendorf

Attaquants :
Adrian Stoob – Ken Kunzli – Dennis Barts
Andreas Bührer – Yannic Celio – Marc Wust
Raoul Seiler – Steven Widmer – Cyrill Kreis
Andrej Radujko

Défenseurs :
n°9 – Remo Sägesser (C)
n°18 – Damian Reichart
Renato Schwarz – Lukas Stettler

Gardien :
Remo Trüb

Remplaçant : Yannik Peter (G).