Gap - Lyon (match de préparation)

Après la série de matchs aller de la CHL, Gap reprend la suite de sa préparation. Un premier match en déplacement était prévu à la patinoire Charlemagne de Lyon. La partie a tout simplement été annulée ! Le corps arbitral ne trouvait pas les balustrades suffisamment sécurisées. Ce soir Gap accueille, enfin, les Lyonnais.


Gap a démontré sa force malgré deux défaites à domicile en CHL. Mais ce groupe a vendu chèrement sa peau en offrant une belle résistance face aux représentants finlandais et suédois (Jyväskylä et Linköping 1-4 et 0-2).

L'équipe de Lyon, coachée par Mitja Sivic, a été repêché pour participer à la ligue Magnus. Et il faut bien dire que la préparation estivale est rudement lancée avec 5 victoires en déplacement en autant de match (2-5 à Morzine, 1-3 à Briançon, 2-6 à Neuilly, 2-7 à Grenoble et 1-3 à Morges en Suisse). C’est une équipe en confiance qui vient poser ses patins à l’Alp’arena. Le groupe des Lions présente un effectif d’expérience et des joueurs ayant connu la victoire. Tout ceci agrémenté d’une bonne dose de joueurs français de qualité.

Le duo de portiers est intéressant avec le Slovène Matija Pintaric qui arrive de Dijon et ses 93,2% d’arrêts en deuxième phase de championnat. Le Grenoblois Sébastien Raibon, fait un très bon gardien n°2. Formé aux Brûleurs de loups, il a passé 6 saisons dans le groupe pro pour ensuite passer 2 années à Anglet avec deux finales de D1 dans son parcours.

Le secteur défensif peut compter sur l’ex-Gapençais Dominik Kramar. L’international slovène Jakob Milovanovic, bien connu du championnat de France, arrive de Grenoble après de nombreux allers/retours entre l’étranger et la France. La filière slovène est inépuisable avec le recrutement de Matej Podlipnik qui a joué la saison précédente dans le championnat autrichien à Bolzano et au second niveau tchèque à Trebic.

Enfin, du côté français, Lyon s’appuiera sur l’expérience de Cédric Custosse et ses 3 titres de champions de France avec Rouen. Malheureusement il ne joue pas ce soir. Thomas Roussel arrive de Dijon avec en prime 32 sélections en équipe de France. Jules Breton, Quentin Mahier et Sébastien Valade font partie de ce groupe.

L’attaque s’appuiera sur le gros scoreur canadien Scott Fleming. Le joueur de l’Ontario a évolué à Greenville en ECHL pour inscrire 57 points en 71 parties. Dans cette forte ligue, ce n’est pas moins de 110 points en 139 matchs sur 3 saisons qui ont été inscrits. Le gros coup semble être le recrutement de l’Autrichien Roland Kaspitz. Formé à Villach, il arrive de Graz et Ljubljana avec 30 points en 50 parties. Il a pointé 502 fois en 630 rencontres. Ce soir, nous n’aurons pas l’occasion de le voir, il est absent lui aussi de ce match. Samuel Takac arrive de Gap (25 pts en 33 matchs). Autre joueur à suivre, le Letton Miks Lipsbergs auréolé du titre de champion de Lettonie avec le club de Mogo où il a inscrit la bagatelle 58 points en 38 matchs. Le canadien Vikhael To Landry est une valeur sûre du club: 36 points en 36 parties. Il connaît bien la boutique car il entame sa 5e saison à Lyon.

Les Français seront présents avec Valentin Michel qui a animé l’attaque de Strasbourg et démontré une réelle vivacité et un patinage intense. Quentin Berthon, formé à Lyon, arrive de Brest et a passé 7 saisons à Rouen. Julien Correia a joué 36 parties et inscrit 23 points sous le maillot des Lions. Ce joueur formé à Rouen a évolué pendant 4 saisons à Gap entre 2007 et 2011. Kevyn Richard arrive de Nantes où il a passé deux saisons. Formé à Grenoble, il a inscrit 49 points en 54 parties sur deux saisons de D1.

Du côté de Gap, de nouveaux bouleversements d’effectif sont d’actualité avec plusieurs joueurs blessés. Matt Vidal est obligé de retourner au pays pour raisons familiales, Brett Ferguson doit subir une intervention à l’hôpital et sera absent pour une longue durée. Enfin, Ryan Bullock est blessé lui aussi depuis le tournoi de Maribor. En conséquence, deux Canadiens arrivent avec Patrick Marsh de Toronto University et Kyle Essery qui jouait à Herning au Danemark. Mais ce dernier n’est pas sur la glace pour ce match. Un troisième recrutement est dans les cartons. Pour le moment Luciano Basile sort du hockey mineur Joris Rama pour lui donner l'occasion de jouer en équipe première. L’alchimie gapençaise va-t-elle résister à l’invincibilité lyonnaise ?


gap lyon

La partie commence sur un jeu assez équilibré mais Gap peine à trouver des positions de tirs. Lyon est bien en place et se procure la plus belle occasion. Flemming récupère le palet et remet dans le slot pour Takac esseulé qui ouvre la marque. Une occasion – un but (0-1, 2'50). Les Lions prennent l'ascendant sur ce début de match. Leur pressing avant gène la relance des Gapençais qui évoluent en noir ce soir. À 5'50 les Rapaces remontent le palet avec King qui remet devant la cage pour Marsh. Le Canadien fraîchement arrivé choisit une belle déviation de la crosse qui passe à côté. Da Costa est retenu dans la bande et le premier powerplay donne l'occasion à Gap de revenir pour une double supériorité. Labrecque lance à la cage mais Pintaric s'impose de la mitaine à 6'01. Le jeu de puissance s'installe et Bernier trouve King au second poteau. La vitesse d’exécution, trop lente, permet au cerbère slovène de dévier. Mais sur la deuxième construction identique, King trouve la cage ouverte (1-1, 6'46).

Le bloc Delemps – Mahier – Correia – Michel – Breton tourne autour de la zone offensive et trouve un bon tir capté par Fouquerel à 8'35. Les rapaces accusent des pertes de palet et quelques ratés dans les passes. Takac gagne son duel physique face à King. Mais on sent que les noirs ont les moyens de percer avec Thomas Carr qui propulse une extra passe. Le puck traverse toute la longueur de glace pour Balsamo qui redonne devant la cage pour le duo Serer – Faure. Mais la reprise passe à côté à 10'11. À 12'32 Isackson derrière la cage remet sur King qui tire à bout portant mais Pintaric bloque le puck dans les bottes. Dans l'action, King charge légèrement le gardien mais voit l’arbitre lui demander de rejoindre le banc des pénalités. En infériorité, gros boulot de Serer qui dévie le palet de la crosse et casse une relance. Lyon doit recommencer pour poser le jeu de puissance. Correia parvient à shooter sur Fouquerel et provoque un regroupement sur le cerbère français. La pression provoque une échauffourée. Le match monte en température. Interception de Bouvet qui part seul et lance dans les bottes de Pintaric à 14'20. Lyon termine le tiers fort avec une intensité de patinage et garde le jeu à son compte. Les Rapaces auront buté sur une équipe vivace qui a perturbé la construction du jeu gapençais, Pintaric faisant le reste. Tirs 11 à 15 – Mises au jeu 17 à 7.


gap lyon2

Le deuxième tiers reprend sur les mêmes bases. To-Landry remonte le puck, en vitesse, sans trouver de possibilité de tir. Gap s’échine à revenir mais la construction est défaillante avec des passes en retrait dans la zone offensive qui malheureusement ressortent sans trouver d’équipier. L’image de la détermination lyonnaise est illustrée par la charge du "petit" Richard contre le "grand" Crinon. Gap continue de shooter à la cage avec Faure à 25’12. Takac envoie un lancer bien placé, dévié du bouclier par Fouquerel. Les pénalités s’accumulant, la tension monte : King et Roussel s’expliquent violemment et les deux repartent avec 10’ de méconduite. Les bleus obtiennent de nombreuses supériorités numériques mais ne trouvent pas la faille. Joli duo Craige – Bernier, qui se termine par un lourd lancer du n°9 canadien. Mais le portier slovène tient bon ! Koblar servi par Kramar, d’une extra passe, part seul et défie Fouquerel qui dit non ! Arrêt magistral grand écart du gardien français à 29’56. Serer tente, lui aussi, une déviation de la crosse à 21’30 mais sans résultat

Gap continue à donner du temps de jeu à son deuxième gardien avec l’entrée d’Aurélien Bertrand à la mi-match. Lyon accentue son pressing avec pas moins de 3 joueurs en zone offensive au forecheck. Gap est gêné dans ses relances et ne trouve la solution que par dégagement interdit. La deuxième partie est totalement interceptée par les défenses et les rapaces ne se procurent plus d’occasions véritablement dangereuses. Les lions terminent la période sur un gros shoot de Lipsbergs à 7 secondes de la sirène. Bertrand lâche un rebond et est obligé de se coucher sur le puck. Beaucoup de difficultés pour les Hauts-Alpins à trouver les bons enchaînements, l’intensité physique n’a pas été à la hauteur pour déstabiliser des Lyonnais fringants. La parité du score est maintenue par la qualité des gardiens impeccables. Tirs 15 à 8 – Mises au jeu 6 à 11.


gap lyon3

Troisième vingt avec un début tambour battant des rapaces qui décide d’augmenter la pression sur les blancs. Mais le jeu reste bloqué par le forcing lyonnais. Les Rapaces provoquent une pénalité. Le jeu de puissance a du mal à s’installer. King trouve, tout de même un bon lancer dévié à 45’20. Crinon va sonner la charge avec une remontée de toute la glace, il passe derrière la cage et laisse pour Bouvet au cercle d’engagement. Le tir passe au ras du poteau à 48’45. Le combat physique est encore à l’avantage de Lyon qui pousse dans la zone offensive et provoque la faute. La pénalité ne donnera rien mais les échanges sont musclés dans le slot. À noter les 10' de méconduite pour Thomas Carr qui s’essuie les gants et la crosse sur le visage d'un lyonnais. Jesse Craige passe sur un grand pont et "enrhume" son adversaire, qui se venge avec un cinglage à 51’30. Mais encore une fois les blancs sont toujours sur le palet et empoisonnent les Gapençais. Un harcèlement permanent payant.

La pénalité est de nouveau tuée. Les Lions se procurent encore deux occasions successives par un duo Delemps- Mickevics, suivi de Lipsbergs qui lance à la cage mais Bertrand dévie des bottes. La cage vide au second poteau n’est pas exploitée. Les Lyonnais poussent et reviennent à égalité au nombre de tirs cadrés. Les duels penchent dans la balance pour les blancs. Michevics intercepte et garde le palet contre deux adversaires. Sur un dernier lancé surpuissant, Bertrand lâche un rebond qui est "nettoyé" par la défense à 59’13. Cette partie est loin des dispositions vues en CHL. Le jeu physique n’y était pas et les enchaînements compliqués. On a pu voir de bonnes situations offensives mais le power-play est resté trop longtemps anémique. Lyon a su jouer le harcèlement et la vivacité pour gagner de très nombreux duels. La mort subite est annoncée d’une durée de 5 minutes. Tirs 16 à 15 – Mises au jeu 13 à 10.


En prolongation, la partie ne change pas de schéma. Mais Gap a une nouvelle fois la possibilité de tuer le match sur un jeu Bouvet-Isackson-Faure, mais la reprise est manquée à 63’10. Thomas Carr dévie habilement du revers de la crosse un tir. Mais Pintaric est intraitable à 63’34. Pour le reste le temps défile sans pouvoir se procurer de nouvelles occasions. C’est Julien Correia qui prend de vitesse tout le monde et d’un tour de cage place le palet devant les buts de Bertrand qui dans le mouvement désocle la cage (64’21). Le palet ne franchit pas la ligne mais l'arbitre siffle une pénalité. Mitja Sivic prend un temps mort pour ce 4 contre 3 en supériorité. Mais tout cela ne donne plus rien et on en reste à 1-1. Tirs 4 à 2 – Mises au jeu 3 à 0.


La partie était équilibrée avec un avantage aux points pour Lyon. Habitués à défendre lors de ces deux derniers matchs face à des équipes de haut niveau, les Rapaces n'ont pas plié dans ce secteur. Mais l'échec-avant intense de Lyon a contrecarré nombre de remontées de palets et perturbé les passes. Les duels n'ont pas permis à Gap de s'imposer définitivement. Une déception après les belles performances vues en CHL. Le plus dur reste à venir pour affronter à l'extérieur les Scandinaves en phase retour de la Ligue des Champions et préparer l'ouverture du championnat à Rouen le 14 septembre. Pour Lyon, il s'agira d'un nouveau match de préparation avec la réception de Dijon mardi.

 

Gap – Lyon 1-1 (1-1, 0-0, 0-0, 0-0)
Samedi 3 septembre 2016 à 20h30 - Alp'arena 1200 spectateurs.
Arbitres : M. Barcelo
Pénalités : Gap 32' (dont 10' de méconduite pour King et Carr) ; Lyon 26' (dont 10' de méconduite pour Roussel)
Mises au jeu : Gap 39 (17, 6, 13, 3) – Lyon 28 (7, 11, 10, 0)
Tirs : Gap 46 (11, 15, 16, 4) – Lyon 40 (15, 8, 15, 2)

Évolution du score :
0-1 à 2'50 Takac assisté de Podlipnik et Fleming
1-1 à 6'46 King assisté de Bernier et Labrecque (double sup. num.)


Gap

Attaquants :
Marc André Bernier – Dave Labrecque – Kevin Da Costa - Christian Isackson – Kevin King – Patrick Marsh - Maurin Bouvet – Cédric Di Dio Balsamo – Thibaut Farina - Marius Serer – Benoit Valier - Joris Rama
Arrières:
Thomas Carr – Pierre Crinon - Jesse Craige – Raphaël Faure - Max Ross – Loïc Chapelier
Gardien :
Clément Fouquerel puis Aurélien Bertrand (à la mi-match)

Blessés : Ryan Bullock et Brett Ferguson. Absents : Dimitri Thillet et Matt Vidal

Lyon

Attaquants :
Gregor Koblar – Samuel Takac – Julien Correia – Sébastien Delemps – Scott Fleming – Vikhael To-Landry – Kevyn Richard – Valentin Michel – Miks Lipsbergs – Arturs Mickevics
Arrières:
Jules Breton – Dominik Kramar – Quentin Mahier – Jakob Milovanovic – Matic Podlipnik – Thomas Roussel – Sébastien Valade – Maxime-Félix Favre
Gardien :
Matija Pintaric – Remplaçant : Sébastien Raibon

Absents : Cédric Custosse, Roland Kaspitz, Aubin Lamirault et Quentin Berthon