L'équipe tchèque est-elle la moins forte ?

Les Tchèques abordent la Coupe du monde en position d'outsiders complets, d'équipe que les Nord-Américains considèrent comme la moins forte de toutes.

Il faut dire que les mauvaises nouvelles se sont accumulées ces derniers jours. Le premier centre David Krejčí, le principal espoir Tomáš Hertl et le défenseur Radko Gudas sont tous forfaits sur blessure. Quant à Jaromír Jágr, il ne va pas ressortir de sa retraite internationale cette fois. Après avoir été boudé plusieurs fois par la sélection, Jiří Hudler fait la tête et a fait savoir par son agent qu'il ne viendrait pas. Le dernier remplacement appelé, Roman Červenka (Fribourg-Gottéron), n'est pas encore présent.

BOBROVSKI Sergei 150516 825Les débuts comme sélectionneur de Josef Jandač ne s'annoncent donc pas forcément sous les meilleurs auspices. Son équipe n'a plus de leaders en défense, et ses nouveaux gardiens (Mrazek et Neuvirth, qu'il a dit préférer à Pavelec) n'ont pas encore d'expérience internationale.

En face, la Russie a tout de même d'autres arguments. Même si cette Coupe du monde est d'autant plus mal placée pour elle que la saison de KHL a déjà commencé, elle ne peut jamais négliger son équipe nationale. Le Yubileiny de Saint-Pétersbourg (la "petite" patinoire de 7000 places) est plein et encourage plus particulièrement les joueurs "locaux" du SKA, qu'ils soient nouveaux - tel Datsyuk - ou anciens, comme Artemi Panarin dont le trio avec Dadonov et Shipachev est reconstitué.

Les conditions seront différentes pour ces deux rencontres de préparation : la surface de jeu a été rétrécie à Saint-Pétersbourg pour se préparer aux conditions qui prévaudront au Canada, alors que l'adaptation n'a pas été possible à Prague, où le match retour se jouera sur grande glace.

Le public est près de la douche froide après à peine 28 secondes quand un tir excentré de Palát ricoche sur le pation de Bobrovsky et retombe sur le haut du poteau. Les Tchèques sont mieux entrés dans le match. Le travail en zone offensive de Milan Michalek et Vladimir Sobotka libère à la ligne bleue Michal Kempny, qui fête ses 26 ans par l'ouverture du score (0-1). La Russie accélère progressivement le rythme et la ligne du SKA est la plus en évidence. Une longue présence offensive, sans que la défense tchèque ne puisse se dégager, est couronnée par un tir de Panarin le long du poteau (1-1).

MICHALEK Milan 110513 030La Russie domine et commence la deuxième périoder par deux supériorités numériques. Dans le cercle droit, Vladimir Tarasenko tire précisément dans la lucarne opposée (2-1). L'ambiance devient assourdissante. Une pénalité de Nesterov est défendue par le travail en infériorité d'un certain Ovechkin. Au retour à cinq, la Russie se détache. Le tir de Marchenko est repoussé par la transversale mais Nikita Kucherov a suivi (3-1). Pire pour les Tchèques, ils perdent Sobotka sur une mise en échec de Zaitsev : la suspicion de clavicule cassée sera heureusement écartée. Il faut quand même finir le match avec seulement 11 attaquants dont 3 centres.

Les Tchèques sont un ton en dessous de leurs adversaires individuellement, et essaient de compenser par l'effort collectif. Ils n'ont jusqu'ici réussi que quelques contre-attaques, mais une pénalité de Kuznetsov les relance. C'est en fait le défenseur Marchenko qui dévie contre son camp le palet envoyé par Martin Hanzal (3-2). Ce petit coup du sort ne perturbe pas les Russes, qui ne mettent que deux minutes à répliquer. Dadonov finit la jolie action de sa ligne (4-2). La réduction du score de Plekanec, qui prend le meilleur sur Markov dans le slot, arrive trop tard (4-3).

Commentaires d'après-match

Josef Jandač (entraîneur de la Tchéquie) : "Je m'attendais à sentir plus de nervosité chez moi. Mais comme nous sommes préparés et que nous sommes quatre sur le banc, ce n'était pas le cas. Avoir travaillé dans la position s'assistant m'aide. Ma première n'a pas été victorieuse, mais je pense que la performance n'était pas mauvaise. Je peux rapidement analyser le jeu de notre adversaire. J'ai aimé leur troisième ligne, qui a mis deux buts. Les Russes ont d'excellentes individualités. Dans notre perspective, Martin Hanzal a probablement été notre meilleur joueur. Ondrej Palát l'a bien secondé, c'est un joueur sérieux dans les deux sens de la glace. David Pastrňák n'a pas mal joué non plus."

Martin Hanzal (attaquant de la Tchéquie) : "Il y a eu de bonnes choses, par exemple devant la cage, mais nous avons connu un peu de confusion en zone défensive. Nous avons encore du travail. Si nous jouons avec de la vitesse, en mettant la pression dans l'enclave en en tirant en powerplay, nous pouvons jouer avec n'importe qui. J'ai pris quelques tirs dans le corps, mais c'est mon job. Je joue un hockey physique autour de la cage. Nous serons meilleurs chez nous. Nous connaissons l'environnement et nous aurons quelques jours d'entraînement de plus. Nous nous concentrerons plus sur nous que sur les Russes. Nous nous préparons pour Toronto, pour le 17 septembre, quand ça commence pour de vrai."

Evgeni Dadonov (attaquant de la Russie) : "c'était un match pour se mettre dans le rythme. Beaucoup de gars jouent en NHL, mais pour nous, les joueurs du SKA, c'était le premier match de la saison sur une petite glace. Mon but est l'aboutissement du travail des cinq joueurs sur la glace."

 

Russie - Tchéquie 4-3 (1-1, 2-0, 1-2)
Jeudi 8 septembre 2016 à la Yubileïni arena de Saint-Pétersbourg. 6311 spectateurs.
Arbitrage de Gord Dwyer (CAN) et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Gleb Lazarev (RUS) et Michel Cormier (CAN).
Pénalités : Russie 10' (2', 4', 4'), Tchéquie 12' (2', 10', 0').
Tirs : Russie 28 (13, 10, 5), Tchéquie 32 (7, 11, 14).

Évolution du score :
0-1 à 03'54" : Kempný assisté de Sobotka et M. Michálek
1-1 à 18'29" : Panarin assisté de Shipachyov et Dadonov
2-1 à 25'22" : Tarasenko assisté de Kucherov et Markov (sup. num.)
3-1 à 28'38" : Kucherov assisté de Marchenko et Orlov
3-2 à 46'48" : Hanzal assisté de Hemský et Kempný (sup. num.)
4-2 à 48'48" : Dadonov assisté de Panarin et Shipachyov
4-3 à 57'13" : Plekanec assisté de Polák et Palát


Russie

Attaquants :
Aleksandr Ovechkin (2') - Evgeni Kuznetsov (2') - Nikita Kucherov
Nikolaï Kulemin - Evgeni Malkin - Vladimir Tarasenko
Evgeni Dadonov (+2) - Vadim Shipachyov (+2) - Artemi Panarin (+2)
Ivan Telegin (-1) - Pavel Datsyuk (-1) - Vladislav Namestnikov (-1, 2')

Défenseurs :
Nikita Zaitsev (-1) - Evgeni Orlov (2')
Andrei Markov (-1) - Nikita Nesterov (2')
Dmitry Kulikov (+2) - Aleksei Marchenko (+2)

Gardien :
Sergei Bobrovski

Remplaçant : Semyon Varlamov (G). En réserve : Andrei Vasilievsky (G), Andrei Markov (D), Artyom Anisimov (A).

Tchéquie

Attaquants :
Michal Birner (-1) - Tomáš Plekanec (C, 4') - Jakub Voráček (-1, 2')
Ondřej Palát - Martin Hanzal (-1) - David Pastrňák (-1)
Aleš Hemský (+1) - Radek Faksa - Michael Frolík
Dmitrij Jaškin (2') - Vladimir Sobotka - Milan Michálek (2')

Défenseurs :
Michal Kempný (+1) - Roman Polák (+1)
Jakub Nakládal - Andrej Šustr (-1)
Michal Jordán (-1, 2') - Zbynek Michálek (-2)

Gardien :
Petr Mrázek [sorti à 59'12"]

Remplaçant : Michal Neuvirth (G). En réserve : Ondrej Pavelec (G), Tomáš Kundrátek (D).