Rouen - HC Davos (CHL, groupe B)

Rouen a tenu tête !

Jouer une prolongation sur l’île Lacroix, ce soir, suffirait aux Suisses de Davos pour se qualifier pour le prochain tour.

Au contraire, les Rouennais seraient éliminés. Mais ce n’est pas là l’essentiel pour les deux équipes. Davos, privé de son arrière international Beat Forster, veut gagner et solidement gagner car son championnat (LNA) commence vendredi contre Ambrì-Piotta. Le club grison veut être paré pour ce rendez-vous et le dernier acte de cette préparation passe par l’île Lacroix. Rouen, sans Dame-Malka suspendu, lui, veut réussir son objectif de remporter ses matches de ligue des champions à domicile sans penser à la suite de la compétition. La tâche est rude pour le champion de France car en plus de rencontrer un club du top-10 européen, il a dû s’entraîner et se préparer sans six internationaux parti à Oslo jouer un TQO au cruel dénouement. En ce tout début de saison, les jeux spécifiques n'ont pas encore pu être travaillés.

ILLUS201609066738

Les Normands sont les premiers à l’offensive et apportent le danger sur la cage de Joren van Pottelberghe qui, technique, joue de la botte devant Miller (0’28), du plastron devant Sacha Treille en bonne position dans l’enclave (0’42) et d’un réflexe de la mitaine devant Dan Koudys pourtant patient à bout portant (0’47). Rouen est sorti fort, et Davos ne peut saisir que les espaces en contre surnuméraire. Le trio Lindgren-Rahimi-Ambühl ne trouve pas le cadre dans cette situation très favorable à trois-contre-un (3’56).

Les Suisses sont assez malmenés. Surpris, parfois en retard, ils se mettent à la faute. En power-play, les Dragons bien mobiles font bien circuler la rondelle jusqu’à trouver Guénette en haut du slot qui vise un peu trop à gauche (5’26), puis Sacha Treille, au même endroit, dont le lancer est bien dérouté par van Pottelberghe (6’23).

ILLUS201609066983

Le RHE76 a bien entamé ce match mais le HCD n’a pas été surpris et c’est à lui maintenant de jouer en power-play. Las, Dany Sabourin sauve ses coéquipiers d’un double arrêt devant Ambühl puis Marc Wieser au rebond (9’19). Ensuite le club des Grisons va être indiscipliné et jouera à trois défenseurs pendant 42 secondes. Le trio Ambühl-Du Bois-Lindgren résistera aux offensives locales. Incroyables Suisses qui auront quatre possibilités d’ouvrir le score en infériorité. Soit en contre surnuméraire (14’01, 15’55 et 18’08) soit en échappée (Jorg à 16’57). Les visiteurs n’ont pas trouvé la solution à Dany Sabourin !

Mais Matt Hussey en zone offensive perd le puck assez grossièrement à la ligne bleue alors que traîne curieusement Dino Wieser, un titulaire en équipe de Suisse, en zone neutre, qui le récupère. L’ailier droit, décidant de ne plus jouer au chat et à la souris, s’en va provoquer Sabourin et le bat froidement en logeant le disque sous la barre côté mitaine (0-1 à 18’53).

ILLUS201609066850

Au début du deuxième tiers, les deux équipes se retrouvent vite à quatre-contre-quatre. Dans cet exercice, Dick Axelsson, approximatif ou dilettante, manque le cadre en bonne position (20’32). Mais le rythme des Normands surprend toujours ses invités qui se (re)mettent à la faute.

Cependant les Rouennais n’ont pas corrigé à la pause leur lacune du premier tiers : laisser des contres surnuméraires à leurs adversaires. Quand François-Pierre Guénette se fait intercepter en entrant en zone offensive, entre Lindgren et Ambühl (capitaine de l’équipe nationale suisse), ça ne rigole pas. Leur tic-tac-toe comme à l’entraînement, Sabourin n’y a vu que du feu (0-2 à 21'57).

ILLUS201609066842

C’est dommage car les champions de France travaillent fort, vont de l’avant et créaient de bonnes choses. Mais trop naïfs ou pas assez rodés, ils offrent en grandes quantités d’énormes cadeaux sur leur repli défensif très souvent en supériorité numérique aux Suisses, qui n’ont, dans la majorité du temps, que compté dessus pour rivaliser avec le rythme imposé par Rouen. Tant que Dany Sabourin lisait bien le jeu des contres suisses, on poussait des ouf de soulagement, mais dès lors que les attaquants de Davos ont arrêté de rigoler sur ces jeux, on a encaissé.

ILLUS201609067174

Le cas typique se produit encore. Loïc Lampérier profite d’un bon travail de Chad Langlais (23’10). Puis, les joueurs de Fabrice Lhenry laissent un breakaway à Dino Wieser que Sabourin peut parader (23’38). Suivra à cette attaque, un moment fort des hommes d’Arno Del Curto ponctué par un lancer de Du Bois du haut de l’enclave encore détourné par Sabourin (24’12).

Rouen aura un peu de mal à retrouver de l’allant, mais lorsqu’il s’approche du but de Joren van Pottelberghe, il subit une nouvelle escapade helvète. Cette fois c’est Dick Axelsson qui bute sur Sabourin (26’36). À la mi-match, les coéquipiers de Patrick Coulombe jouent une attaque à cinq et, une fois encore, ils laissent un bon de sortie au partenaire d’Andres Ambühl, à Walser cette fois, mais le tir du joueur de centre n’est pas cadré (32’40).

ILLUS201609066876

Joris Bedin obtient deux bonnes chances coup sur coup et remet la maison Dragon en état de marche. De son côté Dany Sabourin est solide. Après un arrêt du casque sur un tir frappé par Jorg au centre du cercle droit, le gardien gêle le caoutchouc (34’00). Le Québécois est dur au mal et inspiré, derrière son but, en relance le long de la bande. Sur la gauche, Marc-André Thinel récupère le palet et le transmet dans l’axe, dans le dos des défenseurs suisses, sur qui Sacha Treille a pris le meilleur. L’ailier international dévie adroitement la passe parfaite dans le timing de MAT, sous les jambières de van Pottelberghe (1-2 à 34'54).

ILLUS201609066998

Davos réagit par Perttu Lindgren mais poursuit son l’indiscipline. Joren van Pottelberghe n’est pas aussi fin en relance que son vis-à-vis et Thinel n’est pas loin de profiter de son long dégagement de derrière le but, en lançant de loin à droite dans la cage pas encore totalement protégée par le retour à son poste de van Pottelberghe (38’50). Le RHE76 a bien manœuvré pendant le reste de son jeu de puissance avant la deuxième pause. Loïc Lampérier à la voilure et Guénette au lancer, mais le Canadien ne surprend pas van Pottelberghe (39’22).

ILLUS201609067010

En troisième période, malgré une action perforante du duo Kousal-Wieser (44’43), Davos n’est pas parvenu à créer une nouvelle cassure alors qu’il jouait en supériorité. Ce sont au contraire les Rouennais qui voyaient leur excellent travail depuis le début du match récompensé en avantage d’un homme. Le centre de Loïc Lampérier à droite a été dévoyé entre les jambières de van Pottelberghe par l’arrière, Fabian Heldner, qui essayait d’empêcher la passe entre l’ailier international et Guénette au second poteau (2-2 à 47’38). Vingt secondes plus tard, Marc-André Thinel intercepte le palet en zone neutre et file se présenter en face à face avec le gardien adverse et prend ses responsabilités. Avec Miller dans son dos, c’est un deux-contre-zéro. Le vétéran envoie et... trouve la barre, à gauche, côté plaque de van Pottelberghe (50’58).

Maintenant on sent les joueurs de Davos un peu nerveux et surtout agacés. Ils discutent beaucoup avec les arbitres. Après un interlude où les deux équipes se retrouvent à quatre contre quatre, si le HCD attaque, ce sont les Dragons qui ont encore une énorme occasion par Dan Koudys qui se présente pour un duel face à van Pottelberghe (52’27).

ILLUS201609067031

Rouen a eu sa chance et sa fin de match sera difficile. Les deux cages ont beaucoup bougé. Mais alors qu’il reste 7 minutes à jouer, un déplacement du but rouennais est plus suspicieux (52’57). Le jeu est plus fermé et les opportunités deviennent rares. Seul, Perttu Lindgren s’en procure une avant la fin du match (57’40). À cinq secondes de la fin du temps réglementaire, un filet sera refusé à Dick Axelsson parce que Sabourin et sa défensive s’est arrêtée de jouer alors que la cage avait encore été déplacée (59’55).

ILLUS201609066874

En jouant la prolongation, les Dragons, désormais éliminés, avaient toujours à cœur de l’emporter. Mais à trois-contre-trois, ils n’ont pas gagné d’engagement. Ils durent subir la pression des Suisses. Dany Sabourin a été solide (60’31, 60’51 et 61’21). Dan Koudys, privé de crosse, cassée sur la seule tentaive de tir rouennaise, a dû tacler Du Bois (62’01). Puis, il a été sifflé une faute offensive de Mark Matheson, moins intentionnelle que maladroite. Jugée sévère à ce moment du match, alors qu’auparavant dans cette prolongation un retenir plus délibéré sur Miller avait été ignoré. Dans cet avantage numérique (à quatre contre trois), le but de Félicien Du Bois a été très bien préparé. Le tir des poignets de l’arrière international suisse est parti de la pointe axiale vers le haut de filets à droite côté mitaine pendant que Dick Axelsson voilait Sabourin (2-3 à 62’56).

ILLUS201609067098

Rouen n’a pas remporté sa première victoire en Ligue des champions mais a proposé une sacrée opposition à Davos qui était venu pour « gagner solidement ». On ne peut pas dire cela de la victoire des Suisses ce soir. On peut déclarer qu’ils ont raté leur match. Les Dragons auront réussi à faire déjouer un club de référence européenne et cela constitue forcément une bonne préparation au championnat qui débute la semaine prochaine. Les champions de France sortent officiellement de la CHL la tête haute avant de recevoir dignement Djurgården afin de développer leur considération européenne et de terminer leur préparation aux joutes nationales.

Étoiles du match : Joren van Pottelberghe *** (Davos), Dany Sabourin ** (Rouen) et Perttu Lindgren * (Davos).

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Yorick Treille : « On voulait la victoire pour notre public et pour la confiance. On a joué le coup à fond. On savait qu’à la maison on pouvait faire jeu égal avec eux. On avait tous envie de faire un gros match. On aurait aimé prendre les trois points mais la pénalité sifflée contre Mark (Matheson) nous fait mal. Je la trouve très sévère. Il y a du positif ce soir, notamment au niveau de l’engagement, même si on ne peut pas être satisfait d’avoir perdu et d’avoir laissé autant d’occasions franches à Davos. »

Fabrice Lhenry : « Ça fait chier de passer si près de la victoire... Les gars ont travaillé fort pendant plus de 60 minutes. Même à 0-2. On a tenu tête à Davos qui est une équipe expérimentée et de grande qualité. La satisfaction, elle se trouve là. Après, je suis déçu de notre power-play en premier tiers-temps. On a eu des opportunités mais on ne les a pas converties et, surtout, par moments, on a pris trop de risques dans cette situation. On n’a pas suffisamment respecté le jeu défensif. »

Patrick Coulombe : « On a vu de très belles choses. On a été compétitif face à cette équipe de Davos. Ça fait mal de laisser partir un match comme ça en prolongations, même s’il faut essayer de retenir d’abord et avant tout le positif. On a démontré beaucoup de caractère ce soir en revenant de l’arrière. À domicile, avec notre public, on sait qu’il n’y a rien d’impossible. »

Florian Chakiachvili : « Il y a à la fois la fierté d’avoir fait jeu égal avec Davos ce soir et la déception de ne pas accrocher la victoire. Prendre un point, c’est déjà pas mal. Franchement, on n’a pas à rougir de notre prestation même si, au final, on leur a laissé pas mal d’échappées et de deux contre un. Dany (Sabourin) a encore été incroyable ce soir et c’est lui qui nous garde dans le match et nous donne une chance de revenir de l’arrière. »

ILLUS201609066863


Rouen – Davos 2-3 après prolongation (0-1, 1-1, 1-0, 0-1)
Mardi 6 septembre 2015 à 19h45 au centre sportif Guy Boissière. 2741 spectateurs.
Arbitres : M. Aaro Brannare (Fin) et Geoffrey Barcelo (Fra) assisté de MM. Joris Barcelo et Clément Goncalves.
Pénalités : Rouen 10' (2', 2’, 4’, 2’) ; Davos 20' (8', 8', 4').
Tirs : Rouen 40 (14, 19, 7, 0) ; Davos 30 (9, 13, 5, 3)
Chances : Rouen 9 (3, 4, 2, 0) ; Davos 18 (6, 8, 3, 1)

Évolution du score :
0-1 à 18’53" : D. Wieser assisté de Ambühl
0-2 à 21'57" : Lindgren assisté de Ambühl (inf.num.)
1-2 à 34'54" : S. Treille assisté de Thinel et Sabourin
2-2 à 47'38" : Lampérier assisté de Thinel (sup.num.)
2-3 à 62’56" : Du Bois assisté de Lindgren (sup.num.)
 

Rouen HE76

Attaquants :
Sacha Treille – Adam Miller – Marc-André Thinel
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Dan Koudys
Jordann Perret – Mat Hussey – Yorick Treille (A)
Vincent Nesa – Damien Raux – Joris Bedin
Jeremy Delbaere (à 48’18)

Arrières :
Aurélien Dorey – Patrick Coulombe (C)
Chad Langlais – Patrick Koudys
Florian Chakiachvili – Mark Matheson

Gardien :
Dany Sabourin (27 arrêts).

Remplaçants : Quentin Papillon (G) et Camil Durand. Absents : Olivier Dame-Malka (suspendu), Fabien Colotti (?), Julien Msumbu, David Fritz-Dreyssé, Jordan Reynaud, Antonin Cartron et Enzo Cantagallo (choix).

HC Davos

Attaquants :
Andres Ambühl (C) – Samuel Walser – Chris Egli
Dick Axelsson – Perttu Lindgren – Marc Wieser
Dino Wieser (A) – Marc Aeschlimann – Tino Kessler
Mauro Jörg – Robert Kousal – Dario Simion

Défenseurs :
Sven Jung – Félicien Du Bois (A)
Daniel Rahimi – Jens Nater
Marco Forrer – Fabian Heldner
Noah Schneeberger - Claude-Curdin Paschoud

Gardien :
Joren van Pottelberghe (38 arrêts).

Remplaçants: Gilles Senn (G). Absents : Beat Forster (blessé), Simon Kindschi, Enzo Corvi et Gregory Sciaroni (?).