L'Europe confirme

Les Tchèques ont souffert en ouverture et doivent absolument s'imposer pour espérer franchir le premier tour. Il faudra faire sans Radek Faksa, blessé durant le premier match et remplacé par Michal Birner, ce qui change la composition des trios. Michal Neuvirth, bombardé au premier match, est mis au repos et le jeune Petr Mrázek gardera les cages.

En face, la surprise "Team Europe", victorieuse au premier match, peut mettre un pied en demi-finale... Un succès placerait les États-Unis en position critique avant même de jouer le Canada.

La foule ne s'est pas précipitée pour assister au match. Un lundi après-midi heure locale, la moitié de la patinoire sonne creux. 

Un premier tiers fermé

Les Européens commencent bien, Hossa menaçant Mrázek d'entrée. Zuccarello provoque ensuite une faute dans la neutre pour le premier jeu de puissance. Gaborik, au rebond, obtient une belle chance au cercle. Le portier des Red Wings se chauffe bien sur cette série de tirs... Après trois minutes, le compteur de tirs est de 5-0. La première chance tchèque est sortie par Halak et lance un contre européen, conclut par un tir de Streit difficilement capté par Mrázek.

La partie s'équilibre alors. Les deux équipes se cantonnent à des duels accrochés dans les bandes. Sur l'un d'entre eux, les Tchèques bénéficient d'une pénalité de Streit. Empruntés, ils ne se créent que deux tirs, dont une double déviation maîtrisée par Halak, et les Européens reviennent au complet.

Les deux formations se montrent prudentes et les occasions se font rares. Une nouvelle supériorité tchèque pour retard de jeu replace le jeu dans la zone européenne. Bellemare contribue bien à effacer la première minute. Le second groupe peine sur une combinaison d'Hemský, et s'en sort finalement sans dommage.

Une erreur de Bellemare dans la neutre lance Plekanec et Palát en bonne situation, mais le Français se replie bien et Halak fait le reste. En face, Josi et Niederreiter se montrent actifs dans la zone tchèque, sans réussite. La partie d'échecs ne se décoince pas, les deux formations s'étudiant patiemment.

À quelques secondes de la pause, une montée rageuse de Josi se termine par un centre devant la cage. Kempný accroche Hansen et la pénalité n'échappe pas au corps arbitral. La sirène retentit sur ce 0-0, avec encore 1'44" d'avantage numérique à jouer.

Les Européens prenent leur jeu à leur compte

Le jeu de puissance s'installe rapidement. Josi mène la danse et Kopitar lance un tir dangereux en entrée de cercle. Gaborik obtient un tir en pivot, puis un lancer sauvé par Mrázek du cercle. Le portier tchèque brille encore plus au tir suivant, sortant la botte devant Draisaitl à bout portant ! Milan Michálek défend alors maladroitement et sa charge dans le dos replace les Européens à un de plus. Hossa attaque la cage ligne de fond, avec Tatar à l'affût. Dans la confusion, Kempný prend le palet à la main et le dégage. Les officiels appellent logiquement le tir de pénalité. Kopitar s'avance... et tente de glisser finement le disque entre les jambières, fermées par Mrázek.

Il reste une minute à effacer. Un tir mal cadré permet aux Tchèques de filer en contre, mais Plekanec ne se montre pas plus précis. Gaborik échoue à son tour, sur le septième tir européen en trois minutes.

Il n'y a plus qu'une équipe sur la glace. Tatar fait encore passer des frissons dans la défense avec un tir en pivot. La timide réaction vient de Palát, qui profite d'un palet récupéré et d'un bon écran pour tester la botte de Halak.

À la sixième minute, un palet envoyé au fond rebondit étrangement et surprend Mrázek, sorti derrière son but. Le tir excentré de Vanek le force à un retour desespéré et Bellemare plonge sur le rebond, que le portier bloque de justesse avec sa crosse.

Chara enchaîne de la bleue et Hossa prend le rebond... sur la barre ! Les Européens combinent bien. La ligne allemande obtient ainsi une bonne chance. Rieder, solide au duel, laisse à Draisaitl, qui parvient à retrouver Ehrhoff lancé dans l'axe. Mrázek tient encore son équipe à bout de bras, pour son vingt-et-unième arrêt.

Halak lui répond, repoussant un tir en haut de l'enclave. Mais cela reste maigre, le jeu étant majoritairement européen. Une bonne action de Bellemare permet à Vanek de tenter sa chance à bout portant. Mrázek perd sa crosse dans le duel et le palet revient sur Chara le long de la bande. Le grand défenseur lance immédiatement au but et surprend tout le monde (1-0).

VORACEK Jakub 150510 231Les Tchèques réagissent enfin. Dennis Seidenberg sauve l'Europe sur la ligne du bout de la crosse sur une déviation d'Hemský. Le temps fort tchèque reste modeste, mais bien réel. Josi monte trop vers l'avant et se fait piéger par un palet fuyant le long de la bande. Voráček récupère le contre favorable, et fusille Halak d'un tir précis côté plaque (1-1).

Le rythme monte d'un cran. Si les duels ne sont pas très physiques, les deux équipes ne laissent que peu d'espaces. À une minute de la fin, Zuccarello vole un palet à la bleue offensive et file au but. Il est accroché et provoque deux minutes de Nakládal. La meilleure chance revient à Josi, servi en retrait au buzzer, qui fait briller Mrázek, encore une fois.

D'un but à l'autre

À la reprise, Jordán expédie le palet au-dessus du plexiglas et lance donc un long avantage à cinq contre trois pour les Européens. La défense se sacrifie pour contrer les tirs, et, usés en fin d'avantage, ils finissent par laisser des espaces monstres. Polák se jette, puis Mrázek vole littéralement Josi d'une mitaine incroyable !

La supériorité se termine, mais l'Europe garde la main. Zuccarello s'avance sur le côté et envoie un tir en apparence anodin vers la lucarne opposée... que Mrázek manque complètement (2-1). D'une mitaine ferme à une mitaine passoire en quelques secondes pour le gardien tchèque !

La combativité des Européens impressionne, mais Vanek dépasse la limite et fait trébucher un défenseur, offrant une occasion aux Tchèques de remettre le pied dans la zone d'Halak, et, peut-être, de cadrer leur premier tir depuis le but de Voracek... C'est l'attaquant des Flyers qui s'en charge d'une reprise puissante, repoussée. Il est suivi de Červenka à la bleue, Sobotka ensuite... le palet frappe la balustrade au fond, et Hanzal prend le rebond (2-2).

Le but réveille les Tchèques et Jaškin frôle le troisième but. De l'autre côté, Vanek échoue de peu en reprenant un rebond d'un missile de Chara : le match ne tient qu'à un fil et les deux équipes échangent les occasions. Polák de la bleue, Josi de l'autre côté... et Voráček concède une charge avec la crosse sur Zuccarello au sol sur l'action.

Les Tchèques défendent bien, privant leur adversaire de réelle occasion, avant de voir Zuccarello puni sévèrement pour avoir fait trébucher Zbynek Michálek. Ce qui clôt le jeu de puissance, sur un 0/6 et 19 tirs européens en supériorité. Les Tchèques enchaînent à un de plus, échappant à un contre de Hansen, hors cadre.

Avec un gros travail de Bellemare, la pénalité est tuée avec deux bons arrêts d'Halak. Au retour à cinq, Frolík déboule côté droit et obtient une très belle occasion. Le match reste indécis... Les Tchèques finissent bien, mais plus rien ne sera marqué : prolongation !

À trois-contre-trois, Voráček attaque la cage et Halak repousse. Cela lance une bonne phase des Tchèques. Puis, Halak repousse un tir, qui retombe sur Zuccarello. Le Norvégien démarre le moteur et lance Draisaitl en échappée. L'Allemand ne perd pas son duel (3-2).

La victoire européenne ne souffre pas vraiment de contestation. Dominateurs toute la partie (41 tirs à 30), les hommes de Krueger ont joué avec justesse et intelligence, s'appuyant sur un jeu simple, patient, et un bon sacrifice défensif de toute l'équipe. Un succès dans la lignée de leur première victoire face aux États-Unis. Les Tchèques, poussifs une bonne partie du match, n'ont joué que par à-coups et peuvent remercier Petr Mrázek, qui aura bien repoussé l'échéance - à l'exception d'une erreur coupable sur le deuxième but.


Europe - République Tchèque 3-2 après prolongation (0-0, 1-1, 1-1, 1-0)
Lundi 19 septembre 2016, 15h. Air Canada Center de Toronto, Canada. 8574 spectateurs.
Arbitrage de Eric Furlatt et Kelly Sutherland assistés de Steve Miller et Brian Murphy.
Tirs : Europe 41 (8, 21, 10, 2), Rép. Tchèque 30 (5, 9, 13, 3)
Pénalités : Europe 8' (4', 0', 4', 0'), Rép. Tchèque 12' (4', 4', 4', 0')

Récapitulatif du score
1-0 à 30"05 : Chara assisté de Vanek et Bellemare
1-1 à 33'28" : Voracek assisté de Jordan et M. Michalek
2-1 à 42'17" : Zuccarello assisté de Halak
2-2 à 48'31" : Hanzal assisté de Sobotka et Hemsky (sup. num.)
3-2 à 62'06" : Draisaitl assisté de Zuccarello
 

Europe

Attaquants
Tomas Tatar (-1) - Anze Kopitar (C, -1) - Marian Hossa (-1)
Marian Gaborik - Frans Nielsen - Mats Zuccarello (+2)
Nino Niederreiter (+1) - Leon Draisaitl (+2) - Tobias Rieder
Thomas Vanek (2', +1) - Pierre-Édouard Bellemare (+1) - Jannik Hansen (+1)

Défenseurs
Roman Josi (-1) - Dennis Seidenberg (-1)
Christian Ehrhoff - Mark Streit (A, 2', +1)
Zdeno Chara (A, 2', +2) - Andrej Sekera (+2)

Gardien :
Jaroslav Halak

Remplaçant : Philipp Grubauer (G). Réservistes : Thomas Greiss (G), Luca Sbisa (D), Mikkel Bødker (A)

République Tchèque

Attaquants :
Ondřej Palát - Tomáš Plekanec (C) - Jakub Voráček (4')
Milan Michálek (2', -1) - Martin Hanzal (-2) - David Pastrňák
Roman Červenka - Vladimir Sobotka - Aleš Hemský
Michal Birner - Dmitrij Jaškin (-1) - Michael Frolík (-1)

Défenseurs :
Andrej Šustr - Jakub Nakládal (2')
Michal Kempný (2', -3) - Roman Polák (-2)
Michal Jordán (2') - Zbynek Michálek

Gardien :
Petr Mrázek

Remplaçant : Michal Neuvirth (G). En réserve : Ondrej Pavelec (G), Tomáš Kundrátek. Blessé : Radek Faksa.