Gap - Dijon (Ligue Magnus, 2e journée)

La nouvelle mouture du championnat « Saxoprint-Ligue Magnus » est enfin mise en route. 44 matchs de saison régulière au programme qui donneront plus de difficultés aux coachs pour gérer les effectifs, les blessures et les mauvaises comme les bonnes séries. Les Rapaces ont entamé leur première journée sur la glace de l'île Lacroix avec un premier test grandeur nature face au champion de France en titre. Avec un effectif chamboulé par les blessures Gap, s'en est sorti en prenant un point à Rouen (2-3 a.p).



Kyle Essery est opérationnel pour compléter l'attaque gapençaise. Et cette semaine le club a signé un attaquant supplémentaire avec le Canadien Sean Ringrose. Ce natif d'Edmonton a évolué à Alberta University avec un titre en 2014 et une place dans le All star team. La saison précédente, il évoluait en ECHL aux Colorado Eagles.

Les Ducs, quant à eux, ont chuté à domicile face à l'armada grenobloise (2-6). L'effectif présente de bons joueurs français d'avenir complété par des étrangers d'expérience. Dans les cages on retrouve Henri Corentin Buysse qui arrive de Chamonix et ses 91% d'arrêts.

Le défenseur Matt Maher est bien connu des travées de Gap, il sera dans le groupe avec le Finlandais Silvennoinen qui provient, lui aussi, de Cham'. Les français internationaux Maxime Ritz et Vincent Melin ont joués les championnats du monde U 18 pour le premier et U18 – U20 pour le second. Benoit Quessandier, le capitaine, fera valoir son expérience de 305 parties de Ligue Magnus et sa 6e saison à Dijon.

En attaque les Ducs compteront sur le suédois Johan Andersson. Il jouait à Rungsted et a évolué 285 fois en Allsvenskan (2e niveau de Suède). Il s'agit d'un centre qui peut jouer à l'aile en cas de besoin. C'est un petit gabarit qui joue de façon propre. Mathias Månsson arrive de Sundsvall et a joué 338 matchs dans l'élite de la SHL pour 165 points inscrits. C'est un joueur grand, fort et agressif au forecheck. Il s'agit d'un bon marqueur et trouve le filet sur des déviations ou des tirs de courte portée en général. Avec son jeu énergique fort, il fait de la place pour ses coéquipiers.

L'Américain Patrick White a joué, en Autriche, à Graz, ensuite en Suède à Leksand et enfin à Lillehammer en Norvège, la saison dernière. Il faut souligner sa saison 2015 au Slovan Bratislava en KHL. White est un centre qui joue dans les deux sens. Meneur de jeu qualifié, il peut aussi scorer et possède une très bonne capacité de patinage. Jimmy Jensen, bien connu du championnat de France à Angers et Briançon, revient dans l'hexagone après une escapade en Hongrie à Ferencvaros. Les Français à suivre seront Anthony Goncalvès de Strasbourg et formé à Rouen, ainsi que César Joffre de Mulhouse, formé à Grenoble.

Gap Dij1

La « boîte à gifles » est de sortie sur la première mise au jeu, ce qui illustre le thème de ce premier tiers. On retrouve la rudesse dans les contacts. Le jeu s'équilibre avec de nombreux duels accrochés. La charge de King propulse le défenseur jaune au sol. Il faut attendre 2'47 pour voir le premier lancer solide de Da Costa et mettre Buysse en chauffe. Mais le rebond sur la déviation du portier ne trouve aucun bleu pour reprendre en cage vide. Sur l'action suivante, Thillet, seul, évite le gardien dijonnais mais ne peut que loger le palet dans les bottes (5'07).

La partie va se recentrer sur des jeux attaques-défenses sans grande occasion mais de nombreux tirs cadrés mais peu dangereux côté gapençais. Par contre, les contacts continuent d'être appuyés. Jimmy Jensen porte une charge énorme mais régulière dans la bande en zone offensive. Dijon, bien placé, reprend l'avantage dans les mises au jeu et les duels. Kyle Essery remonte le puck et Carr conclu par un bon shoot mais sans difficulté et sans écran devant le portier (10'06). Gap prend le jeu à son compte et King propulse un lourd lancé dévié par Buysse du bouclier (11'24). La première pénalité est sifflée contre les Ducs. Bullock nous gratifie d'un très bon shoot qui se loge entre les bottes de Buysse, à la limite de traverser le rempart du gardien, mais sans réussite. Sur l'action ça chauffe devant la cage et on s'explique encore une fois (12'24). Mais il faut bien reconnaître que le jeu de puissance ne s'installe pas.

Dijon continue à jouer des coudes comme Goncalvès mais Gap continu sa domination vers l'avant. Bernier accompagné de Thillet, lance à la cage mais Buysse dévie une nouvelle fois le puck (15'10). Dijon se procure de rares occasions mais Andersson shoote dans le trafic et Månsson dévie du patin. Fouquerel gèle le palet sur un arrêt réflexe (16'02). Marsh-Essery se projettent à l'avant pour un lancer de Bullock qui répond bien présent après sa longue absence (18'33). Dans le slot, Balsamo se retourne sur lui-même avec le palet et loge la rondelle du revers sur le portier dijonnais (19'10). Sur l'action c'est une crosse dans le visage qui « récompense » le Gapençais. Dijon est pénalisé pour crosse haute. Les Ducs font le dos rond et il faut souligner le gros travail défensif de White qui « chope » le puck à la bleue défensive et dégage son équipe. Gap termine le tiers avec des difficultés à s'installer en power-play. Dijon a imposé un jeu rude et une envie incroyable pour faire déjouer les Gapençais. Le système a marché et les Rapaces ont été empêtrés dans ce forcing. Mais il faut reconnaître que c'est Gap qui a pris le jeu en main mais sans réussite.

Gap Dij2

Deuxième vingt et Gap met plus d'intensité. King donne pour Ringrose qui place le palet sur le portier. La déviation part dans le filet protecteur (20'45). À noter la détermination de Thomas Carr qui bouscule son vis à vis pour récupéèrer un palet à la bleue défensive. Le schéma gain de la mise au jeu et tir se répète pour les rapaces mais manque d'écran devant Buysse. Gap domine la partie mais White relance et permet un bon lancer sur Fouquerel (24'15). Le secteur défensif gapençais est impérial et ne laisse aucune place aux jaunes. À noter le très bon repli défensif de Serer qui reprend la rondelle dans un duel acharné. L'association King - Ringrose se révèle une nouvelle fois concluante mais Buysse interrompt l'action (25'20).

Les Ducs subissent encore plus le jeu offensif des Rapaces, mais Edwards trouve tout de même l'espace pour lancer à la cage sans conséquence (28'04). Sur une nouvelle supériorité, Gap arrive enfin à installer le jeu de puissance avec un groupe Bernier – Labrecque – Thillet – Ringrose – Bullock. Mais il faut souligner l’hyper-agressivité défensive des jaunes qui leur permet de récupérer des palets dans leur zone. La pénalité est une nouvelle fois tuée. Et c'est Balsamo qui se procure une belle occasion sur une déviation (34'22).

Dijon continue son travail de sape défensive qui perturbe la finition des belles occasions gapençaises. Arc-boutés sur leur repli défensif, les jaunes plient sur la fin de tiers. Le lancer de Bullock s’écrase sur le poteau et le rebond est repris par Labrecque qui ouvre la marque (36'58 : 1-0). Sur l'action suivante, le jeu Essery-Crinon provoque un lancer que dévie Buysse, et Da Costa en embuscade loge le puck dans la cage (37'17 : 2-0). Gap a sonné la charge et l'intensité est montée d'un cran. Le jeu s'est bonifié collectivement. Le retour de Bullock pèse positivement dans le jeu, et les recrues Essery et Ringrose se sont bien comportés dans le jeu offensif.

Gap Dij3

Dans le troisième tiers, le jeu s'équilibre une nouvelle fois. Il faut attendre 46'10 pour que Bouvet lance un shoot ultra rapide qui traverse le trafic et provoque un nouveau rebond du portier dijonnais. La réponse des bourguignons s'appelle Silvenoinen qui place un tir pleine lucarne, mais Fouquerel, impérial, dévie du bouclier (47'35). Mais un nouveau tir de Bouvet transperce le rideau défensif. Henri-Correntin Buysse n'y peut rien (48'15 : 3-0).

Gap continue son intensité en attaque et ne lâche plus sa proie en organisant un « bombardement » répétitif ! Isackson reprend un puck en pleine vitesse (49'22). Bernier placé au second poteau crucifie le cerbère dijonnais sur un nouveau rebond des bottes du gardien (50'27 : 4-0). À ce moment les Rapaces ont la totale emprise sur la rencontre et maintiennent une rigueur défensive tenace ! Pour preuve Jesse Craige qui reprend le palet à Jensen qui tentait une entrée en zone. Crinon, capable de belles remontées de glace longe la bande jusqu'au cercle d'engagement de la zone offensive, s'effondre devant le banc adverse, victime d'une crosse en plein visage.

Dijon subit une nouvelle infériorité numérique. Le regroupement devant la cage des Ducs dégénère et l’énervement fait place aux mains. L'arbitre calme tout le monde en envoyant Månsson et Ringrose en prison. Labrecque prend lui aussi 2' pour dureté. Dijon, en supériorité, rate le coup de revenir au score. Jensen, seul au 2e montant, rate la cage. Gap tient bon avec Essery, un genou à terre, qui bloque un tir adverse. La plus forte occasion de Dijon survient à 57'05 avec un tir dans le trafic, un cafouillage, et le palet qui rebondi sur le dos de Fouquerel sans rentrer dans les buts gapençais. Les rapaces patinent dans le bons sens jusqu'au terme de la partie. Encore un duo Bernier-Labrecque provoque une déviation qui est repoussé du bout de la botte de Buysse (58'15). Gap conclu sur un dernier lancé de Bullock. (59'15).


Les Rapaces ont buté sur un adversaire bien regroupé et ultra-physique. Mais l'intensité et le jeu ont fait la différence. Dijon n'avait pas les moyens offensifs de prendre le dessus sur Gap. On peut juste noter des manques en début de partie sur les écrans à placer devant la cage et des passes hasardeuses. Mais Gap a su prendre les Ducs à bras le corps et sans conteste dominé son sujet.

Premier blanchissage de la saison pour Clément Fouquerel qui a encore prouvé son bon niveau de début de saison. Stefishen et Labrecque sont récompensés comme meilleurs joueurs de leur équipe. Matt Maher s'avance vers les Eagles forts pour féliciter les supporters gapençais. Dès mardi, Gap recevra Strasbourg et son jeu de contres dangereux. Alors que Dijon se déplacera à Angers pour un nouveau déplacement compliqué.



Gap – Dijon 4-0 (0-0, 2-0, 2-0)
Vendredi 16 septembre 2016 à 20h30 – Alp'arena. 1461 spectateurs
Arbitres : M. Bergamelli assisté de M. Barcelo et M. Pointel
Pénalités : Gap 8' (0', 2', 6') ; Dijon 12' (4', 4', 4')
Mises au jeu : Gap 29 (12, 10, 8) ; Dijon 18 (7, 8, 9)
Tirs : Gap 48 (16, 17, 15) ; Dijon 18 (2, 9, 9)
Arrêts : Fouquerel (100%) - Buysse (91,6%)

Score :
1-0 à 26'58 Labrecque assisté de Bullock
2-0 à 27'20 Da Costa assisté d’Essery et de Crinon
3-0 à 48'16 Bouvet assisté de Faure et de Serer
4-0 à 50'27 Bernier assisté de Thillet et Labrecque

Gap
Gardiens – Clément Fouquerel – Aurélien Bertrand
Défenseurs – Pierre Crinon – Ryan Bullock – Thomas Carr – Max Ross – Jesse Craige – Raphaël Faure – Loïc Chapelier
Attaquants – Marc André Bernier – Dave Labrecque – Dimitri Thillet – Kevin King – Sean Ringrose – Patrick Marsh – Kevin Da Costa – Maurin Bouvet - Cédric Di Dio Balsamo – Thibaut Farina – Christian Isackson – Marius Serer


Dijon
Gardiens – Henry Corentin Buysse – Pierre Pawelek
Défenseurs – Riku Silvenoinen – Matthew Maher – Maxime Ritz – Marek Kolba – Vincent Melin – Benoit Quessandier
Attaquants – Alois Franzino – Anthony Goncalves – Mathias Månsson – Spencer Edwards – César Joffre – Arnaud Lazzaroni – Johan Andersson – Patrick White – Michael Fallon – Taylor Stefishen – Fabien Metais – Julien Laplace – Jimmy Jensen – Robin Lamboley