Comment l'Autriche a-t-elle pu tomber aussi bas ?

Voir son entraîneur démissionner quatre jours avant un tournoi de qualification olympique, c'est pour le moins inquiétant. C'est pourtant ce qui est arrivé à la Lettonie avec le retrait pour raisons personnelles de Leonids Beresnevs. Le vieil Harald Vasiljevs (père de Herbert) a pris sa succession.

Pourtant, le premier adversaire de la Lettonie n'est pas forcément dans une situation de plus grande confiance. Aux précédents Jeux olympiques de Sotchi, l'Autriche avait une chance unique d'atteindre les quarts de finale lorsque, deux jours avant un match capital, ses joueurs de NHL (Vanek, Grabner et Michael Raffl) avaient passé une bonne partie de la nuit dans un bar. Le scandale avait provoqué la défaite et fait exploser l'équipe. Beaucoup de joueurs avaient pris leur retraite internationale, dégoûtés que l'on préfère pardonner aux fautifs parce qu'ils étaient "indispensables". Le sélectionneur Manny Viveiros, qui avait voulu maintenir tant bien que mal une discipline de groupe, avait été poussé dehors par le directeur sportif de la fédération, Alpo Suhonen, à qui il en voulait énormément.

RAFFL Michael 130504 070Aujourd'hui, Alpo Suhonen est devenu lui-même entraîneur, avec pour première mission de tenter de se qualifier pour les Jeux olympiques suivants. Les trois défaites en préparation sur un score cumulé de 3-15 face à la Norvège et à la Slovaquie B n'ont pas vraiment rassuré, mais Suhonen se montrait optimiste. Il a dit vouloir se poser en émule du Football Club de Barcelone et jouer un hockey fait de passes rapides en "tiqui-taqua". Connaissant les qualités techniques limitées de leurs joueurs, les supporters autrichiens se montraient un peu incrédules. Suhonen, l'ancien directeur de théâtre, est une personnalité intéressante et originale, mais n'est-il pas resté un peu trop éloigné du coaching... et des réalités ? Ses talents de diplomatie n'ont en tout cas pas convaincu de Vanek de venir, même si le Finlandais a expliqué qu'il s'était bien expliqué avec la star de NHL.

Le problème numéro 1 est cependant le forfait de Bernhard Starkbaum, dont la compagne attend son deuxième enfant de manière imminente. Il a d'abord été annoncé qu'il manquerait la préparation et rejoindrait l'équipe à Riga, mais son absence définitive a été annoncée juste avant le début du tournoi. Or, le staff autrichien n'a apparemment jamais prévu de "plan B" en contactant Mathias Lange, le gardien de DEL. Contrairement à son pote Vanek, il n'a même pas été évoqué la moindre discussion avec ce gardien pour essayer de le faire revenir en sélection. L'Autriche aborde donc le tournoi avec un gardien sans club (Swette) et deux portiers inexpérimentés (David Kickert et David Madlener) qui ne sont pas titulaires en club.

Si l'Autriche prend possession du palet et se crée deux tirs consécutifs par Heinrich et Lebler, ce talon d'Achille la rattrape très vite. David Kickert doit s'incliner sur un tir certes de qualité, un slap en haut du cercle du capitaine Kaspars Daugavins. Les Autrichiens ont ensuite deux supériorités numériques qu'ils n'arrivent pas à concrétiser. Pire, la Lettonie part en contre pendant l'infériorité. Lauris Darzins se fait enlever le palet in extremis, mais Andris Dzerins a suivi et marque en lucarne. Malgré ce début raté, les efforts de Thomas Hundertpfund sont justement récompensés d'un but qui maintient l'espoir (1-2).

INDRASIS Miks 130208 379La deuxième période vire cependant à la catastrophe. Roberts Bukarts trouve à son tour la lucarne de Kickert sur une mise au jeu gagnée par Zemgus Girgensons, Daugavuins reprend une passe transversale de Redlihs en powerplay, et enfin Ronald Kenins conclut un des multiples contres surnuméraires laissés par une défense autrichienne aux fraises (1-5).

Même s'il n'est vraiment pas aidé, le gardien Kickert est dépassé par les évènements, et on peut espérer que son remplacement par Madlener mettra un terme à l'hémorragie. Au contraire, Miks Indrasis, en déséquilibre, réussit à contourner le nouveau gardien après moins de quatre minutes. Martins Dzierkals de près et Rodrigo Abols sur une attaque rapide portent le score à un humiliant 1-8.

La première ligne offensive termine le match avec une fiche catastrophique de -5. Non seulement les deux "NHLers" Michael Grabner et Michael Raffl sont inexistants offensivement, mais en plus ils ne sont pas d'un grand secours défensif, avec à leurs côtés le buteur à la réputation de paresseux Brian Lebler, absolument pas dans le rythme du match. Il n'est même plus question de qualification olympique après cette débâcle, encore moins de "tiqui-taqua", uniquement de dignité.

Désignés joueurs du match : Thomas Hundertpfund pour l'Autriche et Kaspars Daugaviņš pour la Lettonie.

Commentaires d'après-match :

Alpo Suhonen (entraîneur de l'Autriche) : "20 minutes, ce n'est pas assez. Le premier tiers était OK, nous avons même plus tiré au but que la Lettonie, mais ensuite la Lettonie a très bien joué défensivement et notre jeu a complètement explosé. À 1-4, le match était fini. Nous avons besoins d'un bon gardien, mais nous avons encaissé des buts faciles. Kickert était bon en préparation, mais a pris des buts évitables. Grabner a été malade quelques jours, Michael Raffl n'a pas joué en Norvège, Starkbaum n'est pas là : ce ne sont pas des excuses mais beaucoup de choses se sont mal passées. Nous devrons montrer un meilleur visage demain. L'Allemagne est vraisemblablement encore plus forte. La réalité est que nous avons perdu 1-8, nous devons nous en remettre. Beaucoup de joueurs ont déjà vécu une telle expérience dans leur vie, moi aussi, on perd et on passe au match suivant. C'est le sport. Individuellement, chacun doit mieux travailler."

Thomas Raffl (capitaine de l'Autriche) : "Nous n'avons simplement pas été bons, c'était une victoire méritée des Lettons. Nous avons commis des erreurs à répétition dans nos transitions de l'offensive à la défensive, nous étions trop souvent en sous-nombre. La Lettonie a parfaitement exploité ça. Les erreurs s'enchaînent, et soudain on a quatre buts de retard. Dans un tournoi, tout est possible, nous regarderons match après match. L'Allemagne est certainement forte, le Japon est une classe en dessous, mais mieux vaut ne pas parler de classes après le match de ce soir..."

 

Autriche - Lettonie 1-8 (1-2, 0-3, 0-3)
Jeudi 1er septembre 2016 à 19h30 à l'Arena Riga. 4210 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano (TCH) et Aleksi Rantala (FIN) assistés de René Jensen (DAN) et Rudolf Tošenovjan (TCH).
Pénalités : Autriche 16' (4', 8', 4'), Lettonie 12' (6', 4', 2').
Tirs : Autriche 23 (11, 6, 6), Lettonie 31 (7, 13, 11).

Évolution du score :
0-1 à 05'41" : Daugavins assisté d'Indrasis et K. Redlihs
0-2 à 11'23" : Dzerins assisté de Darzins (inf. num.)
1-2 à 16'39" : Hundertpfund assisté de M. Geier et Herburger
1-3 à 25'18" : Bukarts assisté de Meija et Girgensons
1-4 à 27'36" : Daugavins assisté de M. Redlihs et Darzins (sup. num.)
1-5 à 38'48" : Kenins assisté d'Abols et K. Redlihs
1-6 à 43'57" : Indrasins assisté de Daugavins et Karsums
1-7 à 46'11" : Dzierkals assisté d'Abols et Kenins
1-8 à 56'45" : Abols assisté de Kenins et Bartulis


Autriche

Attaquants :
Brian Lebler (-5) - Michael Raffl (-5) - Michael Grabner (-5)
Thomas Raffl (C, -1) - Konstantin Komárek (-1) - Andreas Kristler (-1)
Manuel Geier (+1, 4') - Thomas Hundertpfund - Raphael Herburger (+1, 2')
Lukas Haudum (-1) - Mario Fischer - Nikolas Petrik (-1)
Manuel Ganahl

Défenseurs :
Martin Schumnig (A, -2, 2') - Stefan Ulmer (-3)
Marcus Schlacher (-2) - Dominique Heinrich (-3, 4')
Daniel Mitterdorfer (-2) - Nico Brunner
Mario Altmann (4')

Gardien :
David Kickert puis David Madlener à 40'00"

Lettonie

Attaquants :
Kaspars Daugaviņš (C, +2) - Mārtiņš Karsums (+1) - Miks Indrašis (+2)
Lauris Darzinš (A) - Andris Džerinš (+1) - Miķelis Rēdlihs (-1)
Roberts Bukarts - Zemgus Girgensons (+1, 2') - Gints Meija (A, +1)
Ronalds Ķēniņš (+3, 2') - Rodrigo Ābols (+3) - Mārtiņš Dzierkals (+3)
Vitālijs Pavlovs (2')

Défenseurs :
Artūrs Kulda (+2) - Oskars Bārtulis (+2)
Kristaps Sotnieks (+4, 2') -  Krišjanis Rēdlihs (+3, 2')
Arvīds Reķis (+1, 2') - Georgijs Pujacs (+1)
Ralfs Freibergs

Gardien :
Kristers Gudļevskis

Remplaçant : Elvis Merzļikins (G).